Aveu de Jacques Doucher époux de Geneviève Boucault, saint Clément de Craon 1595

17 avril 2015

attention, il est aussi curateur d’un Chevalier.

Cet acte est aux Archives Départementales de la Mayenne, AD53-H138 - f°006v – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 4 juillet 1595 plets et expéditions du fief et seigneurie de saint Clément de Craon : Me Jacques Doucher … de Craon mary de Geneviefve Boucault appellé pour ehiber et bailler par déclaration et payer les debvoirs pour raison des choses tenues en la seigneurie de céans au lieu du Gauchier. Présent a exhibé ung partaige fait avec … Me Jehan Boucault et choisie par devant Me Nicolas Poipail notaire le 15 décembre 1587 et a offert bailler par déclaration et paier les debvoirs accoustumés dont l’avons jugé et suivant son offre condemné bailler par déclaration les choses qu’il tient en la seigneurie de céans, et paier les debvoirs anciens et accoustumés, et comme curateur de Pierre Chevalier fils et héritier de deffunt Catherin Chevalier … son offre bailler par déclaration aux prochains plets

Odile Halbert - Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog

Aveu de Marie Chassebeuf veuve de Jean Croissant, saint Clément de Craon 1595

17 avril 2015

les Chassebeuf de Craon sont la famille de Volney et cette Marie Chassebeuf est sans doute proche parente collatérale.

Cet acte est aux Archives Départementales de la Mayenne, AD53-H138 - f°004 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 4 juillet 1595 plets et expéditions du fief et seigneurie de saint Clément de Craon membre dépendant de l’abbaye de la sainte Trinité de Vendosme tenus pars nous René Rousseau licencié ès droits seneschal de ladite seigneurie et François Lemaczon aussi licencié ès droits procureur de ladite seigneurie et prieuré en la maison appartenant aux héritiers de deffunt Jehan Couenne dict Coffinière audit bourg st Clément en laquelle demeure demeure sire Jehan Hamon hoste : Marie Chassebeuf veuve de deffunt Jehan Croissant appellée tant en son nom etc poure exhiber bailler par déclaration les terres jardins prés pastures et autres terres tenues au fief et seigneurie de céans, présent Jehan Croissant son fils lequel présentement a exhibé 2 contrats d’acquests fait l’un avecques Guillaume Hunauld et Julienne Martineau sa femme passée par devant Denouauld notaire le 9 avril 1577 au bas duquel est la quittance de ventes signée J. Fardeau du 28 mai 1577 pour lors fermier de ladite seigneurie, l’autre avecq Jehan Guibert et Georgine Vallée sa femme du 10 août 1565 avecq une ratification de Sébastien ? Jurel et Jehanne Guibert sa femme du 2 septembre 1565 avecq la quittance de ventes signée Leconte du 9 juillet 1566, et encores le partaige par luy fait entre Me Gilles Lannerye et ledit Croissant présent passé par davant J. Lannerye du 2 février 1593 et en outre un contrat d’acquest fait par ledit deffunt Jehan Croissant de chacuns de vénérables et discrets religieux frères Joachim Leconte, Pierre Leconte et autres dénommés audit contrat, passé par davant Heureau le 27 novembre 1566 non quittancié pour les ventes, avecq lequel est attaché la prise de possession du 28 décembre 1566, de laquelle exhibition luy avons décerné et décernons acte et iceluy jugé et jugeons et ordonné qu’il fera apparoir de la quittance dupayement des ventes dudit contrat fait avecq lesdits religieux et aulx prochains plets auquel jour la condempnous bailler par déclaration et en outre bailler copies collationnées à ses despens desdits contrats et partages et pour le regard des autres contrats mentionnés audit partaige non exhibés avons ladite Chassebeuf condempnée iceulx exhiber aux prochains plets, ensemble bailler par déclaration et payer 5 sols de cens rente ou debvoir deuz à raison du lieu de la Basse Rommée arrérage de 6 années escheues à l’Angevine dernière sans préjudice d’autres arrérages et de continuer à l’advenir et sur le debvoyr requis à raison de 3 hommées de erre montant 2 deniers obolle portée par le contrait fait avecq lesdits religieux y viendra audit jour

Odile Halbert - Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog.

Simon Desnos se fait payer des héritiers d’Anne Rocher, qui sont des Marchais, Soeurdres 1668

16 avril 2015

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E8 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 12 avril 1668 après midy, devant nous Claude Raffray notaire garde-nottes du roy nostre site à Angers furent présents établis et soubmis Simon Desnos sieur de l’Esnardière demeurant au bourg de Daon d’une part, Jacques Rocher marchand demeurant audit Daon, Jean Mesnil aussi marchand mari de Marie Rocher demeurant en la paroisse de Soeurdre, Me Jean Lethayeux demeurant en cette ville paroisse st Maurice, Me Jacques Davy notaire demeurant à Contigné, Me Pierre Marchais notaire demeurant à st Jean des Mauvrets, chacun en son nom que comme procureur se faisant et portant fort de Charles Marchais marchand tanneur demeurant à Rochefort de François Bourneuf mari de Isabeau Marchais et de Julienne Marchais ses frère et soeurs, encore se faisant fort de Yves Marchais et de Simon Lemousnier mari de Sébastienne Marchais sa femme, Mathurin Delespine l’aisné aussi marchand demeurant en la paroisse de Marigné, tant en son nom que pour et au nom de Marie Marchais sa femme, et Pierre Rocher chirurgien demeurant audit Daon tant en son nom que se faisant fort de Michel Jacques Jeanne et Marie les Rochers, tous lesdits Rocher Mesnil Lethayeux Davy et Marchais héritiers bénéficiaires de deffunte Anne Rocher vivante veufve de deffunt honorable homme Gervais Garnier d’autre part, lesquelles parties sont demeuré d’accord de ce qui ensuit, c’est à savoir que pour demeurer par lesdits susnommés esdits noms et qualités par eulx cy dessus prises quites et deschargés envers ledit Denos de partie de la somme de 570 livres 12 sols 10 deniers qu’ils luy doibvent et en quoi ils ont esté vers lui condamnés par sentence arbitrale rendue ce jourd’huy entre eulx par nosseigneurs de Perchambault, Petrineau, Desplace, Trochon et de Boussac et suivant le calcul qu’ils en ont fait par devant nous ils ont céddé et transporté et promettent chacun au droit soy garantir fournir et faire valoir en principal et arrérages audit Desnos ce acceptant pour luy ses hoirs et ayant cause 25 livres tz de rente foncière eulx appartenant en ladite qualité d’héritiers bénéficiaires de ladite deffunte Anne Rocher faisant moitié de 50 livres tz de rente deue par Léonard de la Champaigerie marchand à Segré tant en son nom que comme mari de Marie Chevalier à la charge de laquelle rente de 50 livres icelle Anne Rocher avoit baillé et délaissé audit de la Champaigne esdits noms une maison manable manable sise audit Segré jardin au derrière et lieux en despendant à plein déclarés et mentionnés par le contrat de bail de ladite rente passé par devant Frogier notaire royal résidant au bourg dudit Daon le 20 décembre 1563, comme aussi luy ont ceddé comme dessus l’arrérage de la dite rente de 25 livres deue depuis le jour de Noel dernier passé à ce jour montant à la somme de 8 livres, se réservant lesdits ceddants l’arrérage de ladite rente escheu au précédent si aucuns sont deubs, pour du tout se faire payer servir et continuer d’icelle rente de 25 livres et arrérage par ledit Desnos ses hoirs et ayant cause comme bon leur semblera ainsi que de choses à luy appartenant au moyen des présentes ils luy ont baillé et mis en mains la grosse en parchemin dudit contrat et l’ont mis et subrogé en leur place droits nom raison et action et hypothéques, et laquelle rente de 25 livres iceulx ceddant esdits noms et qualités promettent et s’obligent chacun … de recourcer et rémérer d’huy en 5 ans prochains ce faisant bailler et payer audit Desnos ses hoirs et ayant cause à un seul payement pareille somme de 500 livres avec ce qui aura cours des arrérages d’icelle, à quoy faire ils se soubzmettent par ces présentes et sans que cette clause puisse estre réputée comminatoire ains elle fait partie de la présente composition autrement et sans laquelle condition iceluy Desnos n’auroit accepté ledit transport sans préjudice du surplus de ladite rente que iceux ceddans se réservent pour s’en pourvoir et ainsi qu’ils verront l’avoir à faire, et à l’effet de ladite obligation et de ladire recousse demeure le bien de tous lesdits ceddans chargé et affecté et spécialement ceux de la succession de ladite deffunte Anne Rocher sans que l’une desobligations desroge à l’autre, sauf le recours desdits ceddans establis contre ledit Mathurin Delespine et Marie Marchais sa femme, et à l’égard du surplus de ladite somme de 570 livres montant iceluy surplus à 62 livres 12 sols lesdits ceddans esdits noms et qualités promettent et s’obligent chacun au droit soy pour leur part et portion de paier et bailler audit Desnos par acquit au pied des présentes dans 6 mois prochains à peine de tous despens dommages et intérests, et en ce faisant iceluy desnos a présentement rendu baille et mis ès mains dudit Lethayeux du consentement des autres parties à savoir 3 quitances l’une de la somme de 92 livres datée du 3 décembre dernier, une autre de 411 livres 10 sols en date du 3 juillet audit an et la troisième du 20 décembre dernier de la somme de 17 livres la grosse en parchemin d’un bail judiciaire expédié en la juridiction de Chasteaugontier le 28 juillet 1667 signé Perrier et scellé, desquelles pièces iceluy Lethayeux se contante et en descharge ledit Desnos, lequel s’est réservé son hypothèque à luy acquise par le contrat d’acquisition qu’il a fait dudit Mathurin Delespine et Marie Marchais sa femme et de ladite Anne Rocher passé par devant Planchet et Froger notaires résidant audit Daon le 7 janvier 1663 des choses mentionnées pour plus ample sureté de la garantie d’icelle rente à luy ceddée et payement de ladite somme de 62 livres à luy deue de rente comme dit est, et au moyen de tout ce que dessus ledit Desnos s’est volontairement désisté et départy de l’oposition par luy formée à la saisie réelle faite sur les biens de la succession de ladite deffunte Rocher, et en tant que luy est il a consenty et consent main levée et délivrance auxdits ceddans payant par eulx les frais du commissaire si aucuns luy sont deubz, sans préjudice aux dite sparties de leurs autres droits qu’elles ont à l’encontre l’une de l’autre erspectivement, car ainsi le tout a esté stipulé et accepté entr eles dites parties en faisant et passant ces dites présentes pour l’éxécution desquelles iceulx ceddans ont esleu et eslisent leurs domiciles irrévocables en la maison dudit Jean Mesnil sise en ladite paroisse de Seurdres devant déclarée auquel lieu nonobstant promettant et obligeant chacun au droit soy renonçant etc dont etc fait et passé audit Angers maison dudit sieur de Perchambault en présence de Jean Tocqué et Olivier Desforges praticien demeurant audit Angers tesmoins

Odile Halbert - Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog.

Aveu de Jacques Viel mari de Renée Chauvigné, saint Clément de Craon 1595

16 avril 2015

je vais essayer de vous mettre quelques uns de ces aveux car ils sont signés, et les signatures sont précieuses à cette date. De même ils sont parfois filiatifs, comme celui qui suit :

Cet acte est aux Archives Départementales de la Mayenne, AD53-H138 - f°001 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 4 juillet 1595 plets et expéditions du fief et seigneurie de saint Clément de Craon membre dépendant de l’abbaye de la sainte Trinité de Vendosme tenus pars nous René Rousseau licencié ès droits seneschal de ladite seigneurie et François Lemaczon aussi licencié ès droits procureur de ladite seigneurie et prieuré en la maison appartenant aux héritiers de deffunt Jehan Couenne dict Coffinière audit bourg st Clément en laquelle demeure demeure sire Jehan Hamon hoste : Jacques Viel mary de Renée Chauvigné héritière en tout ou partye de deffunt Jehan Chauvigné pourexhiber et bailler par déclaration et payer les debvoirs, présent ledit Viel a dit estre depuis nagu-ers marié avecq ladite Chauvigné et n’avoir congnoissance qu’il soit deu les arrérages demandés et requis délay de faire appeller le curateur de Jehanne Chauvigné et néantmoins offert exhiver et payer l’arréraige de ladite rente de trois années ; avons ledit Viel jugé de son offre et suivant iceluy condemné et condemnons exhiber féodalement le contrat fait par ledit deffunt Chauvigné avecq deffunte Renée Houderays et d’iceluy bailler copie collationnée, ce qu’il a présentement fait et en outre de payer 2 sols 6 deniers de rente de cens ou debvoir par chacuns ans au terme d’Angevine arrérage des 3 années escheues à l’Angevine dernière sans préjudice de plus grands debvoirs, et pour le regard des précédentes abbées à commencer de l’an 79 fera appeler Gilles Chauvigné ci devant curateur de ladite feue sa femme et pour le présent de ladite Jehanne, et aux prochains plets auquel jour le condemnons bailler par déclaration les terres portées par ledit contrat tenues du fief et seigneurie de céans

Odile Halbert - Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog.

François Meslier rend aveu au prieuré de saint Clément de Craon, 1666

15 avril 2015

Cet acte est aux Archives Départementales de la Mayenne, AD53-H137 - f°161 - chartrier de la Craon – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 11 mai 1666 ce jourd’huy en jugement les assises de la seigneurie du prieuré st Clément lez Craon tenant a comparu en sa personne Me François Meslier prêtre chapelain de la chapelenie de Lanzenaye desservie en l’église dudit st Clément lequel s’est advoué subject en nuepce à cause et pour raison d’une maison appellée Lauzenaye sise audit bourg de st Clément couverte d’ardoise avec l’issue jardin et enclose, le tout contenant en fonds une boissellée et demie de terre ou environ, joignant d’un costé la maison de la chapelle de Trepiday et la maison des héritiers de deffunt Gilles Rousseau d’aultre costé les jardins de Jacques Bernier abuttant d’un bout le jardin de la Laverderye et aux jardins de la chapellede la Souvierie et le jardin des jardin des héritiers dudit deffunt Rousseau, et d’aultre bout à la rue des Vaulx qui conduit du fauxbourg st Pierre et st Clément ; Item une pièce de terre contenant 5 boissellées de terre ou environ qui dépend du lieu du Busson joignant d’un costé la terre de la Jacoppière d’autre costé au chemin tendant du lieu de la Merie à Lhommeau ; Item une pièce de terre dépendant du lieu de la Glannerye proche la Galtière contenant 3 journaulx de terre ou environ joignant des deux costés aux terres de la mestairie de st Eutrope ; Item une pièce de terre appellée le clotteau de la Galtière contenant 2 boisselées ou environ joignant d’un costé et bout aux terres dudit lieu de la Galtière ; Item ès grand jardins du Pont Fourmaget 2 hommées de jardin ou environ joignant aux jardins de messire Estienne Deschamps docteur en médecine et d’aultre costé les jardins de la veufve Thibault, et pour raison desdites choses déclarées recognoist qu’il doibt chacuns ans à la recepte de la seigneurie de céans au jour de Notre Dame Angevine la somme de 21 deniers de debvoir, et oultre s’est advoué subject comme dessus pour la rente de 4 boisseaux de bled seigle mesure de Craon que ledit Meslier a droit d’avoir chacuns ans aux termes d’Angevine sur le lieu et closerie des Questionnaires dépendant de la terre de la Jacopière située en la paroisse dudit st Clément, et a ledit Meslier déclaré ne tenir aulcune chose de la seigneurie de céans dont l’avons jgé et condamné payer servir et continuer chacuns ans ladite somme de 21 deniers de debvoir au terme de notre Dame Angevine pendant et si longtemps qu’il sera seigneur et possesseur desdites choses et partant en la demande de bailler par déclaration les avons envoyé sans jour sauf à se faire … au cas que le présent se trouve deffectueux, en mandant, donné aux pleds du prieuré dudit st Clément en l’audience dudit lieu par nous François Chevalier conseiller du roy licencié es droits sénéchal et juge civil et criminel de justice et juridiction dudit prieuré, le samedi 11 mai 1666

Odile Halbert - Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog.

Contre-lettre de Jacques Doisseau mettant Pierre Doisseau hors de cause dans l’achat des draps de laine de la boutique de feu Richer, Angers 530

15 avril 2015

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E121 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 29 mai 1530, en la cour du roy notre sire à Angers (Jean Huot notaire Angers) personnellement establys honnestes personnes sire Jacques Doyseau marchand drappier et Marguerite sa femme de luy suffisamment auctorisée par davant nous quant à ce qui s’ensuit demourans en ceste ville d’Angers soubzmectant eulx et chacun d’eulx seul et pour le tout sans division de partie ne de biens leurs hoirs etc ou pouvoir etc confessent que à leur prière persuiasion et requeste et pour leur faire plaisir seulement honneset personne sire Pierre Doysseau sieur de la Millardière demourant en la paroisse de saint Pierre d’Angers s’est ce jourd’huy lié et obligé en leur compaignie et chacun d’eulx seul et pour le tout envers honneste femme Peronnelle Richer veufve de feu sire Colas Ganches aussi demourant Angers en la vendition de tous et chacuns les draps de laine estans en la bouticque dudit feu Colas Ganches et demourés de son décès vendus et transportés par ladite Richer auxdits establis et audit sieur Pierre Doysseau et à chacun d’eulx seul et pour le tout pour le prix et somme de 700 livres 11 sols 6 denniers, et combien que en ladite vendition iceluy Pierre Doysseau se soyt constitué achacteur desdits draps et ayt promis payer icelle dite somme de 700 livres 11 sols 6 deniers à ladite Richer ce néantmoins iceluy Pierre Doysseau n’a eu ne receu aucune choses d’icelle marchandise mais est tout demouré es mains desdits establis qui l’ont eu et toute prinse et appliquée à leur profit ainsi que iceulx establis ont dit et cogneu et confessé par devant nous, et tellement que d’icelles dites marchandises et draps dessus dits lesdits establiz se sont tenus à contens et en ont quité et quictent par ces présentes ledit Pierre Doysseau ses hoirs etc et partant ont promis doibvent et par ces présentes sont demeurés tenus lesdits establis et chacun d’eulx seul et pour le tout sans division et icelle dite somme de 700 livres 11 sols 6 deniers tz pour l’achapt desdits draps rendre et paier à ladite Richer ses hoirs etc aux jours et termes et selon qu’il est contenu par ladite lettre et obligation sur ce faite et passé, et oultre acquiter garantir et descharger ledit Pierre Doysseau ses hoirs etc du contenu de ladite obligation et pour ce le garder de toutes pertes despens dommages et intérests, auxquelles choses dessus dites tenir etc et aux dommages etc obligent lesdits establis etc eulx et chacun d’euls seul et pour le tout sans division à prendre vendre etc renonçant par davant nous aux bénéfices de division de discussion d’ordre de priorité et postériorité et à toutes et chacunes les choses etc et par especial ladite Marguerite au droit velleyen elle sur ce de nous suffisamment acertene et de tout etc foy jugement et condemnation etc présents à ce honorable homme et saige Me Lancelot Alexandre licencié es loix sire Charles Grimaudet marchand apothicaire et Jacques Richer tous demeurant à Angers tesmoins, ce fut fait et passé Angers en la maison de ladite Richer les jour et an susdits

Odile Halbert - Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog.