Carnet de guerre d’Edouard Guillouard 84° RIT : mai-septembre 1917


Edouard Guillouard (carnet de guerre) Fernand Leglaive (appareil photo)

MORVILLE – MASQUES – LUTTE ANTI-AÉRIENNE 

 

1er juin 1917 mardi Visite du capitaine, masques pour les gaz, nous faisons entretenir les jardins et tailler les arbres, c’est le printemps avec ses fleurs, l’aspect a beaucoup changé

[photos ci-contre à gauche : « septembre 1917 St Jacques, appareil Tissot » – à droite « Morville, l’aumonier lançant une grenade »]

2.5 mercredi Nous avons la visite de Mr Faineux qui paye la solde aux officiers et sous-officiers, dont le pauvre Goron

3.2 jeudi La patrouille qui se fait chaque nuit est un amusement, comme il n’y a rien eu, on va la nuit à Fichon comme de jour, malgré les recommandations.

La patrouille sortie à 1 h commandée par le caporal Canié, sergent Goron, marche en tête et reçoit en arrivant à Fichon des grenades boches, repli de la patrouille abandonnant Goron, la patrouille de la 1ère passe et retrouve le casque et la carabine.

On prend les positions d’alerte puis sans moncommandement on retourne à Fichon où on retrouve Goron qui avait été dévalisé par les Boches. On transporte le sergent et on l’envoi à Belleville où il meurt dans la journée. Rapport, relève dans la soirée.

[je comprends pourquoi le jour précédent il était écrit « le pauvre Goron », car je me demandais bien pourquoi ce qualificatif. J’y vois la marque que mon grand-père a recopié après la guerre ses notes quotidiennes et ainsi ajouté un petit commentaire]


4.5 vendredi Remise de décorations, le colonel pas content de l’affaire de la patrouille casse le caporal

5.5 samedi Enterrement de Goron à Belleville

[photos  « juin 1917, Morville, la place de l’église –  « juin 1917, église de Morville » en agrandissant on distingue Leglaive, le photographe qui se fait photographier]

6.5 dimanche Forêt de Facq, messe à la popote

7.5 lundi Messe en Forêt pour Goron, culots d’obus près de la chapelle, départ en permission avec Vetter en camion après Belleville. Dinons à Nancy

8.5 mardi Paris, déjeuner chez Mme Leglaive

9.5 mercredi Arrivée à Nantes 2 h 37

13.5 dimanche Excursion à Préfailles en auto

17.5 jeudi Ascension, Première communion d’Odette, départ de Nantes à 23 h 15

18.5 vendredi Diné près la gare de l’Est avec Chaussé, le frère de Mr Leglaive, Vetter nous rejoint avec son frère

19.5 samedi Retour par Nancy, voiture à Pompey, départ pour les tranchées dans la soirée, Morville

20.5 dimanche Morville, je commande la compagnie. Glorion organise l’ilôt du village, c’est le beau temps, Lecomte

[photo ci-contre : mai 1917, le lieutenant Glorion » dont il est souvent question dans le journal d’Edouard Guillouard. Il ne semble pas avoir barbe et/ou moustache contrairement à la plupart. Il fume un cigare, et c’est la seule photo de tout ce lot qui montre un fumeur, car je suppose qu’il n’était pas facile de s’en procurer.]

21.5 lundi Arrivée de nouveaux sergents Peuch, Vitou, Varo, Hemery

22.5 mardi Retour au cantonnement 24 h de retard Mr Leglaive ne reprend que le 23 le commandement de la compagnie

25.5 vendredi La Patrouille commandé par Charron rencontre les Boches, les repoussent, bombardement du village dont nous organisons la défense, lancement de fusées, mitrailleuses

[la photo ci-contre est un paysage, et Leglaive en a pris plusieurs. Il manifeste ainsi son goût pour la photo, « Mai 1917 Eply vu des tranchées de Morville »]

26.5 samedi Nous sommes félicité par les camarades, le soir Glorion et Vetter vont en patrouille mais aucun résultat

27.5 dimanche Un canon de 37 prépare un emplacement

28.5 lundi Fichon reçoit un sérieux bombardement

29.5 mardi Le canon de 37 vient faire des tirs

30.5 mercredi La période se termine bien, sans incidents

31.5 jeudi Le colonel me promet la croix de guerre

1er juin 1917 vendredi Messe dans la petite chambre du 1er

2.6 samedi Visite du commandant Lochereau, Sacré part en permission, Glorion le remplace à l’ilôt nord

4.6 lundi Relève par le 6e, Mr Eon vient voir et est peu rassuré, le premier peloton va à Mousson, côte très dure, mais le jour tranquille

6.6. mercredi Merveilleuse vue sur les environs et Metz par le beau temps, les hommes travaillent avec le génie aux sapes dans l’église par équipe de 8 h

9.6 samedi Promenade à Pont-à-Mousson, la patisserie, la ville en ruine

10.6 dimanche Messe à Atton, képi rouge, les journées se passent tranquilles mais beaucoup orages

12.6 mardi Remise de décorations par le commandant : Charron, Peuch, Lanhuton, Rambaud, Thibaudeau, Boilard, le commandant et Glorion déjeunent avec nous

13-15.6 Mousson, excercice de tir à la forêt de Facq F.M. et grenades, tout les jours pour les hommes disponibles, Laison des Frains

16.6 samedi Le 2e peleton est à SteGeneviève avec Glorion

17.6 dimanche Messe à Atton avec Mr Leglaive, Fête-dieu

18.6 lundi Déjeuné à SteGeneviève, Sacré de retour part pour la section agricole de Morey le 16

20.6 mercredi Tir d’artillerie de 145, aviation de réglage

21.6 jeudi Nous partons dans la nuit remplacer le 6e, Locord s’excuse et renie ses racontards près le colonel

22-30.6 Morville, repise des emplacements et de l’organisation de la patrouille à Fichon, les boches continuent à envoyer tous les jours une cinquantaine d’obus sur la ferme isolée, du 77, 88, 105 et même 150, mais par ailleurs rien. Les jours et les nuits se passent sans incidents, c’est la belle saison, les jardins de Morville nous donnent des fraises, des castilles, des groseilles, des framboises à notre popote où Glorion sert de tête de turc, Bigeard nous a laché, il n’y a que Carré, mais le bridge continue.

[photo « juin 1917 maison brulee »]

1er juillet 1917 dimanche Mr Leglaive fait des photos

2.7 lundi Nous avons la visite de l’aumonier divisionnaire

3.7.1917 mardi Mr Leglaive apprend par le général Alnaux qu’il est proposé pour la citation au corps d’armée

5.7 jeudi Construction d’un emplacement de F.M. dans le jardin du curé

7.7 samedi Affaire Fouché où de la 8e section Glorion Bloff Bœuf et deux autres Vivien et Gouraud sont cités

9.7 lundi On parle d’une relève prochaine

[photo ci-contre « juillet 1917 Mousson, l’église »]

10.7 mardi Le 20e corps remplace le 33e, le 146e arrive à notre gauche, remplace le 515 de la 88e DI

12.7 jeudi Morville, les officiers du 155e viennent visiter le secteur, départ du capitaine Massé, le capitaine Tardieux intrigue, tous les soirs grande activité d’aviation direction Nancy, Pompey, Fouard

13.7 vendredi Nous quittons sans regret Morville malgré la tranquilité, la relève arrive à 23 h 30, dans cette soirée les avions font rage avec leurs fusées

14.7 samedi Partis à 0 h 30, nous traversons la Forêt de Facq, avions nous survolent, en passant à Loisy un bombardement à Limey, nous arrivons à Marbache (18 km au S. de Morville) vers 6 h, mauvais cantonnement, petit déjeuné sur les cantines, après-midi malgré la fatigue remise de décoration au capitaine Leglaive

15.7 dimanche Messe à Marbache petit pays très agréable sur le bord de la Moselle, les permisions sont parties à 60 %, départ en masse mais on attend au 17 pour le train

[photo ci-contre « Juillet 1917, Sielon agent fourrier »]

19-24.7 Mr Leglaive part ainsi que Glorion, je reste seul à la Cie avec quelques sous-officiers et une trentaine d’hommes dont une partie employée aux travaux agricoles, nous allons chaque jour faire un peu d’exercice

[ci-contre : « Juillet 1917 Marbache »]

25.7 mercredi C’est un peu monotone, je fais popote avec le commandant et le jeune Carré, quelques parties de bridge avec le 2e

27.7 vendredi Retour de Mr Leglaive et Glorion

28.7 samedi Pêche dans la Moselle

29.7 dimanche Promenade à Morey voir Sacré, bonne réception

[ci-contre « juin 1917 Mousson »]

30.7 lundi Départ en permission

31.7 mardi Paris, promenade, visite à Chaussé

1er août 1917 mercredi Arrivé à Nantes, départ Bernerie

2-4.8 Bernerie

5.8 dimanche Préfailles

6.8 lundi Retour à Nantes

7-9.8 Nantes

[ci-contre « juillet 1917 Morville route de Portseille »]

10.8 vendredi Départ de Nantes

11.8 samedi Retour à Monjoie par Toul, capitaine commandant bataillon

12.8 dimanche Messe à Manonville

13.8 lundi Camp de Monjoie, le génie capitaine

14.8 mardi Thiery lieutenant, 20/3 méthode Hébert

« septembre 1917 l’Ache près de la cote de Montjoie »

15.8 mercredi Travaux de sape et terrassement

16.8 jeudi Les effectifs des travailleurs

17-25.8 Installation du cantonnement, nous revoyons nos anciennes tranchées de 1916 Lironville, StJacques, StJean, les travaux marchent bien, la 1ère est installée au cam avec territoriaux, le dimanche le génie fait des match de foot, nous entretenons les meilleurs rapports avec le capitaine Thiery qui nous fait faire une salle à manger

26.8 dimanche La distraction est de venir à la messe à Manonville, Glorion m’emmêne chez Lili, les tirailleurs occupent la contrée
ci-contre : St Jean (légende d’Edouard)

« septembre 1917, route de Manonville »

1er septembre 1917 samedi Arrivée du 2e bataillon à StJacques pour prendre les tranchées, je vois Poupaud, le capitaine Tardieux, coup de main sur Limey-Remenauville

4.9 mardi Nous continuons nos travaux et le génie nous promet qu’il n’y a rien de changé pour nous

5.9 mecredi Le commandant Lochereau part se faire soigner les dents à Toul, Mr Leglaive prend le commandement du bataillon, j’apprends dans la soirée que je suis désigné pour suivre les cours de commandant de Cie à Essey

6.9 jeudi Départ pour Essey-lès-Nancy (35 km S.O. de Manonville, proche Nancy) par Dieulouard, Marbache, le cheval fatigué, nous déjeunons à Pompey, grande appréhension des cours, arrivée à Nancy, promenade à Essey où je trouve le capitaine Desnoyers du 69e

7.9 vendredi Installation à Essey, chambre route des Saulxures, popote 101 grand-rue où je rencontre Thoumason du 95e R.I.T., déjeuné, conférence à 5 h sur l’organisation, promenade, appéritif à Nancy

8.9 samedi Equitation, pavois, organisation


9.9 dimanche Promenade Nancy, rencontre Péault, le capitaine de La Motte

10.9 lundi Cours équitation, le mardi conférences

12.9 mercredi Visite à Art-sur-Meurthe (7 km S. d’Essey), avions de reconnaissance et photos, projections

13.9 jeudi Equitation au Parc, sur le pont de Nancy

14.9 vendredi Cours, conférences

15.9.1917 samedi Déplacement à Velaine, Fraimbois (10 km S.E. de Lunéville), canon de 37, obus de 75, en auto par Luneville, retour à 1 h


16.9 dimanche Promenade, travail en chambre, toujours grande appréhension, mais beaucoup plus rassuré

 

[photo ci-contre « septembre 1917, Drillaud en Julie » Je suppose que c’est Vetter mais je n’en suis pas certaine car je ne sais pas s’il a aussi suivi ce cours]

 

17.9 lundi Equitation, cours, conférences

18.9 mardi Visite au champ d’aviation de Maxeville, plus de 180 appareils, peu d’amabilité des aviateurs

20.9 jeudi Visite à Saiserais section de topographie, croquis, cartes, aviation, chasseurs et observateurs

21.9 vendredi Cours, équitation, conférences

 

[photo ci-contre « septembre 1917 St Jean, service de la voie de 60 »]

22.9 samedi Cours, travail en chambre

23.9 dimanche Travail, messe à St Léon, promenade à Nancy

24.9 lundi Equitation plateau de Maxeville, pavois, descente

25.9 mardi Cours camouflage

26.9 mercredi Plateau de Maxeville

27.9 jeudi Cours, conférence, croquis panoramique

[ci-contre : Nancy, panorama pris de Saint Epvre. Carte postale envoyée le 2.9.1917 par Edouard]

28.9 vendredi Equitation, croquis

29.9 samedi Equitation, capitaine Lediberdière

30.9 dimanche Travail, messe, promenade à Nancy

[ci-contre : « avion Allemand Aviatik DRV 2 mitrailleuses, abattu par nos canons près de Hoéville le 26 septembre 1917 » C’est une carte postale envoyée par mon grand-père à ses enfants et il a écrit  : « un boche qui envoyait des bombes, nous l’avons fait dégringoler. Papa l’a vu tomber »

« juillet 1917 : lieutenant Léonardi, capitaine Leglaive, commandant Mazé, lieutenant Faincue, colonel Monier-Vinard, lieutenant Besson »

Mais l’appareil photo de Leglaive a capturé bien autre chose que des officiers.

La photo ci-contre est prise en « juillet 1917, la chatte de la cure ». 

Donc que ce soit Leglaive ou ses camarades, il est évident qu’ils parvenaient à acheter des pellicules photo et n’en manquaient pas.

Il est vrai que la femme de Guillouard avait vécue son enfant voisine du photographe Pervez à Nantes, et gageons que Leglaive connaissait aussi un photographe à Paris.

 

J 1002 (soit 2 ans 8 mois 28 jours) arrivée des masques à gaz
J 1126 : Edouard n’a encore jamais parlé de peur, malgré tout ce qui tombe autour de lui, mais manifeste soudain une « grande appréhension »,. Il est envoyé suivre les cours de commandant, se doute bien qu’il aura du mal à suivre, faute d’études suffisantes ,et craint de décevoir les supérieurs, qui l’ont nommé. Belle grandeur d’âme de ces hommes, que la peur de ne pas être à la hauteur de la mission qui leur est confiée !
L’offensive du Chemin des Dames échoue, causant de lourdes pertes… des mutineries s’ensuivent.

Télécharger l’original du carnet de guerre d’Edouard Guillouard

Je ne vous mets pas les vues directement car ce serait trop lourd pour visionner ma page, donc je mets seulement les liens, et cliquez pour télécharger :  début mai  1917  –  mi mai  1917  –   fin mai 1917  – 15 mars  1916  – début juin  1917  – fin juin  1917  – juillet  1917  –   août 1917  –   début septembre 1917  –  mi septembre  1917  –    fin septembre  1917

 

Les hommes du 84° RIT : cuisines, cuisiniers, ravitaillement, popote

Je retrouve quelques photos sur ce thème et je constate un véritable reportage sur la nourriture. 

photo Leglaive
tranchées du chemin de fer de Dainville, décembre 1914. Les cuisiniers de la 2ème compagnie

Au début de la guerre, manifestement, la nourriture n’était pas encore apportée par charette à cheval, mais à pieds.
J’avais cette photo dans le fonds d’Edouard Guillouard mon grand-père, mais ses photos étaient en vrac sans légende.

Aujourd’hui, j’ai la légende exacte de cette photo de Leglaive et je peux donc la déplacer de mon site et la mettre à la bonne date avec la bonne légende. Pour tout vous avouer, je n’avais pas compris que ce que portaient ces hommes c’était la nourriture ! Je m’en veux car j’aurais dû m’en douter, mais pardonnez-moi, je n’ai pas fait la guerre et je suis encore loin de m’imaginer ce qu’ils ont enduré.

[il y en tout 3 photos des cuisiniers du chemin de fer de Dainville, en décembre 1917, dont les 2 qui suivent]

 

 


Ils sont 15 hommes sur cette photo, je ne pensais pas qu’il fallait tant de monde pour faire la cuisine.

« mai 1915, soutien de Gastineau ». Les soldats mangent assis par terre.

« mais 1915, Bailleulmont, réception à la compagnie. » Je vois plus de bouteilles que d’officiers, et surtout je vois la photo précédente !

photo Leglaive « juillet 1915 ravin de Gastineau, cuisines de la compagnie »

Juillet 1915 ravin de Gastineau, cuisines de la compagnie (2ème vue assez semblable à celle ci-dessus)

photo Leglaive « février 1915 grand ouvrage »

La soupe chaude au Grand Ouvrage, dans les tranchées de Gastineau, février 1915. Je vois 2 porteurs d’un seau, manifestement la soupe chaude, et l’un des soldats de la tranchée tend sa gamelle.  C’est sans doute le nombre de porteurs qui était important pour les cuisines, et admirez la belle branche qui sert aux porteurs !

 

 

 

 

 

 

 

 

photo Leglaive

Ici c’est un seul porteur avec un seau, manifestement c’est l’eau du Crinchon, la rivière assez proche qu’on apporte à boire.

La tranchée a des meurtrières à gauche et toujours des claies pour étayer.

Les vêtements ne sont pas encore satisfaisants, et vous pouvez le constater sur toutes les photos de 1915.

 

 

 

 

 

photo Leglaive « mai 1915 la cuisine roulante de la compagnie »

photo Leglaive « mai 1915 Bailleulval »

Après le portage par hommes, ils ont manifestement une charrette roulante nommée « la cuisine roulante de la compagnie » dès mai 1915. Pourtant je ne comprends pas tout à fait cette photo car je vois une citerne, et à part de l’eau je ne vois pas la possibilité de mettre de la soupe dans une citerne. Mais au vue de la cheminée, on peut penser à une citerne chauffée donc la soupe chaude ?

« été 1915, ravin de Gastineau. Cuisines des officiers ». Je comprends que les officiers avaient une cuisine différente ? J’ai personnellement connu de telles différences sociales en usine dans les années 1960 encore, même en Allemagne chez Bayer à Leverkusen, et cela me choquait beaucoup, même si j’étais dans la cuisine « supérieure ».


février 1917, cuisine du Bois Rappont

et voici 2 cantines roulantes, qui montrent même le cheval.

toutes ces photos sont de Leglaive

« octobre 1917 ravitaillement du 1er bataillon du 84° RIT bas de la côte de Montjoie »

« avril 1917 Morville, la popote de la ferme isolée »

« mars 1917, Morville, la popote »

« Avril 1917 camp Watin – popote du bataillon » (photo et légende de Leglaive) Edouard Guillouard 2e à gauche, raie au milieu derrière une bouteille vide. Cette photo est plus largue que la moyenne.

« mai 1917, Camp Watin, cuisine de la compagnie »

« mai 1917, Morville, réception de l’aumonier divisionnaire »

« mai 1917, Forêt de Facq, Camp Watin, jardin de la popote » Les officiers étaient nourris à belle enseigne, même la pause journal.

« juin 1917, Mousson, cuisines » La porte en ogive semble porter une croix. Elle est très ancienne. Il y a aussi des caves sous cette maison ancienne.

« octobre 1917 Moulin Guibin PC bataillon popote »

Et si vous avez bien suivi mon affaire d’absence de légende, pensez-y pour vos photos, surtout les numériques, et donnez leur une légende, afin qu’un siècle plus tard, vos descendants puissent comprendre vos photos.


Edouard Guillouard (carnet de guerre) Fernand Leglaive (appareil photo)

Carnet de guerre d’Edouard Guillouard 84° RIT : décembre 1916-mai 1917


Edouard Guillouard (carnet de guerre) Fernand Leglaive (appareil photo)

BATAILLE de NEIGE dans LES BOIS : décembre 1916 – avril 1917

1er décembre 1916 Retour de Mr Leglaive de permission Han

2.12 samedi Proposition de mon invention lance V.B.
[j’ignorais que mon grand-père avait aussi l’esprit créatif, mais je suppose que son invention ne fut pas rentenue]

3.12 dimanche Permission à Domrémy, départ de Pagny, Vaucouleur, visite de la maison, grand-messe, l’après-midi visite de la basilique, rencontre capitaine Gallan et le capitaine du 81e, tué depuis à Brin

[les 6 photos ci-contre sont prises en février 1917 au cimetière de Han. 3 photos proviennent du fonds Guillouard, 3 du fonds Leglaive]

4.12 lundi Bruit de départ, reconnaissance du train

5.12 mardi Départ à 5 h, arrivée à Fouard, route jusqu’à la maison du garde par le froid et la neige, la pluie, les bottes

6.12.1916 mercredi Installation à la maison du garde

7.12 jeudi Travaux avec Leroux du 85e, pas de cantine, installation rudimentaire

8.12 vendredi Travaux, promenade à Atton (près Pont-à-Mousson, donc ils sont revenus 20 km plus au N.)

