Rue Maufumier (Craon), Rue des Fumiers (Nantes), Rue du Fumier (Paris)

Autrefois les rues étaient encombrées d’animaux. Outre les chevaux, les porcs vagabondaient et je pense aussi aux poules. Les villes avaient donc un Parc à fumier.

a Nantes, ce Parc à fumier, était du côté de l’actuelle rue des Olivettes et on y accédait par la rue des Fumiers, qui fut débaptisée le 27 octobre 1837 pour devenir la rue Marmontel, qui donne chaussée de la Madeleine. Je vous signale au passage qu’autrefois cette rue était donc extra muros et non intra muros, ce qui était déjà tout de même un soupçon d’hygiène. On devait donc transporter par les portes de la ville le fumier jusqu’au parc des fumiers, soit environ 1 km plus loin.

à Paris, on trouve la rue du Fumier sur les plans de 1760 et 1771, 1760 uniquement, en 1771 c’est la rue des Terres Fortes. Elle est devenue la rue Lacuée, dans le 12e

à Craon, je la trouve dans les partages Cohon, car après le décès de Guillaume Cohon sieur de Pinceloup, sans hoirs, suivi de partages collatéraux à ses frères et soeurs, c’est sa soeur Françoise Cohon, épouse d’Yves Hunault qui hérite de la maison sise à Craon rue Maufumier, où elle habitait à son décès, et demain je vous mets les partages de la succession de cette Françoise Cohon, elle aussi décédée sans hoirs.

J’ignore si la rue existe encore et sous ce nom, mais je suis persuadée que le fumier faisait l’objet de rues dans beaucoup de villes autrefois.

Je vous écris ce billet, car autrefois, on donnait des noms de rue très souvent basés sur l’activité dans la rue :
rue de la Poissonnerie
rue de la Tannerie
rue des chapeliers etc…

Mais aujourd’hui, beaucoup de petites communes se trouvent avec des rues non encore nommées et j’ai vu hier à la télé qu’on se remuait beaucoup pour leur trouver des noms, et qu’on s’orientait vers les noms de fleurs, moins sujets à discussion que les noms de célébrités.

Ah, les fleurs ! c’est un parfum, mais tout de même mieux que le fumier.

Odile

PS attention, je vous prévois bientôt un billet sur les vidanges des immondices humains, qui eux étaient intra muros jusqu’à Mellier notre maire qui fit mettre extra muros ces immondices. Enfin, il les fit juste jetter par dessus les murailles, ce qui était déjà extra muros !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *