Destinée d’Alphonse de la Grange, chartreux expulsé de Nantes en 1791 avec ses frères

Vous trouvez la liste de ses frères Chartreux de Nantes expulsés en septembre 1791 sur le site http://www.infobretagne.com/auray-chartreux-religieux.htm sous la plume de Jh.-M. Le Mené, et la source (Archives L. 780) qui est probablement aux Archives de Loire-Atlantique. C’est la série de la période révolutionnaire à Nantes ?

Et vous constatez qu’on ne sait pas grand chose de leur destinée. Bien sûr ils étaient devenus des clandestins.

Il se trouve que j’ai trouvé le décès en Anjou d’Alphonse de la Grange, car il est décédé dans notre Anjou, dans une toute petite bourgade où manifestement il était caché, et comme cette bourgade nous tient à coeur, je viens vous en parler.
Car il s’agit de Gené, chère au coeur de ma grand mère maternelle, donc à mon coeur, et au coeur d’Elisabeth, pour ne citer qu’elle.
Donc voici Gené pendant la Révolution, preuve de catholicité de certains habitants !

Mais, comment Alphonse de la Grange a-t-il échoué à Gené ? Y avait-il un lien quelconque ?

Et d’abord, voyez son clocher typique, qui semble toujours dominer de beaucoup imposant, ce petit bourg, qui m’excusera de dire petit, car c’est pour y avoir été à maintes reprises, que je le sais petit car oublié des voies départementales, il n’est desservi que de voies municipales que j’avais bien du mal à trouver malgré la proximité du Lion d’Angers. C’était bien avant le GPS, que d’ailleurs je n’ai toujours pas, car pour aller faire mes courses je n’en ai pas besoin.

J’ai donc trouvé son décès à Gené en relisant mes notes prises autrefois aux Archives Diocésaines à Angers :

Il est donc décédé à Gené le 18 ventose V de la république au village de la Dauttrie à Gené.
Je n’ai pas vérifié où est ce village, et si ce décès se retrouve dans le registre officiel de la commune. A vous de le faire. Merci

8 réponses sur “Destinée d’Alphonse de la Grange, chartreux expulsé de Nantes en 1791 avec ses frères”

  1. J’ai trouvé sur internet le livre « Le diocèse de Nantes pendant la Révolution ». Il recense la liste des religieux de Loire Inférieure et leur destin au cours de la Révolution.Dans le tome 2, voici ce qui y est indiqué :
    LAGRANGE Alphonse de, ancien chartreux (couvent non indiqué), disparu de Nantes au moment de la cessation des appels nominaux au Département, c’est-à-dire le 6 juin 1792 ; demeurait chez son frère, Louis de Lagrange, rue Racan (acte de notoriété public du 4 fructidor an VI).
    Son frère Louis s’est exilé à Saint-Sébastien (Espagne) par le bateau Ville de Cadix.

    1. Bonjour Philippe
      Merci pour cette info, car je n’avais que Nantes comme retrait, puis plus rien, donc il n’était plus à Nantes le 6 juin 1792.
      Sans doute avait-il des amis en Anjou, car je ne vois pas encore comment il aurait eu un lien de famille en Anjou.
      Odile

  2. E.2710.Carton.-1 pièce,papier.
    XVIIIe siècle.-GRANGE(de La).
    -Note du feudiste Audouys sur la famille de La Grange,seigneur de Vernon,Passé,Vaudelenay,etc.
    (Série E-Titres de famille- AD de Maine et Loire C.Port.).

    1. Bonjour Madame
      Merci, je suis comme vous, je peux plus me rendre à Angers aux Archives Départementales.
      Mais c’est sans doute une piste ?
      Odile

  3. Bonjour Odile

    Effectivement , un mystère le décès de ce religieux à Gené …
    L’acte que vous citez est bien dans les archives en ligne P 90
    du registre départemental NMD 1791-AN VIII
    Le Hameau de la Daultrie est situé à l’Ouest de la commune près du hameau de la Beaudouinière ,
    section B2 du cadastre Napoleonien (Archives en ligne AD 49) Qui habitait aussi en ce lieu ,à la même période ,= ? c’est à rechercher …
    Les témoins ne paraissent pas habiter dans ce hameau , l’un habite dans le bourg et est souvent témoin , et l’autre est un voisin , habite la Beaudouinière ( recherche personnelle sur les registres)

    Jacques Barré l’adjoint au maire est un de mes grands (n) oncles, époux d’Etiennette Bellanger ,sœur d’ un ancêtre.
    Jacques Barré sera suspecté car j’ai trouvé un ordre de le conduire à Angers devant la commission militaire par l’agent de district de Segré, le 24 Germinal an II (sans doute le trouvait t-on trop tiède …) Il est qualifié de maire de la commune( AD 49 81 L 13) .
    Il s’en sort malgré la Terreur et l’horrible Commission Parein-Felix , je ne sais encore comment…
    En septembre 1794 la commune est décrite ainsi par les administrateurs du district de Segré
     » commune très aristocrate , municipalité faible ,ayant fourni environ 15 brigands (…)  » ( Gallica- L’Anjou Historique- Sept Oct 1907 ,p 117)

    1. Bonjour Elisabeth
      Je m’aperçois que j’ai oublié de vous mettre la liste des baptisés par ce prêtre, merci de patienter et je vais vous la publier car vous avez sans doute un ascendant sur cette petite liste.
      Les miens étaient au bourg et j’ignore de quel bord ils étaient durant cette période.
      Bon dimanche
      Odile

  4. Il est vraiment difficile de comprendre leurs sensibilités et opinions à cette époque extrêmement troublée et violente
    Exemple personnel :
    J’ai trouvé un ancêtre à Louvaines, agent national , qui ,avec sa municipalité ,dénonce des  » brigands  » au district le 17 Germinal An II ( AD 49 cote 81 L 13)
    Cet ancêtre a un neveu ,qui soupçonné d’avoir suivi les vendéens pendant la virée de Galerne , a été guillotiné à Angers un peu avant (AD 49 cote 81 L16). Il s’ était caché chez sa mère à Louvaines et était possesseur d’un faux passeport ,arrêté le 23 pluviose an II . l’oncle aurait-il aussi dénoncé le neveu ? aucune trace dans le dossier mais …
    (cela m’ a quand même bien émue d’avoir exhumée cette histoire… )
    Ensuite ,des membres de cette municipalité de Louvaines ( Beaumond , Trochon et le prêtre assermenté ) vont être eux même massacrés par les chouans le 25 septembre 1794 (Gallica Mémoires de la Société d’agriculture, sciences et arts d’Angers 1907 P 303)
    Mon ancêtre s’en sort et je suppose se réfugie chez son oncle …Jacques Barré à Gené ( car je le trouve ensuite témoin d’actes dans cette commune)
    Parallèlement la mère du guillotiné , inquiétée aussi , se retrouve ensuite chez son frère Coconnier…maire à Chenillé- Changé! elle est témoin d’un acte de naissance posthume d’un neveu , car le père ,un nommé Bechu, a été massacré par les chouans…

    1. Bonjour Elidaseth
      J’ai beaucoup travaillé autrefois cette période qui chez nous (Sud-Loire de Nantes) fut terrible, et par contre j’avais observé que beaucoup de sources, écrites a postériori, étaient plus ou moins exactes. J’avais donc écrit un ouvrage pour témoigner de mes observations. Il est sur mon site bénévolement : AUX SOURCES CITOYENS par Odile HALBERT et voici le lien.
      http://www.odile-halbert.com/Histoire/Citoyens/Citoyens_01.htm

      Bonne journée
      Odile
      PS je goûte une Nième fois ce jour aux joies de le copro : pas d’eau pendant 48 h

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *