Vertu : mot qui n’est plus utilisé de nos jours

25 février 2017

La lette V contient plusieurs termes moraux et souvent utilisés autrefois, et je m’en souviens personnellement, mais totalement oubliés en 2017.

Les mentions relatives à la morale des personnes sont très, très rares dans les registres, et je me souviens à Pouancé de l’inhumation de Louis Gault, mais c’est à peu près tout.


« Le Marillais, dimanche 29 aoput 1677 a esté inhumée en l’église de céans le corps de defunte honeste et verteusse (vertueuse) fille Sébastienne Guerry non mariée »

Le Dictionnaire de l’Académie française 1694, t. 2 [ 1694 ]

VERTU. s. f. Efficacité, force, vigueur, proprieté. Vertu merveilleuse, propre, particuliere. vertu occulte, secrete. les vertus des plantes, des mineraux. cette plante a une grande vertu, a la vertu de guerir un tel mal. la vertu magnetique.

On dit prov. d’ Un homme qui n’ a aucun credit, aucun pouvoir, C’ est le soleil de Janvier, il n’ a ny force ny vertu. Et, que Face d’ homme porte vertu, pour dire, que La presence d’ un homme sert bien à ses affaires.

Vertu, sign. aussi, Une habitude de l’ ame, qui la porte à faire le bien, & a fuir le mal. Vertu chrestienne. vertu morale. vertu intellectuelle. vertus naturelles. vertus acquises. vertus surnaturelles, ou infuses. les vertus des Payens. les quatre vertus cardinales. les trois vertus Theologales. vertu sublime, rare, éminente, heroique, solide. esprouvée. vertu de chasteté, d’ humilité, de continence. les vertus Royales. vertus militaires. des semences de vertu. c’ est un homme, une femme de vertu, de grande, de haute vertu. instruire, former à la vertu. s’ avancer dans le chemin de la vertu. l’ amour de la vertu. embrasser la vertu. faire profession d’ honneur & de vertu. exemple de vertu, miroir de vertu. on a mis sa vertu à l’ espreuve. exercer sa vertu.

On dit prov. Faire de necessité vertu, pour dire, Se resoudre à faire par vertu, par courage, ce qu’ il faudroit faire par necessité.

Odile Halbert - Lorsque vous mettez mes travaux sur un autre site ou base de données, vous enrichissez leurs propriétaires en leur donnant toujours plus de valeur marchande dans mon dos

Dispense au du 4 au 4ème degré entre Joseph Babin et Marie Grimault : Le Mesnil et Montjean 1733

24 février 2017

Les Babin sont excessivement nombreux au Mesnil, mais je descends d’un Babin de Saint-Florent-le-Vieil que je ne parviens pas à étoffer plus que je ne l’avais fait autrefois, bien que j’ai déjà passé plusieurs semaines en ligne dans tout ce coin.

Ici, comme dans la plupart des cas, il s’agit d’enquêter sur leurs revenus, et s’ils n’ont pas assez d’argent pour payer la cour de Rome, c’est l’évêque qui donne finalement l’autorisation de les marier, et ce à moindre frais.
Vous avez déjà sur mon blog plusieurs dispenses, elles sont toujours intéressantes, même si ces généalogies qui sont le fruit de la mémoire de la famille est probablement source de quelque erreur.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, G619 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 23 septembre 1733, en vertu de la commission à nous adressée par monseigneur l’évêque d’Angers en date du 18 du même mois et an que dessus signée Jean évêque d’Angers et plus bas pour informer de l’empeschement qui se trouve au mariage que ont dessein de contracter Joseph Babin de la paroisse du Mesnil et Marie Grimault de celle de Montjean, des raisons qu’ils ont de demander dispense dudit empeschement, de l’âge des dites parties et du bien précisément qu’elles peuvent avoir, ont comparu devant nous commissaire soussigné lesdites parties, scavoir Joseph Babin âgé de 22 ans, et Marie Grimault âgée de 17 ans, accompagnée de Louis Coignée oncle par alliance dudit Babin, et Pierre Babin aussi son oncle du côté paternel, tous deux de la paroisse du Mesnil, Jean Sorin oncle par alliance de Marie Grimault son curateur en personnes et biens, de la paroisse de la Pommeraye, Marin Chaillou aussi son oncle par alliance de la paroisse de Montjean, qui ont dit bien connaistre lesdites parties, et serment pris séparément des uns et des autres de nous déclarer la vérité sur les faits pour lesquels ils seront enquis ; sur le raport qu’ils nous ont fait et les éclaircissements qu’ils nous ont donné nous avons dressé l’arbre généalogique qui suit

