Relévé exhaustif du registre paroissial de Saint-Sébastien-d’Aigne : baptêmes 4 février 1634-1641

… Le dépouillement d’un registre présente en lui-même un attrait analogue à celui du miracle de Lazare. L’acte de naissance de ces morts du XVIIIe siècle, qui n’ont même plus de tombes, les restitue partiellement à la vie…

… La grande histoire peut mépriser les humbles en elle anonymes, comme sont en nous anonymes les millions de globule de notre sang. Mais ni elle, ni la petite histoire, ni même le roman, quelles que soient les précisions et la couleur de son récit, ne peuvent donner ce caractère d’authenticité, ce parfum de fleur desséchée… Hervé BAZIN – Vipère au poing.

J’ai eu ce plaisir, et voyez plutôt en quelle quantité !!!

Le 13 juin dernier je vous mettais la retranscription exhaustive des baptêmes de Saint Sébastien d’Aigne fillette (succursale) du prieuré Saint Jacques de Pirmil, Loire Atlantique : 1615-1623

Et je vous rappelais que la paroisse de Saint Sébastien d’Aigne, aujourd’hui Saint-Sébastien-sur-Loire, avait été amputé de plus de la moitié de ses habitants en 1790 qui habitaient Vertais, Pirmil, Sèvre et la Gilarderie. Cette moitié était surtout la banlieue artisanale et ouvrière de Nantes à Vertais et Pirmil, et Nantes s’était donc empressée en 1790 de récupérer cette « banlieue » ouvrière.

Aujourd’hui, je vous mets un relevé de la paroisse de Saint Sébastien d’Aigne, mais en l’église paroissiale, c’est à dire au bourg, comme le bourg actuel.
Soyons clair, si cela toutefois est possible. L’église du bourg voyait tous les Sébastiennais hors Vertais et Pirmil, mais voyait tout de même quelques uns de la Gilarderie et Sèvre car pour tout vous dire, le prieuré Saint Jacques, qui voyait Vertais et Pirmil était mondain et ouvrier mais pas agricole, et les agriculteurs, qui étaient majoritairement des jardiniers, se sentaient mieux entre eux qu’avec les artisants, aussi certains d’entre eux fréquentaient-ils le bourg et non le prieuré Saint Jacques, d’où, comme je vous l’ai déjà dit sur ce blog, leur attitude après le rattachement de leur territoire à Nantes : ils ont un moment continué à se sentir rattaché à leur clocher, celui du bourg de Saint Sébastien, et ils se sont sentis un peu perdus sur ce plan, et je les comprends.

Voir la retranscription exhaustive des baptêmes de Saint Sébastien d’Aigne 4 février 1634-1641

  • analyse du registre du bourg
  • Population

493 baptêmes pour 8 années
soit 61,6 baptêmes par an
A titre de comparaison, il y a à la même époque 78 baptêmes par an au prieuré Saint-Jacques de Pirmil, soit 21 % de plus. Les cantons de Vertais et Pirmil sont urbanisés et surpeuplés, les autres cantons sont ruraux.
Ainsi, les Bénédictins, avec leur prieuré Saint-Jacques, avaient beaucoup plus de fidèles que l’église paroissiale du bourg de Saint Sébastien !
Ce qui signifie en clair qu’en 1790 Saint-Sébastien a perdu plus de la moitié de sa population.

  • Métiers

Les métiers ne sont indiqués que pour les personnages importants, quand ils sont parrain ou marraine d’un de leur closier ou autre locataire. Mais, au rang de personnages dont on donne le métier on trouve les boulangers, qui manifestement étaient alors des personnages considérés. D’ailleurs, sur le rôle de capitation, ils sont plus aisés que la moyenne des habitants. Le pain devait tenir un rôle important dans les régions proches des villes et les villes sinon en campagne on le fabriquait soit même.
Les personnages importants ne sont pas des résidents permanents car plusieurs propriétés sont en fait des « résidences secondaires », qu’on appellera ensuite des « folies », mais elles existent bien déjà sur le même mode que les folies. On en a la preuve dans le rôle de capitation, que j’analyse en détail sur un autre document réservé à ce rôle.

Je viens de refaire ma page HTML (page de mon site en mode HTML) qui donne la liste et les liens de tous mes relevés gratuits, et j’ai été émue de revoir tant d’années après l’immensité de mon travail gratuit et bénévole, totalement libre d’accès sur mon site sans aucune adhésion, contrairement aux associations qui vendent et demandent une adhésion payante.

J’ai par contre, à cette occasion, fait le tour d’Internet, à la recherche des relevés gratuits, et j’ai été tristement stupéfaite de constater que la gratuité n’est pas de mise !!! et pourtant, rien de plus simple sur Internet !!!

Voir mes relevés gratuits, qui concernent l’Orne, la Mayenne, La Loire-Atlantique, le Maine-et-Loire, et même les Côtes d’Armor.

 

L’épidémie de 1639 à Saint-Sébastien-d’Aigne : Saint Sébastien sur Loire aujourd’hui

Je vous livre ce jour ma retranscription intégrale des sépultures les plus anciennes de Saint-Sébastien-sur-Loire : années 1615-1624 et 1634-octobre 1647 (et une vingtaine d’actes illisibles en 1642 que je n’ai pas pu lire)

• 937 décès pour 22 ans soit 42 décès/an
• 177 décès en 1639, à cause de l’épidémie qui fait 145 décès entre août et fin décembre 1639, ce qui fait donc autant de morts en 5 mois qu’en 3 années ordinaires.
• En temps ordinaire, un tiers des personnes sont inhumées dans l’église, mais le plus stupéfiant est que durant l’épidémie ces sépultures dans l’église se poursuivent, soit une cinquantaine de cadavres contagieux inhumés dans l’église en l’espace de 5 mois ! Outre le risque sanitaire, on peut supposer que l’odeur devait être assez redoutable.
• L’âge des nourrissons et petits enfants, nombreux, est toujours indiqué, mais seul un adulte a cette mention de l’âge.
• Les métiers sont quasiment inexistants, à part le procureur fiscal et un meunier.
et les noms de lieu sont rarissimes, autrement dit, ces sépultures sont peu parlantes.

Mes habitués savent que j’ai déjà fait beaucoup pour ces épidémies, dont celle de 1639, voyez par exemple ma page sur MARANS en Anjou. Ces épidémies, de type dissenterie, commençaient en août, avec l’eau devenue moins potable que potable, et celle de Saint-Sébastien se termine fin décembre, alors que souvent elles ne se terminaient que plusieurs semaines plus tard.

Mes retranscriptions intégrales sont gratuites, contrairement aux dépouillements des cercles qui sont payantes, alors même que les cercles sont subventionnés !!!
Je retranscris intégralement parce que je me suis aperçue depuis longtemps que l’immense majorité des généalogistes est incapable de vérifier un acte et de le déchiffrer.
Odile