L’incroyable succession de Louise et Michel Maugars : Angers 1712 (3ème partie)

Toujours aussi incroyable, car ce partage a nécéssité 3 experts et non 2 comme d’habitude. Le troisième est nommé « tiers expert » et c’est Besnard. Sans doute nommé car on ne parvenait pas à s’entendre, en effet, les PV d’appréciation des 2 premiers experts donnaient des estimations différentes !!!

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 2E1966 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Suit le partage censif en 7 lots qui consistent en les héritages cy après qui ont esté appréciés par lesdits experts, en rentes foncières (f°7) rentes hypothéquaires, arrérages et rentes et sepmances, bestiaux et autres effets demeurés desdits deffunts sieur de la Bellangerie et Louise Maugars.
1er lot : la maison appartenances et dépendances appellée la Gloriette située au bourg dudit Cuillé ainsi qu’elle se poursuit et comporte, estables, cours, rues et issues en dépendant, et un jardin au derrière contenant 10 cordes ou environ, le tout joignant d’un costé le cimetière de la paroisse dudit Cuillé, d’autre cosé la maison et jardin de la chapelle du Rocher, d’un bout les appartenances de la cure dudit lieu et d’autre bout le grand chemin tendant dudit bourg à aller au bourg de Gastine ; Item un jardin enclos de murs au devant de la maison cy dessus, le chemin entre deux, contenant 12 cordes ou environ ; Item un pré appelé le Pré Montis près ledit bourg contenant 80 cordes ou environ, enclos de hayes (en marge : 850 livres compris le jardin enclos de murs et le pré appelé le Pré Montys) – Item une autre maison située audit bourg appellée la Grande Maison aliàs le Porche ainsi qu’elle se poursuit et comporte ses appartenances et dépendances, rues et issues en dépendant, un jardin au derrière de ladite appartenance, et un petit pré au bas, qui estoit cy devant un jardin, contenant ensemble 40 cordes ou environ, lesdites choses joignant d’un costé le chemin tendant dudit bourg de Cuillé à aller à Gennes, d’autre costé les appartenances du sieur de la Rotteière, d’un bout la grande rue dudit bourg, d’autre bout la terre dudit sieur Maugars advocat en parlement ; Item un pré contenant 50 cordes ou environ de l’autre costé dudit chemin dudit bourg de Cuillé à Gennes et tout ainsi que lesdites choses cy dessu sont spécifiées par le susdit procès verbal d’appréciation desdits sieurs Henryet et Fagottin sans rien en réserver et suivant les appréciations portées par iceluy ; Item dans la pièce des Grands Champs un canton de terre contenant tant en ce qui se laboure que en coustaux et dans un petit étang 4 journaux de terre ou environ ; Item dans la pièce des Mottays 3 loppins de terre labourable contenant ensemble 2 journaux et demi ou environ, et tout ainsi que lesdites 2 pièces de terre sont spécifiées par les susdits procès verbaux desdits sieurs Henryet et Fagottin et Besnard sans rien en excepter ni (en marge (240 livres par Henryet et 200 livres par Fagotin et 220 livres par Besnard) (f°8) réserver et suivant les appréciations rapportées par ledit procès verbal dudit sieur Besnard tiers expert, lesquelles dites deux pièces de terre composaient et estaient avant les présentes de la métayrie du Clos qui est à présent réduite en une closerie au moyen des présentes et comprises au 4ème desdits lots. – Item la somme de 106 livres 12 sols faisant partie de celle de 214 livres 3 sols 4 deniers à prendre et recevoir du propriétaire du lieu de la Réauté pour partie des arrérages qu’il doit de la rente foncière de 83 livres sur ledit lieu escheue le 1er juin de la présente année, et le surplus desdits arrérages est demeuré au 2ème lot – Item pour la somme de 92 livres de bestiaux à prendre sur la prisée des bestiaux qui sont sur ledit lieu du Clos après que ceux auxquels escheront les 3ème et 4ème lots auront pris ce qui leur en conviendra et ainsi qu’il sera dit cy après – Item la somme de 300 livres de principal deue à la succession dudit defunt sieur de la Bellangerie par Pierre Lebastard mari de Françoise Beasse fille de defunt Estienne Beasse et par Renée Beasse veufve Jacques Cherruau fils (sic, sans doute « fille ») de deffunt François Beasse et auparavant ladite somme estoit due à Jean Goussé sieur de la Coquerye laquelle dite somme est créée pour 15 livres de rente hypothéquaire annuelle et perpétuelle ainsy qu’il est rapporté par l’acte de cession de ladite rente faite par ledit sieur Goussé audit deffunt sieur de la Bellangerie passée devant Bulourde le 5 décembre 1685 par l’obligation dudit sieur Goussé passée devant ledit Bulourde le 4 mai audit an. – Item la somme de 20 livres de reste d’arrérages de 2 années de ladite rente escheues au jour et feste de Toussaint 1708 – Item la somme de 38 livres 15 sols pour 2 années 7 mois d’arrérages de ladite rente escheues au 1er juin de la présente année 1712 – A la charge pour ceux auxquels eschera le 1er lot de faire raison audit Lebastard sur lesdits arrérages de 30 sols qui luy sont deubz par ladite succession pour 3 journées qu’il a faites audit deffunt sieur de la Bellangerie. (f°9) – Item la rente de 10 livres deue à ladite succession sur le lieu de Grippe Housse situé paroisse de Fontaine Couverte possédé par Pierre Chazé admortissable à sa volonté pour 200 livres ainsi qu’il est rapporté par l’acte de vendition dudit lieu fait par ledit deffunt sieur de la Bellangerie audit Chazé passé devant ledit Bulourde le 9 septembre 1686. – Item la somme de 26 livres 13 sols 4 deniers pour 2 années 8 mois de ladite rente escheue le 9 juin de la présente année 1712 – Item la somme de 150 livres faisant partie de celle de 339 livres 7 sols pour partie des arrérages de la rente de 100 livres deue sur la métayrie de Villecourtoise à prendre et recevoir du sieur de Lantivy comme propriétaire de ladite métayrie. – Item la somme de 13 livres 14 sols 2 deniers pour arrérages escheus le 25 juin dernier de la rente de 13 livres 1 sol 8 deniers et le surplus des arrérages demeure au 5ème lot – Item la somme de 20 livres de principal que doit faire de retour audit présent lot le 7ème lot et cependant l’intérest à raison du denier vingt sans que la stipulation d’intérest puisse empescher ny retarder le paiement de la somme principal (en marge ; « monte en tout à 3 054 livres 4 sols par Henryet et 2 884 livres 4 sols par Duverger ») à suivre pour le 2ème lot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *