marchand ciergier ferronnier, Angers, 1653, inventaire

A Angers, les fabricants vendeurs de chandelles, appellés ciergiers, avaient diversifié leurs ventes par le métal.

Nous avons vu la dernière fois la naissance du commerce de détail du verre et de la confiserie, en 1653. A cette date, on trouvait depuis longtemps du métal dans la boutique du marchand ciergier ferronnier.
Comme son nom l’indique, le ferronnier vendait d’abord le fer : fer plat, essieux, cercles pour tonneaux, et même tout ce qu’il fallait pour souder. Il ne fait pas les instruments ménagers encore vendus par les quincaillers colporteurs.
Mais certaines nouveautés étant apparues, il s’était encore diversifié.
Il vend des carreaux (ancêtres des vitres), mais aussi le plomb alors indispensable pour monter ces carreaux dans les fenêtres (quand elles avaient des vitres, souvenez vous de l’histoire des vitres).
Une autre nouveauté (qui va valoir à ce billet les honneurs des moteurs mouchards d’internautes dangereux) est apparue : l’arme à feu. Il vend donc du plomb pour faire les munitions. Et puis, dans la même gamme de produits, il vend carrément la poudre à canon. Son magasin était donc assez dangereux en lui-même par son stock !
D’ailleurs il vend également des produits pour artificiers !
L’inventaire de sa boutique en 1653 permet de reconstituer ce qui précède.
Il achète directement au fabricant. Nous verrons dans un prochain billet, que comme pour le verre, le fabricant vient à Angers proposer et vendre sa marchandise directement à ces marchands.
Certains marchands ciergiers ferronniers s’enrichissent assez pour acquérir des terres, ainsi les Mauvif de Montergon à Brain-sur-Longuenée. Plus généralement, ils ont issus de milieux notables.
Tout ceci, comme mes autres billets, relève de mes travaux aux archives, et relève de la propriété intellectuelle. Merci aux pilleurs de cesser de copier mes travaux sur les autres sites et blogs.
Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet seule une citation ou un lien sont autorisés.

Confiseries de Noël en emballage de verre, fabriqué par Louis de Mesenge

En 1633, Louis de Mésenge, natif de la Ferrière-aux-Étangs, gentihomme verrier à la Plesse à Précigné (Sarthe, à 50 km N.N.E. d’Angers) livre pour Noël des boîtes à confiture.

Dans les innombrables actes notariés que j’ai dépouillés, j’ai eu une faiblesse pour les inventaires après décès, pour l’immense témoignage qu’ils livrent sur les intérieurs et les modes de vie du passé.
Alliant ma passion pour le verre et les verriers, à celle des inventaires, j’ai constaté, parfois avec quelque étonnement, la très faible pénétration des objets usuels en verre au 17e siècle en Anjou. Ils étaient un objet de luxe, réservés à une élite, car en fait, point d’usine, mais uniquement quelques ateliers de verriers fort rares et éloignés. Voir mon billet « ouvrons les fenêtres »
Aussi, la découverte d’une vente de tels objets rares, parmi les actes notariés, fut pour moi un joie sans pareil !

Voici l’acte :« Le 8 novembre 1633, Dvt Claude Garnier Nre Angers, Louys de Mezange, écuyer, Sr du Pont Dt en la paroisse de Présigné au lieu seigneurie de la Plesse, vend à Françoise Tribouillard marchande de verrerie, veuve de Mathurin Lapert Dt à Angers la Trinité, le nombre de quatre cents fais de verre bons et marchands assortis partie de verre à boire, de mascaron, verre commun, boîtes à confitures et verres de deux cents bouteilles d’un quart qui auront le col court et grande embouchure, le tout provenant de la verrerie dudit lieu de la Plesse, que ledit Sr du Pont promet livrer en cette ville d’Angers à la boutique de ladite Tribouillard chacune charge assortie tous les 15 jours, jusqu’à la parfaite livraison pour le prix de 200 L qu’elle promet payer en l’acquit dudit vendeur à h. h. René Guyet Sr de Fromentière marchand à Angers à Noël Prochain. »