souche
Jean Brouard et Jeanne Auvrilault
dont sont issu
Jeanne Brouard…….Marie Brouard
François Babin ……….Macée Hagoulon
Louis Babin……………..François Grimault
Joseph Babin……….Marie Grimault
dont il s’agit………..dont il s’agit

Ainsi nous avons trouvé qu’il y a un empeschement de consanguinité du quatre au quatrième degra entre lesdits Joseph Babin et ladite Marie Grimault

à l’égard des causes ou raisons qu’ils ont pour demander la dispense dudit empeschement ils nous ont déclaré qu’ils se sont recherché sans croire estre parents au degré prohibé, et se sont promis l’un à l’autre la foy de mariage après une longue rechercher, et que ledit Babin est dans une closerie qu’il est hors d’estat de faire valoir sans s’établir, et comme leur bien ne monte qu’à la somme de 700 livres en fonds et meubles, ladite Marie Grimault n’ayant que 250 livres, ils se trouvent hors d’état
dispense matrimoniale du 4e au 4e degré de consanguinité par Jean Brouard et Jeanne Aurillault entre Joseph Babin du Mesnil et Marie Grimault de Montjean

Odile Halbert - Lorsque vous mettez mes travaux sur un autre site ou base de données, vous enrichissez leurs propriétaires en leur donnant toujours plus de valeur marchande dans mon dos

Jean Legouz prend Olivier Hiret pour caution : Carbay 1610

23 février 2017

Olivier Hiret est un “tonton” pour moi, et sans enfants. Parti de Senonnes à Angers comme avocat, il appraît dans un très grand nombre d’actes notariés, car il était le point de liaison d’une grande partie du Pouancéen, qui venait donc chez lui à Angers lorsqu’ils souhaitaient emprunter à Angers etc… Il illustre à merveille les liens au delà des liens familiaux, mais liens de cohésion locale, et je le connais bien pour avoir pendant 10 ans uniquement travaillé la famille Hiret et cela est paru dans mon ouvrage l’Allée de la Hée des Hiret

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E5 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 26 novembre 1610 après midy, en la cour du roy notre sire à Angers endroit par devant nous (René Moloré notaire) personnellement establys Jehan Legouz écuyer sieur de la Salle demeurant en la paroisse de Carbeil près Pouencé, honorables Me Ollivier Hiret sieur du Drul advocat Angers et Pierre Gaultier marchand demeurant savoir ledit Hiret paroisse st Maurille et ledit Gautier en la paroisse de la Trinité de ceste ville soubzmettant eulx et chacun d’eulx seul et pout le tout sans division de personnes ne de biens leurs hoirs etc confessent avoir vendu créé constitué et par ces présentes vendent créent et constituent et promettent garantir fournir et faire valoir à vénérables et discretz les doyen chanoynes du chapitre St Pierre lesquels ont achpté et achaptent pour eulx leurs successeurs doyen et chanoines dudit chapitre, la somme de 18 livres 15 sols de rente annuelle et perpétuelle que lesdits vendeurs promettent payer entre les mains de leur boursier des anniversaires par quartiers égaulx qui escheront aux 26 février, 26 mai, 26 août et 26 novembre de chacunes années, le premier paiement et quartier commenczant le 26 février prochain, et à continuer à perpétuité, et laquelle rente lesdits vendeurs ont assise et assignée assient et assignent par ces présentes sur tous et chacuns leurs biens meubles et immeubles présents et futurs et sur chacune pièce d’héritage seule et pout le tout sans que la générale et spéciale obligation puissent nuire ne préjudicier l’une à l’autre o puissance auxdits du chapitre de faire faire assiette de ladite rente suivant la coustume de ce pays d’Anjou, et est faite ladite vendition création et constitution de rente pour le prix et somme de 300 livres tz payée content par lesdits députés auxdits vendeurs qui ont icelle somme emportée en pieces de 16 sols et 18 sols bonnes suivant l’édit du roy

Le 20.10.1622 dvt Nicolas Leconte Nre Angers, les chanoynes de StPierre d’Angers ont reçu en notre présence de Nouelle Tramblay femme de Jullien Janvier 300 L tz en or & pieczes de 16 s pour le rachat de la rente de 18 L 15 s qu’elle avoit acquise dud. Jehan Legouz par acte passé par Fortin Nre à Pouancé

Odile Halbert - Lorsque vous mettez mes travaux sur un autre site ou base de données, vous enrichissez leurs propriétaires en leur donnant toujours plus de valeur marchande dans mon dos

Ils cautionnent le titre sacerdotal de René Gallard : Saint Pierre Montlimart 1622

22 février 2017

J’ai toujours un profond respect pour toutes ces personnes qui cautionnaient autrefois les titres sacerdotaux, car en fait ils prenaient des risques. Quelle belle solidarité !

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E8 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le vendredi 2 décembre 1622 après midy, par devant nous René Serezin notaire royal à Angers furent présents et personnellement establis Me Jehan Leroyer licencié ès loix demeurant Angers paroisse st Maurille, et Pierre Guischet marchand drapier drapant demeurant en la paroisse St Pierre de Maulimard, lesquels après que lecture leur a esté faite par nous notaire et donné à entendre de mot à autre du don et tiltre fait par Me René Aronde prêtre, Louis Pichery et Jehan Martin, Me René Gallard (ici le nom est écrit sans le i de Gaillard) clerc tonsuré de ce diocèse, passé par devant François Delaunay le jeune notaire du compté de Montrevault le 30 novembre derniers, ils sont dit et assuré bien cognoistre les choses contenues, qu’elles valent de revenu annuel chacun an charge faite du moings la somme de 60 livres tz, et où elles ne seroient de si grand revenu ou que ledit Gaillard fust troublé et empesché en la possession et jouissance d’icelles promettent et s’obligent lesdits establis chacun d’eux seul et pour le tout parfournir et payer chacun audit Gaillard ladite somme de 60 livres tz sa vie durant pour son titre aux saints ordres de prestrise, qui ont assis et assignés et par ces présentes assient et assignent sur tous et chacuns leurs biens meubles et de chacun d’eux solidairement et sur chacune pièce seule spécialement, déchargées de tous autres hypothèques et empeschements quelconques, sans que la généralité et la spécialité puissent desroger nuire et préjudicier l’une à l’autre en aulcune sorte et manière que ce soit, ledit Me René Gaillard présent et acceptant ; dont etc fait et passé audit Angers maison de nous notaire en présence de Nicolas Jacob et Jehan Granger praticiens demeurant Angers tesmoins

Odile Halbert - Lorsque vous mettez mes travaux sur un autre site ou base de données, vous enrichissez leurs propriétaires en leur donnant toujours plus de valeur marchande dans mon dos

Le prieur de Comblessac (35) vit à Angers (49) en 1591

21 février 2017

Sans doute y a t-il quelques liens ?
Il doit donc affermer les revenus de son prieuré pour une année. Et curieusement, contrairement à ce que l’on rencontre dans tous les baux à ferme de bénéfices ecclésiastiques (chapelenie, prieuré …) il n’est pas question du service divin, et cela m’a beaucoup étonnée.

Comblessac est au centre de la Bretagne dans la région de Maure de Bretagne, Guer, Carentoir et Saint Malo de Phily, et n’a donc rien à voir avec le Saint Malo maritime.
Pourtant, curieusement le notaire d’Angers indique “diocèse de Saint Malo”. Je vous mets les vues afin que vous puissiez examiner les lieux.
J’ai bien conscience qu’en indiquant (35) pour qualifier Comblessac, je mets une notion actuelle qui n’a rien à voir avec 1591, mais c’est uniquement parce que c’est le langage connu de nos jours donc compréhensible par tous.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E36 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le mercredi 12 juin 1591 en la cour du roy notre sire à Angers endroit par devant nous (Lepelletier notaire) personnellement establi Me Gilbert Berthe prieur du prieuré des Bruslays diocèse de Saint Malo en Bretaigne, estant de présent en ceste ville d’Angers, lequel deuement soubzmis à ladite cour a cogneu et confessé avoir fait, créé et constitué, fait crée et constitue Don Pierre Esme prêtre demeurant en la paroisse de Comblesac audit diocèse de St Malo son procureur et par especial pour bailler à ferme les grains des traits des dixmes apellets les cartiers de Comblesac et des Bruslays dépendant dudit prieuré pour la présente année 1591 seulement, à telles personnes et pour tel nombre de grains que bon semblera audit Esme procureur, en passer acte de bail pour ladite année et faire ce qu’il appartiendra, à la charge de payer pour icelle année au recteur de Comblesac le nombre de 46 mynes de ble que luy doit ledit prieur chacun an à cause de sa cure dudit Comblesac, et en retirer acquit vallable, et obliger les fermier ou fermiers à payer le surplus audit Esme pour ledit constituant ou aultre commis et ayant pouvoir d’iceluy constituant ; oultre a ledit constituant donné et donne pouvoir audit Esme sondit procureur de prendre la moitié des fruits de la métairie dudit prieuré pour ladite année, et iceulx partager par moitié avec le mestaier d’icelle mestairye, et icelle dite moitié de fruits conserver audit constituant, et généralement de faire et procurer ce qu’il appartiendra et tout aultant que y feroyt ou faire pouroyt ledit constituant sy présent en personne y estoit, jaczoit qu’il y ait chose qui requiert mandement plus spécial, promectant ledit constituant avoir agréable ce qui par son dit procureur sera fait et procuré, soubz l’obligation de tous et chacuns ses biens et choses présents et advenir, dont l’avons à sa requeste et de son consentement par le jugement et condemnation de ladite cour ; fait et passé audit Angers par devant nous Mathurin Lepelletier et René Cyron notaire royal audit lieu

    Cliquez pour agrandir

Odile Halbert - Lorsque vous mettez mes travaux sur un autre site ou base de données, vous enrichissez leurs propriétaires en leur donnant toujours plus de valeur marchande dans mon dos

Je retranscris les actes anciens de La Boutouchère

20 février 2017

La Boutouchère n’était pas une fillette de Saint-Pierre-Montlimart comme l’a écrit, à tort, Célestin Port, mais une succursale de Saint-Florent-le-Vieil :

« Le 19 juillet 1695 ont receu la bénédiction nuptiale par nous curé de st Pierre de Saint Florent dans cette chapelle de La Boutouchère notre succursale après les publications des bans faits tant en notre »

Donc, les copies des actes sont à la fin de chaque année à Saint-Florent-le-Vieil.

Le prêtre de La Boutouchère ne faisait que les mariages et sépultures : pas de baptêmes.

Dans cette région, les registres ont disparu brûlés pendant les Guerres de Vendée,
et seules des copies, commençant tardivement subsistent.

En outre, les copistes étaient souvent « distraits », cumulant les erreurs de copie.

J’ai commencé une retranscription, car les anciennes tables qui avaient étaient faites autrefois, bien avant le temps de l’informatique, semblent avoir été mal reportées dans Bigenet. En outre elle ne comprenait que des mariages, et comme toutes les tables elles ne donnent pas le meilleur des liens des témoins les tontons, les tantes, les cousins, et même hier j’ai rencontré grand père et grand mère.

Donc comme j’ai coutume de le faire je retranscris TOUT

et si vous êtes intéressés par la Boutouchère, allez vite voir mon relevé provisoire (déjà 12 années retranscrites) car il contient des curiosités, à savoir :

  • un nombre élevé de jeunes gens et jeunes filles décédés dans la fleur de l’âge
    un métayer veuf, âgé de 66 ans, qui épouse une servante de 25 ans…
  • Et puis, si vous connaissez bien cette région, merci de suggérer les patronymes à lisser, ainsi il semble bien que GAYE, GUAIS, GUIET soit la même chose, et même sans doute les DIET etc…

    Odile Halbert - Lorsque vous mettez mes travaux sur un autre site ou base de données, vous enrichissez leurs propriétaires en leur donnant toujours plus de valeur marchande dans mon dos