La Roche-d’Iré, in « Histoire de la baronnie de Candé » par le Comte René de l’Esperonnière Angers, Lachèse Imprimeur, 1894, tome 2 page 521

de quoi, nous donnons auxdits religieux les présentes lettres scellées de nos sceaux, le …, du mois d’octobre de l’an de Notre Seigneur 1299 (1). »
Renaud d’Iré et Marguerite de Bailleul (2) eurent deux enfants :
1° – Renaut, qui paraît être décédé sans alliance au commencement du XIVe siècle.
2° – Ysabeau, héritière de la Roche-d’Iré. Ayant eu des difficultés avec les moines de Pontron au sujet de la rente de blé qui leur était due, elle conclut avec eux, en 1311, un arrangement dont les détails furent sécifiés dans les lettres suivantes :
« A tous ceux qui verront ces présentes lettres … Ysabeau, dame de la Roche-d’Iré, salut en nostre Seigneur … Sachent tous présents et avenir que comme concenz fust esmen entre moy Ysabeau, d’une partie … et religieux hommes et honestes labé et le couvent don Pont-Octron de l’autre, sur ce que lesdiz religioux demandoient à avoër diz et oyct septiers de seille (3) que je lour devaye de rente si comme l’apparoyssoit par lestres scellées dou seau de noble homme monssour Renaut d’Iré, mon père, et lesquels monssour Renaut d’Iré, mon frère, avoit conffirmées par lestres scelles dou seau de noble homme monssour Renaut d’Iré, mon père, et lesquels monssour Renaut d’Iré, mon frère, avoit conffirmées par ses lestres, si comme il apparoyssoit ; les quex diz et oyct septiers de seille, lesdiz religioux demandoient a avoër à la mesure de Candé qui coroit au tems de la date de ces dites présentes lettres… et je disaye que je ne les devaye pas payer à celle messure, quar elle estoit trop grevée… depuys que celles lestres de mon père avoient esté données … pour quez je disaye que je devaye pas payer celuy seille fors à la mesure ancienne, ne les errerages qui lour en estoient deuz … Après plusiours concenz et plusiours propousitions et atercacions de partie et d’autre, par conseil
(1) Archives départementales de Maine-et-Loire, H, 1444
(2) BAILLEUL (de) : D’hermine à la fasce d’or. (Roger, Armorial, mss 995)
(3) Dix-huit setiers de seigle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *