Essai d’histoire de la Grandmaison : Méral 1670

Je descends des Marchandie, et ils ont très, très curieusement porté le titre de sieur de la Grandmaison.
Autrefois, j’avais même écrit mes doutes de la manière suivante !

La Grand-Maison en Mayenne : Astillé, vendue en 1827 par Mr Queruau-Tremblaie à Jean Journeau – Bazouge de Cheméré, closerie au Bourg, vendue par Jean Le Gros Sr de Boy-re Md à Château-Gontier à Denis Baudron curé de la Bazouge en 1729, qui revend à Antoine Halgrin tanneur en 1739 – Bazougers ; closerie à François Thoumin, avocat et entreposeur de tabac à Lassay, héritier de Jeanne Letessier veuve de François Letessier 1782 – Bierné, closerie au bourg vendue par Pierre Trochon de Château-Gontier 1752 – Bouchamps – Bourgon – Buret closerie à Louis Garot prêtre à Sablé 1731 – Cheméré-le-Roy closerie au bourg à Julien Aveneau Md fermier et René Paichard-Choltière mari de Anne Aveneau, héritiers de leur sœur Madeleine Aveneau 1740 – La Cropte – Jublains – Loigné Louise Rizard, veuve Peltier, y hérite de Radegonde sa sœur, femme de François Godivier, 1794 – Neau closerie vendue par Michel Mauduit à François Géhard 1786 – Quelaines – Saint-Berthevin les Laval à Jacques Duchemin avocat, fils de Jacques Duchemin de Villiers 1790 – Saint Brice métairie à Pierre Chaudet avocat à Château-Gontier du chef de Jeanne Leduc sa femme fille de Guillaume, Md à Chemeré, 1758 – Saint Charles la Forêt – Saint Denis d’Anjou closerie à Germain Géhard Sr de l’Oisillière Dt au château de Poligné, mari de Marthe Guesnier 1767 – Saint denis du du Maine, aussi nommée le Plat d’Etain – Saint Fort, y meurt en 1626 Pierre Houdebine fils de Jean et de Perrine Pinault – vendue par Gabriel Sourdille de Chambrezaie à Pierre Letessier Sr de la Gannerie en 1781 – Saint Georges le Fl. douaire d’Anne Bodrin veuve de N. Bouvet 1781 – Saint Isle – Saint Jean sur Evre, détruite ca 1865, closerie à Jean et François Chartier filleul de François Chartier Sr de Boisménard en 1742 – Saint Pierre sur Orthe – Exclues : Méral : 5 km S.O., fief, manoir, chapelle, aujourd’hui ferme, où 5 prêtres trouvèrent asile pendant la Révolution. En est seigneur Georges le Picard écuyer qui épouse le 12.9.1527 Guyonne Du Buat ; Jean Le Picard Sr des Châteliers époux de Marie Lihoreau ; Guy Le Picard 1610 – Louis Le Picard époux de Perrine de Scépeaux 1631 ; Marc de Bréon époux de Françoise Le Picard en 1661 ; Alexis Lancrau 1688 – Saint Sulpice, logis seigneurial acquis de Gilles Frezeau en 1489 par Guillemine de Quatrebarbes ; y demeure René de Q. en 1590 ; son fils Jean de Q ; en 1626

J’avais exclu précisément Méral, du fait que le seigneur était bien connu continuellement et ne pouvait être Marchandie.

Je trouve encore une même indication dans le décès suivant, qui tente encore à exclure Marchandie :

Saint-Poix, « le 26 mai 1670 damoiselle Marie Le Picart veufve de deffunt Jacques de Briant vivant écuier seigneur de Malabry, la Motte Boisrayer et autres, âgée de 75 ans ou environ, a esté ensépulturée dans l’église de St Pois par nous missire Yve de Villiers prêtre curé de Méral, où ont assisté Me Maurice Rivault prêtre curé de St Poix, Me Louis Girard prêtre sacriste dudit St Poix, Me Jacques Josset prêtre chapelain de ladite Motte Boisrayer, Me René Pavy prêtre chapelain de la Sousbrardière, (blanc) Margery aussi prêtre chapelain de la Grande Maison, et quant aux autres haute et puissante dame Perrine de Scépeaux dame de ladite Grande Maison, et noble homme René Grossart sieur de l’étanc et autres lieux, lesquels ont signé avex nous » (mais on n’a pas les signatures car c’est la grosse)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *