René Pelaud sieur du Bois-Bernier emprunte 513 écus, Angers 1582

L’acte qui suit est extrait des Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E7 – Voici la retranscription : Le 13 juillet 1582 après midy en la court du roy notre sire à Angers et de monseigneur duc d’Anjou endroit par devant nous Mathurin Grudé notaire d’icelle présent et personnellement estably noble homme René Pellault Sr du Boys Bernyer demeurant audit lieu paroisse de Nouellet soubzmettant confesse debvoir et loyalement estre tenu et par ce sprésentes promet rendre bailler et payer dedans le jour et feste de Toussainctz prochainement venant en ceste ville d’Angers à noble homme Jacques Ernault conseiller du roy notre sire et de monseigneur duc d’Anjou Angers Sr de la Daumerye demeurant audit Angers à ce présent stipulant et acceptant la somme de 513 escuz deux tiers 13 sols 4 deniers quelle somme ledit Pellault e reveue à vue de nous en 2000 quartz d’escuz et un franc et 20 solz pièces et 13 sols 4 deniers, et en a quicté et quite ledit Ernault ses hoyrs à laquelle somme de 520 escuz deux tiers 13 sols 4 deniers rendre et payer ainsi que dict est et aux charges oblige etc renonczant etc foyr jugement et condemnation etc fait Angers maison dudit Ernault en présence de Jehan Blechard Me Pierre Ogereau Sr de la Jumeraye advocat Angers et Jehan Adellée demeurant Angers tesmoings –

Cette vue est la propriété des Archives Départementales du Maine-et-Loire. Cliquez pour agrandir.

    La signature de René Pelaud est typique de celle des nobles de son époque

PS (sur le même acte que le précédent) : Le lundy 24 janvier 1583 après midy en la court du roy notre sire à Angers et de monseigneur duc d’Anjou endroit par devant nous Mathurin Grudé notaire de ladite court personnellement estably noble homme Me Jacques Ernault Sr de la Daumerye conseiller du roy notre sire et juge magistrat au siège présidial d’Angers soubzmettant confesse avoir quicté et par ces présentes quicte noble homme René Pellault Sr du Boys Bernier au nom et au profit de Jehan Ernault grenetier de Craon à ce présent stipulant et acceptant avecques nous notaire tant pour luy que pour ledit Pellault absent de la somme de 513 escuz ung tiers en laquelle ledit Pellault est obligé vers ledit Jacques Ernault pour les causes portées et contenues par l’obligation passée par devant nous le 13 juillet dernier au moyen de l’obligation ce jourd’huy consentye par ledit Jehan Ernault audit Jacques Ernault de plus gande somme receue par devant nous et moyennant laquelle obligation ledit Jacques Ernault a consenty et consent que ledit Jehan Ernault son fils se fasse payer par ledit Pellault de ladite somme de 513 escuz ung tiers et a ceste fin luy a ceddé et cédde par ces présentes les droictz et actions qui luy compètent et appartiennent et peuvent compéter et appartenir à l’encontre dudit Pellault le moyen de ladite obligation dudit 13 juillet dernier, ce qui a esté stipulé et accepté par ledit Jehan Ernault pour luy ses hoirs

    En fait, je crois comprendre que René Pelaud n’ayant pas remboursé le prêt à la Toussaint, comme il aurait dû le faire, le prêteur se doute qu’il va avoir du mal à se faire rembourser et demande à son fils qui demeure à Craon d’aller réclamer l’argent sur places à Noëllet à René Pelaud

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog et non aller en discuter dans mon dos sur un forum ou autre blog. Tout commentaire ou copie partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du projet européen

2 réponses sur “René Pelaud sieur du Bois-Bernier emprunte 513 écus, Angers 1582

  1. E.2402.( carton.)- 2 pièces, parchemin; 8 pièces, papier; 1 sceau.
    1473- 1746.- Ernault.
    Bref du pape Sixte IV portant collation au profit de Guillaume Ernault du premier canonicat vacant en l’église Saint- Laud d’Angers;- acquêt par Jacques Ernault de La Daumerie de la terre et seigneurie de Laigné- Le- Bigot en la paroisse de Ballotz;- transaction entre le chapitre de Craon et ledit seigneur au sujet de la présentation des chapelles du Grand et du Petit Laigné en l’ église Saint- Nicolas de Craon;- contrat de mariage de François Lefèvre de L’Aubrière avec Marie Ernault;- lettres de décharge pour la veuve de Jean Ernault, grenetier du Grenier à sel de Craon,tué en tentant de réduire le château au service du roi, de tout recours, arriéré et reddition de comptes,au défaut de ses papiers pillés par le peuple;- vente par René Ernault à René Bouche de vignes à Antoigné.

  2. De mauvaises recoltes et les guerres marquent cette fin de siècle comme on le sait : on voit sur cet acte un grenetier impliqué ds une récupération de dettes .Je sais qu’il s’agit de sel mais je ne peux m’empêcher de faire un rapprochement de vocabulaire :J’ai regardé dans Larousse sélection « L’argot d’hier et d’aujourd’hui » blé= Argent(monnaie).Très ancien et toujours en usage .L’idée de blé à entrainé celle de fauché « être fauché comme les blés »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *