Hercule de Saint-Aignan, sieur du Marais, rompu vif sur une croix sur la roue à Rochefort-sur-Loire en juillet 1562

  • Hercule, aliàs Jacques de Saint-Aignan, aliàs capitaine Desmarais
  • Saint-Aignan tient sa terre du Marais en Faveraie de son ascendance d’Aubigné.
    Selon C. Port, Dict. du Maine-et-Loire, 1876, article le Marais, Jean d’Aubigné, mari de Jeanne Prévosté, est seigneur des Marais en Faveraie en 1393. Puis, le fief et seigneurie du Marais passe à Olivier de Saint-Aignan par alliance avec Jeanne d’Aubigné, vers 1547. En 1526, il est à Guillaume de Saint-Aignan, père du fameux Jacques de Saint-Aignan.

  • Saint-Aignan, in C. Port, Dict. du Maine-et-Loire, t. 3, p. 329
  • Il se signala dès les premiers troubles civils, comme un des chefs les plus entreprenants des protestants d’Anjon. Il était du coup de main, qui leur livra pour quelques jours Angers, le 22 avril 1562. Dans la nuit du mardi au mercredi 30 du même mois, il surprit le château des Ponts-de-Cé et désarma les habitants de la ville, mais il n’en fut pas moins expulsé de vive force et se rejeta sur Rochefort-sur-Loire, où il s’établit dans le château, malgré l’occupation d’Angers par les catholiques. De là il tenait les champs, courait sus aux moins et poussait jusqu’aux portes de la ville.
    Le 15 mai le duc de Montpensier sortit avec 200 hommes et du canon pour l’en débusquer. Une tentative d’escalade ayant été rudement repoussée, il fallut entreprendre le siège en règle. Le 21 mai une capitulation fut acceptée, qui garantissait à Saint-Aignan et à huit des siens vie sauve et libre sortie « avec épée et poignard, arquebuse sur l’épaule et morion en tête », à charge de rendre sous quatre jours la place. Son fils, âgé de 4 ans, fut livré en otage, et decendu dansun panier par une corde, avec défenses terribles à l’enfant de jamais n’entendre la messe.
    Saint-Aignan, averti sans doute de quelque piège, au jour venu de partir, refusa net et se fortifia.
    Une heureuse sortie déconcerte un instant les assiégants. il en profite pour courir à Saumur chercher quelques renforts pour sa bande épuisée et revient, malgré les instances de ses amis, reprendre son poste de guerre. En chemin ses recrues, prises de peur, se dispersent ; lui-même, il a peine à rentrer dans la place, investie de plus près par Montpensier en personne, assisté de Puygaillard.
    Le 31 juin le canon, amené de Nantes et d’Angers, est monté sur le roc de Dieusie et attaque les murs, mais sans effet, de trop loin. La batterie est alors reportée sur le roc de Saint-Symphorien et le 21 juillet la brèche s’ouvre à l’assaut qui par deux fois est repoussé. Le feu reprend pendant 8 jours, sans que les assiégés acceptent de se rendre à discrétion. Tandis que le vaillant capitaine faisait tête aux assaillants sur la brèche, la trahison de 2 soldats, Pouvert et Laguette, – il furent pendus pour leur salaire. – livre une poterne. Réfugié dans une tour, Desmarais tient seul encore avec un dernier compagnon, qui tombe mort bientôt à ses côtés, et il ne se rend épuisé que sur la foi de Puygaillard qui lui garantit la vie (10 juillet).
    Mais à Angers, Montpensier, qui était aux vêpres de sa paroisse, refusa même de le voir et le renvoya au bourreau avec 2 de ses lieutenants.
    Saint-Aignan fut rompu sur une croix et exposé vif sur le roue. Il y vécut 6 heures, demandant en vain qu’on l’achevât. Son corps, attaché à l’instrument de supplice et traîné jusque sur la roche de Saint-Symphorien, y resta exposé en face du château de Rochefort, « ou les corbins, » dit une relation contemporaine inédite, « ont chanté pour lui et l’ont mangé ». – Son fils avait étédès le 25 juin conduit à Saint-Maurice et tenu sur les fonts par l’aumônier et un domestique du duc de Montepensier.

  • Sources utilisées par C. Port :
  • Journal de Louvet, p. 260-270, dans la Revue d’Anjou, 1854, tome 1 – Roger, Histoire de l’Anjou, p. 426. – Théodore de Bèze, Histoire des églises réformées, tome 1, p. 344 – De Thou,I, XXX, p. 102 – Grandet, Histoire ecclésiastique d’Anjou, Mss. 618, tX, p. 34 – Crespin, Histoire des Martyrs, I, VIII, fol. 583 v° – La Popelinière, Histoire des Troubles, tome 1, p. 309 – Arch. mun. d’Angers, BB29 – Mourin, La Réforme et la Ligue en Anjou, p. 49-53 – Archives de Maine-et-Loire, E 3894 – Arch. mun. GG99

  • selon Théodore de Bèze, Histoire des églises réformées, tome 1, p. 344
  • Quant à du Marets, voyant cela, il monta en une tour du milieu, accompagné d’un soldat seulement, et là tous deux se défendirent jusques à ce que la poudre leur étant faillie et son soldat tué, il se rendit entre les mains de Puygaillard, qui lui promettait, sur sa foi, de lui sauver la vie ; mais au lieu de lui tenir promesse, étant soudain pris et mené à Angers par Beauchamp, autrement le Loup, exerçant l’état de lieutenant de prévôt et conduit en triomphe avec mille opprobres par la ville, il fut aussitôt sans aucune forme de justice, et par le seul commandement dudit sieur de Montpensier, trop mal considérant en cet endroit ce qu’un prince doit à la vertu et à la noblesse, rompu très cruellement sur une croix à la façon des voleurs, et laissé tout vif sur la roue, où il languit jusques au lendemain quatre heures du matin, sans qu’on eût aucune pitié pour lui hâter sa mort : même tout au contraire il fut infiniment travaillé par deux Cordeliers s’efforçant de le détourner de la voie de son salut, nonobstant lesquels tourmens, il ne cessa d’invoquer le nom de Dieu jusques au dernier soupir ; mais parmi une telle et si énorme cruauté , il y eut cela de bon que les deux traîtres, Pouvert et la Guette, pour leur juste salaire, furent, au même instant, pendus et étranglés.

  • Mes commentaires
  • Nous avons vu sur ce blog Claude Simonin, sieur de la Fosse, écuyer, aliàs « capitaine La Fosse », rompu vif sur la roue à Angers le 19 septembre 1609. Et un autre ligueur insoumis :

      Un gentilhomme pouvait être rompu vif : le cas de La Fontenelle.

    Le cas du capitaine Desmarais, aliàs Saint-Aignan est plus ancien, puisqu’il remonte à 1562, et surtout il concerne un protestant. Il n’y a pas eu de procès mais une exécution.
    Par ailleurs, Célestin Port à son article sur la terre du Marais en Faveraie, donne ensuite comme seigneur « Nicolas Lebigot, mari de Louise de Saint-Aignan, vers 1590 ». Il semble donc que les biens de Saint-Aignan sont restés dans la famille de Saint-Aignan, alors que je pensais que les biens des protestants étaient confisqués, tout comme ceux des Ligueurs qui ont été rompu vif sur la roue.

    Enfin, je cherche un mot clef pour ces suppliciés : roué vif, rompu vif sur la roue
    ou mieux si vous trouvez, car pour le moment j’ai mis « roue », qui ne me semble pas très parlant

    8 réponses sur “Hercule de Saint-Aignan, sieur du Marais, rompu vif sur une croix sur la roue à Rochefort-sur-Loire en juillet 1562

    1. Pour la relation des évenements ,il ya évidemment deux façons de voir entre Louvet et de Beze . Pour Jacques Eveillard sieur de la Gasnerie dans le livre pré cité ,Beze donne naturellement une autre version du motif de son exécution« avocat ancien et surveillant de l’Eglise(reformée) auquel pour cette cause fut baillée la question extraordinaire ».Personnellement ,je trouve dommage que les anciens historiens de l’Anjou se soit apparemment plus fiés à Louvet défendant la Ligue en oubliant ces malheureux qui luttaient pour leur liberté de pensée…Ceux qui n’ont pas fui ont été obligés d’abjurer cf registre de la Trinité Baptêmes Mariages 1601-1631 p 234 .Serait ce là les filles de celui qui était parti étudier à Toulouse et qui se marie à Sorges? Bonne journée.

    2. E.3894 ( Carton )- 5 pièces, parchemin; 25 pièces,papier.
      1401- XVIIIe siècle.- SAINT- AIGNAN ( de )
      – Contrat de mariage de Régnault de Saint- Aignan avec Jeanne de La Pommeraye;- aveu rendu à la seigneurie des Essarts pour le fief de Limesle par Hamelin de Saint – Aignan;- testament de Jeanne de Saint- Aignan, dame de Saint- Aignan,de La Cheverie et de La Galicheray;- contrat de mariage de Jean Garnier,sieur de La Courtaiserie,et de Jeanne de Saint- Aignan;-procédure concernant le droit de vente de la terre de Chemens revendiquée par le baron de Briolay sur Catherine de Saint- Aignan;- relation de la prise et défense du château de Rochefort -sur- Loire par le capitaine Jacques de Saint- Aignan,sieur du Marais,contre les troupes du duc de Montpensier; »et fut ledit Marays rompu sur la roe où les corbins ont champté pour luy et les lous mangé »; notes et extraits généalogiques par le feudiste Audouys;etc.

    3. E.2995.( Carton. )- 1 pièce,papier.
      -1556.- LAGUETTE.
      – Acquêt par Nicolas Laguette de la métairie du Portau en la paroisse de Rochefort.

    4. Le rapprochement suggéré ci-dessus par Elisabeth, entre protestants et Toulouse est lumineux. Merci infiniement.
      J’ai trouvé en ligne des sites intéressants à profusion, qui dressent les cartes du protestantisme, et Toulouse est un foyer, donc, le fils de Françoise Renou et René Eveillard, que j’ai relevé « étudiant à Toulouse » était protestant, et ses parents probablement. Son métier ultérieur d’élu en l’élection à Château-Gontier, pouvait aussi bien être appris à Angers.

      Françoise Renou, la mère de l’étudiant à Toulouse, est la belle-sœur de Jacques Eveillard de la Gasnerie, dont vous évoquez l’exécution, et aussi la belle-sœur de Tugal Hiret, dont je sais par mes travaux sur les Hiret (voir mon ouvrage l’Allée de la Hée) qu’il était protestant, et même que c’est à ce titre qu’il a reçu la visite de la Ligue le pillant aux Sallorges, mentionnée dans l’ouvrage de Théodore de Bèze, tome 2 page 344

      Donc, au moins 3 des enfants de Pierre Eveillard et Marie Poisson de Gastines étaient protestants, sans qu’on sache si les autres l’étaient.
      Maintenant que l’on peut situer en tant que protestante Françoise Renou, dont vous avez désormais sur mon blog tant de documents, et d’autres sont à venir, on pourrait être tenté de faire le lien entre protestantisme de Françoise Renou et la conservation de ses papiers, tels que quittances, que je vous ai mis sur mon blog en provenance d’un fonds privé. Les protestants ont eu, outre les massacres et pillages, tant d’ennuis financiers divers et persécution financière de la part des catholiques, qu’il est possible que ces papiers, rigoureusement conservés, soient des justificatifs lourds de conséquence à l’époque.

      Je vous recopie cette fratrie Eveillard qui comporte donc au moins 3 protestants avérés :

      Pierre EVEILLARD Sr de la Poissonnerie, la Guilberdière, la Nitière & du Livet †/19.12.1541 Fils de Macé 1er EVEILLARD x 15.10.1520 Marie POISSON de Gastines †ca 1555
      1-Macé 3e EVEILLARD Sr de Livet x ca 1557 Ysabeau DUYSSEAU Dont postérité suivra
      2-Jacques EVEILLARD Sr de la Gasnerie At x Marie FLEURIOT Dont postérité suivra
      3-Pierre EVEILLARD x Roberde GUERRIER Dont postérité suivra
      4-Renée EVEILLARD Châtelaine de Briolay en 1558 x René GUYET Sr de la Pierre (Morannes) dt à Baugé
      5-Jeanne EVEILLARD †1547/ x Pierre ARAMBERT Nre royal
      6-René EVEILLARD †2.1595 Sr de la Croix à Noëllet x Françoise RENOU Dont postérité suivra
      7-Jehan EVEILLARD †/1557 SA-SP
      8-Louise EVEILLARD x ca 1550 Thugal HIRET Sr de la Hée dt à Villepot en 1557 postérité éteinte, cf mon ouvrage « l’Allée de la Hée des Hiret 1500-1650 »

    5. En juin 1562 à Angers St Maurice.
      Baptême ,de Louÿs,fils de Marays,lequel Marays fut rompu…
      (AD Angers St Maurice B 1550-1596-(vue 137)

      Fils d’Hercule de St Aignan,sieur du Marais,rompu vif sur une croix sur la roue à Rochefort sur Loire en juillet 1562)

    6. Bonjour
      Le roué vif était Jacques de Saint-Aignan, petit-fils de Olivier de Saint-Aignan et de Jeanne d’Aubigné.
      Cette famille possédait le Marais en la commune de Faveraye, donc les de Saint-Aignan étaient « sieurs du Marais »
      Mais les récits des exploits du capitaine Jacques de Saint-Aignan, huguenot, lui attribuent des noms divers, entre autres :
      Desmarais

      Je retrouve plus de mention d’Hercule.
      Odile

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *