Pillage, réquisition : la dure loi subie par les populations en temps de guerre

Ce blog contient pas moins de 31 actes concernant les pillages commis par les troupes pendant les guerres de religion en Haut-Anjou. Ils sont tous dans une catégorie GUERRES DE RELIGION, que vous prenez à droite de l’écran quand vous êtes sur la base du blog (en cliquant sur le titre du blog et non de l’article du jour). Cette catégorie GUERRES DE RELIGION est une sous catégorie qui figure à HISTOIRE MILITAIRE dans le menu déroulant donnant toutes mes catégories.

Le pillage était pratiqué par Du Guesclin lui-même, les autres après lui.

On parle beaucoup ces jours-ci de Napoléon et Waterloo.
Pour ce qui est des troupes Napoléonniennes, vous avez même sur mon site le témoignage de Jean Guillot, frère de mon ancêtre Esprit-Victor Guillot, car j’en possède les lettres manuscrites écrites à sa famille depuis le front.
Vous pouvez lire les originaux, ou bien la retranscription.
Je vous recommande en particulier la lettre du 4 novembre 1813, expédiée de Trêves. Il explique fort bien ce qu’on prend à la population, jusqu’à son dernier boeuf, et malgré sa grande jeunesse (18 ans) il conseille à son père de garder ses grains, car leur prix va monter du fait que tout est pillé dans les régions traversées par les troupes.
Triste de lire que les régions épargnées vont pouvoir s’enrichir !!!
Dure loi du pillage !

Etant née avant la seconde guerre mondiale, j’ai beaucoup de souvenirs personnels de ce que l’on ne nommait plus PILLAGE mais REQUISITION.
Les requisitions étaient strictement imposées et contingentées pour toutes sortes de marchandises à commencer par les productions agricoles, mais elles pouvaient aussi toucher les voitures, pneus, etc…
Mon papa racontait encore longtemps après la guerre comment les Allemands avaient pris sa voiture.

Puis, j’ai été empochée dans la poche de St Nazaire, car j’étais réfugiée à Guérande. Je me suis rendue il y a 3 ans en mairie de Guérande pour faire des recherches dans les archives, et j’ai pu trouver les longues listes de réquisitions !
Il n’y a pas de jour dans ma vie où, lorsque j’entends les journalistes relater les guerres actuelles, je pense à toutes les privations et réquisitions endurées par les populations outre les destructions et assassinats.
Tout est tellement ancré dans ma mémoire qu’il est impossible de ne pas penser aux autres.

Si vous avez des actes concernant la période des troubles des guerres de religion, qui puissent venir augmenter les faits que j’ai déjà pu relever dans les 31 actes que j’ai fait paraître sur ce blog, merci de me les adresser pour parution. Il s’agit là d’un travail d’histoire, afin que personne n’oublie !
Cordialement à tous
Odile

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog

2 réponses sur “Pillage, réquisition : la dure loi subie par les populations en temps de guerre

  1. Bonjour

    Merci, vous avez en effet retranscrit beaucoup d’actes notariés ou ils étaient mentionnés ces exactions. La Ligue (des catholiques) s’en prenait elle qu’aux protestants et à leurs biens? , pillait elle simplement pour se nourrir ou par simple sauvagerie (comme quand, de nos jours, dans nos manifestations ou inondation, certains « opportunistes » essaient de s’enrichir en pillant les magasins longeant les cortèges ou les maisons inondées)

    Merci encore
    Stéphane

      Note d’Odile :

    Bonjour Stéphane
    Pour se nourrir.
    Par contre, à ma connaissance la majorité des protestants n’étaient pas des closiers ou métayers mais des d’une classe sociale plus aisée et ne voyez aucun motif religieux au pillage, c’est uniquement un moyen de se nourrir des troupes.
    et pas d’enrichissement perso.
    Par contre je suis mal placée pour vous répondre car je descends moi-même de Claude Simon qui, comme d’autres, dont La Fontenelle le breton dont j’ai l’ouvrage, oublièrent de se soumettre à Henri IV et continuèrent une vie de brigand pilleur, jusqu’à être soumis à la roue. Ce fut le cas du mien comme celui de la Fontenelle et bien d’autres, mais ce qu’on leur reprochait c’était d’avoir aussi volé les deniers du roi, ce qui est un crime bien plus grand que tout pillage de closier voire assassinat.
    Odile

  2. Bonjour

    Je suis d’accord avec vous concernant les protestants en Anjou (noble & Bourgeois des villes), mais les Métairies et Closeries appartenaient souvent à des seigneurs (Noble), en pillant les métayer et closier, ils pouvaient atteindre le seigneur des lieux.

    Nous avons tous des ancêtres qui ont dépassé « les limites », nous avons aucune responsabilité par rapport à nos ancêtres et je porte aucun jugement sur ceux ci.

    Bonne soirée
    Stéphane

      Note d’Odile :

    Bonjour Stéphane
    Je pense pour ma part que les troupes qui pillaient le faisaient uniquement sur leur passage lors des mouvements de guerre, et pour des raisons plus alimentaires.
    Pour vérifier votre hypothèse il faudrait reprendre tout ce que j’ai déjà trouvé sur ces dommages subis par les exploitants, et voir les noms des propriétaires.
    Bon soleil
    Odile

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.