Gilles de Beauveau, évêque de Nantes, ajoute un prénom à un enfant déjà baptisé : Clisson 1713

En fait, il ajoute même un prénom à 2 petites filles que voici :


Clisson Notre Dame le 2 août 1713 « monseigneur de Nantes Gilles de Beauveau donnant la confirmation aux enfants de cette paroisse et autres dans l’église de la Trinité de celieu a augmenté le nom de Marie à Marguerite Aubin fille de h. h. François Aubin vitrier et ciergier et de defunte Marie Coiffard, et a adjouté le nom de Cécile à Marguerite Crossouard fille de deffunt h. h. Crossouard et Renée Pilon »

J’ai pourtant beaucoup lu d’actes de baptême anciens, mais je n’avais encore jamais rencontré une telle mention !
Donc il s’agit de Marguerite Marie Aubin et Marguerite Cécile Crossouard, à moins qu’il faille lire les 2 prénoms en sens inverse et dire Marie Marguerite Aubin et Cécile Marguerite Crossouard.

Dernière minute :
Le prénom Cécile est bien mis avant Marguerite qui était le précédent prénom, car je trouve le 28 octobre 1713 « Pierre fils de Me René Gouraud général d’armes et h. femme Magdelaine Crossouard parrain h. h. Pierre Louvel, marraine h. fille Cécile Marguerite Crossouard tante »
Ce sont donc des enfants en âge de confirmation auxquels on a ajouté un prénom, et non des nouveaux nés.

Splendide erreur sur le registre paroissial en pleine période Janséniste, paroisse très janséniste : Clisson 1734

Clisson en 1734 est en pleine période de Jansénisme :

Si le chapitre de N.-D. est soumis, un de ses membres les plus en vue, le chanoine Nizan, docteur en théologie, est appelant ; il s’est fait dans la région l’apôtre de la résistance aux décisions romaines. Auour de lui s’agite un groupe de recteurs fanatiques ; trois sur quatre des curés de la ville, N.-D., la Trinité et St-Jacques. Seul St-Gilles résiste à la contagion. Mais cinq curés du voisinage ont embrassé la cause avec enthousiasme : Marioux de Cugan, de Masalve de la Bruffière, Boulin de Boussay, Courtin de Gétigné, de la Grue de Mouzillon.

Et la paroisse Saint Jacques, l’une des 5 paroisses, et celle que retranscrit actuellement, est Janséniste, aussi je note scrupuleusement les indices dans le registre.
Mais ici, le vin est en cause :

C’est si joli que le prêtre écrive que vous avez « le bonheur d’avoir receu les derniers sacrements » et ce « à 80 ans » ! Mais il aurait pu écrire en marge que c’était votre sépulture (vous aviez le droit de mourir, à 80 ans à cette époque !!) et il aurait pu mettre votre prénom correctement. Et il a même oublié votre sexe !!!

Ouille !

Je ne vois qu’une explication.
Puisque ce n’est pas le Jansénisme, c’est que ce pays de vigne avait produit beaucoup de vin !!! Et les Jansénistes avaient tout de même le droit de boire !!!

Pardon pour mon manque de respect ce jour !
Mais, de vous à moi, cela ne fait pas de mal de se distraire un peu.
J’ai tant vu d’erreurs en marge !!! tant et tant !!!!
Odile

Et que cela ne vous empêche pas de boire le vignoble de Clisson, AVEC MODERATION !

Le baptême passé les 3 jours autrefois : le cas des familles nobles ou bourgeoises qui attendaient un parrain venu de loin : ici à Clisson 1715


On a attendu le parrain. L’enfant est né le 29 novembre 1712 et n’est baptisé que le 1er septembre 1715. Il faut dire que la famille LENFANT, noble, issu des LENFANT de Champtocé sur Loire (Anjou) est la principale famille vivant dans la ville de Clisson, et que le parrain n’est autre que le seigneur de Clisson, qui manifestement ne vit pas tous les jours à Clisson.

Clisson Saint Jacques le 1er septembre 1715 « baptisé François Armand fils de messire Jean Baptiste Lenfant sieur de Louzil et dame Elizabeth Fleuriau parrain haut et puissant messire monseigneur François Armand de Bretagne, comte de Vertu, de Gouello, seigneur de Clisson, baron d’Avaugour et premier baron de Bretagne, marraine damoiselle Barbe Fleuriau, ledit enfant ondoyé par permission de monseigneur de Nantes le 29 novembre 1712 »

Pour mémoire il y a 5 paroisses à Clisson, et quand on met un acte dans une base de données la moindre des choses est de préciser le nom de la paroisse et non écrire « Clisson » sans plus.
Donc, je suggère à ROGLO de préciser le nom de la paroisse. Ici il s’agit de la paroisse Saint Jacques de Clisson. Ils le font bien pour Nantes ou Paris, pourquoi pas à Clisson.

Voici ce que dit ce jour ROGLO :

et puis, je ne comprends pas pourquoi on ne cite pas la source mais seulement une succession de copieurs du fonds Freslon qui n’est lui même qu’un extrait et non l’acte original. Il faut dire que sur Roglo peu de leurs membres donnent la source primaire exacte.
Et Roglo pourrait ajouter ce prestigieux parrain :
haut et puissant messire monseigneur François Armand de Bretagne, comte de Vertu, de Gouello, seigneur de Clisson, baron d’Avaugour et premier baron de Bretagne

Pourtant Roglo a une belle page sur ce François Armand de Bretagne-Avaugour (ainsi écrit de Jour sur Rogloe et c’est mieux ainsi, et Wikipedia devrait en faire autant) Allez voir cette page car il y a son portrait, impressionnant. C’est un militaire.

On trochonnait à Clisson en 1691

Lorsque j’ai découvert mon ascendance TROCHON, je suis tombée sur une mine généalogique bien étudiée car autrefois. Au dire des Mayennais, il y avait tellement de TROCHON BCBG à Château-Gontier et environs, que tout le beau monde TROCHONNAIT.
Donc, j’avais découvert que je trochonnais moi aussi.

Cette généalogie a fait l’objet d’une publication familiale sérieuse que je n’ai jamais recopiée, car il est totalement inutile de copier les autres. En 1682, Mme de la Théardière, Messieurs G. d’Ambrières et R. Villerey, ont publié sous forme de recueil destiné à la famille, donc limité, leur immense travail. Ce travail concerne l’Anjou puisqu’autrefois Château-Gontier était en Anjou.

J’ajoute que je descends des TROCHON précisément par mes BOREAU :

14-René Trochon x Anne Le Blastier
13-Michel Trochon x /1600 Renée Gilles
12-Renée Trochon x 1619 Louis Bourdais
11-Marguerite Bourdais x 1645 Jean Boreau
10-Renée Boreau x Champteussé 19 juillet 1672 Jacques Fourmond
9-Jean Fromond x2 Lion-d’Angers 16 novembre 1705 Madeleine Delahaye
8-Magdeleine Fromond x Grez-Neuville 1er juin 1733 Pierre Vergnault
7-Madeleine Vernault x Brain/Long. 23 décembre 1757 Mathurin Guillot
6-Jean Guillot x Chazé-sur-Argos 3 mars 1794 Aimée Guillot
5-Esprit-Victor Guillot x Noëllet 18 avril 1842 Joséphine Jallot
4-Aimée Guillot x Segré 22 novembre 1881 Charles Audineau
3-Aimée Audineau x 1907 Edouard Guillouard
2-Thérèse Guillouard x 1937 Georges Halbert
1-moi

A Clisson, nous avons vu des LENFANT, une ALLANEAU (voyez mon blog précécent). Or, en 1690, LANCELOT, le veuf Allaneau, qui était général d’Armes à Clisson, y décède. Est-ce un appel d’air pour les Angevins ? Car voici qu’un TROCHON vit à Clisson, et s’y marie :

Clisson Saint Jacques, le 30 janvier 1691 mariage : « Pierre fils de maistre André Trochon et honorable femme Françoise Brunel, avec Renée Gartiau veufve de Julien Bizet, fille de Michel et Michelle Oger, tous de cette paroisse toutefois ledit Trochon est né de la paroisse d’Azé fauxbourg de Chasteaugontier »

 

Mais ce TROCHON ne vient pas pour un office pour autre travail comme general d’armes, mais il est marchand sarger, donc c’est un lien entre Château-Gontier pays de la toile comme Laval, et les marchands tixiers de Clisson. Ils sont manifestement en lien d’affaires.

C’est fou de voir ainsi au fil de mes retranscriptions à Clisson, que je suis restée en fait en Anjou !!! Alors, j’adresse à mes lecteurs Angevins et Mayennais, un immense salut, car je ne les abandonne pas, la preuve, les voici à Clisson !!!

Et merci d’avance aux MAYENNAIS de relier ce TROCHON qui n’a pas de présence sur ROGLO, mais TROCHONNE tout à fait car Azé c’est tout comme Château-Gontier, et s’il se retrouve à Clisson, c’est qu’il n’est pas l’aîné, et qu’il a beaucoup de frères, donc doit trouver un poste ailleurs.

Pardonnez-nous Messire Louis de Bretagne, pour toutes les informations erronées qui circulent de nos jours sur vous !

A monseigneur Louis de Bretagne, dont je viens de retranscrire l’inhumation en retranscrivant les actes de la paroisse Notre Dame de Clisson :


« Le segond jour d’octobre 1669 décéda entre 10 et 11 h du matin hault et puissant seigneur messire Louis de Bretaigne comte de Vertus de Goello baron d’Avaugour et de Maufaulcon, premier baron de Bretaigne seigneur de Clisson et autres lieux, le quatriesme du mesme mois son corps fut porté en l’église collégiale de Nostre Dame dudit Clisson, les obsèques et funérailles faictes dans ladite église par vénérable et discret missire Jean Avril prestre doyen, avec l’assemblée de tout le clervé dudit chapitre et autres recteurs des paroisses scavoir le recteur de la paroisse de la Trinité, le recteur de la paroisse de St Jacques, le recteur de la paroisse de Gorges, le recteur de la paroisse de la Magdelaine du Temple, le vicaire de la paroisse de St Gilles, plusieurs autres prestres et laïcques desdites paroisses »

à Monseigneur feu Louis de Bretagne !
Monseigneur,
Celle qui vous écrit ces lignes a quelques uns de vos châteaux dans ses cartes postales, dont Champtocé et Clisson, et vous y voyez la correspondance de ma grand mère maternelle. J’ai des ascendants à Champtocé et à Clisson et retranscrit actuellement tous les plus anciens registres paroissiaux de Clisson.
Clisson avait beaucoup de paroisses, mais celle de Notre Dame était celle de votre famille, les seigneurs de Clisson. D’ailleurs c’est la plus proche et celle du chapitre.
Les registres paroissiaux manquent beaucoup à Clisson, car les guerres de Vendée sont passées par là et nous ont laissé beaucoup de lacunes (et même plus que beaucoup).
Bref, je tente de retransrire ce qui reste, mais j’ai la joie dans ce dépouillement précis de vivre en empathie totale avec tous les Clissonnais d’alors, y compris vous Monseigneur !

Vous qui portiez tant de noms de terres que le chanoine qui vous a inhumé à jugé bon d’écrire au plus court « et autres lieux ». Remarquez, de cette manière, il vous épargnait les erreurs des noms des lieux qui furent vôtres. Mais, il a respecté le nom que vous portiez, tel que vous même l’exprimiez lorsque vous vous présentiez pour vos affaires, ainsi chez les notaires d’Angers, et telle que votre signature. Et tel que tous vos nombreux sujets vous connaissaient. Aussi, pour illustrer mon propos, j’ai mis sur mon blog hier quelques actes concernant votre famille. On vous voit clairement gérant à la fois Champtocé, Ingrandes et Clisson et y faisant bouger vos sujets interchangeables sur vos terres.

En 2019 voyez-vous, Monseigneur, un blog est une toute petite partie d’un réseau d’informations nommé INTERNET, sur lequel circulent beaucoup d’informations mais aussi, hélas, beaucoup d’infox. Ce terme INFOX est officiel en France depuis peu pour désigner les fausses informations.

 

et vous êtes victime d’infox Monseigneur !

Sur INTERNET, vous vous appellez en ce moment (2019)

Louis d’Avaugour

et non plus Louis de Bretagne.
Vous n’êtes pas sur la base « de généalogie mondaine » nommée ROGLO, ni avec le patronyme « DE BRETAGNE » ni celui « D’AGAUGOUR », mais je vous y retrouve dans la famille de votre épouse « de DAILLON », et là on vous nomme « Louis de Bretagne-Avaugour », et vous passez de « baron d’Avaugour », titre que vous donniez personnellement, à celui de « marquis d’Avaugour » !!!

WIKIPEDIA vous nomme « Louis d’Avaugour », oublie que vous possédiez Champtocé, mais vous affuble de la terre de Châteauceaux, et comme ils tournent en boucle,  lorsqu’on y regarde Champtocé vous avez disparu.

HONTE A CEUX QUI VOUS ONT FAIT DISPARAÎTRE DE CHAMPTOCÉ
ET VOUS ONT MIS A CHÂTEAUCEAUX aliàs Champtoceaux, 49270 Orée d’Anjou. Comment peut-on avoir mélangé à ce point vos terres ???

Liste des seigneurs de Clisson selon Wikipedia – Juillet 2019
Champtocé-sur-Loire selon Wikipedia
Champtoceaux selon Wikipedia

PARDON MONSEIGNEUR, PARDON POUR NOTRE EPOQUE QUI VÉHICULE EN BOUCLE TANT D’INFORMATIONS ERRONNÉES

Car cette INFOX est scancaleuse. Elle signifie que les historiens ne vérifient surtout pas WIKIPEDIA car comment des historiens auraient-ils pu véhiculer une erreur aussi monumentale que confondre CHAMPTOCÉ et CHAMPTOCEAUX.
J’ai honte de ce que je lis quand je lis de telles erreurs.

Alors, comment peut-elle tourner ensuite en boucle sans la moindre vérification ??? Car le Dictionnaire de Célestin Port, ouvrage de base du Maine et Loire, 1ère édition, 1876, vous donne bien, Monseigneur, sur vos terres de Champtocé, entre autres.

JE SUIS HORRIFIÉE !!!
PERSONNE NE CONTRÔLE WIKIPDIA !!!

PARDON MONSEIGNEUR
PARDON POUR CE QUE MON ÉPOQUE A FAIT DE VOUS

Missire Delaroche, prêtre de la paroisse de Saint Gilles près Clisson, était distrait : baptême écrit « inhumé »


 

 

° 1700.02.25 MASSON Mathurin « attention, le prêtre, sans doute distrait à écrit « inhumé dans le cimetière » au lieu de « baptisé » Mathurin fils de François Masson et Marie Masson, parrain Mathurin Chiron marié, marraine Marie Masson non marié »

Je poursuis les retranscriptions des plus vieux registres de Clisson, et ce matin, je tombe sur une ENORME DISTRACTION du prêtre. Il commence comme une inhumation et en fait tout ce qu’il écrit ensuite est un baptême, exactement de la manière dont il les écrit, précisant toujours si le parrain et la marraine sont mariés etc…

J’avais parfois vu des distractions dans les registres, même certaines plus qu’embrouillantes, mais je n’avais jamais vu ce type de distraction.