Broyage des graines de lin dans les années 1920 dans la presqu’île Guérandaise

table des actes traitant des Fagault de Guérande et Belmont

   en cours d’élaboration

introduction

Le commentaire de Christine vient de réactiver mon intérêt pour cette famille, et fouillant dans mes papiers j’en trouve encore. Ainsi, je viens de découvrir que dans la presqu’île Guérandaise, entre les deux guerres, dans les années 1920, 1930, les Fagault vendaient un moteur à moudre les graines de lin. Je comprends donc qu’il y avait encore alors du lin dans la presqu’île Guérandaise, et qu’on savait aussi utiliser sa farine dans le pain, car  je pensais qu’autrefois on n’utilisait le lin que pour les draps ! Et, stupéfaite, je découvre sur Internet les broyeurs actuels, électriques bien entendu. 

Carte du commerce de gros Fagault Guérande années 1920 

Épicerie en gros et détail
Maison Dubois, fondée en 1814
Fagault successeurs, Guérande
Mercerie – Brosserie
Droguerie – Graineterie
Engrais
Quincaillerie
Spécialités de conserves alimentaires
de farine de graines de lin et farine de moutarde
moteur à pétrole pour moudre le poivre, concasser l’avoine, broyer la graine de lin et la graine de moutarde
Charbons
Fer et Aciers, Meules
C’est assez varié, et je pense que la presqu’île Guérandaise s’étendait de Saint-Nazaire à Piriac

 

 

Histoire d’une maison face au cimetière Saint Jacques, l’ex n°174 route de Clisson, aujourd’hui boulevard Joliot Curie

table des actes traitant du quartier Nantes St Jacques

    Vous avez sur mon site beaucoup d’actes concernant le quartier : Voir tous les articles sur Nantes Sud Loire Saint Jacques

introduction

Cette page était parue le 23 avril 2020, mais je la remets ici car j’ajoute les recensements de 1926 et 1946, fort intéressants, et maintenant accessibles.
De Bonne Garde à la rue de la Ripossière, on était autrefois rue St Jacques et encore en ville alors que passé la rue de la Ripossière on était route de Clisson et en partie rurale et non plus en ville, mais vous allez voir ci-dessous que certains, y compris les notaires, s’y perdaient un peu, et le notaire ci-dessous a écrit route de Clisson alors qu’on était rue Saint Jacques. Bref, ce pour vous dire que lors des recherches, ce tronçon de Nantes est difficile car beaucoup d’embrouilles sur les noms de rues, sans compter les changements de numéros.

Jusqu’à la Révolution, je vous ai déjà montré que passé Bonne Garde ce n’étaient que jardins maraîchers le long de la route de Clisson.  Devant l’invasion d’immeubles de nos jours sur des km de route de Clisson, un coin tient encore quelques maisons, du côté du cimetière. Voici l’histoire de l’une d’elles, de son puits, et en fin d’article je vous mets aussi de ses innombrables habitants, car autrefois on vivait nombreux par pièce.
Vous allez découvrir ici que les premiers propriétaires étaient parfois peu résidants, comme si parfois ce quartier avait servi de placements immobiliers. Au fonds, un peu comme le font de nos jours ceux qui acquièrent des appartements pour les louer ensuite.
Enfin, outre l’extrême complexité des propriétaires successifs, vous constaterez qu’en cette année 1863 on paie en monnaie exclusivement métallique, et qu’on a une peur bleue du papier pour payer en billets. On est loin de nos paiements numériques !
Le prix de la maison est de 8 000 F de 1863 qui feraient 16 000 € ce qui nous semble si peu qu’on a peine à y croire. En tous cas, l’acheteur paie sur 3 ans, ce qui signifie que son commerce lui dégage chaque année 3 000 F de bénéfices. Il est marchand de grains pour chevaux, alors fort nombreux à Nantes pour tous les transports et travaux.
Et si vous êtes très curieux, je pense que c’est le n°62 actuel Bd Joliot Curie.

 

Retranscription de l’acte avec l’orthographe originale 

Cet acte est aux Archives Départementales de Loire-Atlantique, 2Q9023 – Voici sa retranscription :

« Le 14 juillet 1863[1] par devant maître Joseph Martineau et son collègue, notaires à Nantes, ont comparu : premier Aristide Pottin, propriétaire, demeurant à Nantes rue de Gigant n°8, agissant tant en son nom personnel qu’au nom et comme mandataire de monsieur Michel René Lecrac, rentier, et madame Victorine Louise Adelaïde Pajot sa femme, demeurant ensemble à Paris, rue du Faubourg St Honoré n°180, en vertu de procuration passée devant maître Bertrand Maillefer et son collègue, notaires à Paris, le 21 mars 1863, dont le brevet original duement enregistré et légalisé, demeurera ci-après annexé, après avoir été certifié véritable par le mandataire et revêtu de mentions par les notaires soussignés – second mademoiselle Aglaé Lefèvre, rentière, demeurant à Nantes, rue Santeuil n°5 – tertio Mr Pierre Jean Lefèvre, capitaine au long cours, et madame Alexandrine Louise Cosson, son épouse, qu’il autorise, demeurant à Nantes rue de l’Heronnière n°5 – lesquels ont par ci-après vendu avec garantie solidaire contre tous troubles, évictions, et autres empêchements quelconques, à monsieur Jacques Mounier, marchand de grains, et madame Victoire Alphonsine Fortin, sa femme, qu’il autorise, demeurant ensembe route de Clisson, commune de Nantes, ici présente et acceptante – Designation : une maison située route de Clisson, non loin du cimetière Saint Jacques commune de Nantes, consistant en un rez de chaussée composé de 4 magasins et arrière magasins en tout 8 pièces, d’un premier étage composé de 5 pièces, vastes greniers au dessus couverts d’ardoise, 4 caveaux ou celliers, lieux d’aisance, un terrain à la suite de la maison du côté de monsieur Mounier, donnant sur la route, derrière la maison, un grand jardin entouré de murs garnis d’espaliers et mitoyens avec les voisins, lequel jardin est planté d’arbres fruitiers et d’agrément, et contient un puits, le tout borné au nord par Delaunay, au sud par le même et les acquéreurs, à l’est par la route de Clisson et à l’ouest par Thomarde. Telle au surplus que ladite propriété se poursuit et comporte avec toutes ses appartenances et dépendances sans rien en excepter ni réserver, les acquéreurs le déclarant le connaître parfaitement. Origine de propriété :  mademoiselle Lefèrre, monsieur Lefèrre, monsieur et madame Lecrac sont propriétaires de ladite maison, chacun pour un cinquième pour l’avoir acquise conjointement et indivisement avec madame anne Marie Lefèvre veuve de monsieur Aristide Pottin, libraire demeurant à Nantes rue Santeuil n°5, aujourd’hui décédée et représentée par monsieur Aristide Pottin son fils et seul et unique héritier, et madame Perrine Zoé Lefèvre, rentière, épouse séparée de corps et de biens du sieur Adolphe Letourneux, demeurant à Nantes sur Guetry, propriétaites des deux autres cinquièmes, de mademoiselle Geneviève Lechartier, propriétaire, demeurant route de Clisson, commune de Nantes, aux termes du contrat passé devant maître Boix notaire à Nantes le 24 mai 1851, moyennant une rente viagère de 1 000 francs. Ce contrat a été transcrit au bureau des hypothèques de Nantes le 5 juin 1851 n°412 volume 357 … suivant acte passé devant maître Boix notaire à Nantes le 4 juillet 1856 madame Letourneur susnommée, autorisée par jugement du tribunal civil de Nantes le 26 janvier 1856, a vendu à mademoiselle Lefèvre, monsieur Lefèvre, monsieur Lecrac et monsieur Aristide Pottin, acquéreurs indivisement entre eux et fondés dans l’acquisition chacun pour un quart, le cinquième à elle appartenant par indivis avec les acquéreurs dans ladite maison, depuis mademoiselle Lechartier est décédée à Nantes le 11 janvier 1852, de sorte que ladite rente viagère se trouve aujourd’hui éteinte ainsi que les vendeurs le déclarent et s’obligent justifier, mademoiselle Lechartier était elle-même propriétaier de cette maison pour l’avoir acquise de dame Marie Bugel épouse du sieur Joseph Marie Guillaume, laboureur, secundo Antoine Bugel, laboureur, tertio Jean Bugel laboureur, quarto Julienne Bugel cultivatrice, quinto Isabelle Bugel demeurant tous au village de l’Angle commune de Guenrouët, sexto Jeanne Bugel épouse du sieur Joseph Lelièvre maçon demeurant à Guichin, commune de Redon, septimo Louise Talva veuve de Pierre Nicoleau, sage femme, demeurant à Nantes, octavo sieur Isidore Talva, marin, demeurant à Nantes, nono Charles Talva cuisinier marin demeurant à Nantes, suivant procès verbal d’adjudication dressé le 10 juin 1844 par monsieur Crucy notaire à Nantes commis judiciairement c’est effet moyennant un prix payé, ainsi qu’il est ci-après relaté, les vendeurs de mademoiselle Lechartier avaient recueilli ledit immeuble dans les successions de Jean Bugel et Anne Talva, enfin les époux Bugel avaient fait construire cette maison, au garantie de puis par mademoiselle Lechartier, sur un terrain par eux acquis en diverses parcelles, sur actes authentiques. Une expédition de procès verbal d’adjudication sus énoncée, a été transcrite au bureau des hypothèques à Nantes le 9 juillet 1844, volume 281, n°79, et inscription d’office a été faite le même jour volume 170 n°407, contre ladite demoiselle Lechartier, celle-ci s’est libérée de son prix et adjudication de la manière suivante, en payant aux vendeurs 1 100 F le jour même de l’adjudication ainsi qu’il est constaté par le susdit procès verbal, et l’outre plus après l’accomplissement des formalités de transcription et de purge légale, ainsi qu’il est constaté dans un acte contenant quittance et main levée de l’inscription d’office susrelatée passé devant ledit maître Crucy et un de ses collègues le 24 février 1845, et par suite duquel cette inscription a été radiée sans réserve le 3 mai suivant. Entrée en jouissance : les acquéreurs entreront en jouissance de la propriété rétroactivement à partir du 24 décembre dernier. Charges, conditions : la présente vente est faite aux charges clauses et conditions suivantes que les acquéreurs s’obligent solidairement entre eux de fidèlement exécuter : primo, ils prendront ladite propriété dans son état actuel sans pouvoir prétendre aucune indemnité pour cause de réparations ou dégradations, et ils supporteront les servitudes passives sauf à profiter d’icelles actives, s’il en existe, le tout à leurs risques et périls – tertio, ils paieront les contributions à compter du 1er janvier dernier – quarto, ils entretiendront les baux verbaux qui pourront exister de manière à ce que les vendeurs ne soient pas inquiétés ni recherchés – quinto, ils entretiendront les polices des assurances et paieront les primes à partir du 1er janvier dernier –  cinto, ils acquitteront les frais, droits et honoraires auxqueles les présentes donneront ouverture. Prix : et en outre la présente vente est faite moyennant la somme de 8 000 F, que les acquéreurs s’obligent solidairement entre eux de payer de la manière suivante, 3 000 F le 24 décembre prochain, pareille somme de 3 000 F le 24 décembre 1864, et les 2 000 F restant le 24 décembre 1865, jusqu’à parfait remboursement paieront les intérêts 5% par an à partir du 24 décembre dernier, payables annuellement. Les paiements tant du principal que des intérêts auront lieu à Nantes, quittes de frais en l’étude de maître Martineau notaire soussigné, et ne seront valablement fait qu’en espèces métalliques d’or ou d’argent ayant cours actuel, sans billets, papier monnaie ou autre valeurs fictives, monsieur et madame Mounier renonçant à se prévaloir du bénéfice de tous décrets ou lois pouvant en autoriser l’émission ou la circulation, monsieur et madame Mounier pourront anticiper les époques de remboursement ci-dessus en prévenant un mois à l’avance, les paiements particuliers ne pourront être inférieurs au tiers de la somme due. Transcription : les acquéreurs feront transcrire une expédition des présentes au bureau des hypothèques de Nantes et rempliront si bon leur semble les formalités nécessaires pour purger leur acquisition des hypothèques légales qui peuvent le grever, et si pendant l’accomplissement de ces formalités il y a des inscriptions du chef des vendeurs ou de leurs auteurs, ledits vendeurs seront tenus d’en porter main levée ou certificat de radiation dans le mois de la dénonciation qui leur en sera faite au domicile ci-après élu ; Etat civil :  Déclarent monsieur Pottin et les vendeurs que monsieur et madame Lecrac sont mariés sous le régime de la communauté légale à défaut de contrat qui ait précédé leur mariage à la mairie de la Garnache (Vendée) le 29 novembre 1848, que monsieur et madame Lefèvre sont mariés sous le régime e la communauté légale à défaut de contrat de mariage, que monsieur Pottin et madamoiselle Lefèvre sont célibataires, qu’aucun desdits vendeurs n’a été tuteur de mineurs interdits, que l’immeuble présentement vendu est libre de toutes hypothèques légales … »

[1] AD44-2Q9023

Analyse des recensements

Le recensement ne donnait que 4 ménages, dont le couple âgé des propriétaires, Jacques Mounier et son épouse Victorine Fortin. Ceux-ci occupaient manifestement plusieurs pièces puisque l’acte de vente ci-dessus dénombre pas moins de 8 pièces. Or, Jacques Mounier décède le 7 mai 1905 et sa veuve se retire dans une autre maison de la rue St Jacques. Donc, toutes les pièces sont louées, et en 1926 le recensement dénombre pas moins de 12 familles au n°174, et  il faut supposer qu’il y avait alors 12 pièces  ! En 1946, il y encore 10 familles, dont plusieurs étaient déjà présentes en 1926.

Y vivent en 1901 (recensement, par ménage, soit 4 ménages) :

Jules Bernard, 27 ans, chef, peintre
Berthe Martin, 21 ans, sa femme

Marc Vrignaud, 56 ans, chef, épicier

Jacques Mounier, 78 ans, chef
Victorine Mounier, 78 ans sa femme

Eugène Rojouan, 32 ans, chef, mécanicien
Beccavin Constance, 31 ans, sa femme
Madeleine Rojouan 6 ans leur fille
Martin Rojouan 5 ans leur fils
Yvonne Rojouan 3 ans leur fille

Y vivent en 1926 et 1946 (recensement, par ménage, archives municipales) :

1926 Cocard Emile °Hirillac 1894 chef, débitant, patron
Sebileau Eugénie °Hirillac 1894 épouse
Cocard Simone °Nantes 1924 fille
Gicquel Cécile °Pérel 1905 domestique
1926 Texier Julien °St Jean 1889 chef, manœuvre
Roux Bernadete °Béganne 1891 épouse
Texier Juliette °Béganne 1918 fille
Texier Simone °Nantes 1922 fille
Texier Paulette °St Sébastien 1924 fille
1926 Armange Marcel °Verier en Charnie 1897 chef, livreur
Herrouin Hélène °Derval 1898 épouse
Armange Marcelle °Carquefou 1920 fille
Armange Marie °Carquefou 1921 fille
1926 Macé Louis °St Ganton 1871 chef, ajusteur
Morvan Anne °Ederme 1874 épouse
1926 Charpentier Jean °Loroux-Bottereau 1865 chef, savonnier
Guérin Léontine °Vallet 1863 épouse
Charpentier Léontine °Chapelle Heulin 1894 fille, ouvrière
Charpentier Jeanne °Aigrefeuille 1904 fille, couturière
1926 Bouyer Georges °Nantes 1899 chef, charpentier
Briand Elisa °Dol de Bretagne 1903 épouse
Bouyer Georgette °Nantes 1624 fille
1926 Perrot François °Nantes 1899 chef, manœuvre
Séguin Jeanne °Nantes 1897 épouse
Perrot François °Nantes 1919 fils
Perrot Marcel °Nantes 1922 fils
Perrot René °Nantes 1924 fils
Perrot Yvonne °Nantes 1925
1926 Peignon Louis °Nantes 1879 chef, manœuvre
Subineau Marie °Nantes 1879 épouse
1926 Barron Edouard °Nantes 1896 chef, ajusteur
Faugeras Yvonne °Rezé 1898 épouse
1926 Rousseau Charles °Bouguenais 1901 chef, charpentier
Connan Marie °Kerpirt 1897 épouse
1926 Sorin Gabriel °Nantes 1888 chef, manœuvre
Barreau Antoinette °Fabris 1887 épouse
Sorin Gabriel °Nantes 1921 fils
Chauvin Berthe °Nantes 1893 domestique
1926 Leborgne Pierre °Fremeac 1887 chef, chauffeur
Joly Marie °Vertou 1891 épouse
Tendron Gabriel °Nantes 1924 fils
1946 Sorin Valentine °1881 chef
Sorin Gabriel °1920 enfant
1946 Rousseau Charles °1901 chef, plombier
Rousseau Célestine °1897 épouse
Rousseau Charles °1932 enfant
Rousseau Michel °1935 enfant
1946 Guimard Lucien °1900 chef, charpentier
Guimard Marguerite °1898 manutentionnaire
1946 Perrot François °1892 chef, manœuvre
Perrot Jeanne °1889 épouse
Perrot Yvonne °1922 enfant, employée de bureau
1946 Armange Marcel °1897 chef, commis épicier
Armange Hélène °1893 épouse
Armange Marcelle °1920 enfant, couturière
Armange Marie °1921 enfant, couturière
1946 Mercier Léontine °1894 chef, employée de quincaillerie
Charpentier Jeanne °1904 sœur, chemisière
1946 Peignon Louis °1879 chef, manœuvre
1946 Chemier Jeanne °1897 chef, manutentionnaire
1946 Morandeau Pierre °1912 chef, chauffeur
Morandeau Renée °1917 épouse, mécanicienne
1946 Leborgne Pierre °1887 chef, mécanicien
Leborgne Marie °1891 épouse, employée

L’hôtellerie la Licorne offrait foin et sellerie, tout pour le cheval, il y a 5 siècles, Angers Sainte Croix 1523

table des autres actes traitant d’hôtellerie

    Vous avez sur mon site une page pour les hôtelleries, et vous avez sur mon blog 28 actes traitant des hôteliers et leur hôtellerie, et pour y accéder vous allez sous ma page où vous voyez 2 lignes, la première vous donne la,les catégorie,s qui sont le mode de classement, la seconde donne ce qu’on appelle étiquettes qu’on appelait autrefois mots-clefs. Cliquez sur l’un de ces mots et vous accédez à toutes les pages traitant du même sujet.  

introduction

Avant la voiture il fallait beaucoup de foin pour les chevaux, en particulier les hôteliers tenaient des écuries (qu’on n’appelait alors étable mais c’était bel et bien ce que nous appelons écurie) pour les cavaliers de passage, et même des chevaux à louer comme le feront les relais de poste. L’acte qui suit est le bail à ferme pour la « tonture du pré », ce qui signifie clairement que l’hôtellerie possédait son pré pour son foin.
Mais cet acte nous en dit bien plus que le foin, car l’hôtellier est dénommé « marchand cellier et hôtellier » et je crois comprendre que le terme cellier ne s’applique pas à la cave à vin mais au sellier, et en l’occurence il s’agissait d’un point de vente de selles pour chevaux et autres pour chevaux, mais fabriqués ailleurs par un ou plusieurs artisans.

Retranscription de l’acte avec l’orthographe originale 

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E121

Le 9 mai 1523 en notre court à Angers (Nicolas notaire Angers) personnellement establyz vénérable et discret maistre Jehan du Cleray chanoine de l’église collégiale et royale monsieur saint Martin d’Angers d’une part et Micheau Desboys marchant cellier et houstellier et Georgette sa femme demourants en la maison et houstellerie de la Licorne vis-à-vis de l’église collégiale de Sainte Croix de ceste ville d’Angers ladite Georgette suffisamment autorisée par devant nous d’autre part soubzmectant etc confessent avoir aujourd’huy faict les marchés pactions et conventions tels et en la manière qui s’ensuit, c’est à savoir que ledit maistre Jehan du Cleray a baillé et octroié et encores baille et octroie audit Desboys et sadite femme la tonture du pré nommé l’Hommaye assis en la paroisse de Thiercé audit bailleur appartenant tout ainsi que l’a possédé par cy davant noble homme messire Charles Bourré chevalier seigneur du Plessis Bourré par manière et tiltre de ferme et non autrement et pour ceste présente année seulement
pour d’icelle tonture de pré en faire et disposer par lesdits Desboys et sa femme comme de leurs propres choses, et est faite ceste présente baillée pour en rendre et payer par lesdits preneurs leurs hoirs audit bailleur et ayant sa cause pour ladite année la somme de 25 livres paiables au jour et feste de Saint Denis prochain venant, auxquelles choses dessus dites tenir et accomplir de part et d’autre et ladite somme de 25 livres rendre et payer etc dit et accordé entre lesdites parties que si ledit pré estoit retiré sur ledit bailleur au desans et auparavant la tonture dudit pré que ledit bailleur ne sera tenu en aulcun garantage et desdommagement vers lesdits preneurs et aux dommages dudit bailleur amendes etc obligent lesdites parties l’une vers l’autre etc et lesdits Desboys et sa femme eulx et chacun d’eulx seul et pour le tout sans division de parties de biens leurs hoirs etc à prendre vendre etc renonçant par devant nous lesdits Desboys et sa femme au bénéfice de division etc et par especial ladite Georgette au droit velleyen etc elle sur ce de nous suffisamment avertie etc foy jugement et condemnaiton etc
présents ad ce Guillaume Martin praticien en cour laye et Mathurin Grosboys paroissien de Saint Martin d’Angers tesmoins
ce fut fait et donné à Angers en la maison dudit maistre Jehan du Cleray les jour et an susdits

