NANTES LA BRUME, Ludovic GARNICA DE LA CRUZ, Paris, 1905 CHAPITRE VI RUE PRÉMION

Ludovic Garnica de la Cruz. Nantes la brume. 1905. Numérisation Odile Halbert, 2008 – Reproduction interdite.

  • Zut ! J’en ai assez… Charles, donne-moi une cigarette ?
  • Berthe s’allongea sur un canapé.
    L’atelier de Charles Delange avait subi une complète transformation. Les meubles en ordre, les tapis bien tendus, les plâtres époussetés, les vitres des fenêtres remplacés par de superbes vitraux allégoriques, les chevalets alignés, les tentures soigneusement installées, le perroquet gorgé des poussières du balayage, coi sur son perchoir fraîchement reverni. Charles, drapé dans une ample robe de chambre grenat, un bonnet turc sur ses cheveux, visitait pour la centième fois son temple d’artiste ; il rangeait de nouveau les pipes du ratelier, regardait encore si le pot à tabac avait le ventre bondé et si le petit crocodile en bronze bâillait pleinement ses allumettes. Berthe roula sa cigarette avec une dextérité remarquable et l’alluma aux tisons du foyer.

  • Malgré ton génie tu n’aurais jamais pu rendre ton atelier si coquet.
  • Le peintre joyeux vint s’asseoir près d’elle.

  • Oui, ma petite chatte d’or, tu es la fée de mon domaine. Tu auras un ticket d’honneur pour entrer au paradis des artistes.
  • Il passa sa main droite dans les cheveux dénoués de son amie baisant son front, ses sourcils.
    Elle était vêtue d’une longue robe blanche avec une ceinture en cuir de même couleur. Sa chevelure traînait comme un liquide d’or renversé le long du bras du canapé.
    Il la chatouillait de caresses dans la nuque, derrière l’oreille, sur la gorge à travers l’étoffe. Des désirs la picotaient ; elle s’agitait au cou du peintre.
    Le bonnet turc tomba sur le sol… et l’on sait ce qui serait arrivé sur le canapé moelleux aux fleurs roses quand deux coups de poings ébranlèrent violemment la porte.
    Ils se levèrent en sursaut.

  • Imbécile, s’écria Charles, je savais bien que j’avais oublié quelque chose… la sonnette, parbleu !
  • C’étaient Lolette et René.

  • Comment, ensemble… déjà ! s’exclama Berthe.
  • Nous nous sommes rencontrés par hasard dans l’escalier, expliqua Lolette.
  • René la regarda interloqué. Elle rougit.
    On arrangea les sièges. Le défilé commençait.
    Charmel, complet gris, serrant les mains à les briser ; Ormanne, maigre, deux méridionaux bavards. Belle et son inséparable Line, les deux gamines, habillées pareilles et qui riaient pour ne pas être sérieuses. Claire Vernant et Joséphine Bournier, une institutrice et une du téléphone. De Remirmont, tiré à quatre épingles, frais rasé, célèbre par ses saluts parabolants. Verneuil, roux, les cheveux baignés d’huile brillantine, l’air un peu stupide avec son monocle de difficile équilibre. Deux couples bras dessus bras dessous. Mussaud le sculpteur, gras gueulard et Marthe la Rouquine, sa maîtresse, grande fille qui grimaçait des réponses en signes compliqués des yeux et de la bouche ; Frayssère, étudiant en médecine, une grosse tête bonasse touffue de cheveu noirs frisés et hirsutes, avec son amie la blonde Mme Boucran en fuite du domicile conjugal, ayant semé ici et là deux ou trois enfants de pères inconnus, et pour le moment courbant sous son despotisme le faible et nouvel amant qu’elle suce de tout son coeur. Il la croyait fidèle ; elle l’était souvent.
    Trois autres à la queue leu-leu. En tête, un petit joufflu, sombre comme un pasteur protestant, sournois comme un rat d’égout que la lumière ébloui, frisant d’un geste sec sa frêle moustache noire : M. Gustave Monnès, auteur dramatique embryonnaire. Personne n’ignorait ses premiers essais en un acte, délayages d’idées auxquelles s’attachent les novices en quête d’originalité. Ils dormaient au fond d’un tiroir dans l’attente du sauveteur promis, le Moïse provincial désireux d’une renommée décentralisatrice dont le geste théatral imposera une miette de gloire au front du débutant prosterné humblement aux pieds de ce grand César tragédien, professeur d’un conservatoire succursale de Paris ! On le jouerait, chaque acteur aurait sa petite tirade à effet ; l’auteur viendrait sur la scène payer d’une risette sa claque d’un soir de chaleur communicative. Triomphe éphémère qu’une presse infidèle douchera d’un compte rendu passe-partout. Le dernier produit inconnu de Monnès était, disait-il, un fameux drame en cinq actes casé à l’Odéon. Papa Sardou, enfoncé ? Quant à Rostand, heu ! Il avouait un regret : « Sarah Bernhard seule est capable de rendre le véritable caractère de mon héroïne. » On gardait son sérieux, mais l’on songeait à la rêveuse Perrette de Lafontaine.
    Derrière lui venait Trémat, un gigantesque maigriot barbu, aux yeux gris malades se reposant à l’ombre de l’étoile en gestation de Monnès, étoile qui devait en son âme de croyant briller un jour au fronton du théâtre des triomphes. Puis Mondin, toujours élégant, toujours pressé, ardent directeur d’une revue bretonne, subventionnée de ducs et de marquis, devant conduire la Bretagne à son ère d’intelligence et d’indépendance nationales. Une revue parsemant aussi ses ailes naïves et coquettes sur toutes les tables de famille avec des concours de broderies et de poésies dont le jury bénin distribue aux lauréats timides des petites tapes d’encouragement et des sucreries roses aux vainqueurs. Une de ces petites revues de province qui vivote doucement dans un parfum spécial de tranquillité, de blancheur anodine, conservant loin du tam tam des « littéraire, artistique, théâtral » chers aux jeunes pourfendeurs de bourgeois la tradition d’art susceptible de réveiller parfois l’esthétique que n’a pas encore tuée tout à fait le « cochon qui sommeille. »
    Bruit de voix. Geray, laid, avec un tic qui lui tirait le cou. Léris de Montdieux, traînant deux défauts superficiels, une manière excentrique et baroque de s’habiller, l’autre de ne pas giffler les sots qui se moquaient de lui, et… une petite femme brune comme une chauve-souris, enguirlandée de fourrures.

  • Mes amis, dit Léris, je vous amène une étoile du ballet, Mlle Secacio, à qui j’apprends la langue française depuis quelques nuits sans succès.
  • La danseuse montra ses dents blanches et babilla une flottille de sons que personne ne comprit.
    Soigneusement son compagnon l’enfouit au fond d’une bergère.

  • Sommes-nous au complet ? demanda Delange.
  • Marguerite Renaud m’a promis de venir sitôt débarassée de son vieux, dit Claire Vernant.
  • Oh ! alors… les vieux sont pires que les chiens, maugré Charles.
  • Crampons et salauds, dirent ensemble du fond du cœur Belle et Line.
  • A cet aveu tous éclatèrent de rire, et les gamines sans se désappointer firent chorus.
    La danseuse étonnée interrogea Leris. Il dit oui de la tête sans comprendre. Elle pouffa se tortillant comme une anguille.

  • Ah ! mince, clama Belle, regardez donc la Bonifacio !
  • Quand le calme fut rétablit Charles commença :

  • Mesdames, Messieurs, nous sommes réunis en ce sanctuaire, non pour planter la crémaillère…
  • Ça fait des vers, remarqua Line.
  • Esprit et paix, les gosses, ou je vous flanque une fessée.
  • Oh ! faudrait voir, malin !… on se tait.
  • Non pour planter la crémaillère, il n’y en pas, non pour causer politique, car la politique est essentiellement le dépotoir réservé aux bourgeois afin qu’il puissent s’agiter à l’aise dans l’égout collecteur de leurs ambitions, non pour assister à quelque messe noire ou saturnale folichonne, au dire des vieilles filles radoteuses à la veillée quand le chat fait ronron, mais pour inaugurer de votre présence mon atelier si bien ordonné par Mlle Berthe, ma favorite.
  • Oh ! ce pacha !
  • Silence. Laissez-moi terminer mon laïus, vous baverez après à votre fantaisie.
  • Le peintre étendit les bras au-dessus de ses invités et s’écria d’un air inspiré : Invocation.

    O liberté, princesse inconnue des bourgeois, descends de ton refuge inaccessible, viens te reposer parmi nous, viens présider en mon cénacle dont murs ne sont pas souillés de la devise nationale, comme une insulte à ta beauté…

  • Amen, dit Marguerite qui entrait sans frapper. Pardon la compagnie… j’arrive en courant… mon vieux est parti… je suis toute essoufflée…
  • Pauvre chou I… viens te chauffer, dit Berthe.
  • Il pleut … il ne voulait pas s’en aller.
  • Quel est donc cet antique amoureux ? questionna Verneuil.
  • Lestique, le fabricant de chaussures de la rue des Arts.
  • Un divorcé, s’exclama René, un noir pas commode. Il habitait autrefois près de mes parents. On le connaissait, fort dans les Dervallières ; il battait sa femme, la traînait dans les massifs de rosiers où elle s’écorchait les mains et la figure… Il a trois ou quatre enfants… A son procès de divorce presque toutes les filles de son atelier déclarèrent avoir couché avec lui.
  • Il n’est pas méchant pourtant, plutôt hypocrite et pas gourmand sur l’amour… N’est-ce pas Claire ?
  • C’est vrai ! Nous logions ensemble. Quand il venait le lit n’était pas souvent défait.
  • Il se mettait à genoux et me prenait les mains. Il roucoulait :
  • Ma Marguerite chérie… ma mignonne… aimes tu ton petit Tatave — il s’appelle Gustave — veux tu l’aimer toujours tout seul….. tu seras heureuse avec moi… à mon âge on meurt en s’attachant… et patati… et patata.,
  • Elle mimait très drômatique, les scènes d’amour de son « michet ».
    Il m’a fait la cour pendant longtemps sans même avoir cà…— elle claqua son ongle sur ses dents – Il a casqué des bijoux, des robes, de l’argent. Quand il insistait je lui jetais ses bouquets par la tête. Il payait mes trois chambres… oui, trois, une pour mes amis, une pour mon amant, la dernière pour lui.
  • Maintenant tu habites chez lui.
  • Ç’à me plaisait d’avoir la même place que sa femme… il me promet le mariage.
  • Le même truc qu’avec Marie Le Jean, dit Belle. Elle travaillait dans ses bureaux nuit et jour pour lui éviter la faillite dans un moment de crise… Une honnête fille qui s’était laissé prendre à ses messes. Elle l’acceptait parce qu’elle avait une mère à soutenir… La fatigue l’a rendue malade et pendant ce temps-là il courait avec d’autres… Puis il l’a laissée dehors mourir de chagrin et de misère… Lui est toujours fier et riche. C’est lui qu’on salue bas dans la rue, elle, qu’on insulte, qu’on méprise… il a des voitures, des chevaux, elle est crevée comme un chien sans un sou… mais ce qu’il a, c’est une femme qui le lui a gagné, c’est un maquereau. S’il y avait de la Justice, on devrait le fiche à l’eau avec une pierre au cou.
  • Bien parlé, petite, dit René. Il manque à notre organisation sociale un tribunal devant lequel comparaîtraient les criminels que les lois égoïstes du tien et du mien ne peuvent atteindre. Il n’est pas moral que les voleurs d’âmes vivent impunément du produit de leur crapulerie. Ouvrez le code. Les juges punissent l’assassinat, le vol, le viol, l’empoisonnement, l’attentat à la pudeur, le faux, l’infanticide, les coups et blessures volontaires, les détournements de mineurs, les abus de confiance, que sais-je encore ? Et l’homme qui les commet tous à la fois peut cependant échapper à la censure nécessaire surtout en pareil cas. Voici la preuve. Lestique demande à la mère de Marie de prendre fille pour travailler à ses bureaux : abus de confiance… Par ses mensonges, il empoisonne son innocence, viole ses espérances les plus naturelles, et vole son honneur ; mensonges, faux en paroles, meurtre prémédité d’une virginité confiante. Il vit d’elle, vagabondage spécial, la jette ensuite à la voirie des prostituées. C’est l’étranglement final d’une existence humaine dont il s’est rassasié. Et je ne compte pas le honteux exemple que donne ce misérable affichant dans sa pelisse chaude la sérénité et la paix d’une conscience tranquille. C’est un monsieur riche ! L’or fait taire les indignés ; pas un de ses ouvriers n’ose lui cracher à la face son mépris ! A quoi bon d’ailleurs ? Ne sont-ils pas, ces infâmes, à l’abri des attaques derrière le paravent d’un rang social qui commande ! Les bourgeois savent se défendre. N’est pas construit encore que nous réserverions à la punition de leurs crimes silenciés : — une potence de Montfaucon.
  • Cette tirade mi-railleuse, mi-haineuse éploya du silence dans l’atelier. Les yeux se fixaient pensifs vers le foyer. Charles rompit le pénible froid.

  • Assez parlé de votre hibou en chaussures. Léris a bien quelque monologue gai dans son vieux sac d’élève du conservatoire.
  • Leris ne se faisait jamais prier. Il s’exécuta de bonne grâce ; la gaieté reprit son grésillet tintamarre.
    Berthe préparait avec l’aide de Belle et de Line la table surchargée de friandises et de liqueurs. La danseuse claqua de la langue.

  • Madame est gourmande sans doute, dit Line en faisant la courbette.
  • L’italienne courut l’embrasser. Geray chanta une mélodie. Musicien convaincu, il versait à flots une âme cristallisée dans la douceur harmonieuse de son rythme. Il pouvait devenir un artiste de génie s’il voulait, mais peureux de l’incertain, il traînait une simple existence de commis-voyageur, mêlant à sa vie banale quelques gouttes d’un élixir divin digne de Berlioz ou de Saint-Saens. Un concert s’organisa très vite. Charmel raconta une blague en patois provençal. Ormanne entonna une chansonnette du midi. Mussaud brailla une grivoiserie brutale. Chacune leur tour, ensemble, Claire, Marguerite et les autres dévidèrent leur répertoire folichon.
    Soudain le perroquet, tranquille jusqu’alors, se mit à hurler :

    Il est né le divin enfant,
    Chantez hautbois, résonnez musettes.

    On regarda. Line et Belle sortaient de la chambre du fond costumées en Amours, disaient-elles. A chaque épaule une aile d’oiseau volée à quelque malheureux modèle empaillé ; sur la tête une couronne de fleurs artificielles ; autour de leurs hanches un morceau de toile. Perclus parmi leurs cheveux flottants deux petits seins blancs émergeaient un bout de nez rose. On aurait dit des bébés de neige, le ventre insignifiant, les membres bien proportionnés. Elles étaient arrêtées devant Bigot un doigt dans la bouche, stupéfaites de leur audace, se regardant en côté une forte envie de rire.

  • Oh ! les folles, s’écrièrent les dames.
  • La danseuse battit un entrechat sur son fauteuil. Léris eut beaucoup de peine à l’empêcher d’en faire autant.

  • Des Amours délicieux, déclara René.
  • Quel toupet ! murmura Lolette en le regardant,
  • Et toi Charles, que penses-tu de l’idée ? cria Touffe d’or.
  • Originale… mais pas complète. Donne-leur l’aiguillère et l’amphore. Elles nous verseront le champagne. Cupidon et son frère servant le nectare à I’Olympe.
  • Le chahut s’accéléra. Les assiettes de gâteaux se vidaient comme des trous d’eau dans le sable des plages. Geray arpégeait sur le piano. Mussaud hurlait un refrain de café-concert. D’aucuns s’embrassaient. De Bemirmont chatouillait Claire qui se trémoussait, d’aise. Verneuil voulait cueillir les miettes qui pendaient aux lèvres de Joséphine. Monnès projetait des regards fascinateurs sur la danseuse de Léris. Une danseuse du théâtre, çà le tentait. N’aurait-ce été que la fille du concierge, c’était une entrée ? Il exultait. A un Moment d’accalmie il invita à la lecture du fameux drame en cinq actes reçu à l’Odéon. Trémat guérissait sa neurasthénie en regardant Frayssère bécoter sa maîtresse et l’appeler ma cotte cotte. Lolette et René formaient un couple plus calme à l’angle de la cheminée. Ils devisaient une joyeuse intimité. Elle croquait du bout des dents les bonbons que René lui tendait.
    Les bouchons de champagne sautèrent. Delange amena Line et Belle, l’une avec son amphore, l’autre avec son aiguillère. Elles doraient les coupes du flot mousseux. Pèlerinage difficile. On les chatouillait ; elles riaient trop. On les embrassait ; elles arrosaient les vêtements, les tapis. Quand ce fut fini, elles coururent se blottir sur les genoux de Charmel et d’Ormanne. « Tu sais, confiè¬rent-elles, si tu n’es pas sage, je m’en irai. »
    Charles porta le premier toast.

  • Peintres, sculpteurs, poëtes, musiciens, littérateurs, amoureuses et autres, cessez vos caresses indiscrètes ! Tendez vers moi une oreille attentive. Dans cinq minutes il serait trop tard ; vos yeux se bercent déjà de lueurs d’ivresses. Je ne blâme pas. L’ivresse est la poussière d’or qui enfante les molécules de l’art. Le beau n’est pas le vrai ; ce serait plutôt l’idéalisation d’une vision enfourchant le rêve au harnais compliqué des formes de la nature synthétique. Ainsi comprise la nature trouvera toujours place en mon atelier. Qu’il soit pour nous le phare de ralliement ou l’antre sibyllin circonscrit d’un Styx que nul bourgeois ne franchira jamais, où on causera silencieusement des maîtres et du génie, où l’on aiguisera les glaives du combat contre les Mécènes vaniteux de province. A notre persévérante amitié ! A notre triomphe ! A nos passions, veilleuses de la nuit près desquelles les doigts de nos cerveaux vont réchauffer leurs onglées ! A nos vices juvéniles, escalier unique du talent ! Malheur au vertueux, de cette vertu idiote préconisée par notre siècle enchristianisé, il n’est plus génial qu’en peignant les devantures des bouquinistes ou les grilles des tombeaux ! Dans le coeur du mal se recrute la foi qui illumine les vrais artistes. Ouvre la fenêtre, René, regarde s’il ne passe pas quelque pâle voyou, miséreux, apache, déserteur, appelle-les tous. Leur compagnie nous sera plus salutaire que l’ambiance des préjugés.
  • René avait ouvert la fenêtre. Un froid humide satura l’air chaud de la salle. Il pleuvait douillettement au dehors comme des caresses lasses de la sur la ville.

  • On ne peut rien voir, dit René.
  • Belle et Line claquaient des dents. On referma la fenêtre.

  • Tant pis, reprit Delange, portons un toast à tout le rancart de l’humanité qui gît au delà des barrières où se parquent les honnêtes gens. A la souffrance du maudit ! Aux souffreteux de l’inégalité ! Au tas gangreneux des marais infectés d’égoïsme au bord desquels se promène le groin glacial et repu des accapareurs de la liberté. A la résurrection future d’un soleil de fraternité écrasant de sa lumière les hibous serviles des innombrables religions ! A l’ère nouvelle ! l’artiste respecté, pouvant enseigner à la table du pauvre, débarrassé du sifflement jaloux des parvenus, l’alphabet du symbole de bonheur dont chaque lettre est une maille au filet invisible qui encercle l’homme à Dieu ! L’art ne doit plus être une fantaisie, mais un bélier agressif à l’assaut des vieux murs d’une époque émasculée. Jeunes.., ayant un cénacle… une ville à surprendre… débordants d’audaces irréfléchies… jetons notre caillou auprès de ceux de nos aînés. A notre tournoi, chevaliers assoiffés de chimères, contre les masses imbéciles,… en champ clos dans les artères brumeuses de Nantes !
  • La coupe de champagne en la main droite, Charles semblait le prophète transfiguré d’un avenir nouveau. Il avait croyance exagérée en l’accomplissement prochain de ses utopies. Il ne s’apercevait pas de l’obstacle formidable où butaient ses pas. Le pavé qui barre le chemin, ses faibles bras ne le rejetteront jamais dans le fossé. La lumière qui l’éblouit de l’autre côté de la haie ne brûlera pas ses cils inspirés. L’ange de David ne vient plus sur terre aider les nains à maîtriser les géants ; la fronde est distendue, les pierres sont de laine sur les cuirasses de l’ennemi.

  • A Nantes ! s’écria René avec élan. A notre ville au sol boueux ! A Nantes, qui se parchemine du râle de ses poitrinaires ! A Nantes dont le front est soucieux d’une angoisse terrible, peut-être le regret de sentir ses viscères se déchiqueter entre les mains des scoriques descendants d’un autrefois incompris ? A celle qui se voudrait vidée jusqu’à la moelle des vers qui la rongent et qui n’ont pas le cerveau assez large pour songer un peu de son histoire séculaire ! A Nantes la Brume multipliant le tourbillon mou de ses draperies tissées en gaze de pluies, en fils de nuages danseuse nonchalante des ombres et des silences aux frôlements lascifs sur les toitures lymphatiques, les murs goutteux, les rues tortueuses, les quais endeuillés des vapeurs du grand fleuve, l’hirsute abracadabrant de ses conservations et le multicolore de ses blanches nouveautés près des vieux rateliers où les archéologues mangent le foin de leur science piteuse et frigorifique ! Faire revivre ses membres ridés de notre audace ! A nous le souffle ardent de l’inspiration formida-ble qui consume la masse paresseuse des brouillards ! La faire jaillir vaporeuse comme une amante qu’on divinise ! Lui presser le coeur, en extraire les beautés incomprises, ployer les genoux devant le fougueux orchestre de ses missions secrètes ignorées des futiles ! Reine, on ne lui déniera pas son pouvoir de hantise égoïste… ; On s’enivrera de son empire ondoyeux. Se plonger dans la lutte ; son haleine glacer le feu de nos nerfs enthousiastes,.. et s’il faut succomber que ce soit à ses pieds avec la suprême oraison de fidélité et d’adulation !
  • Tour à tour chacun porta son toast. On eut dit qu’un pastiche du Bernard des Croisés avait surgi au-dessus d’eux, leur insufflant le pèlerinage sublime de la délivrance de leur ville hors la captivité des bourgeois. Les femmes mêlèrent leurs folies absurdes Le champagne troublait les têtes. La danseuse sauta sur la table, renversa les coupes, les bouteilles, et elle dansa, s’accompagnant d’une chanson gutturale espagnole ou italienne. A chaque mesure claquan des doigts, enlevant un morceau de ses habits. Bientôt elle fut nue ; sa danse devint effrénée ; elle gesticulait son ventre proéminent d’une façon ignoble ; ses seins ballonnaient. Non qu’elle fut laide ; elle avait même un charme brutal, celui de la chair où l’on devine des voluptés savantes.
    Monnès regardait de tous ses yeux.

  • Si l’on mettait le feu aux vêlements qui gisent à ses pieds, quel merveilleux tableau : La bacchante aux flammes, murmura Charles.
  • Mondin fila à l’anglaise et bientôt Marguerite. Line et Belle bâillaient.
    Monnès s’approcha de Léris.

  • Voulez-vous me la céder ce soir votre,.. amie ? Je crois que je suis pris.
  • Le coup de foudre.
  • J’en doutais jusqu’à aujourd’hui
  • Faites, cher ami. Je vous comprends.
  • Il Ia cueillit comme un papillon, fatiguée, tout en sueur. Elle s’habilla et ils partirent ensemble suivis du fidèle Trémat.
    Quand ils eurent disparu Léris ricana :

  • Il est amoureux d’une bohémienne. Ce pauvre Monnès se croit l’amant d’une actrice. C’est une de ces femmes qui font la danse du ventre sur la place Bretagne que j’ai raccrochée au passage. Il m’a demandé l’autorisation de l’emporter I Ce que je m’en moque !… Il s’en souviendra peut-être un peu trop du ballet !
  • Léris se frottait les mains heureux du tour joué à ce fat prétentieux.. Mussaud devenait tendre. Il pressait Frayssère sur son coeur l’appelant son frère son bien aimé. « Je te sculpterai nu demain acec des nichons gros comme le poing ». Frayssère bagayit : « Viens que je t’embrasse, mon vieux zozo ! »
    Leurs maîtresses les emmenèrent. Charmel et Ormanne prirent à califourchon sur leurs épaules les petites Line et Belle qui se mirent à brailler !

  • On joue au cheval… hue… hue… cocotte.
  • Remirmont avec Claire, Verneuil avec Joséphine, René avec Lolette suivaient, Léris et Geray fermaient la marche.
    Quelle tempête dans l’escalier ! Les voisins s’en plaignirent pendant un mois. D’aucuns se levèrent en chemise croyant à un incendie. Des têtes bonnet de coton apparaissaient aux portes et s’éclipsaient vite accablées d’injures terribles, de cris de guerre, de cris de mort. Ils hurlaient, réclamaient l’électricité, chantaient un de profundis. Les gamines donnaient des coups de poings dans les portes. Devant la loge du concierge ils entonnèrent en choeur un couplet farouche. Le pipelet ouvrit, mais devant la troupe menaçante n’eut pas le courage de ronchonner.
    La pluie qui glissait dense calma leur effervescence, les dipersa. Pas un seul n’avait le brave pépin si nécessaire à Nantes. Courbant le dos, serrés les uns contre les autres, ils s’enfuirent se protégeant de leur mieux.
    On entendait les voix de Line et de Belle criant sur les épaules de leurs cavaliers :

  • Ho… ha… cocotte… au trot … au galop.. hua… hue…!
  • René avait passé sa main autour de la taille de Lolette. Elle se laissait blottir contre lui et ils se couvraient ensemble de sa pèlerine. En montant la rue Mathelin Rodier, il lui dit à voix basse, très doucement :

  • Tu viens chez moi?
  • Sans lever les yeux, elle répondit simplement :

  • Oui.
  • La pluie dévidait toujours sa légende incompréhensible d’une voix de grand’mère qui n’a plus de dents pour les récits des pavanes du temps jadis.

