En 1901 la Loire faisait vivre 41 pêcheurs à Nantes Sud quartier St Jacques : quelques uns avaient leur fils reprenant le métier

Née en 1938 je me souviens de l’ancienne côté St Sébastien, passé l’hôpital, c’était un chemin creux, le long duquel des piquets soutenaient des fils pour y étendre les filets de pêche. Le chemin n’était que pierres inaccessible à vélo, sauf mettre pied à terre. La voie actuelle est très surélevée par rapport à cet ancien chemin qui devait être facilement innondable.

Le recensement de Nantes Sud en 1901 donne 41 pêcheurs, dont 31 sont patrons, les 10 autres vont d’un pêcheur à l’autre et n’ont donc pas de bâteau en propre. Certes, le quartier est ouvrier et même relativement pauvre comme je vais vous le faire découvrir ici, et ces pêcheurs survivaient sans doute plus qu’ils ne s’enrichissaient, mais pourtant c’est bien leur métier déclarer pour faire vivre leur foyer.

Le métier n’est pas encore condamné car vous allez voir que quelques fils ont repris le métier de leur père, même si d’autres pères n’ont pas laissé leur fils reprendre leur métier.

Ces 41 pêcheurs font vivre (ou survivre pauvrement) 115 personnes sur 4 243 soit 2,7 % de la population recensée (sauf appelés au service militaire alors de 3 ans).

les pêcheurs travaillant « en famille » :

On compte 41 pêcheurs, mais seulement 35 foyers car fils ou frères sont aussi pêcheurs dans un même foyer :

  • Jean Reiner, patron, 46 ans, 73 rue Dos d’Âne, a 2 fils pêcheurs de 16 et 18 ans qui sont dénommés « patron » comme leur père, mais on peut supposer que le bateau est celui de leur père et que les fils ne sont que salariés de leur père. Il faut donc compter 2 bateaux de moins sur les 41 « patrons »
  • Théodore Carteau, patron, 33 ans, 65 rue Dos d’Âne, a 6 enfants, dont un fils pêcheur et 2 fils de 13 et 15 ans calfats aux chantiers de la Loire.
  • Julien Rocher, patron, 59 ans, rue Brassereau, a un fils pêcheur, même raisonnement que ci-dessus pour le terme « patron ».
  • Eugène Chesneau, patron, 65 ans, côte St Sébastien, a un fils pécheur, même raisonnement pour le terme « patron ». Cette famille est la mieux lotie car l’épouse est marchande de poissons.
  • Léon et Gustave Leplain, 34 et 49 ans, 158 cour rue St Jacques, sont frères, et vivent ensemble seuls. On ne sait s’ils sont patrons car le recensement omet cette précision sur quelques pages.

les pécheurs sans famille ou dont la famille est partie

Puisqu’on en vient à ceux qui vivent seuls, sans épouse ni enfants, il faut ajouter plusieurs autres pêcheurs. Mais auparavant je précise que ce recensement montre que ce sont surtout les personnes âgées qui vivent seules, et les jeunes rarement sans avoir fondé un foyer. Il est probable que les pêcheurs qui suivent et sont âgés, avaient famille auparavant et se retrouvent dans le cas de solitude des autres personnes âgées, tout en ayant conservé leur bateau, ce qui signifie au passage qu’ils n’auraient pas eu de fils pour reprendre ce bateau et cette activité. Bre, voici les pêcheurs qui vivent seuls, outre les 2 frères précédents vivant ensemble (cf ci-dessus) :

  • Louis Chatelier, 39 ans, 1 rue Dos d’Âne, n’est pas patron donc va sur le bateau des autres
  • Alexandre Hamelin, 49 ans, 33 rue du Frère Louis, n’est pas patron.
  • Henri Blanc, 21 ans, 4 rue St Jacques, est patron à son âge et vit seul, sans doute prêt à fondé un foyer après avoir hérité tout au moins de la barque.
  • Emile Boursier, 33 ans, 22 rue St Jacques, patron
  • Jules Rousseau, 63 ans, 63 rue St Jacques, patron
  • Jean Braud, 72 ans, côte St Sébastien, patron

les femmes de pêcheurs qui travaillent à un autre métier

Les femmes alors sont censées ne pas travailler, ainsi que les recensements les notaient autrefois, sous l’horrible dénomination « métier néant ». Peu après, du temps de ma maman, 6 enfants, on notait « sans profession », ce qui n’était pas mieux, comme si elles ne faisaient rien. Bref, difficile de savoir quelles femmes en 1901 aidaient leur mari dans leur travail, si ce n’est pour les jardiniers, pour lesquels il est évident que la femme aidait aux travaux de jardinage. Cependant quelques femmes ont un métier noté, et je vais donc me contenter ici de vous donner les couples de pêcheurs qui sont enregistrés avec un métier pour madame :

  • Elisabeth Douillet, 39 ans, 69 rue Dos d’Âne, épouse de Joseph Legoat, patron pêcheur, est piqueuse
  • Marie Papon, 44 ans, 23 rue St Jacques, femme d’Alfred Jaunin, patron pêcheur, est épicière patronne
  • Rose Chevrier, 48 ans, 35 rue St Jacques, femme de Louis Rousseau, patron pêcheur, est journalière
  • Fernade Cadoret, 29 ans, 46 rue St Jacques, femme d’Auguste Renier, patron pêcheur, est journalière
  • Augustine Jahan, 49 ans, côte St Sébastien, femm d’Eugène Chesneau, patron pêcheur, est marchande de poissons

 

les fils qui n’ont pas repris le métier de pêcheur

  • Ambroise Deshogues, 19 ans, rue Ledru-Rollin, fils de Louis, pêcheur sans bateau, est manœuvre aux chantiers de la Loire
  • Alexandre Caillous, 16 ans, 72 rue St Jacques, fils de Alexandre Caillous, patron pêcheur, est manœuvre aux chantiers de Loire.

Mais je tiens à souligner qu’un recensement est toujours fautif, en ce sens qu’il manque ceux qui font leur service militaire, alors de 3 ans. Malgré les exemptions possibles, on ne peut oublier que ces jeunes hommes, qui vont s’empresser de fonder un foyer à leur retour, ne sont pas comptabilités ici.

Vous avez déjà vu apparaître ici les chantiers de la Loire, et je vais vous mettre tous les employeurs et métiers, patience… je les ai, mais je souhaite vous les analyser comme je viens de le faire pour les pêcheurs.

Ronan Viaud, archiviste à Rezé, donne pour sa part environ 200 familles pour tout le sud Loire, de Rezé à Saint Sébastien, donc voici un chiffre qui complète ses données, et voici même la liste de ces 41 pêcheurs, triés par rue, sachant que Dos d’Âne, Esseaux, Brassereau étaient sur l’espace de la place Pirmil actuelle, et que la côte St Sébastien s’étant de Pirmil au chemin de la Fonderie, marqué par un feu tricolore qui marque la séparation entre Nantes et St Sébastien, et sachant que mon étude s’arrête à ce feu tricolore et Nantes et ne porte pas sur St Sébastien.

lieu d’habitation des pêcheurs de Nantes Sud Loire

Tous ne demeurent pas sur les bords de la Loire, car 2 d’entre eux demeurent à la Grèneraie, et un autre rue Ledru Rollin. Manifestement ils pêchent encore l’alose, l’anguille, la civelle, le saumon, et livrent en ville leurs pêches.

rue maison nom prénom âge foyer métier employeur
cote St Sébastien 9 Braud Jean 72 chef pêcheur patron
cote St Sébastien 8 Chesneau Eugène 65 chef pêcheur patron
cote St Sébastien 8 Chesneau Joseph 15 fils pêcheur patron
cote St Sébastien 8 Chesneau Auguste 27 chef pêcheur patron
cote St Sébastien 11 Rousseau Louis 60 chef pêcheur patron
cote St Sébastien Boutin Geffier François 43 chef pêcheur patron
cote St Sébastien Boutin Ragueneau Edouard 40 chef pêcheur patron
cote St Sébastien Moreau Pétard Louis 40 chef pêcheur patron
cour des Esseaux Pineau Vve Boscher Jacques 48 chef pêcheur patron
grande Grèneraie Lecomte Pécot Constant 71 chef pêcheur patron
petite Grèneraie Fonteneau Rocher Louis 56 chef pêcheur patron
rue Brassereau Rocher Rocher Julien 59 chef pêcheur patron
rue Brassereau Rocher Rocher Jules 28 fils pêcheur patron
rue Dos d’Âne 30cours Rivet Auguste 49 chef pêcheur divers
rue Dos d’Âne 61 Verger Jean Marie 36 chef pêcheur divers
rue Dos d’Âne 65 Carteau Théodore 33 chef pêcheur divers
rue Dos d’Âne 65 Carteau Henri 16 fils pêcheur divers
rue Dos d’Âne 65 Carteau Adolphe 41 chef pêcheur divers
rue Dos d’Âne 65 Millet Julien 68 chef pêcheur divers
rue Dos d’Âne 73 Gilbert Adolphe 31 chef pêcheur divers
rue Dos d’Âne 69 Le Goyat Joseph 38 chef pêcheur patron
rue Dos d’Âne 73 Rivet Louis 54 chef pêcheur patron
rue Dos d’Âne 73 Reiner Jean 46 chef pêcheur patron
rue Dos d’Âne 73 Reiner Louis 16 fils pêcheur patron
rue Dos d’Âne 73 Reiner Henri 18 fils pêcheur patron
rue Dos d’Âne 16 Chatelier Louis 39 chef pêcheur divers
rue du Frère Louis 33 Hamelin Alexandre 49 chef pêcheur divers
rue Ledru Rollin Leclaire Deshogues Louis 25 fils pêcheur divers
rue St Jacques 4 Blanc Henri 21 pêcheur patron
rue St Jacques 20 Rivet Charles 28 chef pêcheur patron
rue St Jacques 22 Boursier Emile 33 chef pêcheur patron
rue St Jacques 23 Jaunin Alfred 51 chef pêcheur patron
rue St Jacques 34 Boursier François 31 fils pêcheur patron
rue St Jacques 33 Leteuil Langé 60 chef pêcheur patron
rue St Jacques 35 Rousseau Louis 50 chef pêcheur patron
rue St Jacques 46 Renier Auguste 35 chef pêcheur patron
rue St Jacques 63 Rousseau Jules 63 chef pêcheur patron
rue St Jacques 64 Reuzé Louis 69 chef pêcheur patron
rue St Jacques 72 Caillous Alexandre 44 chef pêcheur patron
rue St Jacques 158cour Leplain Léon 34 chef pêcheur
rue St Jacques 158cour Leplain Gustave 49 frère pêcheur

l’âge des pêcheurs de Nantes Sud Loire

La moyenne d’âge est de 42 ans, avec 2 anciens de 71 et 72 ans, mais cet âge avancé au travail est alors dans tous les métiers car on ne connaît pas encore la retraite qui ne viendra que bien plus tard. On pourrait penser que le métier s’essoufle mais on observe tout de même 5 fils qui travaillent avec leur père donc qui font du métier de pêcheur leur vie future, au lieu d’avoir choisi un des innombrabes métiers qui existent alors. Il faut croire qu’il y a donc encore du poisson pour faire vivre quelques foyers.