Françoise Tribouillard, dont le nom vient du verbe tribouler : troubler, agiter, est effectivement une grande agitatrice, et pour tout dire, une révolutionnaire. A mon avis, elle vient de lancer la trêve des confiseurs, et, à ce titre, elle mérite une place dans l’Histoire avec un H.
En effet, l’acte stipule que la marchandise doit être livrée avant Noël, donc il s’agit pour cette commerçante hors norme, de vendre pour Noël !
En 1633, le sucre lui-même est une nouveauté, et tout fruit avec du sucre est appelé « confiture », alors que nous distinguons aujourd’hui confiserie, fruit confit, confiture.
Noël 1633 est une date dans l’histoire du sucre. En effet, c’est le 27 novembre 1632 qu’un arrêt de la Cour accorde aux épiciers le privilège de la vente exclusive du sucre, confiture, sirops, dragées…
Auparavant, le sucre était le privilège exclusif des apothicaires. Il fut d’abord paré de vertus médicamenteuses, mais d’aucun avait remarqué son petit côté gourmand ! Le monopole de la vente du sucre, fort lucratif, fut alors à l’origine d’une longue querelle entre apothicaires et épiciers, chacun voulant le monopole pour sa chapelle.
Ainsi, c’est dans ce joli quartier de la Trinité à Angers, qu’on nomme aujourd’hui la Doutre, où tant de maisons à pans de bois arborent avec fierté leurs 4 siècles, voire plus, que ce fit en ce Noël 1633 une immense révolution des modes de vie à Noël.
Mais, cette révolution ne fut pas la seule. Françoise Tribouillard lance aussi l’emballage : le récipient en verre pour confiture ! Vraiement, cette Françoise Tribouillard était une visionnaire : deux innovations en 1633, la confiserie à Noël et l’emballage en verre !
PS : Merci à Monsieur le maire de Précigné, et à tout autre lecteur de ce billet, de ne pas l’imprimer ou le rééditer, mais de signaler seulement son existence à ses administrés, en leur conseillant la visite de ce blog. Car, bien trop de maires du Haut-Anjou, ont abondament imprimé et diffusé, tuant mon site, or, ce site doit vivre, et pour vivre il doit tourner dans la guerre des clics qu’est Internet. Merci de le comprendre.

Joyeux Noël, Merry Christmas, Frohe Weihnachten !

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet seule une citation ou un lien sont autorisés.

Provision d’office de notaire royal

Elles sont conservées aux Archives Nationales à Paris : depuis 1641, lacunes importantes au début.

Patrick Huguet me demande « Ma branche directe est composée d’une longue liste de Notaires Royaux, imperiaux… De 1180 environ à 1470 tous à Moissat 63 et Billom 63. Je voudrais remonter plus haut, j’ai interrogé les AD du 63 qui vont rechercher mais me laisse peu d’espoir, la chambre des notaires de 63, le château de RAVEL ou Philippe le Bel à sevit… Pour l’instant sans succes. Existe il d’autre piste soit au niveau national ou local ? »
Merci de me signaler l’oubli de ces provisions dans ma page sur les Notaires. Je viens de réparer cette lacune, grâce à vous.
Les fonds cependant ne couvrent pas les périodes qui vous intéressent. Il semblerait que le Puy-de-Dôme soit riche en archives pour permettre de remonter en 1180 des notaires !
Pour l’Anjou que je maîtrise, rien ne permet de remonter au-delà des années 1520 environ, quand on y parvient, et au bout de très longues années de labeur et aussi parfois de chance.
Mes travaux personnels s’arrêtent toujours lorsque les preuves, c’est-à-dire les documents d’archives originaux, se tarissent. Vous ne voyez donc aucun de mes ascendants remonter au-delà de 1500 environ, et encore, lorque j’y parviens. J’ai pourtant la chance de pouvoir consulter les archives notariales du 16e siècle, en partie conservées à Angers, alors qu’à Nantes où je demeure, elles commencent seulement un siècle plus tard !
Les notaires Angevins sont sans filiation continue, à quelques rares exceptions près, et encore de père à fils, fort rarement jusqu’à petit-fils. Les notaires, comme tous les notables, visaient le plus souvent pour leur fils une ascencion sociale, et le notariat n’est qu’un étape de cette ascencion : beaucoup d’offices sont plus importants.

Crespin d’Anjou… et de Provence

Les Ducs d’Anjou, Comtes de Provence, ont entraîné des Angevins dans leur suite.

Raymond Ripert me signale :

« qu’une stèle de l’église collégiale de Tarascon (Bouches du Rhône) représente un chevalier armé de toutes pièces et dont la légende stipule qu’il s’agit de Guillaume CRESPIN de la ville de Château-Gontier en l’évêché du Mans, Capitaine du château de Tarascon, décédé le 25 juin 1440. Guillaume fut Gouverneur du château (construit en 1400 par le Duc Louis II et propriété des Comtes de Provence) sous Louis III et le Roi René. Il portait, semble-t’il, suivant les armes gravées sur la stèle « d’azur à la bande d’or, à trois roses placées en bande 2 et 1 de même. Malheureusement je n’ai rien trouvé sur son ascendance ou sa descendance. J’ai relevé aussi que Robert CRESPIN, Conseiller du Comte de Provence, est viguier de Marseille en 1471 et 1473. »

A la Révolution, l’Anjou a été amputé d’une partie Nord au profit du « département de la Mayenne ». Ce sont donc 2 centres d’Archives Départementales qui pourraient détenir des sources éventuelles… non disponibles lors des études précédentes. Je pense cependant que s’il existe des sources éventuelles c’est aussi bien en Provence…
La famille Crespin, noble, qui vit dans la région de Château-Gontier au 15e siècle, a été étudiée par le plus grand érudit de la Mayenne, l’abbé Angot, et je cite les bribes qu’il a retrouvées dans mon étude Crespin en ligne, en mentionnant duement ma source. Si cet érudit n’a pas donné le lien de cette famille avec la Provence, c’est qu’il ne l’a pas rencontré dans les Archives de la Mayenne à la date de ses travaux, fin 19e siècle.
La famille Crespin du Maine-et-Loire, pour sa part, a été publiée par Bernard Mayaud, Angevin, et ne donne rien de plus sur d’éventuels liens en Provence.

Moi-même, j’ai étudié les CRESPIN dans les deux départements de Mayenne et Maine-et-Loire, depuis plus de 25 ans, dans les notaires et chartriers, à fonds, et ce d’autant plus que je descends moi-même d’un CRESPIN des environs de Château-Gontier, aisé, qui aurait fort bien pu être un cadet de famille noble, mais aucune source ne permet d’étayer cette hypothèse qui reste donc totalement vaine.

Enfin, le patronyme CRESPIN est très répandu. Mon interlocuteur lui-même n’a fait aucun lien côté Provence entre les Angevins d’origine et ses CRESPIN.
Il est donc vain de vouloir tenter des recherches historiques plus poussées sur ce point. D’autant qu’il s’agit là de toute autre source que les notaires ou chartriers, que j’ai coutume d’exploiter et maîtrise. Je ne me lancerai dans aucune recherche plus poussée que la mienne sur les CRESPIN, laquelle a duré 25 ans et je l’estime complète.

Compte-tenu du vol de mes travaux sur Geneanet et autres bases de données marchandes, JE NE FAIS PLUS AUCUNE RECHERCHE A LA DEMANDE. Le vol tue la création et la recherche ! Voilà ce à quoi les voleurs sont parvenu. Veuillez vous en prendre à eux, ils peuvent être fiers d’eux !

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog et non aller en discuter dans mon dos sur un forum ou autre blog.

Saint-Gatien, honoré le 18 décembre

Chapelle de Juigné-sur-Loire, cathédrale de Tours : Saint-Gatien

Autrefois, une chapelle Saint-Gatien, détruite au 16e siècle, joignait les carrières dans le bourg de Juigné.

Saint-Gatien, cathédrale de Tours
Saint-Gatien, cathédrale de Tours

La cathédrale de Tours, primitivement dédiée à Saint Maurice, porte depuis le 14e siècle le nom de son premier évêque, Gatianus, qui évangélisa la Touraine à la fin du 3e siècle.
Le prénom Gatien fut parfois à la mode en Anjou, avec ses variantes Gratien, Gratianne…
Je me souviens avoir mis fort longtemps dans mes débuts, avant de réaliser que toutes ces variantes n’étaient qu’un seul et même prénom. Ainsi, il est porté au 16e siècle chez les Gallisson, et nous en reparlerons.

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet seule une citation ou un lien sont autorisés.

Complément ajouté le 8 mars 2009 :

GATIEN (saint), Gatianus, premier évêque de Tours, un des missionnaires envoyés de Rome dans les Gaules avec saint Denis de Paris, par le pape saint Fabien, vers l’an 245, fit de Tours le principal théâtre de ses travaux apostoliques et y fixa son siége épiscopal. Il convertit un grand nombre d’idolâtres qu’il réunissait, pour la célébration des saints mystères, dans des lieux souterrains, pour se soustraire à la persécution.
Souvent il fut obligé de se cacher lui-même, non qu’il craignit de donner sa vie pour Jésus-Christ, il soupirait au contraire après le martyre, mais parce qu’il voulait se réserver pour son troupeau.
Il mourut sur la fin du IIIe siècle après cinquante ans d’apostolat, et son tombeau fut honoré de plusieurs miracles.
Saint Martin, le plus illustre de ses successeurs, y allait souvent prier.
La cathédrale de Tours porte, depuis le XIVe siècle, le nom de saint Galien, et ses reliques, après plusieurs translations, furent brûlées par les calvinistes en 1562. — 18 décembre. (Dict. hagiographique des saints, abbé Pétin, Encyclopédie Migne, 19e siècle)

    Voir Tours, ville d’Art et d’Histoire
    Voir la cathédrale de Tours sur le site officiel de la ville de Tours
    Voir le site du diocèse de Tours

Origine du patronyme Talourd

Le patronyme Talourd est un nom de lieu d’origine.

Le patronyme Talourd est un nom de lieu d’origine.
Il ne figure pas dans le dictionnaire étymologique des noms de famille, de M.T. Morlet, 1991
Voici les noms de lieu rencontrés : Talourre, Groissiat (Ain, 01), Talours, Saint-Gerrnain-les-Paroisses (01), Rocher de Talourd, Saint-Rambert-en-Bugey (01), Talourd, Angrie (Maine-et-Loire, 49), Bas Talour, la Pouëze (49), Guemo Talour, Grand-Champ (Morbihan, 56), la Talourdière, Saint-Mesmin (Vendée, 85)
Le patronyme est présent en Anjou, et c’est à Angrie et La Pouëze qu’il prend ses racines. J’ai dépouillé ces deux paroisses à l’origine de leurs registres paroissiaux, et je l’y rencontre.
Il est donc certain que le patronyme a pour origine ces noms de lieux. Il en est sans doute de même dans les autres départements ci-dessus, que je ne connais pas.

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet seule une citation ou un lien sont autorisés.