Quand l’arquebuse était appelée fusil en Anjou et au Maine et sans doute ailleurs

Bonjour à tous
et comme je ne suis pas une adepte de l’écriture inclusive, les dames sont bien entendu dans mon bonjour ! elles avaient compris !

Je suis depuis 3 semaines dans un inventaire qui m’a réservé des surprises, et mieux, non seulement j’ai l’inventaire mais j’ai aussi la vente des meubles. C’est du pur bonheur, car les 2 actes contiennent tous deux le détail de la tannerie et le montant, et même si je me doutais bien que les tanneurs n’étaient pas spécialement pauvres, je dois dire que je découvre une aisance plus que certaine.Mieux, je découvre, ahurie, la multiplicité des peaux et des modes de traitement, et de destination des peaux, bref, toute la complexité du métier.
Bien sûr je vais revenir sur cette tannerie en détail car il sagit d’un JALLOT et comme vous l’avez sans doute remarqué sur ce site et ce blog, je descends plusieurs fois des JALLOT.
Ici, il s’agit d’un double collatéral car je descends aussi par les Jallot de Louise Crespin la soeur de Marie. Et les 2 filles CRESPIN étaient les filles de Louise Chesneau, dont je vous parlais ces jours-ci car l’inventaire de ses biens dépassait 10 000 livres, donc famille très aisée.

Ce couple va mourir jeune laissant des orphelins. Lui est décédé à 43 ans seulement.
Jean JALLOT °Noëllet 13.9.1671 †Ampoigné 22.8.1714 Fils de Guillaume 1er JALLOT & de sa 2e épouse Marguerite ALLANEAU. x Ampoigné(53) 20.7.1700 Marie CRESPIN †1714 soeur de Louise.

Peu d’inventaires mentionnent des armes, car autrefois les armes étaient rares, et j’ai déjà mis depuis longtemps celles que j’ai trouvées dans les inventaires sur mon site, et je vous analyse bientôt cette page sur les armes.

Donc, ces tanneurs disposaient de plusieurs milliers de livres de marchandises, et se déplaçaient souvent à cheval (il en a un, j’y reviendrai) pour acheter et pour ventre ses peaux. Pour sa sureté sur les chemins d’alors, il a donc des pistolets. Le sabre est surprenant et on peut supposer que c’est un héritage, et l’arme de ses ascendants ?
L’inventaire donne aussi un fusil, qui a la particularité de ne plus apparaître dans la vente, et pour ne pas être méchante langue, je me contenterais donc de dire qu’il a disparu, et d’ailleurs plusieurs choses ont disparu, j’y reviendrai.

  • inventaire

Une paire de pistolets, un fuzil, un sabre avec un sainturon (sic) de cuir, une paire de boujettes de cuir 10 livres

  • vente

Une paire de pistolet avec un sabre et sainture de cuir chamoizé audit Guillaume Jallot 9 livres 5 sols

Mais au juste, qu’est ce qu’un fusil fin 17ème début 18ème siècle ?

Stupéfaction, comme vous avez pu le constater sur ma page recensant les armes, il n’y a jamais le terme ARQUEBUSE mais souvent le terme FUSIL
Je regarde donc l’histoire du fusil, et les dictionnaires d’époque, et là, je découvre stupéfaite que le fusil tel que cité dans les inventaires de l’époque n’est autre que l’arquebuse, car partie de l’arquebuse s’appelait aussi fusil.

  • Le Dictionnaire de l’Académie française 1694, t. 1

FUSIL. subst. masc. Petite piece d’ acier, avec laquelle on bat un caillou, pour en tirer du feu. Pierre à fusil. battre le fusil. amorce de fusil. meche à fusil.

On appelle aussi, Fusil, La piece d’ acier qui couvre le bassinet de certaines armes à feu. Fusil d’ arquebuze, fusil de pistolet. arquebuze à fusil. pistolet à fusil.

Fusil, signifie aussi, L’ arquebuze entiere, quand elle est à fusil. Il le tua d’ un coup de fusil. un fusil de quatre pieds. un fusil juste, qui ne manque point.

  • Dictionaire critique de la langue française T.2 (E-N) [ 1787 ]

FUSIL, s. m. FUSILIER, s. m. FUSILLER, v. act. [Fuzi, zi-lié, zi-glié: mouillez les ll au 3e.] Fusil est, 1°. Une petite pièce d’acier, avec laquelle on bat un câillou pour en tirer du feu. « Pierre à fusil, battre le fusil. = 2°. La pièce d’ acier qui couvre le bassinet de certaines armes à feu. « Fusil de pistolet, d’ arquebûse. = 3°. L’ arquebûse elle-même, quand elle est à fusil. « Il le tua d’un coup de fusil.

Voyez auss l’histoire du fusil, bien faite, sur la page du site ARMAE J’espère que ce site n’est pas d’usage mauvais des armes, et que je ne vous induis pas en mauvaises pages d’Internet !!! car parler des armes de nos jours est dangereux.

 

Ainsi, le terme FUSIL est un faux ami pour nos recherches, car il n’a rien à voir avec ce que nous connaissons aujourd’hui, mais il s’agit bel et bien de l’arquebuse.

les 2 fusils et 2 pistolets de Nicolas Denais : Chemazé 1724

Je termine avec vous ce long inventaire qui m’a tant appris !
Grâce à lui, j’ai tous les détails sur le métier de Nicolas Denais, car les papiers donnent les liasses de baux à ferme et acquits de baux à moitié. Il était donc marchand fermier, d’abord de la terre de la Ferrière de Flée, puis celles de la Broissinnière et de Gastines à Molière en Chemazé.
Il entreposait dans la maison seigneuriale de Gastines qu’il habitait donc en tant que fermier de la terre de Gastines, d’importantes quantités de lin, chanvre, pois, fèves, céréales, etc…
Il se déplaçait souvent avec des marchandises et/ou des sommes importantes, donc, il possède 2 fusils et 2 pistolets. Cette mention est peu fréquente dans les inventaires, et j’ai depuis longtemps recencé sur mon site ces mentions d’armes. Il est manifeste qu’elles sont liées à une activité de déplacements risqués.
Et peu de personnes possédaient de telles armes !!! C’est du moins ce que tous les nombreux inventaires après décès que j’ai dépouillés reflètent.

Nicolas Denais est mon ascendant, et sa vie est désormais très illustrée et il le mérite car il a eu un parcours remarquable.
Fils d’un marchand tissier de Bonchamps, il a à peine 6 mois quand son père meurt, et sa veuve ne se remariera que 14 ans plus tard, élevant donc seule ses jeunes enfants.
Je suppose qu’elle les a placé dans des familles, et que Nicolas a eu la chance de se rapprocher ainsi au service des nobles qui l’ont par la suite embauché pour gérer leurs terres.
Il se marie tard, et sa première femme décède en 1720 sans lui avoir donné d’enfants.
Il se remarie en 1721, alors âgé de 51 ans, et là, je vous réserve bientôt la surprise ce ce contrat de mariage stupéfiant !
à bientôt

Soldat de milice, Thorigné, 1689

La télé nous montrait récemment comment on achetait sous le manteau le numéro de permis d’un tiers pour se dédouaner de points en chute libre sur son propre permis. J’ai compris que c’était interdit mais que l’administration ne pouvait pas prouver qui était au volant.

Autrefois, on pouvait acheter un autre à sa place, en particulier pour partir à la milice : c’était tout à fait officiel, et nous avons déjà vu que cela était un marché passé devant notaire, donc par acte tout ce qu’il y a de plus authentique et officiel.
Naturellement, celui qui acceptait de partir à la place d’un autre avait pour seule motivation le besoin d’argent, et prenait le risque… Ici, il a femme et probablement enfants à nourrir… Lisez bien, il part pour que sa femme touche. Moi, j’en ai conclu qu’ils en avaient un besoin extrême, par contre j’ignore tous les détails de cette famille, en particulier le nombre de bouches à nourrir au moment des faits, c’est à dire le 15 mars 1689. Il s’agit de Pierre Planchet et Anne Houssin de Montreuil-sur-Maine.

L’acte qui suit est extrait des Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E12 – Voici la retranscription de l’acte, à l’orthographe très médiocre : Le 15 mars 1689 avant midy, par devant nous Pierre Bodere notaire de la baronnie de Montreuil-sur-Maine y demeurant furent présents en leurs personnes establiz deument soubzmis et obligez soubz ladite cour prorogeant juridiction d’icelle, chascuns de noble et discret Me René Rigault prêtre curé de la paroisse de Thorigné sur Maine, honorable homme René Nigleau Sr de Haut Aviré,
h. h. Pierre Jallot marchand et Jacques Nail procureur de la fabrice dudit Thorigné y demeurants, iceux establiz tant en leurs noms privez que pour et au nom et sa faisant forts du général des autres habitants dudit Thorigné, promettant qu’ils ne conviendront à ces présentes ains les approuveront touttefois et quantes à peine etc ces présentes néanmoings etc d’une part,

et Pierre Planchet demeurant au bourg dudit Montreuil d’autre,

entre lesquelles parties a esté fait l’acte convention et obligations suivants, c’est à scavoir qu’iceluy Planchet s’est obligé et s’oblige par ces présentes d’aller au service du roy en callité (on a la qualité qu’on peut !) de soldat pour la milice pour la paroisse de Thorigné pendant le temps et espace de 2 années entières parfaites et consécutives qui commenceront lundy prochain 21 du présent mois et à continuer pendant ledit temps, et sans pouvoir pour quelque raison que ce soit s’apsanter (on s’absente comme on peut ! mais ouvez que phonétiquement on est parfait) dudit service sur les peines portées par les ordonnances de sa Majesté,

pour lequel cervice (service) ainsi faire iceux susdits establiz esdits noms et un chacun d’iceux seul et pour le tout sans divition de personne et de biens ont promis

et se sont obligez habiller ledit Planchet dudit abit (habit) complet avec chapeau bordé, une père de bas (paire), un père de souliers neufve, un fuzil, une épée avec un ceinturon, le tout conformément aux ordres de sa majesté, lequel abit fuzil et épée ils deslivreront audit Planchet dans cette présente semaine,

et oultre de payer audit Planchet la somme de 55 livres tournois en argent et 40 boisseaux de blé mesure du Lion d’Angers, savoir 25 livres dans ledit jour de son départ, et les 30 livres et ledit blé à Anne Houssin femme dudit Planchet, jusque à parfait poimant (paiement), sera de mois en mois à conter (compter) dudit jour de lundy prochain trente sols et 2 boisseaux de blé, et lors dudit poimant ladite Houssin en consentira acquits qui vaudront comme si fait estoit à la personne dudit Planchet,
à leffait (l’effet) de quoy il l’a des à présent authorisée avecq protestations faite par ledit sieur Rigault et establiz tant pour eux que pour le général des autres habitants de rendre responsable en privé nom ceux qui ont esté nommez pour servir à ladite milice, et de leur faire payer ladite somme et blé cy-dessus tant en principal que tous accessoirs pour cestre apsantez (s’être absentés) de ladite paroisse après ladite nomination, ce qui a obligé iceux establiz de conquester ledit Planchet et convenir avecq luy du prix cy-dessus attendu la nécessité pressante dudit soldat, pour ladite paroisse,

car les parties ont le tout respectivement ainsi voulu consenti et stipulé et accepté, à se tenir etc s’obligent solidairement comme dit est chacun en leur égard savoir lesdits establiz esdits nom au poiment desdites choses et ledit Planchet par corps comme pour les affaires de sa Majesté, à l’accomplissement de ce qui dit est le tout à peine etc renonçant etc dont etc
fait et passé audit Montreuil à notre tabler ès présence de vénérable et discret Me Jacques Jallot prêtre sacriste audit lieu, Jacques Bonjour tissier et François Lucas hoste demeurant audit Montreuil tesmoings, ledit Planchet a déclaré ne scavoir signer. Constat, por les 14 sols à quoy ils ont conveneu pour la semaine présente ledit Sr Curé les a présentement payées audit Planchet dont il se contente.

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet seule une citation ou un lien sont autorisés.