9.12 samedi Travaux, ordre de départ en permission en voiture à Fon, retour à Custines, en auto jusqu’à Champigneulles, en train à Nancy, départ à 8 h 30 pour Paris

10.12 dimanche Paris, visite à Luseau, déjeuner seul, visite à Chaussé, diner chez lui, train manqué, couché à Tours

11.12 lundi Tours, visite de la ville, départ pour Nantes à 15 h 30

 

[bataille de neige, à gauche Rdouard Guillouard]

19.12 mardi Départ de Nantes à 11 h
20.12 mercredi Paris, déjeuner chez Luseau, vu Chaussé, Mr et Mme Leglaive

[sans doute les parents de Leglaive, car Guillouard et Leglaive n’avaient certainement pas permission en même temps]

21.12 jeudi Retard de train, nous descendons avec le capitaine Jacob à Champigneulles, en auto à Pompey, puis la voiture nous emmène à Villers et Jeandelaincourt (20 km S.E. de Pont-à-Mousson), nous passons voir le colonel
22-23.12 Travaux de nuit à Jeandelaincourt
24.12 dimanche Messe à Jeandelaincourt, le soir réveillon avec Perin, Hervé, Jaunais, Tremelot, Paradis, Paury, Legard
25.12 Noël, messe à Jeandelaincourt
26.12 mardi Travaux de réseau, mauvais chemin, mais le travail à la tache
28.12 jeudi Commencement de l’instruction du F.M.
29.12 vendredi Projet et théories par escouade
30.12 samedi la Tuilerie de Jeandelaincourt

31.12 dimanche Messe par le curé de Jeandelaincourt, sermons, le 31 au soir la 1ère qui préparait un grand festin reçoit l’ordre de départ

carte IGN 2021

1er janvier 1917 lundi Réception à la Tuilerie de Jeandelaincourt des sous-officiers, visite à Moivrons au chef de bataillon qui s’excuse de ne rien offrir, déjeuner à la 2e, Perrin est très gai, le déjeuner copieux, Lebastard, Bigard, Faineu, Legard, Paradure. Le soir ordre pour les travaux par nuit noire, je prends un fameux bain de pieds près du bois d’Aulnois

 

 

 

[photo : Jeandelaincourt,  la gare, et ses toilettes Dames Messieurs, janvier 1917]

 

[les photos visite de la tuillerie de Jeandelaincourt démolie sont sur la page précédente]

2.1 mardi Reprise des cours de F.M., travaux
5.1 vendredi Bruits de départ qui se confirment, nous attendons les ordres qui arrivent dans la journée du 6
6.1 samedi Préparatifs
7.1 dimanche Départ à 3 h par la neige et le grand vent route par Leyr, Amance, Laître-sous-Amance, Laneuvelotte, Velaine-sous-Amance, Réméréville (25 km S.E. de Moivrons) où nous arrivons à midi. Cantonnement occupé par le 82e mal logé

8.1 lundi Baraques en planches, pays en ruines, visite des travaux
9.1 mardi Travaux à Erbéviller sous Amezule, champ de bataille des combats de 1914, tombes innombrables
10.1 mercredi Bruits de départ, cessation des travaux
11.1 jeudi Réméréville, attendons ordres de départ
12.1 vendredi Départ de jour pour Velaine, Amance, en vue de l’ennemi en arrivant à Leyr, cantonnement à Villers-lès-Moivrons
13.1 samedi Villers, très froid, neige
14.1 dimanche Grand-messe, le froid continue
15.1 lundi Mr Leglaive va reconnaître le nouveau secteur à Létricourt (10 km N. de Villers-lès-Moivrons)
16.1 mardi Installation à Létricourt, je déjeune avec les officiers du 26e capitaine 2 lieutenants et 1 sous-lieutenant
17.1 mercredi Létricourt dans la neige, poste de commandement dans une villa qui n’a pas souffert, le secteur est calme

18.1 jeudi Des obus sur le village

19.1 vendredi Bombardement du village, toujours la neige, le Ruisseau, le Parc, le Calvaire

21.1 dimanche La section du Parc prise à parti, 60 obus sur les abris, l’un s’effondre, deux obus malheureusement sur le Calvaire vers 10 h 30, résultat 2 tués et 15 blessés, dont un bras enlevé. Triste spectacle, les morts dans le poste avec les agents de liaison.

[En 2018, j’apprends qu’Auguste Henri LUCAS est l’un des 2 tués à Letricourt au 84E RI. et je mets au bas de cette page son dossier militaire, extrait de la base Mémoire des Hommes.]

Le soir j’apprends par dépêche qu’Odette est opérée de l’appendicite, je vais passer la nuit au Kiosque section du Ruisseau

22.1 lundi Permission accordée, je pars par Jeandelaincourt, obus sur la Tuilerie, passage à Oivrons, vu le colonel, voyage vers Nancy avec l’adjudant Penclier par Leyr, Faulx, Pompey, Fouard, Nancy

23.1 mardi Arrivé à Paris à 7 h, départ à 8 h, arrivé à Nantes à 15 h 30, clinique, diner avec Aimée

24 janvier 1917
[photo prise alors que Guillouard est en permission, et pourtant il avait conservé dans son fonds cette photo.

Leglaive avait écrit pour légende dans son albuml  « 24 janvier 1917 Létricourt, la Courtisane PC ». Je suppose que le PC était dans cette maison qui avait pour nom la Courtisane]

 

[photo prise le même jour « 24 janvier 1917  Létricourt. Je lis sur la borne « frontière 1 km », et je ne comprends pas car Létricourt n’est pas à la frontière ?]


[ce même jour 24 janvier encore 3 photos, dont l’une de l’église de Létricourt bombardée et détruite]

 

 

 

 

 

 

 

 

30.1 mardi Départ de Nantes à 23 h 30
31.1 mercredi Arrivé à Paris à 7 h, départ à 12 h, couché à Nancy

 

 

1.2.1917 jeudi Nancy, dévotion, Retrouvé la compagnie à Villers-lès-Moivrons, après une succession de déplacements, le froid continue

 

[photo ci-contre : en février 1917 au Bois Rappont, Edouard , à gauche, coiffé d’un béret chaud

 

 

 

 

2.2 vendredi Cantonnement, les sections vont reconnaître

 

 

« février 1917 Bois Rappont commandant Lochereau »

3-6.2 Départ pour Chambille, en réserve au Bois Rappont, le capitaine Tardieux commande le bataillon, nous remplaçons le commandant Blanchet et Glorion dans l’abri

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7-9.2 Séjour au bois Rappont, génie, dans la neige, par grand froid, la baraque mal chauffée, nous l’aménageons, mais le matin nous avons la barbe gelée

 

photo Leglaive « février 1917, Bois Rappont PC du bataillon » à gauche Vetter et avant dernier à droite Guillouard »

10-11.2 Promenade à Chambille et à Arraye-et-Han (4 km E. de Moivrons) tout petit village, petit cimetière, grande mine du château

(photo prise en février 1917 à Arraye et Han – Edouard Guillouard à gauche, puis le docteur Couronné et un infirmier)

12.2.1917 lundi Photos à Armaucourt, moulin de Chambille, la Seille

13.2 mardi Le feu au cantonnement de la 1ère, visite du général

14.2. mercredi Gallet, chasse au pigeon, canards en grande quantité

15.2 jeudi Reconnaissance des emplacements d’alerte, visite au Bois Ajoncourt

16.2 vendredi Construction de l’abri, la messe le dimanche dans cet abri

[photo ci-contre « février 1917, moulin de Chambille »]

17.2 samedi Travaux de génie, le client de Guenauvry

18.2 dimanche Vau du Luyl pris par capitaine Henri, sergent Goron

19.2 lundi Partie de bridge avec le commandant, nous faisons popote au C.R.

20.2 mardi Chasse au lièvre, installations de fil pour pièges (braconnage)

21.2 mercredi Instruction au F.M. devant les abris des hommes, les petits ânes

22.2 jeudi Exercice de fusées à Moivrons chez le colonel, photos avec les ânes

23.2 vendredi Relève par la 7e Cie

24.2 samedi Moivrons chez une petite veuve, popote avec le commandant, bridge, travaux des boyaux chaque soir

25.2 dimanche Remise de décorations, je commande le peloton, défilé dans les rues

26-28.2 Tir au F.M., travaux chaque soir

1-2.1917 Cantonnement à Moivrons, travaux tous les soirs, instruction au F.M., popote avec le commandant chez le capitaine Tardieux, le capitaine Kéler dégommé

3.3 samedi Rémulot retrouvé à Chénicourt (5 km au N. de Moivrons), Bardeau part en permission
4.3 dimanche Grand-messe à Moivrons, excursion au Mont-StJean
5.3 lundi Relève à Chénicourt où nous relevons Glorion et Rousselot, secteur tranquille

7-9.3.1917 Séjour à Chénicourt, chasse, froid, sur la route de Létricourt porte Nord avec les mitrailleurs, Bigard et le docteur de Marseille, popote au P.C.

(3 photos ci-contre : mars 1917 à Chénicourt, à gauche le bourg, à droite le clocher détruit, à gauche l’arbre dans le bourg)

10.3 samedi Chasse avec le fusil lance-fusées avec bouts de fil de fer
11-12.3 Bandes d’étourneaux pris aux filets, promenade sur le bord de la Seille, le commandant est décoré avec Perrin à Ajoncourt
13.3 mardi La 4e étant dissoute nous recevons des hommes

14.3 mercredi Sacré et Glorion, incident pour Michel

25.3 jeudi Le 83e RIT part sans avertir, promenade Létricourt
16.3 vendredi Relève par le 569, départ de la Cie à 11 h
17.3 samedi Route pénible par mauvais temps jusqu’à Pompey. Etant resté aux consignes, je pars avec Bigard, c’est en auto que nous arrivons à 16 h
18.3 dimanche Ordre de départ à 6 h par pluie, hommes fatigués, nous cantonnons à Manoncourt-en-Woëvre

19.3 lundi Départ pour Mandres-aux-Quatre-Tours (38 km O. de Moivrons) par Royaumeix. Par beau temps nous arrivons à Mandres, Glorion a préparé le cantonnement, village en ruine, il ne reste que le garde champêtre chez qui nous logeons

20-24.3 Reconnaissance des travaux qui commancent le soir de bonne heure à minuit, mais au bout de quelques jours le travail à la tache, ce qui permet de rentrer de bonne heure, les officiers y vont tous les 3 jours
25.3 dimanche Repos, grand-messe militaire, promenade avec Sacré
28.3 Reprise du travail le soir, on est bien logé mais très mauvais temps, pluie, on s’habitue à ce pays en ruines
29.3 jeudi Cessation du travail, bruit de départ
30.3 vendredi Mr Leglaive part en permission, Glorion aux cours, la voiture les mènent à Domèvre-en-Haye où se trouve le colonel
31.3 samedi Départ retardé au lieu de Manoncourt, nous partons à Tremblecourt (20 km E. de Mandres, par leur détour) en passant par Royaumeix, Manoncourt

« avril 1917 PC Morville »

1er avril 1917 dimanche Arrivons à 9 h, grand-messe des Rameaux à 11 h avec Sacré et Carré

2.4 lundi Tremblecourt, départ à 18 h pour Jezainville (près de Pont-à-Mousson à 25 km N.O. de Tremblecourt), hommes ayant bu, arrivons assez tard, route fatiguante

3.4 mardi Jezainville, attendons les ordres, les punitions Hucteau et Baly m’attirent les foudres du général Jaquet commandant la brigade

4.4 mercredi Une voiture nous emmêne reconnaître le secteur à la Forêt de Facq par Dieulouard, Atton. Rentré à Jezainville à 1 h 30, départ de la colonne à 6 h pour Morville-sur-Seille (13 km E. de Jezainville), route pénible par la montagne, Dieulouard, Loizy, Atton (soit un crochet par le sud qui a rallongé la route de plus de 12 km)

 

 

 

[Dieulouard :  le château sur les bords de la Bouillante, 1917 (photo formellement identifiée) Dieulouard est situé à 21 km N.N.O. de Nancy, aujourd’hui le château et l’église existent toujours, mais la Bouillante est un parking]

 

 

 

5.4 jeudi Nous arrivons à 1 h à Morville où nous remplaçons le 2e tirailleur Algérien du capitaine Forestier, inquiétude, hommes fatigués, la journée se passe bien, et nous nous installons. Ce n’est pas brillant, la popote est bien dans l’ancienne cure, c’est le PH isolé du C.R. de Dombasle à 3 km (près de Nancy)

6.4 vendredi saint 0n a pu se procurer du maigre, tout est calme, quelques rares 77 sur la ferme isolée. Un soldat de la 2e tué accidentellement à Fichan

7.4 samedi Visite du commandant Patigeau

8.4 dimanche Paulet à 14 h à Dieulouard, Bigard et Carré font popote avec la 3e, la journée de Pâques se passe sans incidents, on apprend que la relève se fera le lendemain lundi

 

9.4 lundi Visite de Locail de la 6e Cie, on prépare les consignes, visite du général Gallet et nouvelle organisation, Morville était composé de deux ilôts formant chacun point de résistance plus deux sections de mitrailleuses et un section d’infanterie détaché à Fichon ouvrage situé entre Morville et Port-sur-Seille. Après la nouvelle organisation plus rien à Fichon, le nuit une patrouille

[ci-contre : « la Seille à Ajoncourt, secteur de la 2e Cie, début 1917 »]

 

10-14.4 Nous retrouvons à la Forêt de Facq le capitaine Leglaive et Glorion, le camp … n’est pas mal, les hommes bien logés. Nous avons de bonnes baraques au bataillon la popote est très bien, avec un tableau des chasseurs

 

15.4 dimanche On célèbre la messe dans cette salle à manger, malgré qu’il y ait une chapelle en plein air, c’est le commandant qui répond la messe

[voici 5 photos du château de Dombasle, juin 1917]

 

16.4 mardi Le printemps commence à se faire sentir, quelques feuilles, une partie de la Cie est logé à .

 

17.4 mercredi Départ pour Morville, on reprend les mêmes emplacements. Glorion part en permission

 

19-21.4 Nous remplaçons le 6e, le système de patrouille à Fichon est assez dangereux et la Seille n’est plus aussi large

23-24.4 Les tranchées deviennent meilleures, quelques obus sur la ferme isolée, mais c’est peu de chose

 

25-26.4 Les travaux d’encerclement se font, une corvée vient chaque jour

27.4 vendredi Visite du colonel et du commandant L’Abbé Chanvelle vient dire sa messe le vendredi

 

 

28-30.4 Le bridge marche à la popote bien installée à la cure. Mr Sacré est à l’ilôt Nord Orangerie, maison brulée, Mr Glorion ne s’occupe de rien depuis son retour de permission

Plus de photos

J 973 (le 2.4.1717, soit 2 ans, 7 mois 29 jours) : tandis qu’Edouard se montre trop sévère avec les hommes ivres, il dit qu’il s’habitue à voir ce pays en ruines – Les États-Unis déclarent la guerre à l’Allemagne, et, 14 jours plus tard, Lénine arrive clandestinement à Petrograd,… pour faire la Révolution

·

Télécharger l’original du carnet de guerre d’Edouard Guillouard

Je ne vous mets pas les vues directement car ce serait trop lourd pour visionner ma page, donc je mets seulement les liens, et cliquez pour télécharger :  début décembre  1916  –  fin décembre 1916  –   début janvier  1917  – mi janvier  1917  – fin janvier  1917  – février  1917  – début mars  1917  –   fin mars 1917  –   début avril 1917  –  mi avril  1917   – fin avril   1917

Auguste Henri LUCAS

84° RI mort pour la France à Létricourt le 21 janvier 1917

selon Patricia Thiery : Bonjour, J’ai découvert récemment qu’un membre de ma famille maternelle avait été soldat dans le 84ème RIT. Il est mort le 21 janvier 1917 à Létricourt. La lecture du carnet de guerre de votre grand-père est très intéressante et m’a permis de comprendre le déroulement des événements. Dans son carnet de guerre, Edouard GUILLOUARD écrit à cette date : « résultat 2 tués et 15 blessés ». Pourriez-vous indiquer le nom d’Auguste Henri LUCAS comme l’un des tués ? Il avait 38 ans. Je vous en remercie.
Il semblerait qu’il ne se soit pas marié : aucune indication dans les actes d’état civil de la commune Les Epesses (Vendée). Son père décède en 1901 et Auguste devient soutien de famille auprès de sa mère, aîné de 10 enfants dont 4 décèdent en bas âge et 1 est morte née.
Son registre matricule mentionne la dispense accordée par le conseil de révision pour « soutien de famille ». Dispense annulée puis rétablie pour motif d’être « aîné de veuve ».
Les recensements de 1901, 1906 et 1911 l’enregistrent au domicile de sa mère, en qualité d’ouvrier agricole. Aucune femme n’est inscrite comme étant son épouse. Aucun jeune enfant qui pourrait être le sien.
Son frère cadet Joseph (né en 1888, 10 ans après lui) se mariera après la fin de la guerre. Auguste n’en aura pas la possibilité.
J’ignore où il a été inhumé. Aucune information à son sujet sur les sites Grand Mémorial et Mémoires des Hommes. Pour l’instant, je n’ai pas pris contact avec le Pôle des sépultures de guerre pour savoir s’il est dans un cimetière militaire de la région.

 

Carnet de guerre d’Edouard Guillouard au 84°RIT : table des matières

carnet de guerre d’Edouard Guillouard et photos de Fernand Leglaive

par ordre chronologique

août-septembre 1914
octobre-décembre 1914
janvier-février 1915
mars-juin 1915
juillet 1915-février 1916
mars-avril 1916
mai-novembre 1916
décembre 1916-mai 1917
mai-septembre 1917
octobre 1917-mars 1918
avril-septembre 1918

par thèmes

l’humour : voyez leur « muraille de Chine » en 1915
chapelle dans la tranchée de Gastineau, 1915
cuisiniers et ravitaillement
médecins, infirmiers, brancardiers
soutien de Gastineau, le repas, mai 1915
faire sa toilette
Les hommes du 84° RI fabriquaient aussi des claies
les tranchées de Gastineau, 1915
seulement 8 photos d’armes
popote chez Noiret en mars 1915
Bailleulval, mars 1915
ls posent sur le cheval de l’ordonnance, jouent avec les ânes et suivent des cours d’équitation !
Fernand Leglaive Paris 1878-1948 photographe de génie sur le front 14-18 au 84° RIT
Le lieutenant René Vetter, camarade d’Edouard Guillouard
François Perrin camarade d’Edouard Guillouard
Retailleau le tailleur, Brin le cordonnier
le sergent fourrier Sielon
les officiers, décembre 1914
Noms des hommes du 84° RI 14-18 selon le carnet de guerre d’Edouard Guillouard

 

Vous êtes sur le carnet de guerre d’Edouard Guillouard et photos de Fernand Leglaive au 84° RIT et il y a beaucoup de pages dont table des matières Edouard Guillouard (carnet de guerre) Fernand Leglaive (appareil photo)

Carnet de guerre d’Edouard Guillouard 84° RIT : mai-novembre 1916


Edouard Guillouard (carnet de guerre) Fernand Leglaive (appareil photo)

Nancy – forêt de Facq 

1er mai 1916 lundi Travaux un jour sur deux dans la forêt de Facq (près d’Atton)
[photo « Landremont, juillet 1916, les officiers de la 2ème compagnie » – il semble que Vetter soit le 3ème à partir de la gauche]
2.5 mardi Cantonnement Landremont, repos, visite chez Gouvy à Dieulouard, bien reçu, vu fabrication de pelles
[l’usine Gouvy fabriquait des outils et était manifestement un fournisseur de mon grand’père, qui était quincailler en gros à Nantes..Elle fonctionne toujours en 2021 et je trouve son site sur Internet, toujours dans la fabrication de pelles.]
3.5 Travaux en forêt
4.5 Cantonnement, repos, travaux de nuit au boyau près du village
5.5 vendredi Continuation du travail
6.5 samedi Quatre obus sur Landremont, temps très clair, belle vue sur Metz, le soir un coup de vent nous enlève quantité de saucisses (Drachen)
7.5 dimanche Repos au cantonnement, grand-messe
8.5 lundi Reprise des travaux en forêt
9.5 Repos, le soir travaux au boyau de Ste Geneviève
10.5 mercredi Continuation la nuit du boyau S.G.
11.5 Repos au cantonnement (Peche)
[photo à droite : « août 1916, PC de la 2ème compagnie » – Vetter assis à gauche]
12-13.5 Travaux aux boyau Landremont (Saiguin)
14-15.5 Repos au cantonnement Landremont
16.5 mardi Reprise des travaux en forêt etc…
21.5 dimanche Repos, nomination au grade de lieutenant Léonardi, Duneau, Panpéan, Perrin capitaine, sous-lieutenant Glorion, Grignon, Paradeuc
22.5 lundi Départ pour le cantonnement Ste Geneviève (à 4 km de Landremont), installation, nous sommes mieux qu’à Landremont
23.5 Travail en forêt etc…
28.5 dimanche Messe dans l’école, l’abbé Touvenin chanoine de Nancy
1er juin 1916 jeudi de l’Ascension Travaux aux environs de la maison du garde, quelques obus sur les cuisines, messe dans la forêt
2.6 Repos, travaux un jour sur deux
8.6 jeudi Retour par Loisy, bruits de départ
9.6 vendredi Attendons des ordres
10.6 samedi Ordre de départ à 23 h 30 de Ste Geneviève
11.6 dimanche de Pentecôte Arrivé à minuit à Ville-au-val, départ à 1 h 30 en auto, passé par Millery, Custines, Essey-les-Nancy, La-Neuvelotte (34 km au S.O. de Ste Geneviève) 6 h, pluie, pas de cantonnement pour les officiers, couché sur le grillage
12.6 lundi Travaux à 9 h par équipe de 8 h, déménagement et installation au rond Bout-Leillé avec la 1ère Cie Dujardin
13-18.6 Le mauvais temps continue, travaux par équipe de 8 h, les hommes sont occupés aux tenauement, nous avons des wagons en gare, les sergents ont des emplois de chefs d’équipe, le rendement du travail est très intéressant et donne satisfaction
19.6 lundi Mr Leglaive et Hervé vont à Nancy
20.6 mardi 1er voyage à Nancy avec Dujardin, très belle promenade, très belle ville, bon déjeuné, je commande un costume à la B.J. (la Belle Jardinière).
21.6 mercredi Pêche à l’étang de Brin
22.6 jeudi Retour de Tremelot à la Cie
23.6 vendredi Retour de Jaunais des bombardiers de Paul StVincent
24.6 samedi Gomin vient remplacer Dugardier à la 1ère
25.6 dimanche Messe dans les bois
26.6 Brouille avec Hervé
1er juillet 1916 samedi 2e voyage à Nancy avec Tremelot, obus sur la ville de Essey, les trains ne marchent plus, essayage du costume, Tremelot manque le rendez-vous et ne rentre que le lendemain
2.7 dimanche Messe dans les bois, bonnes nouvelles sur les journeaux de notre avance
13.7 jeudi Voyage de Mr Leglaive à Nancy
14.7 vendredi Fête Nationale, travail ½ journée, le Ct et le docteur viennent déjeuner avec nous
16.7 dimanche Travaux
17.7 lundi 3e voyage à Nancy avec Jaunais, déjeuner hôtel Dombale
18.7 mardi Travaux toute la journée, le soir à 22 h bruits de départ, ordre de départ à 23 h 30, départ à 1 h
19.7 mercredi Départ de la Forêt de Champenoux à 2 h, marche fatiguante sans entrainement, chargé au complet, arrivé à Montenoy à 9 h après avoir passé Lay-Saint-Christophe
20.7 jeudi Départ à 2 h pour retourner à Lay-Saint-Christophe où nous avons passé la veille, beau cantonnement
21.7 vendredi Départ de Lay à 7 h, arrivés à Pompey cantonnement difficile

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

22.7 samedi Visite des usines
23.7 dimanche Départ à 2 h, des autos emmènent les sacs, nous passons Saizerais, Tremblecourt et allons cantonné à Manonville (à 46 km N.O. de Champenoux, mais compte-tenu des retours en arrière ils ont fait 60 km à pieds en 4 jours)
24.7 lundi Manonville, Mr Leglaive va reconnaître secteur
25.7 mardi Revue du général Gerard commandant la VIII armée, le soir départ à 17 h 30 pour le camp de Monjoie
26.7 mercredi Départ du camp de Monjoie pour les boyaux de Lironville, Limey, à 7 h nous arrivons

[photos ; à gauche « août 1916, entrée d’une sape » – à droite 2 photos un peu différentes mais prises le même jour au même endroit « août 1916 dans un trou de mines »]

1er août 1916 mercredi La 4e Cie a 2 morts dans la nuit, 4 blessés T 104 avec Pétreau, capitaine Tardieux a le tympan crevé
5.8 samedi Relève par le 2e B. nous allons à Jacques, départ de Mr Leglaive en permission
6.8 dimanche Départ pour le cours de Toul (21 km S. de Manonville), grenadier, déjeuné avec Pétreau à Royaumeix où nous attendons l’auto jusqu’à 15 h, nous faisons connaissance des camarades du 83e Guillet, Leroux, Gabaude, dinons à la Cornerie


[photo  « août 1916, dans un trou de mines »]

7-10.8 Cours, lancement, théories, sortie chaque soir dans Toul
11.8 vendredi Visite à l’usine de Foug (quelques km E. de Toul)
12.8 samedi Déjeuné offert au capitaine …, fin des cours
13.8 dimanche Messe à la cathédrale de Toul, déjeuné avec Petreau, départ pour Royaumeix et retour le soir à StJacques
14.8 lundi Départ pour les tranchées à 2 h remplacer le capitaine Locard qui a eu la visite des boches et qui met quantité de chevaux de frise à l’emplacement Cie B.
15.8 mardi Retour de Mr Leglaive
16.8 mercredi Violents bombardements par torpilles
21.8 lundi Tremulot part en permission
22.8 mardi Attaque sur la droite
23.8 mercredi Relève par le capitaine Bouyer (qui est blessé peu après), cantonnement Manonville

[photo de Guillouard devant son abri le 2 septembre 1916, il donne lui-même la date dans son carnet]
24.8 jeudi Popote avec le commandant, bridge, Porie-Gouvin, je n’y joue pas
25.8 vendredi Chambre chez un débitant
26.8 samedi Exercice sur la route, lancement grenade
27.8 dimanche Messe à Manonville
28.8 lundi Le 7 et 14 en ligne envoient de nombreux blessés et morts
29.8 mardi Les enterrements tout le matin, l’aumônier
31.8 jeudi Départ à 5 h pour Montjoie (Ce camp était vraisemblablement situé dans le bois de Montjoie au SE de Lironville)
1.9.1916 vendredi Tranchée Cie A. T103 Grenade pomme de pain envoyé à Louis (Adrien Guillouard son frère était inventeur, tandis que Louis, autre frère gérait la fabrication des inventions, c’est l’usine ALG qui existe toujours mais à quitté Nantes)
2.9 samedi Photo à la porte de mon abri

 

3.9 dimanche Les premiers V.B.
4.9 lundi Deux soldats du 241 sont tués à Limey
5.9 mardi En soutien à Limey, enterrement des deux soldats
6.9.1916 mercredi Le colonel Maurice Vinard, la popote devant la croix de Limey, visite des ruines du village
10.9 dimanche Soutien de 2e position au S.O.L.
11.9 lundi Installation dans la baraque en planches
12.9 mardi Voyage à vélo pour prendre repas au bois de Bouchot (bois au NE de Lironville)
14.9 jeudi Installation au bois de Bouchot, Tremelot
15.9 vendredi Remplace le S.O.L.
16.9 samedi Bois de Bouchot, fin de saison
17.9 dimanche Noisettes
[photos « septembre 1916, les colombophiles au PC du 1er bataillon » – sur la photo ci-dessus le colombophile tient le pigeon dans ses mains]
19.9 mardi Nous montons en soutien à Limey
20.9 mercredi Léonardy m’apprend mon départ en permission
23.9 samedi Nous montons à la Cie A. en cours de route on rencontre un mort tué la veille 1e Cie, le secteur est pourtant beaucoup plus calme
24.9 dimanche Les compagnies sont appellées C1 P1 nouveaux dossiers de section et de compagnie
[photo  « Limey août 1916 »] 
26.9 mardi Mr Leglaive remplace le capitaine Jacob au commandement du Bataillon
27.9 mercredi Continuation des dossiers
28.9 jeudi Relève par le capitaine Maudet, nous partons à Menonville, le colonel commandant la brigade à Manonville, corvée du génie à le Gou de Domèvre, le sergent Chanon réprimandé
30.9 samedi départ le soir en permission par Toul, arrivé à 8 h à Paris

1er octobre 1916 dimanche Messe à la Madeleine, je n’y trouve pas Chaussé, départ à 8 h pour Nantes
2.10 lundi Arrivée à Nantes voiture Vallé
9.10 lundi Départ de Nantes à 11 h

[photos :  « août 1916 « le gars observant les tranchées boches » – et sur la seconde photo c’est Guillouard, mon grand-père, et ces photos sont vraisemblablement posées. Je suis très surprise de ne pas voir l’utilisation des périscopes pour regarder et uniquement les jumelles et la tête hors de la tranchée]

10.10 mardi Passage rapide à Paris, téléphone à Toul, couché chez Faineux à StJean, diné à Toul
11.10 mercredi Retour à Limey, tranchée Cie C3 P1
19.10 jeudi Relève, camp StJacques
28.10 samedi Relève aux tranchées Cie C2 P1
29.10 dimanche Distribution des capes en toile huilée, emplacement torpillé à 29

1er novembre 1916 mercredi Tristesse, ennui, parties de carte avec Goron et le caporal Fourrin
3.11 vendredi Relève, camp StJacques,
4.11 samedi La Cie est désignée pour l’instruction, exercice nouveau règlement
5.11 dimanche Exercice sans les prairies près StJacques
6.11 lundi Exercice près Manonville toute la journée
7.11 mardi Reconnaissance des emplacements
8.11 mercredi Relève à C3 P2, un homme de la 10e tué, les chasseurs (7e) de Gourion etc… font popote avec nous, secteur calme
10.11 vendredi Visite du prisonnier boche

11.11 samedi Je suis désigné pour les cours de Blainville, le soir couché chez Faineux à StJean
12.11 dimanche Départ le matin par le froid la glace, route mauvaise, arrivons à Toul puis Nancy, Blainville, déjeuné avec Dusseau au buffet de la gare
13.11 lundi Cours de grenadier Lieut.
14.11 mardi Cours de F.M. capitaine Hugue
15.11 mercredi Conférence intéressante du capitaine
16.11 jeudi Tir au F.M. facile et agréable
17.11 vendredi Manœuvre à Vitrimont, on se trompe de chemin

[photo  « septembre 1916, PC de la 2ème compagnie]

18.11 samedi Théorie sur le fusil, copie d’un cahier
19.11 dimanche Permission pour Lunéville
20.11 lundi Théorie sur le F.M., tirs
21.11 mardi Lancement de grenades et engins de tranchées
22.11 mercredi Lance-flamme, tir de nuit au F.M., Bouquet
23.11 jeudi Exercice à Vitrimont, le chien à Poitevin
24.11 vendredi Théorie et interrogatoire, bon souvenir des cours
25.11 samedi Fin des cours, couché à Nancy
26.11 dimanche Nancy, départ pour Pagny-sur-Meuse (25 km S.O. de Manonville)
27.11 lundi cantonnement et repos à Pagny
28.11 mardi Exercice dans les champs, peu d’hommes
29.11 mercredi Bien tranquilles, mais peu de confort
30.11 jeudi Il fait froid dans la chambre



J 818 (2 ans 2 mois 26 jours) : arrivée des capes huilées – Le 3 novembre 1916, le fort de Vaux est repris et Joffre peut proclamer « les Allemands ont perdu la bataille de Verdun »

Télécharger l’original du carnet de guerre d’Edouard Guillouard

Je ne vous mets pas les vues directement car ce serait trop lourd pour visionner ma page, donc je mets seulement les liens, et cliquez pour télécharger :  début mai  1916  –  fin mai  1916  –   début juin  1916  – fin juin  1916  – début juillet  1916  – fin juillet  1916  – août  1916  –   début septembre 1916  –   fin septembre 1916  –  octobre 1916  –   début novembre 1916  – fin novembre   1916

Faire sa toilette au front au 84° RIT 1914-1918

Photo Leglaive

Avril 1915 – tranchée de Gastineau : le lavabo dans la tranchée. Cliquez sur l’image pour zoomer et vous verrez que le soldat à gauche tient un rasoir dans sa main. Et à droite, c’est Edouard Guillouard, mon grand-père, alors père de 3 enfants, mais avec lui il y en avait qui avaient 4 enfants.
Rappelez-vous qu’à cette époque l’eau courante est rarissime, ce sont les débuts de l’eau courante et uniquement dans les grandes villes. On ne connait que la cuvette sur une table alors appelée « lavabo ». J’ai personnellement vécu l’absence d’eau courante durant mes études et j’avais au 2ème étage mansardé une « table lavabo » en marbre avec une cuvette en faïence, et un broc et un sceau hygiénique, que je descendais chaque matin, puis remontait le soir propres.
Voici la définition exacte du lavabo en 14-18 : Dictionnaire de la langue française (Littré). Tome 3 [ 1873 ] Meuble de toilette pour se laver, garni d’une cuvette et d’un pot à l’eau.

« mars 1915, Bailleulval, coiffeur et barbier »
« Aout 1916, au PC de la 2ème compagnie, la toilette » (2 photos)

« mai 1917, Morville, l’heure du tub »


Edouard Guillouard (carnet de guerre) Fernand Leglaive (appareil photo)