Carte postale : voyelle E

voyalle Avoyelle Evoyelle Ivoyelle Ovoyelle uvoyelle Y

Nous continuons dans les 6 voyelles !

Je me souviens, non pas des bottines, mais des galoches d’après guerre, à la grosse semelle de bois armée de fers aux deux extrémités, très bruyantes, et au cuir tellement épais qu’il faisait tous les enfants les uns après les autres.

voyelle E
voyelle E

Collections privées – Reproduction interdite, y compris sur autre lieu d’Internet comme blog ou site

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet seule une citation ou un lien sont autorisés.

Vente d’une closerie à Brain-sur-l’Authion, 1575, par Buscher, parcheminier à Angers

Je m’intéresse au patronyme Buscher, mais ici ce ne sont pas les miens, hélas !
Celui-ci a un joli métier : parcheminier. C’était un artisan très qualifié, et je pense qu’Etienne Toisonnier en cite un, c’est à dire digne de figurer dans son journal bougeoisement élitiste.

  • L’acte notarié qui suit est extrait des Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E5
  • Voici la retranscription exacte de l’acte : Le 3 mai 1575, en la court du roy nostre syre à Angers endroit par davant nous Denys Fauveau notaire d’icelle personnellement establiz honnestes personnes Françoys Buscher marchant parcheminier et Perrine Dupin sa femme de luy suffisamment autorisée par davant nous quant à ce, demeurant en ceste ville d’Angers paroisse Saint Pierre, soubzmettant chacun d’eulx seul et pour le tout sans division de personne ne de biens eulx leurs hoirs confessent avoir ce jourd’huy vendu quicté cedé delaissé et transporté et encores vendent quitent cèddent délaissent et transporten des maintenant à honnestes personnes Me René Gaultier greffier, fermier de la sénéchaussée d’Anjou, et Perrine Fugrer sa femme demourant audit Angers paroisse saint Michel du Tertre à ce présents lesquels ont achapté et achaptent pour eulx leurs hoirs
    c’est à savoir une chambre de maison tant haut que bas en laquelle y a ung four et une estable qui est près et joignant lesdites choses ainsi qu’elles se poursuivent et comportent avec une pièce de vigne contenant ung tiers de quartier de vigne ou environ et ung loppin de terre au bout de ladite vigne ;
    Item un autre loppin de terre contenant 6 seillons de terre le tout joignant d’ung costé à la vigne de la veufve feu Jehan Lassé une petite haye entre deulx, d’autre cousté la terre de la veufve et héritiers feu Jean Bodin aboutant d’ung bout les terres de Michel Lesourt d’autre bout la vigne de Guillaume des Auvencourt d’autre les hoirs feu Guillaume Pillard ;
    Item un autre loppin de terre contenant 5 seillons de terre joignant des 2 bouts la terre des héritiers feu Jehan Fournier aboutant d’un bout la terre dudit Michel Lesnot et d’autre la vigne Pierre Thouze et les hoirs feu Pillaud ;
    Item ung autre loppin de terre contenant 6 seillons joignant d’ung cousté la terre de la veufve et héritiers feu Bodin d’autre cousté et abouctant d’ung bout la terre de la clouserye de la Mocquettere et d’autre bout la vigne des hoirs ou bien tenants dudit feu Paillard et des hoirs feu Franczois Rahier ;
    Item ung ptit careau de jardin estant au bout desdits 6 seillons joignant d’ung cousté et abouctant d’ung bout la terre dudit Michel Lesourt d’autre cousté audits 6 seillons d’autre bout à la pièce de vigne cy-dessus désignée ;
    Item ung autre careau de jardin audavant de ladite chambre de maison joignant d’ung cousté à la terre de ladite veufve et héritiers feu Jehan Bodin et d’autre cousté la terre dudit Michel Lesourt, abouctant d’ung bout à ung desdits loppins de terre dessus et d’autre bout à l’aultre chambre de maison vendue par cedit contrat ;
    Item le droict que lesdits vendeurs ont et peuvent avoir en l’aireau qui est près les dites choses, le tout situé au villaige de la Mocquette paroisse de Brain sur Authion et tenu du fief de Naquefaire qui est de présent Saint Jehan l’évangéliste dudit Angers …,
    Item ung careau de jardin joignant et abouctant de toutes parts aux terres cy-davant confrontées et aux terres des héritiers feu Me Franczois Delanoe … etc… et est faite la présente vendition cession delays et transport pour le pris et somme de 800 livres tz …
    fait et passé audit Angers ès présence de maistre Georges Georgeau et Jehan Lesrat praticiens demeurants à Angers.
    Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet seule une citation ou un lien sont autorisés.Collections privées – Reproduction interdite, y compris sur autre lieu d’Internet comme blog ou site

    Journal d’Etienne Toisonnier, Angers 1683-1714 (1699 fin)

    1699 : juillet, août, septembre, octobre, novembre, décembre

    Journal de Maître Estienne TOYSONNIER, Angers, 1683-1714
    Numérisation par frappe du manuscrit : Odile Halbert, mars 2008. Reproduction interdite.
    Légende : en gras les remarques, en italique les compléments – Avec les notes de Marc Saché, Trente années de vie provinciale d’après le Journal de Toisonnier, Angers : Ed. de L’Ouest, 1930

  • Le 7 juillet 1699, le fils du feu Sr Viel de la Martinière, substitut du procureur de l’hôtel de ville, et de la Delle Nairault, épousa la fille de feu Mr Dugué avocat et de la Delle Dupin.
  • Le 22 juillet (1699) mourut la femme de feu Mr du Rouzay Pasqueraye, élu en l’élection ; elle s’appelait Maugin.
  • Le 14 août (1699) mourut la femme du feu Sr Loyseau Me chirurgien ; elle s’appelait Rossignol.
  • Le 17 (août 1699) le fils de Mr Charlot sieur des Loges et de la dame Deschamps, épousa la fille de Mr de Crespy procureur du roy au siège présidial et de la dame Chauvel de la Boulaye.
  • Dans ce même temps mourut Mr Pottier prêtre, doyen des Arts.
  • Le 22 (août 1699) le fils du feu Sr Viel de la Martinnière et de la Delle Nairault épousa la fille du Sr Bedâne de la Grandmaison et de la Delle Binet, en conséquence de dispenses de Rome, étant cousins germains.
  • Le 25 (août 1699) Mr Marchand, avocat, fils du Sr Marchand, messager de cete ville à Paris, épousa la fille du feu sieur Bonvalet, bourgeois, et de la Delle Perderiau.
  • Le 27 (août 1699) mourut Mr Cadoz, avocat, âgé de 43 ans ; il a laissé 4 petits enfants de son mariage avec la fille de feu Hunault, docteur en médecine.
  • Le 2 septembre (1699), mourut la femme de Mr Baudry, bourgeois ; elle s’appelait Bault de Beaumont.
  • Le 4 (septembre 1699) Mr Lesourd se fit installer dans la charge de conseiller gardesel de la prévôté.
  • Le 9 (septembre 1699) mourut la femme du sieur Guérin de la Guymonnière, bourgeois ; elle a laissé 3 enfants ; elle s’appelait de Chevreüe de Chemant (voir le 29 janvier 1697) ; elle était âgée de 30 ans ; elle était belle et bien faite, et une des plus aimables femmes de la ville.
  • Le 10 (septembre 1699) mourut Mr Baillif, prêtre chapelain de St Michel du Tertre, et le 13 suivant Mr Busson, prêtre, fut nommé en sa place, n’y ayant point d’enfant de paroisse qui se présentent.
  • Le 14 (septembre 1699) Mr Brouard, avocat, veuf de la femme du feu Sr Pelletier de Terrière, Me chirurgien, épousa la fille de feu Mr Le Royer de Chantepie, lieutenant en l’élection de cette ville et de la Delle Fromageau.
  • Le 15 (septembre 1699), le fils du Sr Beguier, greffier des l’hôtel de ville, et de la défunte Delle Coutard, épousa la fille du feu Sr Mauvif de la Plante, marchand de draps de laine et de la dame Jeanne Esnault.
  • Le 6 octobre (1699) mourut la femme de feu Me Hamelin de Richebourg, substitut de Mr le procureur du roy ; elle s’appelait … ; elle n’a point laissé de postérité.
  • Le 8 novembre (1699) mourut la femme du sieur Neveu de la Hamardière ; elle s’appelait Guynoiseau ; elle n’a point laissé de postérité.
    Le 10 (novembre 1699) mourut le sieur Destriché, bourgeois.
  • Dans ce même temps mourut Mr de Voisin de Chérité ; il n’a point laissé de postérité.
  • Dans ce même temps mourut le sieur Lusson, controleur au mesurage de la Pointe
  • Le 18 (novembre 1699) mourut de la petite vérole Mr Malville, avocat, garçon. Il n’y a que 6 mois qu’il avait plaidé sa première cause (Mr Toisonnier ne notait plus les maladies depuis un moment).
  • Le 21 (novembre 1699) Mr Le Royer de la Baronnière, capitaine au régiment d’Anjou, fils de feu Mr Le Royer de la Baronnière, avocat, et de la Delle Veau, épousa la fille du feu Sr Bernard et de la Delle Gontard.
  • Le 24 (novembre 1699) le fils du sieur Berthelot, marchand, épousa la fille du nommé Cesbron Me serger aux Ponts de Cé.
  • Dans ce même temps mourut le Sr Poulard, cy-devant messager de cette ville à Paris. Il a laissé plusieurs enfants entr’autres le Sr Poulard de la Favrie, assesseur de l’hôtel de ville.
  • Le 11 décembre (1699) mourut Melle Jeanne Dupin, fille du feu Sr Hardouin Dupin, notaire royal, et de la dame Camus.
  • Le 13 (décembre 1699) mourut Mr Leclerc de Sautray, âgé de 86 ans. (René LE CLERC de Sautré, baron de Sautré, Sgr des châtellenies de la Roche-Joulain, de Sceaux (44), de Grez (Grez-Neuville, 49) et de Feneu (49) †Feneu 11.12.1699 x Madeleine de CORNAIS †Feneu 13.9.1703, dont Lucie-Henriette LECLERC Soeur et unique héritière de René Cerisantes Leclerc chevalier, doyen de l’ordre de Saint-Lazare, lieutenant des maréchaux dans le Maine, décédé le 30 septembre 1741, âgé de 90 ans x Feneu (dans la chapelle du château de Sautré) 20 août 1680 François de GODDES, sieur de la Perriére et de Varennes, fils aîné de Franç. G. et de Marie Bonneau, né à Angers le 15 février 1643, aidede-camp du duc d’Aumont, se signale en 1676 à la bataille de Cassel, et, capitaine aux gardes françaises, 1684, est nommé gouverneur de Landrecies Il mourut à Angers le 17 mai 1701 à Angers et fut inhumé le 18 dans l’église d’Avrillé. Dont postérité Buscher de Chauvigné )
  • Le 17 (décembre 1699) le fils du feu Sr Hardouin Dupin, notaire royal, et de la dédunte dame Camus, épousa la fille du feu sieur Lesourd, greffier en l’élection de cette ville, et de la dame Guespin.
  • Le 20 (décembre 1699) mourut monsieur Joüet de la Saulaye
  • Cette année a été abondante en bons vins ; il s’est vendu 18, 45, 36 et 30 livres la pippe ; elle a été aussy assez abondante en bleds.
  • Journal de Maître Estienne TOYSONNIER, Angers, 1683-1714
    Numérisation par frappe du manuscrit : Odile Halbert, mars 2008. Reproduction interdite.
    Légende : en gras les remarques, en italique les compléments – Avec les notes de Marc Saché, Trente années de vie provinciale d’après le Journal de Toisonnier, Angers : Ed. de L’Ouest, 1930
    Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet seule une citation ou un lien sont autorisés.

    Carte postale : voyelle A

    Nous partons dans les 6 voyelles !
    voyalle Avoyelle Evoyelle Ivoyelle Ovoyelle uvoyelle Y

    Je ne me souviens pas de ce bonnet, seulement pour en avoir entendu parler.

    voyelle A
    voyelle A

    Collections privées – Reproduction interdite, y compris sur autre lieu d’Internet comme blog ou site

    Le dictionnaire encyclopédique Larousse, de 1982, donne :

    bonnet d’âne : coiffure en papier, garnie de deux longues oreilles, qu’on mettait jadis aux mauvais élèves, et qui est devenue symbole d’ignorance.

    L’encyclopédie Quillet de 1938 donne :

    bonnet d’âne : coiffure mise jadis en punition aux écoliers paresseux.

    Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet seule une citation ou un lien sont autorisés.

    Vente d’une maison à Juvardeil par Claude Godebille, 1644

    Voici Claude Godebille, parti à Rennes :

  • L’acte qui suit est extrait des Archives du Maine-et-Loire, série 5E5
  • Voici la retranscription de l’acte : Le vendredy 6 may 1644 après midy, par devant nous Nicolas Leconte notaire royal et gardenotte à Angers, a esté présent noble homme Claude Godebille sieur de la Tousche demeurant en la ville de Raine (Rennes) rue des Dames paroisse St Sauveur, tant en son privé nom que d’honorable femme Catherine Bouscherye son espouse …,
    lequel establi et deuement soubzmis a volontairement confessé avoir vendu vend quitte cèdde délaisse transporte et promet garantir de tous troubles hypothèque et empeschement
    à noble homme Me Jean Pasqueraye sieur du Rozay entien (ancien) advocat et sindic des advocats d’Angers au siège présidial de ceste ville demeurant an la paroisse Saint Pierre dudit lieu, lequel a achepté pour luy ses hoirs
    un grand corps de logis situé au village du Port Joret paroisse de Juvardeil composé d’une salle basse en laquelle y a cheminée d’un celier une autre chambre au bout de ladite salle, d’une chambre et grenier au dessus, d’une estable, le tout soubz mesme couverture, joignant d’un costé le chemin tendant de la Rambergerye à la rivière de Sarthe d’autre costé les maisons de la veuve et héritiers de déffunt Pierre Touschet aboutté d’un bout le grand chemin tendant dudit Port Joret au bourg dudit Juvardeil d’autre bout la maison des enfants et héritiers de deffunt Mathurin Boyvin avec les droits d’ayreaux rues et issues qui en dépendent ;
    Item un grand jardin clos à part de haies et fossés estant au devant de ladite maison le chemin entre deux contenant 3 boisselées de terre ou environ joignant d’un costé les jardins et ayreaux dudit lieu de la Rambergerye appartenant à Me Thomas Rollée notaire de Saint Laurent des Mortiers d’autre costé le jardin des héritiers de deffunt Gervaise Chenerier aboutté d’un bout le chemin dudit Juvardiel à Cheffes, d’autre bout le chemin ou sante à aller dudit grand chemin à la Beraudière ;
    Item un loppin de pré contenant 3 quartiers ou environ situé en la prée appelée Aubries dite paroisse de Juvardeil joignant d’un costé le pré desdits héritiers Chenerier, d’autre Costé une petite boire appellée la Fosse d’Aubret, abouté d’un bout le pré de Jean Trehorier Me tailleur d’habits en ceste ville et d’autre bout le pré des héritiers de deffunt René Touzede ? Marye Beccot veufve Me René Guillotin
    tout ainsi que lesdites choses se poursuivent et comportent avec leurs apartenances et dépendances et qu’elles sont eschues et advenues audit vendeur de la succession de deffunte Perrine Godebille sa sœur vivante femme de René Rousseau Me parcheminier en ceste ville qui estoit fille et héritière de deffunt Jacques Godebille leur père, avec lequel Rousseau il aurait transigé par devant Beschu notaire soubz ceste cour le 1er juillet 1652 et que Jean Touschais à présent fermier desdites choses en jouit en vertu du bail passé par defunt Cesard Guillotin vivant notaire de Briollay le 17 octobre dernier sans réservation en faire, tenues lesdites choses du fief et seigneurie dont elles relèvent aux cens rentes charges et debvoirs seigneuriaux et féodaux entiens et acoustumés que les parties adverties de l’ordonnance n’ont peu déclarer, lesquels debvoirs ledit acquéreur payera pour l’advenir quitte du passé, transportez la présente vendition cession delais et transport faite pour et moyennant la somme de 400 livres tournois que ledit sieur acquéreur aussy estably et deuement soubzmis promet et demeure tenu payer audit vendeur en ceste ville maison de nous notaire dedans d’huy en 5 ans prochains et jusques à payement la rente ou intérestz à raison du denier vingt par chacun an audit vendeur …
    fait audit Angers maison de nous notaire en présence de Me François Aubert et de René Verdon praticiens audit Angers tesmoings

    Et le 25 may 1659 par devant nous Nicolas Lecomte notaire Angers furent establis soubzmis François Du Laurent Sr de la Boullaye procureur au présidial à Tours demeurant audit Tours mary de Sébastienne Boucherye auparavant veuve de deffunt Claude Godebille vivant Sr de la Tousche vendeur nommé au contrat cy-dessus,… en conséquence de l’acte de transaction passée entre lesdits Du Lorand et Boucherye sa femme, et Me Jean Odye et Charlotte Godebille sa femme héritière dudit deffunt Claude Godebille par devant Cleurouaulx et Moreul notaires royaux audit Rennes le 27 fevrier dernier … a receu comptant etc…
    Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet seule une citation ou un lien sont autorisés.

    Baguetier au 16e siècle : ancêtre du maroquinier

    Avant-hier, nous avons vu Tannegy Le Veneur, qui passait en 1583 un bail à ferme avec Guillaume Jouhanneaux marchand Me baguetier, demeurant à Angers paroisse de la Trinité.

    Voici mon avis sur ce métier de baguetier :

    Baguette est un terme plus connu pour le petit bâton, de bois ou de pain etc…, mais il a parfois eu d’autres sens.
    Ainsi, le Dictionnaire du Monde Rural, de Marcel Lachiver, donne, entre autres sens :

    Baguette : Aux 15e et 16e siècles, bourse de cuir pour ranger de menus objets

    Le même ouvrage donne ensuite :

    Baguettier : Ouvrier fabriquant des baguettes et autres objets de mégisserie : « Les baguettiers ne feront écarcelles, qu’elles ne soient entièrement de marroquin ou mouton sans autres peaux »

    En 1260 bagage, probablement venant du scandinave baggi, signifie Métériel d’une armée. (Larousse, Dictionnaire de l’Ancien Français, le Moyen âge, 1994)
    En 1421, Bague : bagages, équipements. Bagage : 1-objets empaquetés nécessaires à ceux qui vont à la guerre ou en voyage ; 2. Affaires, objets (Larousse, Dictionnaire du Moyen Français, la Renaissance, 1992)

    Au 16e siècle, date à laquelle nous rencontrons à Angers un Me baguetier, il est certain que BAG ou BAGGI des scandinaves, est parti dans plusieurs sens, dont les objets ou paquets, en particulier pour le voyage.
    Or, pour voyager autrefois, c’est le plus souvent le cheval ou mieux, à pied. Les voitures sont rares et les chemins le plus souvent détestables.
    J’ai toujours été étonnée, à la lecture des registres paroissiaux, de constater que le moindre voyageur à pied, si pauvre soit-il, avait toujours sur lui un extrait de baptême (ancêtre de la carte d’identité) et parfois plus.
    A une époque où l’imperméable n’existait pas (d’ailleurs il est actuellement en voie de disparition, on dit impers, et même rien du tout, et il faut chercher déperlant dans les qualificatifs nouveaux, en outre il raccourci chaque année, et bientôt on le fera tomber jusqu’à la taille seulement), on portait certes la veste de drap de laine, épais et serré, laissant peu (?) passer l’eau. Mais il fallait bien mettre ses papiers à l’abri, et j’ai toujours supposé qu’on avait sur soi une sorte de pochette de cuir, plate, pas comme les bourses en forme de sac fermé d’un lien coulissant. Un peu comme ceci :

    Bourse ancienne, cuir de vache, épais. Dimensions 17 x 11 cm, soit plus grand quune carte postale
    Bourse ancienne, cuir de vache, épais. Dimensions 17 x 11 cm, soit plus grand qu'une carte postale

    Songez aussi à tous ceux qui se déplacent avec des procurations etc… donc il a existé des formes de petis sacs divers pour le voyage que j’ai déjà rencontrés dans les inventaires après décès, ainsi : bougette s.f. Petit sac de cuir qu’on porte en voyage.
    Je pense donc qu’il a existé des articles de maroquinerie pour le voyage, et que ce Me baguetier à Angers en 1586 est un ancêtre des maroquiniers, mais les objets fabriqués étaient fort différents.

    ATTENTION : Gérard Boutet dans La France en héritage, 1850-1960, Perrin, 2007, donne le baguetier fabriquant de bagues de pacotille. OUBLIEZ cette définition, et gardez celle de Lachiver c’est à dire : maroquinier

    Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet seule une citation ou un lien sont autorisés.