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog. Tout commentaire ou copie >partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du droit d’auteur.

Thebaude Gaignard se retire de l’hôtellerie de l’écu de Bretagne en louant à son gendre, Angers 1606

table des autres actes traitant de retraite

Autrefois aucune retraite et René Delahaye a vécu plus de 83 ans, d’où un inventaire après décès assez pauvre : 1721 –    Autrefois la vie était courte, mais sans retraite on travaillait souvent jusqu’à la mort : Nicolas Laloy 72 ans, mort au travail   –    Retraite d’une veuve chez son gendre, Jacques Justeau, maréchal en oeuvres blanches, 1708   –    Les personnes âgées, sans retraite, isolées ou regroupées entre elles : Nantes Sud Loire 1846

introduction

La retraite de nos jours signifie s’arrêter de travailler et toucher une pension, mais née en 1938 j’ai connu des générations sans pension. La pension de retraite n’a été instituée qu’en 1945, encore fallait-il cotiser, ce qui ne fut pas le cas de tout le monde au départ. Auparavant on ne survivait que grâce à son bien propre, quand on en avait un peu. Mais la majorité des Français survivaient seulement avec un lit dans un coin chez ses enfants, quand on en avait, sinon dans la pauvreté la plus extrême.

L’acte qui suit traite d’hôtelleries d’Angers, et je vous ferai bientôt un récapitulatif de toutes les hôtelleries que j’ai traitées sur ce blog.

Retranscription de l’acte avec l’orthographe originale 

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E8 – 

Le samedi 18 mai 1606 avant midy, par devant nous René Serezin notaire royal à Angers honneste femme Thebaude Gaignard veufve du deffunct sire Mathieu Bruneteau demeurant en l’hostellerye ou pend pour enseigne l’escu de Bretaigne forsbourgs Sainct Jacques, René Levieil mary de Charlotte Bruneteau et Michelle Bruneteau filles dudit deffunct Bruneteau et de ladite Gaignard se sont adressés vers et à la personne de honneste homme sire Pierre Jary mary de Sébastienne Bruneteau aussy fille de ladite Gaignard auquel ils ont remonstré que pour la vieillesse maladie et indisposition de la personne d’icelle Gaignard elle ne peult plus tenir et exercer ladite hostelerye de l’escu de Bretaigne tellement qu’elle est résolue de quicter et se demettre de l’exercice de ladite hostelerye qui aporteroit grand préjudice et dommage au bien de ladite Gaignard en … pour … ledit Jarry de prendre afferme ladite hostelerye à ce qu’elle soit continuée et exercée, à quoy par ledit (f°2) Jary a esté dict qu’il est hoste de l’hostelerye des Troys Trompettes de ceste ville et que son marché de louage d’icelle maison dure encores de la Sainct Jehan Baptiste prochaine en deux ans, que pendant ledit temps il ne sauroit aller demeurer en ladite hostelerye de l’escu de Bretaigne sinon que ladite Gaignard luy promis l’acquiter des dommages et intérests qu’il pourroit soufrir s’il ne pouvait ne louer ladite maison des Troys Trompettes le prix qu’il est obligé en payer par chacun an montant sept vingts treze (153) livres tz ce que ladite Gaignard auroit bien voulu et sur ce a esté faict et accordé entre lesdites partyes le marché qui s’ensuit c’est à savoir que ladite Gaignard en présence et du consentement desdits Levieil et Michelle Bruneteau à ce présents soubmis soubs ladite court et qui ont promis ne contrevenir à ces présentes, a baillé et baille à tiltre de louage et non autrement audit Jarry qui a pris et accepté tant pour luy que pour ladite Bruneteau sa femme audit tiltre pour le temps (f°3) et espace de 9 années qui commanceront au jour et feste de Sainct Jehan Baptiste prochainement et finiront à pareil jour savoir est ledit logis cours jardin et appartenances de l’escu de Bretaigne avecques la grange estable et superficie d’icelle sur la rue Barault forsbourgs St Jacques, ainsy que lesdites choses se poursuivent et comportent et comme en jouist à présent ladite Gaignard sans rien en retenir ne réserver pour desdites choses jouir et user par ledit Jary comme un bon père de famille et y tenir et entretenir pendant ledit temps l’hostelerye ainsy qu’il a esté accoustumé sans la pouvoir délaisser, à la charge dudit preneur esdits noms de tenir et entretenir lsdites maisons grange et estable en bonne et suffisante réparation de couverture terrasse careau et vitre et les y rendre à la fin dudit temps ainsy qu’elles luy seront baillé au commancement du présent bail et outre entretenir et rendre à la fin dudit temps les trilles (qui sont les treilles) dudit jardin ainsy en tel estat qu’elles luy seront baillées, payer et acquiter par ledit …

Rabouiner : attention à ce que raconte internet en janvier 2024, qui est faux

J’ai les livres suivants dans ma bibliothèque :
N’en v’la t’i des rapiamus !, Georges Vivant, 1980
Glossaire Angevin, CH. Ménière 1880
Lexique du patois vivant, Parlers et traditions du Bas-Maine et du Haut-Anjou, 1980
Glossaire du patois angevin et régional, Henri Boré, 1986
Glossaire des parois et parlers de l’Anjou, Verrier et Onillon, 1898

En tant que descendante d’Angevins, j’ai souvent entendu et même utilisé des termes inconnus du dictionnaire officiel de la langue Française, ainsi RABOUINER pour rabâcher, resasser toujours la même chose, selon moi, donc ce jour je viens de vérifier dans mes 5 dictionnaires et sur internet, et je constate qu’Internet raconte autre chose et qu’il faut donc s’en méfier car manifestement ce que n’a pas compris l’IA (intelligence artificielle) c’est qu’en France, il existait beaucoup de termes de patois locaux, et on ne peut en aucun cas utiliser une définition locale pour la transposer à tout autre région ou terme etc…
Rabouiner, comme je l’utilisais, figure bien dans le lexique du Patois Vivant du Bas-Maine et du Haut-Anjou, édition 198o et signifie bien rabâcher en grognant et grommelant.

Comme quoi, il faut encore utiliser les dictionnaires et se méfier d’Internet.

Le musicien loue une chambre avec droit d’aller et venir la nuit, et y recevoir des étudiants pour danser, Angers 1548

table des autres actes traitant des musiciens

Musique autrefois, dans nos campagnesContrat de compagnie de musiciens, Angers, 1557
Françoise Delestang et Gilles Bouvier, joueur de luth, son mari ont acheté 2 pipes de vin, Angers 1582Testament de Marc Langlais, violon du roi : Angers 1591Psalteur : joueur de psaltérion, ou bien chanteur de psaumes ?Contrat d’apprentissage de joueur d’instruments de musique, Angers 1605Contrat pour 5 joueurs de hautbois à la fête du Sacre, Angers 1617
Jean Auvinet, joueur de luth à Chinon, venu à Angers pour le 1er de l’an 1602 –  Claude Delacamucière, joueur d’instruments, loue maison et jeu de paume, Angers 1552  –  Pierre Savin, musicien déficient visuel, venu de Loudun à Angers, 1622  –  Le musicien loue une chambre avec droit d’aller et venir la nuit, et y recevoir des étudiants pour danser, Angers 1548

introduction

Voici le plus bel acte que j’ai pu trouver en tant d’années d’heureuses et fructueuses recherches. Cet acte est un moment de vie avec musique et danse, et mieux, il n’est que la location d’une chambre pour une année, il y a près de 5 siècles. C’est donc un acte peu important, mais si beau, si touchant… N’oubliez cependant pas que le terme « chambre » n’a rien à voir avec notre chambre à coucher actuelle et ses 9 m2. Il y a 5 siècles c’est une très grande pièce à tout faire. Le musicien aura aussi le linge blanchi, la viande cuite etc… mais surtout le droit d’aller et venir même la nuit et surtout le droit d’y faire danser des étudiants… Heureux étudiants, qu’on appelait aussi écoliers à l’époque. Angers est une ville universitaire où manifestement les étudiants avaient la vie assez belle !!!

mes 21 années en chambre meublée

Mon émotion en lisant cet acte est surtout due au fait que j’ai moi-même vécu 21 ans en chambre meublée : 2 ans étudiante à Angers au 2ème et dernier étage d’une maison Renaissance, sans eau ni toilettes, je remontais chaque soit mon broc d’eau propre et mon seau hygiénique vide et les redescendais le lendemain matin, et jamais je n’ai eu accès à des toilettes et je n’ai su où elles étaient et mon seau était vidé je ne sais ou, sans doute dans des toilettes de jardin comme encore beaucoup de maisons de cette époque alors. La chambre, mansardée, était si petite qu’au pied du lit il y avait à peine de quoi passer, aucune table pour étudier mais par contre une petite table de toilette en marbre et sa cuvette de faïence. Le plus dur n’étai pas la toilette de chat à l’eau froide, mais les cheveux car je n’avais rien pour manipuler l’eau ou la réchauffer… et j’avais appris petite fille à laver les cheveux chaque semaine… Puis, durant 19 ans, avec cabinet de toilette à l’étage inférieur, partagé, et contenant seulement un lavabo, et sans cuisine avec un réchaud à alcool pour en faire un peu dans la chambre, et le dimanche j’allais au restaurant pour manger de la viande. Jamais je n’oublierai ma première salle de bain dans mon premier logement appartement, en 1969, soit après 21 ans sans vrai logement.

Retranscription de l’acte avec l’orthographe originale 

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E2 – 

Le 15 mai 1548 en la cour du roy notre sire à Angers endroit par davent nous Marc Toublanc notaire de ladite court personnellement establys chacun de Jehan Collas marchant et Jehan Allain joueur d’instrument demourants en en ceste ville d’Angers soubzmectans d’une part et d’autre leurs hoirs etc confessent etc avoir ce jourd’hui faict et font entre eulx les accords pactions et conventions qui s’ensuyvent c’est à savoir que ledit Collas a baillé et baille audit Allain qui a prins et prand à tiltre de louaige et non autrement du jour et feste de Sainct Jehan Baptiste prochainement venant jusques à ung an entier et parfait icelluy révolu, une chambre haulte de maison sise et située et estant des appartenances et dépendances de certaine maison sise en la rue de la Poissonnerye de ceste ville d’Angers comme ledit Collas a par cy davent à tiltre de louaige d’ung nommé Bouvet, à la charge que ledit Collas sera tenu et a promis fournir et garnir ladite chambre de tout bon mesnaige tant d’un lit garny table traicteaulx banc coffre chaires et escabeaulx et autres nécessaire qui s’ensuit (f°2) et commode à ladite chambre, outre fournira ledit Allain de tout linge tant de table draps de lit serviettes que de tous autres linges nécessaire et commode pour ledit Allain, aussi tenu ledit Collas cuire la chaire et poisson et autre viande … le boire et menger dudit Allain bien et honnestement pendant ledit temps, et servir et faire servir ledit Allain de toutes choses, blanchir et nectoier les chemises et autres linges dudit Allain bien et honnestement selon qu’à son estat et quallité appartient, et ne pourra empescher ledit Collas que ledit Allain ne sorte, aller et venir à ses affaires tant de jour que de nuit et pourra aussi pendant ledit temps ledit Allain mener escolliers et autres gens honnestes en ladite maison et en icelle les faire dancer et instruire de sondit estat ; et est fait ledit présent bail et prinse à louaige pour le prix et somme de 12 livres tournois poyable par ledit preneur audit bailleur aux termes de Nouel et Sainct Jehan Baptiste par moitié le premier payement commenczant à Nouel prochainement venant et à a esté à ce présent honneste personne Jouachain Langevyn demeurant en ceste ville lequel de son consentement (f°3) deuement soubmis et obligé par foy et sement soubz ladite court royal d’Angers a promis et promet poier ladite somme cy dessus audit Collas avecques ledit Allain et en a fait et fait son propre faict et debte et ce dedans les termes cy dessus, auquel marché et tout ce que dessus est dit tenir etc et lesdites choses cy dessus baillées audit tiltre garentir etc ensemble pour ladite somme au terme que dit est ont obligé et obligent lesdites parties d’une part et d’autre leurs hoirs etc renonçant etc foy jugement condemnation etc fait et passé en ceste ville d’Angers