Claude Delahaye et Perrine Deshoulles acquièrent quelques biens : Avrillé 1572

Claude Delahaye et Perrine Deshoulles sont mes ascendants et j’ai déjà beaucoup d’informations sur eux. Claude Delahaye a une magnifique signature, et il est aisé.
Il peut donc acquérir ce que d’autres doivent vendre comme ici de petits biens d’une succession collatérale.
Autrefois, lorsque je travaillais à Montreuil-Juigné aux Tréfileries, je passais à Avrillé pour aller à Angers, sans me douter que j’y avais des ascendants. Il est vrai que n’étais pas encore mordue de recherches. Ma grand-mère vivait encore, et parlait peu, ou même pas du tout, de même que ma maman sa fille le fit ensuite. Quand je vois les jeunes d’aujourd’hui, je pense que s’ils ne s’y intéressent pas, ils s’y interesseront sans doute un jour, et ce jour-là j’espère que mes travaux leur seront encore accessibles, et qu’ils pourront même les poursuivre. On peut rêver !!! et aussi léguer pour transmettre !!!


Cette carte postale illustre une période bien postérieure à l’acte de 1572, mais c’est tout ce que je possède sur Avrillé. Désolée pour l’anachronisme.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E5 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 25 octobre 1572 en la cour du roy notre sire et de monseigneur duc d’Anjou fils et frère de roy personnellement estably Germain Pèlerin et Guillemyne Regnaud sa femme, de luy suffisamment auctorisée par devant nous quant à ce, demeurant au lieu et métairie des Noyers paroisse St… parents et héritiers de deffunts Pierre Ysabeau Jehan Jacques et Perrine les Jamards, en leur vivant demeurant en la paroisse d’Apvrillé, lesquels chacun d’eux seul et pour le tout sans division de personne etc renonçant au bénéfice de division et d’ordre et de discussion confessent avoir vendu et par ces présentes vendent à honneste homme Claude Delahaye marchand demeurant à Apvrillé à ce présent qui a achapté et achapte pour lui et Perrine Deshoulles sa femme leurs hoirs etc, tous et chacuns les droits noms raisons parts et portions qui peuvent compéter et appartenir auxdits vendeurs es choses héritaulx demeurés de la succession dudit defunt Pierre Pelerin comme ses héritiers tant par acquest par ledit deffunt fait que de son patrimoine de quelque manière que ce soit tant maisons jardins vignes terres labourables que autrement, ensemble tel droit part et portion qui peult et pourroit compéter auxdits vendeurs comme héritiers desdits Jamards et de Phorien Dubé demeurant audit Apvrillé es choses héritaulx que ledit Dubé auparavant ledit Jacques Jamard … ; lesdites choses sises en la paroisse d’Apvrillé es fiefs et seigneuries dont les choses sont tenues aux cens rentes et charges que lesdits vendeurs advertis de l’ordonnance ont vériffié par serment ne pouvoir déclarer, franches et quites des arrérages du passé jusques à huy, et lesquels debvoirs ledit achapteur (f°2) payera pour l’advenir ; et est faite la présente vendition pour la somme de 121 livres tz sur laquelle ledit achapteur a payé contant auxdits vendeurs qui l’ont eue et receue en présence et à veue de nous la somme de 20 sols et le reste de ladite somme montant 120 livres ledit achapteur soubzmis et obligé soubz ladite cour a promis et demeure tenu payer et bailler auxdits vendeurs leurs hoirs dedans le jour et feste de notre Dame Chandeleur prochainement venant ; à laquelle vendition tenir obligent lesdites parties … renonçant et par especial ladite Regnaud au droit velleyen … etc foy jugement et condemnation etc fait et passé audit Angers en présence de Julien Marchand boulanger demeurant audit Angers et Julien Morier demeurant paroisse st Michel du Tertre tesmoings »

Michel Chevalier sieur de la Poterie (Bouër, 72) emprunte 28 livres : Paris 1531

Pour René Connat, voici ce que j’ai rapidement déchiffré :

Cet acte est aux Archives Nationales MC/ET/III/6 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :


Honneste personne Me Michel Chevalier sieur de la Poterie demeurant à Paris confesse avoir vendu constitué assis assigné … et promis garantir à Mathurin Goupy compaignon cousturier demeurant à Paris à ce présent … pour lui ses hoirs etc cinquante ? sols tournois de rente annuelle et perpétuelle … lever recevoir et percevoir et que ledit vendeur sera tenu … par lui ses hoirs … et payer quite vers … par chacun an audit achapteur à ses hoirs à deux termes par an … c’est à savoir Pasques et Toussaintz premier terme de payement eschera au jour de Pasques prochaine … et … auxdits termes tant en … ladite terre et seigneurie de la Poterie ses appartenances et dépendances … de son propre, assise en la paroisse de Bouer au pays du Maine


cartes IGN 2018

comme généralement etc à fournir et faire valoir nonobstant … ceste vente et constitution faite moyennant et par le prix et somme de 28 livres tournois … ledit vendeur en confesse avoir eue receu dudit achapteur dont etc … par ledit achacteur quand bon lui semblera pareille somme de 28 livres tournois … et tous loyaulx cousts … obligent ; fait et passé l’an 1531 le 24 octobre

L’Ouest-Eclair, édition Nantes, 11 novembre 1918

Depuis le 4 novembre 2018, je lis chaque matin le journal des jours qui précèdent l’Armistice. Voici ce que je note dans le journal du 11 novembre 1918. Il s’agit de presse écrite de l’époque, donc les nouvelles sont celles connues la veille, et je vous mets donc le 12 ce qui concerne l’armistice.

L’abdication du Kaiser, a eu des nostaliques et et vous avez sur youtube la marche des nostaliques : wir wollen unseren alten Kaiser Wilhelm
et vous avez le texte sur le lien
Cette marche n’est pas interdite sur Youtube et elle est au répertoire de Heino, chanteur allemand populaire.
De nos jours les chants nazis sont interdits en Allemagne, et je confirme qu’ils sont censurés sur Internet : il existe des services de surveillance. Si j’ajoute ces lignes c’est que la revanche de la défaite Allemande a beaucoup conditionné Hitler après 14-18. La marche que je cite ne semble pas interdite.

EN ATTENDANT L’ARMISTICE
LE DÉLAI DE 72 HEURES SERA-T-IL PROROGÉ ?
Spa, 10 novembre. (Officiel.). Le courrier allemand est arrivé ce matin à 10 heures ou C. Q. C. allemand.
IL EST POSSIBLE qu’en raison du retard causé par des circonstances matérielles apportées au voyage du courrier allemand, LE DELAI DE 72 HEURES fixé pour la réponse aux conditions qui expire demain lundi à 11 heures, SOIT PROROGÉ.
CETTE PROROGATION peut être RENDUE NÉCESSAIRE par les événements qui se déroulent en Allemagne.
Comment le courrier allemand arriva à Spa aussi tardivement
PARIS, 10 novembre. – Voici, d’après la Liberté, quelques détails sur le voyage mouvementé du courrier allemand :
Le courrier, capitaine Eidorff, faillit être tué par des obus boches et il fallut recourir à de nombreux échanges de télégrammes sans fil, avec le G. Q. G. de Spa pour obtenir la cessation du feu allemand. Samedi matin, les parlementaires trouvant la situation à la fois ridicule et dangereuse, cherchèrent le moyen de désembouteiller leur courrier et suggérèrent l’idée de le faire transporter à Spa en aéro. Notre commandement n’y vit aucun inconvénient et s’offrit à fournir le véhicule aéiren à la condition, évidemment, que le haut commandement allemand s’engagerait à ce qu’aucun tir ne serait pratiqué contre notre appareil. Par T. S. F. on prévint le G. Q. G. Flamand. Sa réponse ne se fit pas attendre. Elle disait en substance :
« Nous accordons le libre passage à l’aéro français qui amènera notre courrier et allons donner des ordres pour qu’il ne soit visé par aucun de nos appareils de tir aérien. Il devra pour être reconnu, porter deux flammes blanches très apparentes. » Mais soit défaut de liaisons rapides entre le G. Q. G. allemand et les unités du front, soit fléchissement de la discipline, les canons allemands continuèrent à encadrer de leus obus le malheureux courrier. Pendant ce temps, un avion français était préparé et son pilote était invité à se tenir prêt à partir. A ce moment, un nouveau radiotélégramme du G. Q. G. allemand arriva. Il annonçait que les ordres de cessation du feu donnés aux batteries tirant sur la route de La Capelle allaient être exécutés et que le capitaine Eidorff pourrait partir en auto. Presque aussitôt, en effet, les canons allemands se taisaient et le capitaine Eidorff prit la direction de Spa.
Partout on s’apprête à fêter l’armistice
PARIS. 10 novembre. DANS TOUTES LES VILLES DU NORD DE LA FRANCE on s’appréte à fêter l’armistice AVEC UN ECLAT TOUT PARTICULIER.
A CALAIS, à BOULOGNE, à DUNKERQUE notamment. la cessation des hostilités sera annoncée à la population par des salves d’artillerie, des sonneries de cloches et même par des appels des sirènes qui tant de fois semèrent l’alarme mais qui AUJOURD’HUI FERONT ENTENDRE LEUR VOIX pour célébrer le triomphe de la cause du droit.

Enfin, n’oubliez pas que j’ai sur mon site le carnet de guerre de mon grand père Edouard Guillouard, avec les photos de son lieutenant.

L’Ouest-Eclair, édition Nantes, 10 novembre 1918

Depuis le 4 novembre 2018, je lis chaque matin le journal des jours qui précèdent l’Armistice. Voici ce que je note dans le journal du 10 novembre 1918

Je vous ai épargné haine et batailles, et afin que vous puissiez vous rendre compte du ton de la haine, voici quelques lignes …
En les lisant et tappant (car le web ne lit pas mes images), j’avais devant moi des témoignages directs d’Allemands, lorsque j’ai vécu en Allemagne il y a plus de 50 ans de cela. Ces Allemands me disaient comment dès l’école on leur enseignait à haïr la France !!! Preuve d’ailleurs que la boucherie de la première guerre mondiale et l’armistice qui ensuivit ne servirent pas à éteindre la haine.
Je suis heureuse, infiniement heureuse, moi qui ai vécu les bombardements de 1943 à Nantes, puis l’exode et la poche, de témoigner l’amitié franco-allemande, et le bonheur de 70 ans de paix et d’Europe.

LE KAISER A ABDIQUÉ
L’ÉCROULEMENT
La voilà donc par terre, cette puissante Allemagne, cette Allemagne « invincible » dont « la poudre sèche et « l’épée aiguisée » devaient, en anéantissant la France, asservir l’humanité Quel beau rêve était \e sien, et bien conforme aux vils appétits, la folle insolence, à l’horrible esprit de domination de cette race de proie !
Quelques semaines d’une « guerre fraîchie et joyeuse », longuement méditée et méthodiquement, savamment préparée, pendant lesquelles le « peuple élu » se répandrait sur notre sol et s’y griserait de toutes les débauches du corps et de l’âme : massacres, vols, pillages, incendies, martyre des femmes et des petits enfants, humiliation systématique et torture raffinée de la dignité et de l’honneur français ; puis, la force brutale ayant fait son œuvre, notre résistance étant brisée, la vieille France ayant reconnu la loi du vainqueur, l’Allemagne régnerait sur le monde. Son empereur, symbole triomphant de l’unité de la race, verrait se courber l’univers devant l’armure étincelante de la Germania. Toute l’activité économique des nations serait tributaire de l’industrie et du négoce allemands ; l’Allemagne inaugurerait une nouvelle période de l’histoire humaine : elle serait la grande organisatrice et la grande régulatrice du travail mondial et sa « culture », en même temps qu’elle disciplinerait « scientifiquement » les énergies physiques des peuples assujettis, recréerait les âmes à l’image du « vieux dieu » des origines, ce dieu féroce et sanglant du Walhalla, incarnation de la Force inflexible, étrangère à tout sentiment de justice et dont les arrêts ne s’écrivent qu’à la pointe du glaive ! Oui, c’était un rêve sans égal rêve d’orgueil et de cupidité, de violence et d’enrichissement où ne manquait rien de ce qui peut surexciter jusqu’a la démence les désirs les passions, !es envies et les impatiences d’une nation sauvage, sans conscience et sans moralité. Et c’est bien pourquoi, jusqu’à la dernière heure, jusqu’à l’heure fatidique de la défaite, l’Allemagne tout entière, empereur, hobereaux, grands et petits propriétaires, industriels, commerçants et jusqu’au dernier des ouvriers, a lutté comme un seul homme pour sa réalisation.

On ne dit pas « Alliés » mais « Entente »

L’Ouest-Eclair, édition Nantes, 9 novembre 1918

Depuis le 4 novembre 2018, je lis chaque matin le journal des jours qui précèdent l’Armistice. Voici ce que je note dans le journal du 9 novembre 1918

Le maréchal Foch accorde 72 heures A L’ALLEMAGNE pour accepter ou refuser son armistice
La première entrevue a eu lieu et, comme on le verra plus loin, Foch a refusé la suspension d’armes que l’Allemagne sollicitait pendant les pourparlers. Un délai de 72 heutes a été donné aux plénipotentiaires pour répondre par oui ou par non aux conditions qui leur sont imposées. La réponse sera donnée au plus tard dans la journée de lundi. Jusque-la et même après conservons tout ce calme qui pendant toute la durée de la guerre rehaussa, si possible, la dignité de la France. C’est du reste le meilleur moyen de prouver la confiance que nous avons en ceux de qui le Sénat disait hier « Ils ont bien mérité de la Patrie ! »
Pendant que s’écouleront ces heures, les Allemands ne seront certainement pas sans réfléchir aux conséquences possibles d’une réponse négative. Pas plus que nous ne doutons de notre victoire Ils ne doutent de leur défaite. Plus celle-ci s’amplifiera et elle s’amplifie chaque jour, plus les conditions seront dures.
Il y a donc tout lieu de croire que, dans leur mtérêt, ils accepteront les conditions qui leur ont été imposées par le maréchal.

  • les enfants dans la rue faute d’école
  • l’électricité était là, enfin pas pour tous
  • le téléphone était là : les médecins sont prioritaires
  • Nantes est pionnière en conserves
  • Et elles sont utiles pour envoyer un colis au front !

  • les galoches
  • J’ai moi aussi connu les galoches pendant et après la seconde guerre mondiale.
    On vend de tout d’occasion, ici un sac… et beaucoup de prothèses pour les mutilés.
    Et les Américains vendent aussi comme après la seconde guerre mondiale !

  • Grippe, tuberculose et syphilis
  • et les remèdes !!!

    et un Michelin dans mon quartier de Pirmil !

    Enfin, n’oubliez pas que j’ai sur mon site le carnet de guerre de mon grand père Edouard Guillouard, avec les photos de son lieutenant.