Comment font les Canadiens pour s’imaginer Panoramix cueillant le gui ?

J’habite en haut d’une tour à la vue splendide sur des milliers d’arbres de toutes espèces. Les mois de septembre à novembre, le spectacle est merveilleux, allant du magnifique bleu d’un grand cèdre à tous les jaunes, roux et verts, dans un immense mélange de toutes ces couleurs, et d’en haut je les vois illuminés de soleil. Je n’ai pas de mots pour vous exprimer cette splendeur.

Parmi les descendants de mes BODARD, j’ai reçu des Canadiens. L’un d’eux, venu en hiver, découvrit ahuri la vue du gui. Il me regarda stupéfait pour me demander ce que c’était.  Je vous mets la vue :

L’arbre que vous voyez est très, très grand, et à plus d’1 km de moi. Vous avez la brume de Loire en prime, comme chaque hiver. Chaque fois que je regarde ma vue, depuis tant d’années que ce Canadien fut si surpris à cette vue, je songe à cette surprise. Et, récemment, j’ai voulu en avoir le coeur net, et j’ai demandé au moteur de recherche où on trouvait du gui, et quelle ne fut pas ma stupeur de lire que le Canada n’avait pas de gui, et je comprends maintenant ce qui intriguait tant ce Canadien.

Je les plains de tout mon coeur, car je ne vois pas comment ils peuvent lire Astérix sans s’imaginier Panoramix dans sa cueillette de gui !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.