    Ludovic Garnica de la Cruz. Nantes la brume. 1905. Numérisation Odile Halbert, 2008 – Reproduction interdite.

    Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet seule une citation ou un lien sont autorisés.

    NANTES LA BRUME, Ludovic GARNICA DE LA CRUZ, Paris, 1905 CHAPITRE V. LE CLAN DES MAÎTRES

    Ludovic Garnica de la Cruz. Nantes la brume. 1905. Numérisation Odile Halbert, 2008 – Reproduction interdite.

    Les invités offrirent le bras aux dames pour passer. Les épaules nues coulaient des rivières incarnats entre les velours et les satins des robes. Les groupes se formaient. Le feu brillait dans la cheminée son souffle fauve.
    L’avoué Dosmun, trente-cinq ans, chuchotait une courbette à l’ombre de la jolie Mme Ernaud. Le mari calme, ventre en pointe, cheveux gris, gesticulait devant Varlette, l’architecte.

  • Il ne se doutera jamais qu’il est cocu ! disait un avocat imberbe, gazette de potins à son noble ami le vicomte de la Revrollière.
  • A gauche de la cheminée l’abbé Doreux, coquet, migon, galantait avec les dames.

  • Le rôle de la femme est à son extrême limite d’importance. Une femme écrasa jadis la tête du serpent, elles en ont toutes le devoir aujourd’hui. Qui ne céderait devant la force et le charme du geste féminin ?
  • Monsieur l’abbé, quand on aime son mari et que… — le reste se rougit derrière un écran opportun.
  • Se sacrifier, madame, pour la bonne cause
  • Peut-on hésiter, grogna une de la Ligue Patriotique des Françaises. Si mon mari n’obéissait pas ?…
  • René entendit. Il sourit devant la moiteur épicée de la vaillante « vertu de Lysistrata. »
    Le beau Gachard, raie cirée, bagues aux doigts, sentant l’ambrosa, — parfum nantais à la mode — aggrippa le bras de René

  • M. de Lorcin… une occasion unique… un chien magnifique… à céder pour presque rien… race…
  • Je ne chasse pas.. merci ?
  • L’autre le laissa désappointé.
    Au fumoir il salua M. Delange — bonne figure sympathique — en pleine manille avec le baron des Valormets et deux conseillers municipaux. Des Valormets, vieux garçon poivre et sel. A quoi pense-t-il sous ses sourcils épais ? Mystère ! Abonné de l’Autorité, ambitieux, désirerait être conseiller général.

  • M. Delange, j’ai passé la journée avec votre fils.
  • Il a dû vous en conter de drôles. Ce pauvre Charles déraisonne. Il installe un atelier rue Prémion, m’a-t-il-dit ?
  • Ah ! C’est lui qui encombrait cette semaine les escaliers de ses meubles. J’allais porter des bons du bureau de Bienfaisance à une misérable famille, il m’a été impossible de monter. De plus un perroquet a failli m’arracher les yeux. Votre fils pour excuses m’a prié violemment de ne pas insulter son perroquet afin de ne pas lui apprendre un langage bourgeois. Savez-vous ce qu’il chante, M. Delange, le perroquet de votre fils ? Des cantiques ! C’est un peu raide
  • Je ne laisserai jamais mon fils se moquer impunément des choses saintes, observa d’un ton rogue un des conseillers municipaux, moustaches noires très longues, crâne en pain de sucre.
  • Bah ! répliqua le banquier en riant, c’est son affaire. Qu’il fasse comme il voudra. D’ailleurs je perdrais mon temps et ma tranquillité à le sermonner. Il veut ce qu’il veut.
  • Mon fils a vingt-cinq ans, claironna le second conseiller municipal, un gros joufflu, cela ne l’empêche pas d’être d’une soumission exemplaire.
  • M. de Lorcin appelait René.

  • Colonel Hamond, je vous présente mon neveu
  • Jeune homme, répondit du ton dédaigneux qu’a le militaire pour le civil, j’ai connu votre père. Une âme loyale et honnête. C’est rare à notre époque. Il respectait l’armée, votre père, c’était un homme d’une vaillante estime. M. Béthenie vous en dira autant que moi. Tenez, le petit chauve qui joue au besigue.
  • Il désignait du doigt un homme maigre, la barbe en côtelettes, fort occupé à tricher son adversaire le notaire Séniland, rouge comme une écrevisse, les lèvres lippues et sensuelles, le crâne simili-dos de casserole fraîchement étamée.

  • Vous faites du droit ? Suivez les traces de mon ami votre oncle. Vous serez plus indépendant que nous. Sale gouvernement ! On nous met des colliers de garde-chiourmes. Chasser les moines et les bonnes soeurs. Infamie !
  • Révoltez-vous, refusez d’obéir. D’un bout-à l’autre de la France on applaudira vote courage. De l’extérieur, moins de lâcheté, s’emportait M. de Lorcin, la discipline après la croyance !
  • Des officiers obéiront toujours avec plaisir. La nouvelle épidémie des francs-maçons s’est abattue sur les casernes. D’autres pleureront, mais n’oseront sacrifier leur avenir.
  • Voilà le mal…on n’ose pas
  • Un journaliste grêle, figure de fouine, se joignit au groupe. Habitude de se glisser par les fentes les plus étroites.

  • On a peur…peur…à quoi bon les écrits, si les actes n’arrivent jamais ?… Est-ce que la canaille a peur ? Les socialistes se remuent. Si nous les laissons faire ils mettront le grappin sur la ville aux prochaines élections.
  • Vous êtes pessimiste, Maurville, n’avons-nous pas l’argent, les conférences, les fêtes ? Les commerçants suivront notre égide préconiseuse de paix et de tranquillité. Le trouble les épouvante.
  • Pas trop d’assurance. Les socialistes se sentent des bases solides. M. Réchamps prépare un vaste meeting au lancement de son navire l’Hercule. Ses chantiers sont prospères tandis que les autres subissent une crise lamentable. A quoi cela tient-il ? … Peut-être, les fonds secrets ?…
  • Pardon, interrompit sèchement René, M. Réchamps ne doit son succès qu’à son travail et son dévouement effectif pour ses ouvriers. Il les traite avec bonté ; il les connaît tous et tous le connaissent. Il ne s’agit plus d’une société anonyme où leur d’une action s’enrichit de la sueur d’un troupeau d’hommes qu’il ignore.
  • René, dit M. de Lorcin, je te prie de ne pas t’exprimer ainsi devant moi.
  • Excusez-moi, mon oncle, mais je ne permettrai par qu’on essaie de jeter le discrédit sur ma famille par des insinuations perfides et ridicules.
  • Un silence. Le journaliste pinçait les lèvres dépit. Le colonel frisait sa moustache. Le bâtonnier semblait mécontent.

  • Vous trichez, monsieur le juge, vous trichez, hurla soudain le notaire, ce roi a déjà marqué son point.
  • Pardon, pardon, soyez poli, monsieur, cria le juge, vous ne voyez pas clair.
  • Une dispute violente s’éleva. Le ton aigre devint, acide, pimenté. L’un argua de son titre de membre du tribunal, l’autre de sa situation à l’abri de tout soupçon. Le colonel voulut trancher la question. Il reçut comme un obus le légendaire : Cedant arma toquaoe. Grand émoi !… Une heure après les deux compères réconciliés se gorgaient de petits fours qu’ils trempaient dans du thé. Ces gens-là, mêmes races, se disputent, se battent pour la frime. Une vieille complicité née dans les grimoires, alimentée du suc des malheureux qu’ils rançonnent à travers le maquis des codes et des formules.
    Des éclats de rires. Un novice brun débitait un monologue drôlatique. Très fier de son succès, les demoiselles le prisaient fort, et puis, une aventure qui peut se raconter entre jeunes filles l’avait — par ses soins — rendu intéressant. Il aurait aimé, ou plutôt, une actrice ravissante l’aurait aimé ; ils se serait égaré une ou deux fois sur une place publique, et de méchantes langues – il y en a partout – l’auraient trahi. Son père serait arrivé par l’express, aurait surpris des lettres enflammées qu’il aurait à son tour enflammées, mis en branle les fermoirs ordinaires de ces genres d’histoires. « Mon seul péché de jeunesse, disait-il en riant. N’est-il pas facile de m’en excuser ? » Çà faisait songer ces demoiselles à de roses polissonneries autorisées. Le vicomte de la Revrollière gâtait tout de son cynisme.

  • Croyez-vous ? Marans !. . Ne le perdra jamais.
  • Une dame accompagna son mari : le grand air de Faust. Une autre offrit un poème de sa composition. Sans se lever, fixant les yeux sur le néant.

      Poème d’hiver !
      O les mignons oiseaux gelés dans les venelles !
      Pourquoi ne plus chanter ? tendez pour moi vos ailes !
      ………………

    On s’exclama ! Oh ! Quel talent ! ma chère, j’en pleurais ! Madame, mille compliments ! Délicieux ! Exquis ! Quelle mélodie !…
    M. de Lorcin vaniteux :

  • Madame, nous avons un autre poète parmi nous. Mon neveu voudra bien nous faire part d’une de ses oeuvres.
  • Oh ! Oui, Monsieur René, déclama en un précieux délire la dame aux oiseaux gelés dans les venelles, dites-nous quelque chose de vous ; c’est sublime, j’en suis sûr… Oh ! la poésie…le charme… le rythme qui nous berce… nous transporte… Ah ! c’est divin… Il faut avoir l’âme sensitive pour comprendre. Comment peut-on être indifférent… Dites, Monsieur René, pour l’art ?
  • René n’avait pu s’empêcher de sourire discrètement pendant le Poème d’hiver. Il refusa. Nul ne saisirait son originalité poétique ; ses auditeurs bourgeois auraient des nausées de stupéfactions. Il ne prostituerait pas ses efforts. On insistait ; on se récriait. D’aucuns semblaient le narguer. Marans paonnait, blaguant la frousse, l’insuffisance. Lassé. René céda avec un mauvais rire. Imitant le geste de Baudelaire, il s’appuya le bras à la cheminée, et de la même voix du poète des Fleurs du Mal à crier La Charogne, il laissa tomber sec : Le Chemineau. L’effet fut le même. Les bourgeois sont toujours identiques à travers le temps et les espaces, des bornes kilométriques.
    René récitait âprement la violente satyre du misérable sans gîte, ni caresse, pouilleux, chassieux, dont

      Le vent, salait les croûtes de poussières

    et sur qui

      L’ombre des feuillages pleuvaient des sueurs de soleil.

    Un silence profond, indécis ; les visages grimaçaient. Quelque chose d’inattendu qui leur secouait la peau.

    « Juif-errant du mépris le chemineau allait d’un bout du monde à l’autre. L’eau claire des fontaines

      En sa main courbée devenait, pourriture
      Et délayait le pus de ses gerçures. »

    Les auditeurs broyaient leur souffle ; un malaise gênait leur respiration. René satisfait de l’impression d’ébahir ces imbéciles qui quêtaient des vers comme on quête des gros sous, termina de plus en plus ironique.

      « Un passant cassa la jambe la moins torse du pauvre chemineau. ll se traîna sur un monceau de fu¬mier souffrir en paix. La nuit venue un chien l’attaquait. La lutte fut terrible dans le silence des campagnes. Le chien déchiqueta ses maigres chairs ; les os broyés se mêlèrent à la paille et le sang s’anhila dans le purin. Mais le chien creva empoisonné avec un long râle d’agonie et ce fut l’oraison funèbre du chemineau.
      Son glas : des vomissements laborieux,
      Vidant son âme à la porte des cieux. »

    Le salon claqua des mains par politesse ; il semblait fauché d’un froid cyclone. Les uns pensèrent : un fous, les autres : un original, d’autres : un dangereux. La dame aux oiseaux gelés se crut dans l’obligation de quelques félicitations embarrassées.
    Mme de Lorcin navrée s’écria :

  • Où vas-tu chercher de pareilles horreurs ?
  • Vous êtes anarchiste, monsieur, trancha le baron des Valormets.
  • Pourquoi avez-vous insisté ? répliqua René. Je ne fabrique pas les vers à la mesure des auditeurs.
  • Ne vous fâchez pas, Monsieur René, dit une une dame en bleu pâle, étincelante sous le casque blond de sa chevelure fleurie de chrysanthèmes. Je veux défendre votre « chemineau » contre ses détracteurs, votre talent contre les railleurs.
  • Madame, s’inclina René, vous être trop indulgente.
  • Allons donc, j’aime votre franchise. Ce qu’on pense, il faut le dire… Je vous inviterai à mon prochain five o’clock, nous causerons ensemble de poésie et de musique, pendant que le sexe faible bavardera chiffons et le sexe fort politique.
  • Oh ! sursauta le beau Gachard inquiet, et, avec toupet, se penchant à l’oreille de la belle veuve :
  • Serait-ce un rival ?
  • Peut-être, répondit-elle à voix basse.
  • Prends garde.
  • Elle laissa tomber son mouchoir.

  • Ramassez.
  • Puis plus haut :

  • Monsieur René, voulez-vous m’offrir votre bras et me conduire au piano. Vous tournerez les pages.
  • Avec plaisir, madame.
  • Gachard rageait. Si cette folle l’abandonnait pour ce René, qui paierait ses dettes ?
    Mme Verdian préluda d’un doigté léger et sûr. Son brillant morceau dissipa les troubles des esprits. René ne se sentit plus seul dans le vaste salon où les notes rossignolaient.
    La soirée continua de plus en plus animée. Les plateaux chargés de friandises circulèrent. Les flirts discrets se savouraient derrière les éventails et les écrans. L’avoué Dosmun caressa les épaules de Mme Ernaud. Marans tira de son sac des aventures imaginaires.
    L’avocat imberbe, gazette des potins, apprit en secret que Bambert le bijoutier en pinçait pour la jeune femme du juge Béthenie. Mme Verdian accaparait René de ses sourires et de ses regards caressants. Vexé, Gachard les regardait du coin de l’œil. L’abbé Doreux allongeait ses pieds au ras du feu riant et blaguant avec le cercle de ses admiratrices.
    Naturellement on jasa du Pont-Transbordeur. Les premiers pylônes étaient très avancés, là-bas, sur la Fosse. Tout Nantes le regardait grandir peu à peu, pousser son squelette troué vers le ciel. Les journaux en chronique locale avaient sur lui une tartine quotidienne. Aux devantures des libraires et des buralistes, on ne voyait presque plus que son portrait. Les éditeurs se disputaient la nouveauté des premiers pas. Et l’on parlait des cartes postales. C’était la mode. Une fureur insensée pour ces bouts de papier, ces brins d’images.
    Au fumoir les groupes discutaient sur la conduite à tenir pour les prochaines élections législatives.

  • Prenons la corde, prenons-la bien, ne la lâchons pas. Défendons nos droits jusqu’au bout. Le préfet est à la solde de Combes. Résistons. La ville le sait ; nous sommes les protecteurs du commerce.
  • Les condamneriez-vous les pauvres moines, M. Béthenie ?
  • Non ! Non ! Je suis des vôtres, vous le savez bien !
  • M. Varlette, soupira une dame qui venait chercher son mari pour partir, une pierre est tombée à deux mètres devant moi sur les marches Saint-Pierre. Il y aura des tués avant peu.
  • Nous y songeons, chère dame, nous y songeons, vous serez protégée.
  • Minuit sonnait à la pendule. Déjà.! La brouhaha du départ s’accélérait de-ci, de-là.

  • Maman, mon chapeau !
  • Charles, mon éventail !
  • Tu me dépeignes ; fais donc attention !
  • Comment trouvez-vous ce manteau ?
  • Merveilleux ; vous êtes exquise !
  • Au revoir, ma Loulou.
  • Au revoir, Clémence.
  • M. de Lorcin arrêta son neveu au passage.

  • René, un mot. J’ai des reproches à te faire. Tu as manqué d’amabilité ce soir. Ta conduite a pu froisser bien des personnes.Tu sais le rôle important que joue la plupart de mes invités dans la vie des affaires nantaises, que nous sommes tous des militants de la bonne cause réunis chez moi en sécurité. Tes paroles pourraient me nuire à leurs yeux. Tu t’écartes des principes que nous t’avons donnés. Prends garde de faire fausse route et de ne pas regretter plus tard le chemin parcouru alors peut-être qu’il ne sera plus temps.
  • Mme Verdian ôta la réponse aux lèvres de René.

  • M. de Lorcin, j’abuse de votre neveu. ll vous fait honneur par sa galanterie. Je vais le prier de m’apporter ma fourrure.
  • René aida la jolie veuve à s’enfouir dans les poils duvetés. Sa main frôla la gorge chaude. Elle lui sourit de ses dents claires. Bientôt elle fut pelotonnée dans sa voiture. René lui baisa la main.

  • Vous viendrez me voir… votre parole !
  • Gaschard s’avança furieux.

  • Puis-je vous accompagner jusque chez vous ?
  • Ses yeux flambaient dune colère mal contenue.

  • Merci, Monsieur, railla-t-elle, le soleil éclipse les étoiles.
  • René comprit. Et, tandis que la voiture fuyait sous les arbres du boulevard, il lui confia légèrement moqueur.

  • Je vole pas les situations… spéciales.
  • L’autre blémit, leva la main. Mais René lui tourna le dos et s’en alla dans le rire flottant de la lune, cire coulée parmi la nappe nocturne.

    Ludovic Garnica de la Cruz. Nantes la brume. 1905. Numérisation Odile Halbert, 2008 – Reproduction interdite.

    Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet seule une citation ou un lien sont autorisés.

    NANTES LA BRUME, Ludovic GARNICA DE LA CRUZ, Paris, 1905, CHAPITRE IV : LE PEINTRE.

    Ludovic Garnica de la Cruz. Nantes la brume. 1905. Numérisation Odile Halbert, 2008 – Reproduction interdite.

    Dimanche !
    A poignées les cloches jettent leurs appels dans l’embrassade de la ville. Ça danse au-dessus de clocher en clocher ; ça saute de toit, en toit ; ça se repose à califourchon sur les cheminées ; ça se meurt au fond des lucarnes ; ça dégringole aussi contre les fenêtres faisant trembler les vitres des dormeurs ; çà bondit de pavé en pavé, du trottoir aux égouts. Une bacchanale assourdissante de danseurs égrillards ; une fusillade de sons qui crépite en l’air, qui se répercute de fusées en fusées.
    Les tours de la cathédrale ébranlent leurs crânes qui se pelliculent. Sur le parvis une large traînée multicolore s’engouffre dans les gueules des portails avec un bruit de marée.
    Place Saint-Pierre René aperçut Mme Lonneril et sa fille qui se rendaient à la grand-messe. Il les suivit.
    Les dalles frémissaient sous les chatouillements de la foule cherchant des places. Les chaises hystériques se trémoussaient de main en main. Le troupeau des fidèles alignés dans la nef semblait une prairie semée de feuilles d’automne et d’éclaboussures de printemps.
    Un coup de cloche. Le Suisse, bariolé d’or et de rouge comme un polichinelle du jour de l’an, précédait de sa pertuisane les choristes et les prêtres chamarrés de chasubles éclatantes. Les orgues surgirent leurs accords étincelants – le rythme vers les voûtes s’élevait, se croisait, se cassait, pleuvait en morceaux écaillés. Et les chantres hurlèrent la liturgie musicale – fracas grotesque hebdomadaire.
    Ils beuglaient pour leur argent, – ineptes ventrus ouvrant des gueules de crocodiles affamés. Mesquine ritournelle à côté de ce qu’on peut rêver de nécessaire à la majesté du temple : les anges des vitraux descendant accompagner les hymnes divines de la romance des harpes mélodieuses.
    René avait un pli de raillerie au bord des lèvres, un pli de rancune contre ces cérémonies déchues à la vapeur – exécutants aussi pressés d’en finir que les auditeurs. Rares ceux ou celles songeant au mystère religieux qui s’accomplissait entre les doigts de l’officiant. Les femmes détaillaient les coupes des robes voisines, les hommes laissaient flotter leur esprit à des souvenirs quelconques, au froufrou des soies et des parfums.
    En face, la vaste prestance de Mme Lonneril se découpait dans la lumière d’entre les rosaces et sa fille luisait ses beaux yeux pers à travers le rai d’un soleil audacieux. René sentait qu’elle l’avait aperçu. De temps à autre elle le regardait d’un coup d’oeil sous l’envergure de son chapeau grenat lorsqu’il tournait la tête. René bercé de ce manège enfourcha les chimères qui chevauchent le long des lacs azurés et des solitudes éternelles à deux. Par les vitraux de son âme filtraient des silhouettes de dévotions savantes et hasardeuses.
    Le tintement désagrable des quêtes et des chaisières réclamant leur obole balayait d’ombres les lumières imaginatives. Grêle moqueuse sonnant la réalité aux pieds des enseignements du Jésus grelot¬teux sur sa croix de pierre cramponnée au torse d’un pilier.
    A la sortie, il s’arrangea pour saluer les Lonneril. Le sourire gracieux de la jeune fille compensa la raideur froide de la mère. Chacun se perdit dans la masse des ambiants.
    René, indécis, ne savait quel chemin prendre lorsqu’une main lui frappa l’épaule :

  • Eh ! bien, René; on n’avertit plus les amis de son arrivée !
  • De Lorcin se détourna. Un jeune homme de sa taille, maigre, avec des cheveux bruns, une barbe des yeux profonds et noirs où brûlait une violence qui contrastait avec la douceur de sa voix.

  • Je n’ai pas eu le temps, mon cher ami, de t’écrire. Mon voyage s’est décidé brusquement. Je comptais me mettre à ta recherche aujourd’hui même. Que deviens-tu ?
  • Ne restons pas ici. Viens chez moi, dans mon nouvel atelier rue Prémion. Nous causerons à l’aise.
  • Nous sommes voisins ; j’habite à cette seconde fenêtre.
  • Quel hasard !
  • Et bras dessus, bras dessous, les voilà partis gesticulant comme des fous dans la rue Mathelin Rodier qui conduit devant le château à la rue Prémion.
    Près du ciel ! Au quatrième étage.

  • Oh ! hisse ! souffla René,
  • En haut :

  • Prends la peine d’entrer, dit Charles en ouvrant une petite porte brune.
  • C’était une longue salle éclairée par trois fenêtres, deux s’ouvrant sur le château et la Loire, la troisième sur le nez des arbres du cours Saint-Pierre. Avec cela un désordre augiatique : tentures bleues, vertes, junes, traînaient çà et là parmi les peaux de bêtes sur le sol, dans les fauteuils, des sophas chevauchaient de malheureux poufs étouffés. Les fleurs bombaient des caisses ; le mur était couvert de plâtres antiques comme des verrues grises. Les chevalets supportaient des toiles, les unes immaculées, les autres inachevées ou cachées sous des voiles épais. Aussi des croquis bizarres d’êtres étranges, de femmes androgynes, d’animaux monstrueux, des têtes de serpents en cuivre, des tapis, des chiens et des écureuils empaillés, un méli-mélo de luxe et de bric-à-brac au centre duquel un gros ara juché sur un perchoir peint comme une vieille grue braillait de temps en temps des cantiques. Son maître à ses heures d’ennuis les lui apprenait. Çà me rappelera l’éternité, disait-il !

  • Voici ma turne ! Qu’en penses-tu, mon vieux René ? Ce n’est pas en ordre ; je ne suis pas encore organisé. Prends un siège où tu pourras. Ah ! que je te présente Bigot.
  • Il s’approcha du perroquet.

  • Monsieur est mon meilleur ami. Tu n’iras donc pas lui piquer le cerveau lorsqu’il rentrera ici sans moi. S’il amène son chien, son chat ou sa maîtresse, tu seras poli et galant comme il convient. Je t’autorise à les assourdir de cantiques. Si ça ne leur fait pas de bien, ça ne pourra pas leur faire de mal.
  • Bigot battit de l’aile et d’une voix rauque, entonna:

    Esprit Saint, Dieu de lumière…

  • Quel à-propos ! L’Esprit-saint va suffisamment nous éclairer.
  • Charles, au collège tu étais dévot.
  • Le peintre haussa les épaules.

  • Ils m’ont dégoûté par leur surabondance. J’ai encore la foi, une foi d’artiste qui veut le champ libre et non la cage noire d’un Credo.
  • Peut-être as-tu raison. Nous ne sommes pas ensemble pour polémiquer. Dis-moi comment tu te trouves possesseur de ce palais aussi hétéroclite que sompteueux ?
  • Charles s’allongea dans une chaise longue, alluma une énorme pipe, et, au centre d’un véritable feu de cheminée.

  • Tu sais que mon père est banquier rue de la Barillerie. Quand j’ai atteint mes vingt et un ans il m’a offert la rente de ma mère à condition de lui en laisser le capital. J’ai accepté. Elisons, me suis-je dit, un domicile indépendant. Pendant un mois, j’ai visité plus de cent logements, l’un manquait de ceci, l’autre de cela. A bout de patience et craignant de me caler dans une cave, j’ai terminé en celui-ci mes laborieuses pérégrinations. Il me plaît : soixante quinze marches, vue splendide sur la Loire, enfin le château m’illusionne un peu sur une époque abâtardie de crétinisme.
  • Il aspira quelques bouffées.

  • Ce que j’aurais rêvé pour logis ce sont les restes du château. Depuis Mercœur il dort inutile et sans force. Au lieu de laisser croître l’herbe sur ses membres fatigués des luttes, on le rafistole maladroitement, on le farcie d’ignobles badigeonnements on éventre ses toits, on case des soldats malpropres et brutaux. Où êtes-vous, éclats des seigneurs, chansons des lances, mortdieux des hommes d’armes ?… Dans l’oubli des jurons paillasses de nos pioupious.
  • Charles s’était, levé allant de la fenêtre à René qui écoutait impassible l’exaltation de son ami.

  • Dégoûtant ! Ces vieux murs bestialement frôlés par les actuels parasites lourds et gauches transportant les seaux de vidanges regrettent les pages roses qui glissaient jadis leurs pas malicieux!.. Ils montent la garde à la grille. Devant quoi, les brutes ! Des masses de flingots absurdes entassés dans les logis sacrés des vestiges d’antan… Les ombres des ligueurs doivent s’amuser follement des débris guerriers en culottes rouges qui somnolent du pont-levis à la chambrée.
  • Charles fumait terriblement.

  • Il paraît qu’un architecte a manifesté le désir de l’arracher du croc des rustres, de lui redonner son prestige d’autrefois. Et cela !… Devine !… non… C’est impossible !… Pour y loger les puces de l’hôtel de ville, les gratte-papier, les bureaucrates, et même les conseillers municipaux !… Mais, bon Dieu ! si je voyais cela, j’écrirais en grosses lettres sur les tours… Défense est faite au nom de l’art de déposer ici des ordures !... Qu’il trouve d’abord les nobles gestes des châtelaines, leurs fiers manteaux de pourpre et d’azur !… Qu’il fasse miroiter les cuirasses au clair soleil de Dieu, surgir les galantes bravoures des chevaliers !… Sera-ce avec son électricité et redingotes macabres ou bien avec l’ombre palinodienne de son haut de forme ? Hein, René, ça les flatterait ces bourgeois de conduire leurs fiancées en robles blanches au château s’unir devant la ceinture tricolore d’un maire. Les petites commerçantes auront des nausées de princesses et le calicot sentira un vent de fronde lui brûler le derrière… Qui sait si un gros négociant n’achètera pas plus tard les ruines retapées pour y loger ses confitures ou ses sardines ?
  • Toujours fumant il revint se planter sous la lumière de la fenêtre.

  • Au lieu de nous honnir, ils devraient nous en faire cadeau à nous les artistes. Nous remplirions d’eau les fossés où croissent les pommes de terre et haricots du chef des troupiers. Nous chasserions la clique qui se vautre dans son domaine respectable, et nous le laisserions s’ouvrir peu à peu à la disparition d’une terre qui ne le comprend plus… Vois-tu, René, nous errerions dans les vastitudes des salles avec de longues robes, songeant à des puretés immenses. Les échos se lanceraient nos gestes harmonieux. A travers les lézardes agrandissantes aux lèvres moussues nous boirions dans la nuit l’or des étoiles et dans le jour le velours du ciel… Le pont-levis serait levé. Nul profane ne viendrait souiller notre sanctuaire… Ombres des preux assoiffées d’idéal, trop faibles pour les cavalcades ensoleillées… Pâles et silencieux nos manteaux flotteraient au vent de l’ensevelissement !
  • Il se tut, tirant les dernières bouffées de sa pipe cependant que le perroquet hurlait sur son perchoir un triomphal Tantum ergo.
    René applaudit l’épilogue. Charles cria : « Bigot, ferme ton bec tonnerre de sort, ou je te flanque ma pipe dedans. »
    Devant le terrible geste Bigot poussa des cris stridents, battit de l’aile et s’enfuit précipitamment sous un pouf éloigné.

  • Tu étais sublime, Charles.
  • Ridicule. Par les temps qui courent toute franchise est sosie de sottise… Ça m’a creusé l’estomac… Si nous allions déjeuner ?
  • Volontiers.
  • Les deux amis quittèrent l’atelier et le perroquet réintégra ses pénates.

    Ils passèrent l’après-midi ensemble, déambulant n’importe où, heureux de se trouver côte à côte, de causer d’art, de peinture, de musique, de poésies préférées. Ces bavardages semblent enrager les aiguilles banales des cadrans et accélérer ainsi leur voyage.
    Ils arrivèrent par hasard sur le cours Saint-Pierre où l’ombre de l’abside de la cathédrale et des ruines moisies de l’Évêché, cravatées de touffes d’arbres, s’épanouit par les rondes enfantines et les vieux qui pérorent assis en chiquant et bavant dans le sable. A l’extrémité se détache, sous le plein ciel, le monument des Enfants de la Loire-Inférieure morts pour la Patrie, groupe allégorique entouré de soldats modernes et flanqué des statues fraîchement brossées d’Anne de Bretagne et d’Arthur III, rigides ainsi que des valets de bonne maison.
    Tous deux s’étaient approchés.

  • De ma fenêtre à travers les arbres, j’aperçois ce groupe… Bareau son auteur est un véritable artiste… C’est si vrai que le Conseil Municipal l’en a bafoué le jour de l’inauguration… si vrai encore que le goût ignare des Nantais l’insulte tous les jours de ces quatre soldats de bronze l’arme au pied du socle… caricatures de je ne sais qui ?… J’enrage pour lui, et jai parfois des envies folles de jeter à l’eau ces quatre chauve-souris que des rustres ont clouées là, comme si c’était la porte de l’écurie de l’héroïsme.
  • A ce moment deux belles filles passaient et les regardaient en souriant. Puis l’une d’elles à mi-voix.

  • Charlot.
  • Le peintre se détourna.

  • Tiens ! Touffe d’or… Voilà huit jours que je te cherche. J’ai failli croire à ton enlèvement.
  • Pas encore, mon petit… Nous habitons place Viarmes.
  • René, dit le peintre, je te présente Mlle Berthe, Touffe d’or, et son amie..?
  • Lolette, acheva Touffe d’or, débarquée hier soir.
  • Mesdemoiselles, mon intime ami René de Lorcin… Je te cherchais Berthe pour t’inviter à l’inauguration de mon atelier.
  • Tu as un atelier… chouette !
  • Rue Premion, ma chère, au quatrième. Tu amèneras Mlle Lolette. C’est convenu, mercredi soir à huit heures.
  • Lolette, Lu acceptes !
  • Sur un signe de tête de celle-ci elle reprit :

  • Convenu, Charlot. On ira sans manque.
  • Amène qui tu voudras, pas d’hommes. On boira du champagne et du thé… Allons, au revoir.
  • Pourra pas te voir avant !
  • Non! Non mercredi. Je ne reçois personne. Je me prépare comme les écuyers d’antan avant le jour solennel de la chevalisation.
  • Chevalisa… Quoi ?… Quelle vertu ! Charlot… A ce soir quand même !
  • Elles se sauvèrent en riant comme des folles, saluant de joyeux coups de tête.
    La meilleure des pâtes cette Berthe, dit Charles en prenant le bras de son ami.
    Elle est gentille la brune Lolette, répondit René.

  • Ah ! les femmes, ce sont les chaînes de nos utopies. Nos doigts lassés de caresser les rêves se reposent en leurs cheveux.
  • Pourvu qu’ils n’y restent pas captifs un beau jour et n’y trouvent une absurde sénilité.
  • Une foule considérable traversait le cours d’un bariolage millénaire.

  • Allons au Jardin des Plantes, dit René. Il doit y avoir musique.
  • Ils prirent la rue du Lycée, s’arrêtèrent une seconde devant le Palais des Beaux-Arts lamé de statues comme un boléro d’actrice, ne prirent garde à la riante souricière appelée Lycée et franchirent la grille du Jardin des Plantes. A l’entrée sommeille dans l’oubli d’un songe vieillot la statue du Docteur Ecorchard, fondateur dudit jardin, troublée seulement par la bascule sa compagne ayant sa légende traditionnelle

    Qui souvent se pèse bien se connaît
    Qui bien se connaît bien se porte

    et par les promenades qu’on lui impose de temps en au travers des allées à la recherche d’une place introuvable. Au centre de l’allée des magnolias la musique déploie ses étoffes éclatantes au-dessus d’une foule en spectacle semée de rares auditeurs. La fourmilière bariolée s’agite par les allées de sable fin et les ponts rustiques. De gentes cascades ont des rires grelins étouffés dans les lierres. Les bébés blonds ou roses s’asseoient sur les roches graciles et croquent à belles dents les gâteaux de la marchande au bonnet gauffré. Ils partagent avec les poissons gourmands qui fendent des rides à l’eau calme. La voiture aux chèvres trottine ses petits pas bruyants et les mignons voyageurs un doigt dans le nez prennent le sérieux de circonstance. Des boutons clairs aux poils artistement soignés crèvent la chair verte des pelouses. Les hérons pensifs de l’éternité des au-delàs côtoient les gros canards repus qui se grattent le jabot. Sur le miroir des pièces d’eau, entre les roseaux abêtis et les maisonnettes des îles frelatées, un jet siffle des grelots d’argent et des cygnes majestueux voguent les calices blancs de leur immaculation. Au sommet du labyrinthe ombragé de fronts orgueilleux d’arbres et, d’essences exsangues ils trouvèrent Charmel et Ormanne assis sur un banc.
    Charles les invita à sa plantation de crémaillère. En descendant ce furent la petite Belle et son inséparable Line — deux gringalettes avec des yeux fripons, voire canailles, gamines trop avancées pour leur âge. Elles promirent de venir. Du moment qu’on rigole, ça va !
    Peu à peu René ne prêta plus qu’une oreille distraite aux propos de son ami. Il cherchait quelqu’un dans la foule. Etait-ce le hasard qui l’avait amené au jardin ? Il eut un regard joyeux quand les Lonneril entrèrent dans la meme allée, salua, et sourit à la jeune fille qui venait de lui répondre. Charles lancé dans une théorie fulminante ne s’aperçut pas que René lui faisait suivre les Lonneril. De temps en temps Mlle Lonneril se retournait discrète. Alors René devint loquace, brassant en un langage ironique tout ce qui lui tombait dans l’esprit.
    Les Lonneril rentrèrent chez eux. Les deux amis arrivèrent place Royale au coeur de la ville. La nuit tombait. René vit l’heure de se rendre chez son oncle.

  • Tu dînes chez M. de Lorcin. Tu y trouveras sans doute mon père ; il est banquier de ton oncle et de toute sa bande.
  • Ils montèrent, la rue Crébillon, heurtés par les groupes qui venaient en sens inverse, promeneurs sous l’arc des lumières électriques.

  • Mon cher René, je ne te dis pas à mercredi. Viens quand tu voudras, ma porte et mon dévouement ne te seront jamais fermés.
  • Merci, Charles, répondit René, en lui serrant affectueusement la main, merci, une amitié comme la nôtre n’a pas besoin de s’affirmer. Je suis ton frère quoi qu’il arrive.
  • Ils savaient qu’un pacte inexprimé et inexprimable en langage humain s’était inscrit dans leurs âmes soeurs, gravé dans leurs coeurs. Un lien étroit et tenace qui les unissait malgré tout.

  • Des journées passées ensemble sont des fruits d’or cueillis à l’arbre de la vie.
  • Et, nous aurons des veillées d’art où nous boirons des rêves tranquilles loin des brutes qui nous entourent.
  • Hélas ! Nantes ne comprend pas l’expression véritable du beau, l’art éternel qui se transforme à chaque génération dans les cerveaux de ses dévots, l’art qui chaque jour se sublime dans une nouvelle expression. Elle trame glorieusement les haillons sordides des vieilles modes.
  • Il nous faut la conquérir de nos audaces, de nos juvéniles passions. Etonner ses gros yeux cerclés de préjugés, remuer son âme du fracas exubérant des nôtres.
  • Faire l’éducation des bourgeois à coups de bottes dans le derrière. Prendre d’assaut ses murailles alourdies de mesquineries à la pointe de noire génie !
  • Il montait se mêlant à l’écho de leurs paroles exaltées le bruit des rues sceptiques des lumières, répercuté par les regards comme un rire indéfini ment sarcastique.

    Ludovic Garnica de la Cruz. Nantes la brume. 1905. Numérisation Odile Halbert, 2008 – Reproduction interdite.

    Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet seule une citation ou un lien sont autorisés.

    NANTES LA BRUME, Ludovic GARNICA DE LA CRUZ, Paris, 1905 CHAPITRE III. LE BATONNIER ET L’ARMATEUR

    Ludovic Garnica de la Cruz. Nantes la brume. 1905. Numérisation Odile Halbert, 2008 – Reproduction interdite.

    Vers deux heures de l’après-midi René alla rendre visite à son oncle paternel. M. de Lorcin, avocat de talent, bâtonnier de l’ordre, président d’une société de Saint-Vincent de Paul, et de beaucoup d’autres cercles catholiques, patriotes, d’études, habitait boulevard Delorme. Sa politique militante et autoritaire, jointe à une très sûre érudition lui donnait une influence considérable dans la ville. Le parti Catholique et réactionnaire le regardait, non comme un chef, mais comme son soutien le plus nécessaire. Son besoin de calme pratique ne lui aurait jamais permis de se mettre en tête d’un groupe par trop agité. Fait d’un seul bloc, il respectait ses croyances comme sa vie, n’avait qu’une ligne de conduite : le devoir. Qu’était son devoir ? Pour lui l’obéissance indiscutable à la foi de ses aïeux. Au premier rang à toutes les fêtes religieuses, il suivait le dais aux processions, et méprisait carrément ceux qui ne pensaient pas comme lui. Sa femme, aussi rigide que son mari sur les principes religieux, passait une partie de sa journée à l’église ou dans des réunions pieuses, l’autre dans la surveillance tyrannique de son personnel. Jamais grâce d’un mot grossier, d’une allusion légère, cerbère inquisiteur de l’accomplissement des rites « chez des catholiques, disait-elle, nul n’a le droit d’être impie. » Quoique mariés tard ans amour, ils s’aimaient par devoir, fidèles par devoir à loi la conjugale. Jarretière égoïste et utilitaire qui les ceint d’une honnêteté bien pensante, éminemment respectable et respectée.
    En arrivant sur le boulevard René fut douloureusement surpris. Au lieu de la lointaine et splendide voûte aux doigts fluets que formaient l’allure hautaine des arbres géants entrelaçant leurs innombrables arceaux, c’était une allée somnolente d’idiotisme avec son asphalte au centre comme un cordeau écrasé, bordée d’embryons arborescents emmaillotés dans des grilles mal équilibrées. Où l’ombre quiète des feuilles d’automne versait ses caresses moites, la crudité quelconque d’une place de marché avec de rachitiques nourrissons à la couvée. A l’entrée, La statue du docteur Guérin qui doit être étonné d’avoir un tel monument à sa gloire bourgeoise ! Et maintenant que les grands arbres sont morts du venin de la meute épicière, il domine sa taille sombre en sa redingote vénérable.
    Quelle raison indispensable avait pu pousser les édiles de Nantes à cette sauvage battue ? René tourmentait encore son cerveau lorsqu’il sonna à l’hôtel de son oncle. Un garçon en livrée vint lui ouvrir et le fit entrer au salon. Une vaste salle encombrée de meubles et de tentures indifférentes dans leur couleur sévère malgré leur richesse. M. de Lorcin arriva presque aussitôt. Grand, fort, la barbe grise, il se montra très affable.

  • Mets-toi à ton aise. Prends ce fauteuil.
  • Il lui demanda des nouvelles de sa santé, où il habitait.

  • Alors, mon neveu, tu n’as pas pu rester chez mon toqué de frère à Brest. Il n’en à pas pour longtemps à vivre, n’est-ce pas ? Les rhumatismes lui joueront un mauvais tour.
  • C’est malheusement vrai, il baisse de jour en jour. Il est bizarre, mais il à été très bon pour moi.
  • Enfin, tu t’ennuyais à Brest et tu reviens dans notre ville. Çâ me fait plaisir. Tu n’as pas la manie de Paris comme tous les jeunes gens de ton âge. Tu seras cent fois mieux ici, car en ta tante et moi, tu trouveras les remplaçants directs et naturels de ton père et de ta mère. Nous avons le droit et le devoir de te considérer comme notre enfant puisque le ciel n’a pas voulu nous en donner.
  • Mon oncle, je vous suis très reconnaissant de …
  • M. de Lorcin poursuivant une idée l’interrompit.

  • Pourquoi n’habiterais-lu pas avec nous ? La vie de famille est beaucoup plus salutaire aux jeunes gens. J’en ai déjà parlé à ta tante, elle est parfaitement de mon avis. D’ailleurs elle ne va pas tarder à entrer. Elle est – ce me semble – à une réunion de dames patronnesses. Elle t’en causera elle-même.
  • Je vous remercie, mon oncle, de votre bonté, mais je tiens à rester libre. Tout en étant familier de votre demeure, vous ne m’en voudrez pas de me conduire seul, ou du moins de l’essayer.
  • Hum ! Hum! C’est très joli la liberté. On en raffole et l’on fait, des bêtises. Fais connue tu voudras, je n’ai aucunement le droit de mettre obstacle à ta volonté. Mon devoir m’autorise cependant à te donner d’excellents avis, que ton père te donnerait s’il était de ce monde. Défie-toi des relations quelconques. Choisis les amis véritables, c’est-à-dire ceux qui ne te conduiront pas au mal. Tu es d’une famille catholique, observe tes devoirs religieux. Marche la tête haute, sans qu’on puisse jeter le moindre reproche sur ta conduite. N’être pas un écervelé, avide de fantaisies malsaines, capables de n’entraîner autre chose que la tristesse et le déshonneur. Le devoir, mon ami, accomplir son devoir. Pour t’aider tu devrais faire partie d’associations sérieuses qui seront, une aide à ton inexpérience et qui te feront connaître l’élite de la meilleure société.
  • Sur ce point-là, mon oncle, permettez-moi de réfléchir ; vous connaissez depuis longtemps mon esprit d’indépendance absolue.
  • Oui, et j’en ai peur. Bref, nous en reparlerons. Tu es arrivé hier soir, tu n’as pas eu le temps de songer à ces questions. Retiens bien ceci, je dois être ton guide et je tiens à ce que tu sois digne de ton oncle… Assez sermonné… as-tu vu l’armateur ?
  • Il désignait toujours ainsi avec une moue de dédain le mari de sa soeur.
    Les deux hommes ne pouvaient se sentir. Cette haine venait de leurs divergences d’idées, et, aussi d’une sourde rivalité de puissance. M. Réchamps, l’armateur, libre-penseur et socialiste influent, était le chef d’un nouveau parti en voie d’augmentation. C’était le terrain qui tremblait sous les pas de la réaction alors maîtresse de la ville. M. de Lorcin aurait bien voulu empêcher son neveu de l’aller voir, mais comment ? René voudrait-il embrasser une haine sans raison pour lui envers un oncle qui l’affectionnait beaucoup.
    Interloqué par cette brusque question René qui savait répondit vexé.

  • Non ! Ma première visite à la famille était pour vous puisque vous êtes l’aîné, mais je compte aller chez lui aujourd’hui même. Ne dois-je pas également le respect à tous mes parents ?
  • C’est vrai… c’est vrai… grommela M. de Lorcin.
  • Il se leva pour écouter à la porte. Un bruit de pas se fit entendre.

  • Voilà ta tante.
  • A l’apparition d’une longue femme roide, vieillie par des bandeaux grisonnant à ses tempes, René se leva et tendit, respectueusement le front au baiser obligatoire.

  • Bonjour, ma tante, vous allez bien.
  • Je suis fatiguée. Cette réunion m’a donné la migraine. Le rapport de la secrétaire sur une de nos chères sociétaires était trop considérable. Enfin qu’importe, c’est pour le bien !
  • Elle s’installa dans un fauteuil et se penchant vers son neveu l’accabla de mille et une questions, lui donna mille et un conseils qu’approuvait du bonnet son époux. Déclarant se substituer à sa mère, elle lui traça minutieusement le genre de vie qu’il devait avoir, les vertus qu’un jeune homme chrétien devait ouvertement pratiquer. La rengaine de l’oncle redite d’un ton plus sec, avec plus de précision dans les mots. Mme de Lorcin ne mâchait pas ses paroles.

  • Faire la noce, mon enfant, c’est être pire qu’un pourceau
  • Pour voir plus vite la fin de cette insipide énumération, René acquiesçait à tous les désirs de sa tante. Celle-ci satisfaite se mit à lui parler du passé, de sa famille, de sa carrière future, de ses aspirations. Sur ce sujet la conversation dura longtemps.
    René fut fort enchanté lorsque son oncle lui donna congé par ces mots :

  • Nous sommes aujourd’hui jeudi.Tu n’auras pas trop de deux jours pour mettre un peu d’ordre dans ton nouveau genre de vie. Viens dîner dimanche soir à sept heures. Nous inviterons des hommes éminents dont tu seras enchanté de faire la connaissance.
  • Au moment de partir René se souvint de la tonte ridicule du boulevard.

  • Dites-moi donc, mon oncle, pourquoi l’on mutilé ainsi le boulevard Delorme ? Lui, si joli autrefois est bien mesquin et laid maintenant.
  • Laid, ma foi, non ! Et puis la beauté après l’utile. Les grands arbres nous amenaient trop d’ombre et d’humidité. Nous nous sommes solidarisés et avons obtenu de la municipalité qu’on nous délivra de nos maux.
  • Tu vois, reprit à son tour la tante, le jour entre librement par les fenêtres, et nos meubles ne moisissent plus.
  • René descendit la rue Franklin. Commençaient déjà à se vomir des rues Scribe et environnantes le monde criard des trottoirs. Ce quartier leur appartenait comme autrefois les Juifs étaient parqués alentour la rue de la Juiverie. Elles préparaient leurs engins de chasse autorisée dans les brasseries et les principales rues. Hardi les vautours clairs A.G.D.G. Les imbéciles s’émerveillent ; les mâles s’incendient !
    René franchit la place Graslin ombrée de son théâtre aux huit colonnes, traversa d’une extrémité à l’autre la rue Jean-Jacques Rousseau, étroite et raide comme un manche de parapluie. Place de la Bourse avec sa couronne d’arbres et ses saltimbanques de passage entourés de badauds en guenilles, Il regarda l’horloge marquer cinq heures. Longeant le monument, il arriva sur la place du Commerce.
    Un tintamarre indiscontinu assourdissait les oreilles. Les lourds camions résonnaient brutalement sur les rails enchevêtrés des tramways. Ceux-ci, guêpes fauves autour de leur kiosque central, bourdonnaient et toussaient à qui mieux mieux. La voix des employés fléchaient : Les voyageurs pour Rennes, en voiture… La Bourse, tout le monde descend… Pirmil… place Mellinet.,.. Doulon, en voiture ! … Les sifflets piaillaient ordonnateurs de la volée éparpillante. Les vendeurs hurlaient les journaux du soir, les jouets d’enfants, l’indicateur des chemins de fer. Sur la ligne qui coupait le quai, les trains passaient brassant du vacarme. C’était certes la place la plus mouvementée avec sa ceinture de hautes maisons : — du Phare de la Loire, un des grands journaux quotidiens de Nantes projetant ses rayons sur toutes les branches du commerce et de l’industrie, le palais de la Bourse figeant l’heure à sa paupière rigide — qui se mourait jusqu’au fleuve d’or brun.
    René rencontra son oncle dans le couloir de son appartement.

  • Quelle surprise ! Ma femme est sortie. Viens avec moi. Je vais place de l’Écluse ; nous causerons en route.
  • M. Réchamps, petit, sec, pétillant, quarante ans, prit le bras de son neveu. Il entama une conversation alerte. René lui raconta sa visite chez M. de Lorcin, les conseils salutaires de l’oncle, le catéchisme de la tante.

  • Hein ! mon petit, tu n’as qu’à t’acheter une ceinture de chasteté dont tu leur donneras la clef. Quand on est jeune, on s’amuse, que diable ! Çà vous bâtit un homme mieux qu’une mère. Les femmes nous montrent la vie réelle avec ses embûches et ses hypocrisies. Il faut aller dans ses sentiers autrement qu’une gourde. Voici trois avis qui te seront plus salutaires que les badauderies des Lorcin. Prends les femmes que tu voudras ou que tu pourras, ne te ruine pas et ne te rends pas malade.
  • En devisant ainsi, ils arrivèrent sur le pont de l’Écluse.

  • Attends-moi un instant, j’en ai pour cinq minutes.
  • Resté seul René s’accouda à la balustrade. L’écluse grouillante et moqueuse grondait, vomissant le long des pilotis et des vannes des jets de salive blanchhâtre. Interminable déroulement d’une pièce de satin bouillonnée de plis et de replis chatoyant d’un blong diapré. Les énormes chalands heurtaient du front les portes qui s’ouvraient en grinçant des dents ; ils descendaient lentement et lentement leur voyage du même pas têtu. L’amas des pourritures de l’Erdre venait entremêler ses charognes crissant des odeurs saturées d’infection. Toujours des spectateurs s’arrêtaient devant ces tourbilIonnances affolées, là, ainsi que des intrigues que nuI passant ne peut dénouer. Lorsque M. Réchamps revint, ils montèrent en ensemble la rue de Feltre et la rue du Calvaire. Des bouffées de musique balayèrent leurs oreilles des portes entrouvertes du café Riche.

  • Entrons, dit l’oncle.
  • Ils s’installèrent sur les coussins d’un angle libre pour être plus à l’aise et mieux observer.
    Le café était comble. Les lumières croulaient vers les visages attentifs et la pâleur des tables de marbre. Les consommations reluisaient des princesses naïves bariolées dans un bal où la toilette verte des absinthes se reflétait dans les manteaux grenats ou jaunes des sirops. Sur un piédestal improvisé, l’orchestre raccrochait des lambeaux d’art au passage. Les femmes en blanc lilial avec des ceintures à gros nœuds ; leurs yeux agrandis sous les fleurs isolées d’un parterre de chevelures. Des hommes, quelconques, plongés dans un hébétement sournois. Les bourgeois écoutaient suffisamment silencieux, les valses de Waldteufel ou les fantaisies de Faust et des Huguenots, satisfaits davantage de l’exhibition des femmes sur un tréteau — proie facile à la curiosité de leurs regards secrètement pornographiques. A la fin de chaque morceau, elles passaient entre les groupes une assiette en main ; ils allaient de leurs gros sous, payant la jouissance de se sentir frôler par les corps des dames. Le fruit défendu qu’ils évoquaient en la fumée des cigares et la mousse des bocks, qu’ils rêveraient à la sortie. Un peu d’animalité pure que le voisin ne trahira pas, qui crève à la surface au contact peureux des qu’en-dira-t-on.

  • Le brun à la moustache cirée, les cheveux teints, n’est-ce pas Malteigne ?
  • Tu connais donc, René, ce vilain monsieur ?
  • Qui ne connaît pas le procureur de filles…
  • Et le vieux là-bas qui roule des yeux cuits sur la blonde violoncelliste ?

  • Le gros qui n’a plus de cheveux… C’est Varlette, l’architecte, père de famille, client de Malteigne. D’ailleurs tu le connaîtras mieux, le vieux salaud, il dîne souvent chez Lorcin… Une cigarette. René.
  • L’orchestre entamait la « Mousmé » de Ganne. Les groupes se levaient ; la salle devenait vide. Le rythme se débilitait au milieu des heurts des tables et des chaises,

  • Partons, dit alors M. Réchamps, Je t’emmène dîner à la fortune du pot. Nous aurons ensuite la visite des Lonneril. Le père est contre-maître dans mes chantiers. Ce sont des gens que j’estime beaucoup. Tu ne refuses pas.
  • Non, non ! J’accepte de grand cœur au contraire. Mon égoïsme me crie que je vais passer une délicieuse soirée.
  • Ils décrochèrent leurs chapeaux.

    Mme Réchamps embrassa franchement son neveu et son mari sur les deux joues Très heureuse elle s’agitait, de la cuisine au salon, gourmandant d’une voix gaie les domestiques. Un couvert fut vite préparé et l’on se mit à tables

  • Tu ne t’attendais pas à cette surprise, Louisette.
  • René n’est pas aimable de ne pas avoir prévenue.
  • Ma tante je suis arrivé sans crier gare comme un cataclysme.
  • Agréable, René… Tu deviens un beau garçon. Toutes les femmes vont courir après toi.
  • René était joli, la figure peut-être un peu efféminée avec ses yeux bleus. Il était le portrait de sa tante, sosie de la mère de René, à tel point qu’on les prenait souvent l’une pour l’autre.

  • Tu sais bien que tu lui ressembles, ma chère amie, tu te flattes, reprit l’oncle en versant la soupe fumante dans les assiettes.
  • Si vous n’aviez pas été ravissante, mon oncle ne vous aurait pas épousée. Dites-le lui. Il en est très fier de votre beauté.
  • Certainement, certainement, encore plus que jamais, dit Réchamps d’excellente humeur.
  • Leur mariage était heureux malgré les tentatives de la famille des Lorcin. Depuis cinq ans d’intimité, ils s’adoraient loin des craintes pusillanimes des prudes et des tyranniques railleries des jaloux. Pour assurer la plus parfaite concorde, Mme Réchamps avait adopté les idées de son mari. Comme lui, elle croyait à l’avenir proche d’une justice morale vraiment, juste, basée sur l’égalité et la fraternité des riches et des pauvres. La science mise à la portée des humbles bannissant la charite humiliante remplacée par le partage légitime du frère à frère.
    Elle encourageait l’armateur aux minutes de déception, calmait des colères inutiles, le soutenait de son sourire aimé dans sa lutte pénible contre la routine aux abois.
    Quoique-loin de partager les théories du socialiste, René se plaisait à l’entendre parler, goûtant de profondes vérités en ses diatribes humanitaires.
    Aussi le dîner fut-il très gai. Salade de plaisanteries compliments, de littérature, politique, faits, et maintes pointes aigus à l’adresse du bâtonnier. L’oncle parla, avec enthousiasme de ses chantiers où vivait une ère nouvelle de solidarité. Son œuvre à lui, ces hommes qui s’aimaient et s’entr’aidaient aux labeurs quotidiens le coeur fier d’être les collaborateurs conscients du mouvement de la machine sociale ! Ses ouvriers étaient ses meilleurs amis. La haine ne couvait pas sous les marteaux contre le patron. Sur ce pivot de granit, il rassemblait ses forces de défi. Au printemps prochain, je lancerai mon trois mâts « l’Hercule ». Tu seras de la fête, René. On ne le baptisera pas. Pas de prêtres, pas de parrains, sept cents pères orgueilleux comme aux premiers pas d’un bébé. Çà fera une histoire dans le ban et l’arrière-ban de la cléricaillerie. Ils hurleront au blasphème.
    Ses yeux brillaient d’une volonté têtue. Donner un formidable coup à l’accomplissement de son rêve !
    Après le dîner on passa au salon attendre les Lon¬neril. Ils ne tardèrent pas. Maigre et petit, M. Lonneril était vêtu simplement, l’oeil sournois, peu loquace. Il semblait un nain auprès de sa corpulente épouse satisfaite de sa vaste personne ! La demoiselle, une gentille blonde mise avec élégance, coquetterie même prétentieuse.
    Les présentations d’usage terminées, René s’offrit de chanter. Il se mit au piano et exécuta une de ses ballades, — musique heurtée, discordante parfois, paroles étranges au rythme curieux.

  • Bravo, criai l’oncle du fond de la salle où il causait avec son contre-maître. Tu seras un véritable artiste. Tous louangeaient.
  • Le thé fuma dans les tasses. La vapeur cerclait leur cou de boas grisâtres. Les friandises se passaient ; les dents mordaient les chairs sucrées.
    René s’empressait alentour Mlle Lonneril. Galant, il la félicitait du charme de sa toilette, de ses yeux tendres, de ses dents blanches. Il accompagna comme une caresse la romance sentimentale qu’elle voulut bien roucouler. Au milieu des minauderies, on fit une partie de cartes. René tricha pour faire gagner sa mignonne voisine, à la virulente indignation de Mme Lonneril, qui ne comprenait ni la perte, ni la triche. René ne lui plaisait pas. Des manières en dessous. Les hommes causèrent politique, les dames jasèrent de modes, abandonnant les jeunes gens. Ils en profitèrent pour augmenter leur connaissance. Ils fouillèrent les replis secrets des délicieuses futilités, feuilletèrent pour se les conter les naïvetés roses qui se disent aux, heures demi-familières. René éblouit la petite de son érudition louangeuse nuancée de mi-rires. Au départ, ils se serrèrent la main lentement.

    René, à l’ombre de la Cathédrale qui semblait médire sous la clarté goguenarde de la lune, rêva d’yeux et de blonde-allure un peu prétentieuse.

    Ludovic Garnica de la Cruz. Nantes la brume. 1905. Numérisation Odile Halbert, 2008 – Reproduction interdite.

    Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet seule une citation ou un lien sont autorisés.

    NANTES LA BRUME, de Ludovic GARNICA DE LA CRUZ, Paris, 1905, CHAPITRE II. LA VILLE.

    Ludovic Garnica de la Cruz. Nantes la brume. 1905. Numérisation Odile Halbert, 2008 – Reproduction interdite.

    Huit heures battit de l’aile.
    Eveillé, René de Lorcin bâillait à pleine bouche, ses membres qui craquaient. Enfin, il sortit du lit, enfila ses chaussettes, et après avoir solidement bouclé ses jarretelles, il alla en chemise de nuit ouvrir la fenêtre.
    Apparut alors — montre au côté gauche — la cathédrale cachant presque tout le ciel désembrumé. René resta quelques minutes immobile à la contempler comme s’il ne l’avait jamais vue. Admiration profonde venue de ne sait quelle impression lointaine et sensitive, de quelles accordailles d’âmes dans une arêne en dehors de nos vies banales ? La chaire salie des poussières de la ville, elle le fascinait de sa carrure où le maquis des sculptures allégoriques plaquait une panoplie vivante légendaire. A peine quelques dévotes trottinaient – mouches lugubres – sur le parvis. Et là, sur le flanc, bien petite, une énorme croix de bois où se mourait encore le christ embruni. Etrange anomalie ! Le Maître, frêle, en un coin, écrasé plutôt que soutenu par la magnificence du temple construit en son honneur ! Le Maître, dans un angle d’ombre nue, sous les soufflets du vent, comme une loque inapparente ! Le Maître, humble, sur le seuil de sa demeure somptueuse, troublé dans son éternelle méditation par des insectes ironiques : les hymnes aux ailes d’or parfumées filtrant au travers l’éclat des fêtes et des richesses cérémoniales, — comme un pauvre prenant les miettes lui tend.
    René se promit de lui consacrer sa première visite officielle. Puis il s’habilla, traînaillant sur les moindres détails. Devant la glace passa et repassa cent fois. Bref, à neuf heures, il descendait sur la place Saint-Pierre et pénétrait par le portail gauche dans l’église.
    Certes, il là connaissait par coeur. Combien de fois était-il venu ? Dès son enfance il aimait en faire le tour à la main de sa bonne, appuyant ses pieds très fort sur les dalles. Comme autrefois il se plaisait à l’écho de ses pas qui s’en allait mourir dans un geste large sous les voûtes. Il renversait encore une chaise pour jouir et frissonner de ce bruit ondulant.
    René la parcourut donc alentour, les yeux figés vers cette hauteur colossale des nefs ; objet principal de son admiration.
    ll en avait un vertige absorbant de toutes ses fibres. Il frôlait, sans voir, les merveilleurx tombeaux des Ducs de Bretagne et de Lamoricière. Seules des sculptures naïves dans les piliers – pieux récits d’aventures patriarcales – l’arrêtaient dans sa contemplation fascinatrice.
    Le concierge passa. Réné lui demanda l’autorisation de monter dans une tour. Et bientôt il gravissait les nombreuses marches qui le conduisirent sur la plate-forme ultime encastrée d’une balustrace de pierre effritable.

    Devant lui, sous le ciel bleu et clair, la ville épanouissait le chaos mouvementé de son existence, ses entassements de toits gris d’où giclaient les flèches des églises et des paratonnerres, ses rues étroites et tortueuses, ses places mal équarries, l’inextricable. de ses vésicules et de ses artères encombrées d’un sang lourd et pressé de travailleurs et de commerçants, ses pouls battant d’un affolement mou d’affaires combinées, de poussées sourdes données à la machine des apports et des exports, cependant, qu’alentour une écharpe verte de collines en culture se déroulait.
    D’un coup d’œil René embrassait toutes les saillies de Nantes. L’hôtel de Ville, bourgeoise maison des édiles modernes, — comment en serait-il autrement, avec son portique balourd ? L’Eglise Saint-Nicolas, le rendez-vous mondain des élégantes paroissiennes, dont la flèche bravarde s’efforce de piquer le ciel et déchirer les nuages au passage. Saint-Similien, sur sa butte, occupé sans cesse à sa toilette qui n’en finit jamais. Le Palais-de-Justice où l’on n’a pas oublié de hisser une femme avec une lourde épée d’or : franche allégorie du geste de Brennus à Rome, — ne sait-on pas depuis longtemps que dans ces antres infernaux la justice est la glorification légale de l’injustice ? Le musée Dobrée comme un caméléon café au lait, né en France d’un crocodile exotique et d’un lézard ayant des goûts moyennâgeux. Le théâtre Graslin sur le cerveau duquel sont perchées huit muses au repos. — Est-ce pour cela que les oeuvres modernes y trouvent rarement place ?
    Le sculpteur n’a pas oublié la neuvième. La muse sans logia fut exilée au fronton d’un temple éminem¬ment terre à terre, le palais de la Bourse — (sans doute Thalie, car le Tribunal de commerce siège en cet hôtel.) Le Beffroi de Sainte-Croix coiffé d’une tiare en plomb ciselée d’anges sonnant de tous côtés l’ordre régisseur municipal de la marche des jours et des nuits. Saint-Louis avec sa coupole comme un casque de prussien finement découpé. Dans le lointain Sainte-Anne, simplice, pointant le nez en l’air, dans le dos de sa patronne immense qui bénit d’un geste suprême la domination entière du port de Nantes. Saint-Clair perdu dans un hallier de boulevards mêlant la commune de Nantes à celle de Chantenay.
    A droite la Préfecture, ancien palais de la cour des comptes où ne passent plus sur les tapis les vénérables magistrats aux fronts de marbre. Derrière, les collèges Saint Stanislas et Bel-Air avec leurs belvédères apparents comme des chapeaux de clowns sur d’énormes perrruques. Là-bas les casernes agiles au son des tambours et des clairons, et dont les aiguillons brillent leur éclat d’acier sous les baïonnettes du soleil. La basilique de Saint-Donatien, blanche comme une vierge en première communiante et la vieille église Saint-Clément moutonnant sa carcasse, hérissant une arête démesurée entre le Jardin des Plantes et les cours Saint-Pierre et Saint-André, promenades régulières, leurs arbres en deux rangs de boutons sur le veston brun du sable. Au centre la colonne du bon roi Louis XVI. S’ennuie-t-il là-haut ? nul ne le sait ! Il peut au moins conter sa peine et celle de ses féaux aux innombrables corbeaux qui vont se nicher irrespectueusement sur son crâne de saint. Un peu plus loin le musée des Beaux-Arts dont on n’aperçoit qu’un clos yoûté de vitres, et le lycée, riche et coquet monument, taudis enrubannné où l’on empoisonne avec du miel l’âme des moucherons dupes des phraseries de l’Université.
    A gauche, le château abâtardi par des restaurations imbéciles raidit contre les crocs de la vieillesse son manteau gourd parsemé de lucarnes, d’une frise et d’un donjon — breloques oubliées par les cloportes propriétaires.
    Là Loire !
    Depuis les campagnes carillonnantes de fraîcheur jusqu’au delà des digues de Chantenay et de Trentemoult la Loire glisse ses reins d’acier comme des écharpes fulgurantes. A l’entrée, de tranquilles clochers inclinent leurs fronts calmes vers son miroir — nappe lamée de sable fin et de pensifs roseaux. Soudain ouvrant ses bras elle étale une table blan¬che où germent des touffes d’îles inégales reliées les unes aux autres par les banderolles fantaisistes des ponts. Les arches découpent des yeux stridents entre les remparts des quais. Barques et remorqueurs passent dans ces orbites, – à chacun l’on dirait une paupière qui se ferme. L’île Feydeau sem¬ble un torpilleur dont la Poissonnerie est l’avant-train piquant le nez dans les flots et le marché de la Petite-Hollande la capote vitrée de l’arrière. L’Ile Gloriette a la forme d’un écrin de chasse replié. Ici s’attriste l’hôpital, tombeau des souffrances misérables, accroupi entre deux petits squares — les feuil¬les ont du sang lourd, la brise qui les berce est faite de chants funèbres. Alentour les cales avec leurs sautoirs de meules d’or blond hullulent des mélopées de ferrailles. Les prairies se coudoient tumultueuses et paisibles, étoffées de verdures ou d’usines. Les locomotives à la gare de l’Etat sifflent entre leurs rateliers de charbons. De la poussière noire volute par airs dans le halètement des marteaux et des forges.
    Grossie de la Sèvre au sourire incertain, vers Pirmil, et de l’Erdre de l’autre côté, descendant des rives de Barbin, la Loire reprend bientôt son cours uniforme avec la majesté d’une reine qui replie son manteau d’azur un instant entrouvert. Les navires géants sur son manteau sont des perles frivoles, tandis que les minuscules vapeurs – mouches et abeilles — volent au sommet d’une salive blanche, le long des chantiers où dorment les carcasses dont on forge l’âme. Puis elle disparaît vers Basse-lndre et Indret, à l’horizon, dans une accalmie à peine troublée par l’aile d’un voilier furtif, laissant derrière sa route à la mer les fouillis en rumeur des usines, centre organique, pourvoyeur du trouble de ses eaux.
    Là sont les poumons de la ville grondant sous leurs plèvres arides, où se brassent les humbles créateurs d’un sang vivifiant qu’à chaque rugissent — formidables battements de cœur — les enclumes font gicler jusqu’aux extrêmes fins des artères. Et cent bouches, fusant contre le ciel, crachent des tiges de fumée souple qui se croisent en chaînes fugitives, sans cesse renouvelées, gravant sur l’éternel firmament la devise triomphale de la foi nantaise sa raison industrielle de vivre : Utilité et Productibilité.

    Ludovic Garnica de la Cruz. Nantes la brume. 1905. Numérisation Odile Halbert, 2008 – Reproduction interdite.

    Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet seule une citation ou un lien sont autorisés.

    NANTES LA BRUME, Ludovic GARNICA DE LA CRUZ, Paris, 1905, CHAPITRE I : LE BROUILLARD.

    Ludovic Garnica de la Cruz. Nantes la brume. 1905. Numérisation Odile Halbert, 2008 – Reproduction interdite.

    Le train de Bretagne reptilait par la Fosse ses anneaux enlacés d’une lourde pelisse de brouillard. Sur les glaces des portières un éventail de buée grise s’était collé. Au travers, la roulerie monotone des roues contre les rails se mêlait au grouillement des travailleurs sur les quais liserés de navires. On ne voyait rien, mais on devinait proche – à cette heure de l’après-midi – tout un monde en activité de débardeurs culbutant les sacs, roulant les barriques, une vie intensive au chant des grues et des poulies cependant que des commandements brefs giclaient comme des coups assourdis d’horloges battant le temps.
    Après une halte rapide à la minuscule gare de la Bourse – hangar coquet au centre de la difficile traversée de la Ville – le train reprit à gros souffles sa lente pérégrination. La locomotive sous sa couverture jaune ruisselante crevait du poitrail la muraille brumeuse ; à chaque effort elle lançait un jet d’écume gluante comme une poitrinaire qui râle une vieille agonie. Les interminables bar-rières des passages à niveau battaient à ses côtés des gammes ferraillardes au nez placide des chevaux, aux jurons des cochers qui attendaient la masse noire se glisser derrière un opaque rideau.
    La gare d’Orléans – illuminée comme une fée électrique – s’élargit, mettant un point d’or dans l’ensemble terreux. De toute la force de ses poumons la locomotive siffla un hennissement sonore, piaffa son bruyant orgueil sur les voies enchevêtrées, scabreuse et raide sons l’immense hall vitré, puis s’immobilisa les freins cerclés aux jambes.
    Parmi l’inextricable brouhaha des employés hurleurs et des voyageurs bousculés René de Lorcin se pressait vers la sortie. Dans la cour il héla un fiacre, fit charger ses malles.
    Chez-lui ! rue Saint-Pierre.
    Sur les coussins de la voiture il se reposa une main sous le menton, paressant d’un geste familier sa barbe naissante, dans la moiteur de son respir qu’il regardait voluter indifférent.
    Quelques minutes à peine la voiture s’arrêta. Le cocher ouvrit la portière à l’entrée d’une vaste maison. Sous le porche se tenait une bonne femme en coiffe.

  • C’est vous, monsieur de Lorcin. Par quel fichu temps, mon Dieu ! Vous allez bien ?
  • Bonjour, madame. Demeux, me chambre est elle prête ?
  • Je vais vous conduire, monsieur. Vous prendrez ensuite une tasse de chocolat bien chaud que je vous ai préparée. Le froid arrive, monsieur, les rhumes avec.
  • Un quart d’heure plus tard René de Lorcin sirotait l’excellente tasse de chocolat chez son aimable propriétaire. Celle-ci assise dans un vieux fauteuil de cuir démodé regardait son hôte avec curiosité.

  • Vous arrivez de Brest, monsieur, demanda-t-elle, attirant son chat sur ses genoux et frappant d’un geste machinal le coin gauche de son tablier pour en chasser une imaginaire poussière.
  • Directement. J’en suis parti ce matin.
  • Soudain le chat ronronna plus fort. Dressé sur queue droite comme une asperge, il tournait au sommet du genou de sa maîtresse. Ses narines gonflées humaient les ondes aériennes saturées du délicieux fumet du chocolat.

  • Vous habitiez Nantes autrefois m’avez-vous dit dans votre lettre ? Avec vos parents sans doute ?
  • J’ai toujours habité Nantes depuis ma naissance avec ma famille. Je n’ai quitté cette ville que momentanément jusqu’à ma majorité après la mort rapide de mes parents pour aller à Brest chez un oncle.
  • René but une gorgée. Cette fois le chat n’y tint plus. Il quitta son poste favori et commença un multitudineux frottage aux jambes de l’inconnu.

  • Ah ! vous êtes Nantais !
  • Nantais de naissance, nantais de culture, ma bonne dame. Mes parents avaient une propriété dans les Dervallières. Une gentille maisonnette en briques rouges avec un jardin drapé de larges pelouses vertes où couraient d’innombrables poulets, pigeons, canards, pintades et autres volatiles. Ma mère affectionnait beaucoup ce petit monde. Puis un jour on apporta mon père mort d’un accident de voiture et ma mère ne tarda pas à le suivre. Oh C’est de l’histoire banale !
  • Pauvre monsieur, c’est dur tout de même de perdre son père et sa mère si jeune, en si peu de temps !… Alors vous restez à Nantes définitivement ?
  • Je n’en sais rien encore. Je m’ennuyais profondément à Brest. Tous mes souvenirs étaient ici. J’ai voulu revenir terminer mes études de droit. Là-bas, c’était une tristesse froide et maladive qui me cerclait le coeur. A Nantes, ma tristesse sera peuplée d’accoutumances surannées. Il n’est pas un pavé qui ne me soit un compagnon, un bavard de mon existence journalière.
  • Ah, Monsieur, vous avez bien raison. Nantes n’est pas une jolie ville. C’est boueux et sale pour sûr. Mais quand on est né à Nantes, on aime sa ville comme elle est. Moi, j’ai soixante ans passés de la Mi-Août, eh bien ! je serais malade de penser que je ne mourrais pas ici où est mort mon défunt mari.
  • Oui, d’un côté comme de l’autre, on peut aimer sa ville natale.
  • Et sur cette énigmatique réflexion René achevant sa tasse se leva pour sortir.
    Le chat n’avait cessé de sillonner contre les barreaux de la chaise. L’extrême pointe de sa queue virotait à coups secs.

  • Viendrez-vous dîner ce soir, monsieur René ? Volontiers, madame. A quelle heure ?
  • Comme vous voudrez. Sept heures. Nous causerons. Je suis bavarde, mais prête à vous rendre service, si vous avez besoin d’un coup de main pour défaire vos malles ?
  • Merci Merci ! vous êtes trop bonne.
  • Le coucou sortit sa tête du ciboire antique appelé horloge, hullula cinq fois, alors que sans bruit le minet profitant de l’inattention grimpait sur la table et lappait sournoisement le reste du chocolat.

    On était à l’orée du mois de Novembre. La lumière frileuse des jours — masquée déjà par le blocus du brouillard – avait fui au fond de ses boudoirs inexpugnables.
    René, le col du pardessus relevé, les mains dans les poches, descendit la Grande Rue, se dirigeant machinalement vers le centre de la ville. Crébillonner, suivant l’ancestre coutume des Nantais, c’est-à-dire monter et descendre cinq ou six fois vers cinq heures la plus belle rue semée de lumières comme une courtisane violemment fêtée.
    Les mailles de la brume se resserraient en se rapprochant du sol. On aurait dit traverser de la gelée compacte qui avait des baisers glacials de cadavres. Les globes élebtrics semblaient des figures bouffies d’anges tels qu’on en voit dans les églises aux jours de fêtes resplendis de l’éclat myriadaire des cierges environnant. Encombrées de jouets fantaisistes les devantures des bazars riaient des grimaces burlesques et bariolées, alors que celles des chapeliers et des drapiers pleu-raient des vers luisants dans des fossés de moires. De vaniteux reflets giclaient jusque sur le trottoir du coeur des bijoux et des colliers forçant les papillons humains à s’arrêter dans leur hémistiche tentateur, et les vendeurs de journaux s’égosilaient ; là bouche pleine de vapeurs râclait des fonds de gorges encrassées. Avec leurs veilleuses blanchies en leur puits d’ombre, au petit trot de leurs rosse apeurées, les fiacres craquaient sourdement des déchirures de bois pourri. Les coups de fouet cassaient l’ai comme une mare gluante d’un son épais. Plus puissants les automobiles dévidaient un roulement brutal et rageur d’être maintenus. Le museau – ras du sol – avec leurs gros yeux ronds giclés des orbites ils coupaient la route condensée, secouaient des lambeaux furieux sur leurs flancs d’acier ; leurs beuglements gutturaux tourbillonnaient les poussières qui barraient la voie, affolaient la continuelle descente de ces flots entassés ainsi que d’innombrables et minuscules moutons blêmes.
    Un tohu-bohu de conversations fluctuait. L’habitude : Nantes, au, travers le parcours des époques, lisse ses longs cheveux de brumes du même geste familier. Ses regards enfouis sous des voiles ténus de pluies – la pluie liseuse monotone de ses ennuis, infirmière cantale de ses chevets ! — mirent perpétuellement les pensers les plus simples et les identiques plus enracinés. Elle somnole bercée dans sa chevelure comme en un hamac persévérant de rêves vieillots. Son âme ressemble à ces papiers de soie mouillés. N’y touchez qu’avec des doigts coutumiers ! Son àme ne sait que la chanson des réminiscences qu’elle s’est lentement assimilées. Contez-lui la même histoire, elle vous écoutera. Chantez-lui la même rengaine, elle s’endormira futilement heureuse. Un rythme nouveau la ferait pleurer de douleur ou hurler de frayeur.
    Ah ! la grise paresseuse de l’Ouest. Elle vieillit comme la statue de ses promenades, passive entre le souffle du temps transformant ses bijoux, donnant diverses couleurs à sa robe flottante, sans la migraine des imprévus, sans effort de foi ou de vaillance, de regret ou d’espoir, parce qu’il emploie les siècles à son oeuvre novatrice — insensiblement.

    le train à Nantes
    le train à Nantes

    Collections privées – Reproduction interdite, y compris sur autre lieu d’Internet comme blog ou site
    Cliquez sur l’image pour l’agrandir :

    Ludovic Garnica de la Cruz. Nantes la brume. 1905. Numérisation Odile Halbert, 2008 – Reproduction interdite.

    Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet seule une citation ou un lien sont autorisés.