Les Cady de France sont-ils issus d’un Écossais ?

Le patronyme CADY ne figure pas dans le dictionnaire étymologique des noms de famille de Marie-Thérèse Morlet.
Le nom en France semble surtout issu du Maine-et-Loire.
Et dans le Maine-et-Loire, les Cady semblent issus d’une ou plusieurs branches sur les bords de Loire, du côté de Savennières

Or, quand on cherche chez les Anglo-Saxons, on trouve le patronyme, et même il semble issu de l’Écosse.
Le site HOUSE OF NAMES le donne comme tel, et très ancien avec armoiries magnifiques.

Les sites américains ne sont pas en reste, et nombreux, car plusieurs CADY ont émigré. Ils sont nombreux aussi je ne vous les mets pas tous ici, il vous suffit de tapper CADY NAME IN USA et vous aurez pléthore de sites.

J’avoue que cette origine étrangère me semble probable, et je viens en discuter volontier avec vous, si vous avez un avis, d’avance merci
Odile

Où sont les registres de Béhuard consultés par Mr Sarrazin ?

Mr Sarrazin avait fait en son temps la généalogie des CADY, enfin une autre branche que la mienne, et voici ce que les copistes de Mr Sarrazin ont mis dans leurs bases, manifestement sans vérifier, car les registres de Béhuard n’existent pas ou plus.

René CADY °ca 1511 x Etiennette voir ci-dessous la solution qui a été trouvée, car en fait le registre de 1600 était après celui de 1749 et donc je ne l’avais pas vu
1-Guillaume René CADY x Sébastienne
11-Jean CADY †Rochefort-sur-Loire 31 décembre 1644 « Jean Cady notaire a été enterré » x Anne GOÏER
111-Jean CADY °ca 1601 x Béhuard 5 mai 1626 (acte disparu) Jacquine MARAIS
1111-Jacques CADY °Béhuard 25 mars 1627 (acte disparu) †Béhuard 16 janvier 1692
x Béhuard 10 mai 1656 (acte disparu) Julienne PERRIGAULT dont Jean, Mathieu et Marin
12-René CADY

Béhuard est situé en face d’Epiré, lieu où j’ai mes CADY.
Les CADY de Béhuard sont contemporains des miens.
Il serait donc probable que compte-tenu de l’extrême rareté du patronyme en France, la souche soit unique et commune un peu auparavant, mais quelles ont été les sources de Mr Sararin ?

Par ailleurs, sachant qu’il travaillait aux Archives et avait accès à toutes les Archives dont les notaires et les chartriers, qu’a-t-il dépouillé et retenu, et pourquoi ne cite-t-il pas les miens qui ont laissé plusieurs actes dans les archvies notariales.
Odile

Voici la solution, qui n’était qu’un registre mal placé. Vous allez voir qu’un des baptêmes est même administré par le curé de Savennières, autrement dit Béhuard et Savennières étaient très proches.

René CADY °ca 1511 x Etiennette
1-Guillaume René CADY x Sébastienne
11-Jean CADY †Rochefort-sur-Loire 31 décembre 1644 « Jean Cady notaire a été enterré » x Anne GOÏER
111-Jean CADY °ca 1601 x Béhuard 5 mai 1626 Jacquine MARAIS « le mardi 5 mai 1626 Jehan Cady fils de Me Jehan Cady notaire et de Anne Goïer demeurant en l’Isle Embardière paroisse de Rochefort, espousa Jacquine Marrais fille de Marin Marrain et Magdelaine Debroust… par moi vicaire oncle maternel de ladite Marrais … fait signer ledit Cady notaire  »
1111-Jacques CADY °Béhuard 25 mars 1627 « fut baptisé par Me Jehan Mesnard prêtre demeurant à Sapvonnièrez Gabriel fils de Jehan Cady et de Jacquine Marrais sa femme parrain missire Jacques Debroust prêtre vicaire de Behuard et marraine Anne Goiet femme de Me Jehan Cady notaire » †Béhuard 16 janvier 1692 x Béhuard 10 mai 1656 Julienne PERRIGAULT « le 10 mai 1656 ont receu la bénédiction nuptiale chacuns de Jacques Cady fils de defunt Jan Cady et de Jacquine Marais ses père et mère de la paroisse de Rochefort, et Julienne Perigault fille de Thomas Perigault et de Mathurine Gauvain ses père et mère, de cette paroisse, en présence de ladite Marais mère, Jean Cady frère, Jacques Marais oncle, Jacques Gauvain aussi oncle de l’époux, dudit Thomas père, René Perigault frère, Jacques et Gabriel les Gauvains cousins germains, Pierre Richard »
dont Jean, Mathieu et Marin
12-René CADY

Les Archives de Loire-Atlantique ont perdu la langue de Molière


Cette impression d’écran date du 10 avril dernier, mais compte-tenu des élections en cours, je me suis alors abstenue de crier mon indignation. (cliquez ma vue pour l’agrandir et voir de près l’insoutenable)

Et ce n’est pas tout, sur ce même site des Archives Départementales de Loire-Atlantique vous pouver consulter la presse numérisée, mais surtout ne cherchez pas « Guérande », on vous répondra que cela n’existe pas.
Car il faut tapper « Guerande » pour avoir la réponse.
Pourtant les moteurs de recherche américains font plus astucieux, on leur tappe « Guérande » et ils savent alors chercher Guerande.

Madame Françoise Nyssen, vous êtes est ministre de la Culture depuis le 17 mai 2017.
Merci de faire quelque chose pour que les fonctionnaires chargés de la conservation de la culture française utilisent la langue de Molière, pilier de notre culture française ! Merci de sauver la langue française.

Et pendant que vous y êtes, merci de centraliser tous les services informatiques des départements afin que chacun ne réinvente pas dans son coin le fil à couper le beurre, comme ils le font allègrement depuis des années, coutant ainsi aux contribuables de France 101 fois ce qui devrait ne couter qu’une seule et unique fois.

Veuillez agréer Madame l’expression de mes respectueuses considérations.

Odile HALBERT

101 fois pour 101 départements, nombre de départements de la France en 2017

Michel Guibé « journalier et pauvre honteux » : La Coulonche (61) 1705

Mon ancêtre Michel Guibé était journalier. Mais mieux, au mariage de sa fille Catherine, elle aussi mon ancêtre, le prêtre a écrit « fille de feu Michel Guibé journalier et pauvre honteux ». J’ai déjà un SDF à la troisième génération seulement, mais là, je pense que j’ai mon record de pauvreté. J’ai en effet le contrat de mariage de Catherine, et elle ne possède en tout et pour tout, en argent liquide et meubles, que la somme de 15 livres, et ce en 1705. Or, vous avez remarqué que j’ai dépouillé beaucoup de contrats de mariage, de toutes classes sociales, et en 1705 le métayer avait plus de 300 livres le closier plus de 150 livres, le journalier Michel Guibé était donc bien très pauvre.

Pratiquement, on sait que beaucoup de Normands émigraient, faute de pouvoir s’installer sur place pour vivre convenablement, car par ailleurs j’avais aussi remarqué que dans les familles nombreuses d’alors, les enfants mourraient moins souvent qu’ailleurs, et la surpopulation était rapidement économiquement non viable. Autrefois, lorqu’on émigrait pour des raisons de pauvreté, la terre avait des espaces vierges à peupler. Tout à changé de nos jours, et ceux qui émigrent n’ont plus de places vierges.

Je vous mets les vues du registre paroissial de La Coulonche, et même une vue détaillée, afin que vous puissiez vous même constater le vocabulaire utilisé ici. J’avais autrefois fait cette filiation, et je viens de la remettre au goût du jour, et passant sur ce vocabulaire exceptionnel dans un acte d’état civil, je vous demande si vous avez aussi des annotations aussi surprenantes, quant au niveau social de vos ascendants.

 

 

 

 

Jean Denis noyé en faisant boire son cheval : Saint-Georges-sur-Loire 1798

J’avais autrefois lu qu’il fallait descendre de cheval pour le faire boire, car nombre de cavaliers ont ainsi trouvé la mort par noyade.
Voici l’un de mes ascendants, Jean Denis, et même si le procès verbal ne précise par ce que je viens de supposer, tout le laisse à penser, puisque la jument est là, scellée, et même portant les sacs de voyage, et le cadavre n’a aucune blessure.

Voir ma famille Denis. Je viens en fait de trouver ce décès accidentel car il s’était marié une 3ème fois et parti de La Pouëze à Saint-Georges-sur-Loire.

Cet accident s’est produit à une époque où les morts violentes étaient légion, et puisque l’officier de santé n’a observé aucune violence, il s’agit bien accident.

J’ai alors tappé sur moteur de recherche :

noyé en faisant boire son cheval

et effectivement, il existe beaucoup de récits relatant ce type d’accident, pas si rare que cela.

Mais le plus curieux ici, et qui m’a beaucoup étonnée, c’est l’habillement, et le porte-monnaie garni, alors que Jean Denis est uniquement journalier laboureur. La somme qu’il a sur lui ne semble pas en ligne avec ce métier, et pour revenir à la période violente, si cela avait été une mort par violence, ce porte-monnaie aurait été vidé de son contenu.

Dans les vêtements, je suis intriguée par la culotte de tricot, car je pense qu’il ne s’agit pas du sous vêtement mais bien du pantalon, et je ne comprends pas de quelle matière il est fait, moi qui suit une tricoteuse.

Alors, je me suis informée de ce que l’on entendait à l’époque par TRICOT. Et je vous ai trouvé l’explication, et elle mérité un article tout entier, aussi demain nous parlons de la culotte de tricot. Et vous allez être surpris ! et je vous assure que ce n’est pas un poisson d’avril !

Cet acte est en ligne sur le site des Archives Départementales du Maine et Loire :
« Saint-Georges-sur-Loire, le 28 frimaire VII (17 décembre 1798) à 9 h du matin … sont comparu à la maison commune Jean Baptiste Maurice juge de paix du canton, 39 ans, et Jean Renou officier de santé, 37 ans, demeurants en ce bourg, lesquels ont déclaré que Jean Denis, laboureur, âgé d’environ 50 ans, domicilié de la commune de Beauchêne en ce canton, époux légitime de Françoise Delaunay, s’était noyé dans l’étang d’Arrouet près ce bourg, dont apert par le procès verbal, dont la teneur suit : « l’an 7 de la république française une et indivisible, le 27 frimaire, sur les 2 h après midy, nous Jean Baptiste Maurice juge de pais du canton de Beausite, Maine-et-Loire, accompagné du citoyer François Leteulle notre greffier, demeurant audit Beausite, ayant été adverti par la clameur publique, qu’il y avait un homme noyé dans l’étang d’Arrouet au midy de ce bourg, nous nous y sommes transporté accompagnés du citoyen René officier de santé de la commune dudit Beauchêne, où étant avons vu un cadavre qui paraissait à fleur d’eau dans ledit étang et du costé du midy, à côté de lui était une jument poil bai brun, scellée, bridée, avec une poche et un bissac de toile attachés en valise ; les citoyens Antoine Gosse scieur de long résidant actuellement chez le citoyen Joseph Guérin cabaretier au bourg et commune de Beausite présent, et Joseph Lemasson aussi scieur de long demeurant au bourg et commune du Petit Paris, canton dudit Beausite, présent, ont retiré ledit cadavre de l’eau jusqu’au bord et proche de nous, où étant avons reconnu que c’était celui d’un homme âgé d’environ 50 ans, taille de 5 pieds 3 pouces, marqué de petite vérole, vêtu d’un manteau de peau de chêvre, une veste bleue, un gilet de sarge grise, une chemise de toile grise, une culotte de tricot, guestre de cuir, une paire de souliers picqué, un chapeau de cuir bouilli ; avons trouvé dans ses poches un mouchoir bleu à barre rouge, un couteau à ressort avec un tire bouchon, une tabatière de buis en long ; dans un petit sac de cuir 20 livres 3 sols, dont un écu de 6 francs un de 3 francs et le surplus en petite monnaye, et avons reconnu que d’était le cadavre du citoyen Jean Denis journalier de la commune de Beauchêne, canton dudit Beausite, et ledit citoyen Renou officier de santé, a à l’intant procédé à l’examen dudit cadavre trouvé en ledit étang, lequel a déclaré ne reconnaître d’autre cause de mort que le submergement des eaux, n’ayant ni plaies, ni fractures, ni contusions »

Odile Halbert – Lorsque vous mettez mes travaux sur un autre site ou base de données, vous enrichissez leurs propriétaires en leur donnant toujours plus de valeur marchande dans mon dos

Depuis quelques instants ce blog fonctionne sur la nouvelle plateforme php 7 avec wordpress 4.7.3

Je vous avais prévenue, il fallait que je fasse un immense saut informatique dans le vide.
Le saut est fait, et il ne reste plus qu’à adopter un thème satisfaisant pour la page (taille de caractères etc…)

Je vous avais prévenue, les commentaires publiés entre temps sont perdus, mais je les avais sur mon courrier donc je reporte ici, ce qui a disparu ces derniers jours.

  • Commentaire de Patrick
  • Bonjour,
    Bonne idée!! je suis prêt á aidé comme beaucoup d’autres.
    Est-ce que quelqu’un peut organiser cela.?

  • Commentaire de Dominique :
  • Bonsoir Odile,

    La lecture sur iPad de ce billet est parfaite ! Pas de régression par rapport aux précédentes parutions.

    Bon courage pour la suite !

    J’ai pour ce WE un immense besoin de détente !
    j’ai franchi un tel pas !!!! que le peu qui reste à faire est très petit, patience à vous.

    Je fonce donc sur mes occupations favorites : crochet, tricot et paloégraphie.

    A+