Nombreuses erreurs sur Geneanet pour Maisdon, devenus Maisdon-sur-Sèvre (44)

Je vous remets encore une grossière erreur sur Maisdon, celle du décès de Toussaint Leroy, car il y a eu plusieurs Toussaint Leroy contemporains, enfin au moins deux, probablement cousins mais à ne pas confondre

Je suis depuis 5 semaines à tenter de trouver mieux que ce que j’avais autrefois, il y 40 ans, relevé à Maisdon. Au passage, Maisdon ne s’appelait pas Maisdon-sur-Sèvre, mais Maisdon tout court.
Je vois de nombreuses erreurs sur Geneanet, et je pense qu’il existe chez ces généalogistes 2 sources d’erreur :
1/ ne remontent que sur les tables de relevés, et ne vérifient que plus que rarement
2/ ne s’occupent plus que rarement des parrains, marraines, et autres personnes présentes dans les actes et qui sont pourtant proches parents donc dignes d’intérêt pour établir les filiations
3/ ne tentent que rarement de reconstituer les fratries
4/ ne lisent qu’au point par point sans vue d’ensemble d’où l’abscence de vérification des cohérences
5/ beaucoup ne font que copier les autres

Jean Heurtin époux Branger n’est pas celui qui décède en août 1720


Maisdon le 6 août 1720 inhumé Jean Heurtin âgé de quarante ans ou environ décédé hier Il n’est absolument pas écrit 45 et en fait il existe un autre Jean Heurtin que l’époux de Jeanne Branger, qu’on trouve, entre autres, parrain d’un enfant de Jean Heurtin et Jeanne Branger, donc proche parent sans doute cousin. Il est aussi par ailleur impossible qu’avec 40 ans ce soit l’époux de Jeanne Branger car ils se marient en 1695 et il serait alors enfant. Il faut toujours regarder tout le registre pour comparer le mode d’écriture du prêtre car chacun avait son style, et on voit qu’il écrit très curieusement « ou environ », et par contre qu’il sait fort bien écrire « cinq » avec un Q bien nettement lisible

quarante ans ou environ

quarante cinq ans

Toussaint Leroy époux d’Hymène Maillard n’est pas décédé en 1736

car elle décède veuve bien avant, et aussi 2 de leurs enfants se marient sans leur défunt père, donc 3 actes prouvent qu’il est décédé avant 1689
Toussaint LEROY †/1689 x /1677 Hymeine MAILLARD †Maisdon 6 décembre 1693 « inhumé Imeine Maillard veuve de Toussaint Leroy, présents François Maillard, Mathurin Biron, Michel Riviere »
1-Mathurin LEROY la Maere en 1693 en Maisdon †1729/ x Maisdon 13.2.1691 « mariage Mathurin Leroy fils de defunt Toussaint et Hymene Maillard, avec dispense d’affinité obtenue de Rome, avec Marguerite Bureau mineure fille de feu Jacques et Jeanne Guilbaud, présents François Maillard, Marie Jasneau, Pierre Gaillard, Pierre Leroy et Mathurin Brochard tous parents » Marguerite BUREAU °ca 1663 †Maisdon 16.9.1729 fille de Jacques et Jeanne Guilbaud
11-Anne LEROY °Maisdon 3.1.1692 †idem 9.4.1714 SA la Hautière, filleule de Pierre LEROY
12-Marguerite LEROY °Maisdon 8.2.1694
13-Jean LEROY °Saint-Fiacre x Saint-Fiacre 23.11.1734 Madeleine ANDRÉ
2-N? (fille) LEROY x Pierre BARBOTIN cité en 1729
3-Jean LEROY x Saint-Fiacre 25.1.1684 Marie JASNEAU Dont postérité suivra
4-Marie LEROY x Maisdon 16 août 1689 Pierre MARCHAIS « mariage Pierre Marches fils de Martin, avec Marie Leray fille de defunt Toussaint et Hymoine Maillard, présents ledit Martin Marchais, François Maillard et Jean Viau leurs plus proches parents »

Pierre Heurtin époux Moriceau n’est pas décédé en 1724

L’acte qui suit illustre l’absence de cohérence recopiée par tous, car elle est décédée veuve en 1720 donc il ne peut pas être celui qui décède en 1724 :

Perrine Moriceau est inhumée à Maisdon « le 13 janvier 1720 Perrine Moriceau en son vivant femme de feu Pierre Heurtin, du village de la Feuvrie, décédée hier, environ 70 ans, présents Pierre Heurtin (s) Guillaume Heurtin, François Maillard [son gendre] Jeanne Branger [sa belle-fille épouse de Jean Heurtin] »

Pierre HEURTIN †/elle x ca 1665 Perrine MORICEAU °ca 1650 †Maisdon 12 janvier 1720
1-Jean HEURTIN x Maisdon 30 mai 1695 Jeanne BRANGER Dont postérité suivra
2-Pierre HEURTIN °ca 1664 †Maisdon 18 mai 1724 « inhumé Pierre Heurtin, 60 ans, décédé hier, présents Gilles Moriceau, Julien Cheneau » cité en 1723 au mariage de son neveu Jean Heurtin Il ne peut pas être l’époux de Perrine Moriceau car décédé avant elle
3-Guillaume HEURTIN cité en 1723 au mariage de son neveu Jean Heurtin
4-Perrine HEURTIN °Maisdon 23 février 1687 « baptisé Perrine fille de Pierre Heurtin et Perrine Moriceau, parrain Jean Heurtin (s), marraine Françoise Bouchaud » †Maisdon 21 novembre 1723 « inhumé Perrine Heurtin femme de François Maillard, 29 ans » x François MAILLARD

Mariage d’Antoine Gault fils de Guillaume, de la châtellenie de Poissy, 1581

J’ai mis sur mon site et sur mon blog beaucoup de familles GAULT de Pouancé, Craon, Châtelais, Paris, et voici Poissy, grâce aux recherches de Xavier Christ, qui étudie Valpuiseaux. Ici, on a une autre région de Gault, celle de Poissy.
Cet acte est aux Archives Nationales, cote AN-MC/ET/LIX/4, minutes de Denis Chantemerle   – Voici sa retranscription 

Furent présents en leurs personnes honnorables personnes Me Estienne Cornet clerc au greffe civil du chatelet de Paris, et Adenette Drouet sa femme de luy deument et suffisamment autorisée en ceste partie, au nom et comme eulx faisant et portant fort et stipulant en ceste partie pour Andrée Cornet leur fille, pourvus de son vouloir et consentement d’une part, et honnorable homme Guillaume Gault sergent royal présentement vendeur de biens en la ville et chastelennie de Poissy, au nom et comme stipulant et soy faisant fort en cette partie de Me Anthoine Gault praticien en cour laye demeurant à Paris, fils de lui et de feue Marguerite Pasquier jadis sa femme père et mère dudit Anthoine Gault aussi pour ce présent et de son consentement d’autre part, lesquelles parties esdits noms de leurs bons grés et bonnes volontés recognurent et confessèrent avoir fait et font ensemble de bonne foy les traités accords dons douaires avenans promesses et obligations de mariage qui ensuivent c’est à savoir ledit Cornet et sa femme avoir promis et promettent bailler et donner par par nom et loy de mariage ladite André Cornet (f°2) leur fille audit Anthoyne Gault qui l’a promis et promet prendre à femme et espouse et icelle espouzer solennellement en face de notre mère saint église si Dieu et nostre mère ste église si accordent et au-dedans les plus bref temps prochains accord-rent entre eulx leurs parents et amis ; et a esté accordé que lesdits futurs espoux seront et demeureront ung et communs en biens acquests et conquests immeubles selon les lois et coustume de la ville prévosté et vicomté de Paris ; en faveur duquel mariage lesdits Cornet et sa femme ont promis et promettent faire pourvoir ledit Me Anthoine Gault en l’estat exercice de clerc du greffe civil dudit chatelet que soulloit tenir et exercer defunt Me Jacob … en mesmes droits que estoit ledit defunt Jacob, dedans 8 jours prochainement venant à leurs despends …, pour laquelle place ledit Cornet et sa femme ont baillé auxdits futurs espoux pour la somme de 250 escus soleil et outre ladite place lesdits Cornet et femme ont aussi promis et promettent chacun d’eux seul et pour le tous sans division de personne rendre bailler (f°3) et payer auxdits futurs espoux la veille de leurs espousailles la somme de 83 escus un tiers en deniers contens qui feront … en somme totale pour ledit mariage de ladite Andrée Cornet futue espouse la somme de 333 escus un tiers, et en ce faisant ledit Guillaume Gault a baillé sondit fils à ladite Andrée par nom et loy dudit mariage franc et quite de toutes dettes jusques au jour dudit futur mariage et a promis bailler et payer auxdits futurs espoux ladite veille de leurs espousailles la somme de 116 escuz deux tiers, à savoir 50 escuz soleil que ledit Guillaume Gault a donné et donne en avancement d’hoirie venant à sa succession et 66 escus deux tiers d’escu d’or soleil qu’il doibt auxdits futurs espoux pour le revenu et jouissance des héritages appartenant audit futur espoux à cause de la succession de ladite defunte sa mère qu’il a tenus depuis le jour du trespas de ladite defunte sa femme jusques à huy, et en ce faisant et (f°4) moyennant ladite somme de 66 escuz deux tiers ledit futur espoux ne pourra demander aucun compte audit Guillaume Gault son père du revenu desdits héritages et biens immeubles de ladite succession de ladite defunte sa mère, et au cas que ledit futur espoux voulust entrer en avoir redition dudit compte à l’encontre de sondit père lui en sera décompté ladite somme de 66 escuz deux tiers et à la possession desdits héritages a esté accordé que ledit futur espoux entrera en jouissance des à présent paisiblement selon le partage et lots que ledit Guillaume Gault en a fait tant …, et partant ledit futur espoux a donné et donne à sadite future espouse de la somme de 110 escuz d’or soleil une fois payée en douaire … ou de douaire coustumier selon les droits us et coustume de la ville prévosté et vicomté de Paris au choix et option de ladite future espouse, et lequel douaire … sera et appartiendra à ladite future espouse sa vie durant (f°5) seulement, et demeurera propre aux enfants provenus des deux futurs mariés et au cas que ladite future espouse décéda sans hoirs procréé d’eulx deux en ce cas ledit douaire retournera aux plus proches héritiers dudit futur espoux ; et est accordé que le survivant desdits futurs espoux prendra et emportera franchement et quitement par préciput et avant aucun invenetaire ne partage fait des biens de ladite communauté à savoir ladite future espouse si elle survivoit audit futur espoux ses habits bagues et bijoulx et autres meubles de la communauté, jusques à la somme de 60 escuz d’or soleil, outre et par-dessus sondit douaire, et ledit futur espoux s’il survivoit ladite future espouse ses habits et meubles communs jusqu’à pareillement la somme de 60 escuz d’or soleil, … (f°6) … a esté dit convenu et accordé entre lesdites parties soy faisant passant et accordant ces présentes avoir lesdites promesses esté faites passées et accordées comme dit est … lesdites parties chacun en droit soy … renonçant au bénéfice de division ordre de droit et de discussion et … et encores ladite femme o l’autorité de sondit mari au bénéfices du velleyen à l’authentique si qua mullier à elle déclarés … et autres droits introduits pour les femmes et en leur faveur auxquels ladite femme a renoncé et renonce, promis juré … fait et passé … en la paroisse Saint Eustache le mercredi 7 juin 1581 …