Catherine Guerif, veuve jeune d’Olivier Cormier, gère des biens de leur fille mineure : Epiré 1557

Elle est bail et garde noble de leur fille mineure et pour faire le réméré de ce que le jeune couple avait vendu elle doit vendre d’autres biens, probablement moins importants sur la plan du regroupement des terres de la seigneurie de la Rivière Cormier.
Elle doit d’abord obtenir par justice à Angers le droit de ce faire, ce qu’elle obtient.
On apprent au passage que Catherine Coural est l’ayeule de Marguerite Cormier et mère de †Gilles Cormier et de †Jehan Cormier, frères dudit Olivier

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E2 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 15 mai 1557 (Marc Toublanc notaire Angers) comme de la part de damoiselle Catherine Guérif veufve de feu noble homme Ollivier Cormier au nom et comme bail et garde noble et tutrice naturelle de Marguerite Cormier myneure d’ans, fille dudit deffunct et d’elle, ait par cy devant présenté requeste à monsieur le lieutenant général de monsieur le seneschal d’Anjou à Angers et de monsieur le procureur du roy audit ressort tendant afin et pour les causes y contenues qu’il luy fust permis esdits noms et qualités vendre à prix compétant 3 quartiers de vigne situés au cloux de Huboytre et toutes choses appartenant à icelle myneure en la paroisse d’Espiré et sur icelle requeste eust obtenu permission de monsieur le lieutenant sur ce ouy ledit procureur du roy et à ce consentant dès le 24 mars 1556 avant Pasques et après icelle permission (f°2) obtenu publications et proclamations faites en forme de vente baillée par escript au greffe de la sénéchaussée d’Anjou à Angers se seroit trouvé Me René Cormier seigneur des Fontenelles proche parent lignager et héritiers présumptif de ladite myneure, qui auroit tenté d’empescher ladite vente quoi que soit qu’elle fust et partage du total desdits biens de ladite myneure purement simplement et sans grâce ainsi que ladite Guérif voulloit faire, et sur ce encores plusieurs raisons et moyens allégués d’une part et d’autre auroient lesdits Guérif et Cormier esté appointés à escripre et produire et estoient en danger de romber en involution de procès et ladite myneure en danger de perdre la closerye vulgairement appellée la Bodynière (Combrée) joignant et contigue et des anciennces appartenances de la terre et seigneurie de la Rivière Cormier, (f°3) icelle closerie vendue à grâce par lesdits Guerif et Cormier et damoiselle Catherine Coural ayeule de ladite myneure à Jehan Chevrollier marchand demeurant au Bourg d’Iré pour la somme de 234 livres tournois pour convertir au retrait et réméré des prés de la Rivière Cormier vulgairement appellée la prée de la Fresnaye autrefois vendus par deffunt noble homme Jehan Cormier frère aisné dudit deffunt Ollivier et oncle paternel de ladite myneure ; pour ce est il que en la cour royale d’Angers endroit par devant nous Marc Toublanc notaire d’icelle cour personnellement establye ladite damoiselle Catherine Guerif audit nom et qualité de bail et garde noble et tutrice naturelle de ladite Marguerite Cormier sa fille, demeurante audit lieu de la Rivière Cormier paroisse de Combrée, soubzmectant audit nom les biens et choses de sadite fille et bien de sadite tutelle et curatelle (f°4) présents et avenirs au pouvoir etc confesse o le vouloir et consentement dudit maistre René Cormier demeurant en la paroisse du Bourg d’Iré à ce présent, suivant ladite sentence et permission, avoir vendu quité ceddé délaissé et transporté et par ces présentes vend quite cèdde délaisse et transporte et promet garantir audit nom vers et contre tous à toujoursmais à honneste personne Michel Girois marchand demeurant au lieu de la Roche aux Moines dite paroisse d’Epiré en ce pays d’Anjou, lequel présent et stipulant a achapté et achapte pour luy et ses hoirs etc une piecze de vigne et gast au bout de ladite vigne, contenant le tout 3 quartiers de vigne ou environ, avecques la quarte partye par indivis du boys taillis estant au bout de ladite vigne et gast, le tout en ung tenant avecques leurs appartenances et dépendances, joignant d’un cousté et aboutant d’un bout aux vignes et nois de maistre Jehan Letessier d’autre à la vigne de Catherine Coural qu’elle tient par usufruit comme héritière de deffunt Gilles Cormier son fils, d’aultre bout (f°5) aux vignes des héritiers de feu missire Perot Guychet et Guillaume Hanres et autres ainsi que lesdites choses héritaulx avecques leurs appartenantes et dépendances se poursuyvent et comportent sans rien en réserver, tenues du fief et seigneurie de l’Isle Baraton (disparu, à Saint Aubin du Pavail) à 3 treizains de cens rentes ou debvoirs pour toutes charges payables chacuns ans au terme accoustumé quite des arréraiges desdits cens rentes et debvoirs de tout le temps passé jusques à huy ; transportant etc et est faite ladite présente vendition cession delais et transport pour le prix et somme de 350 livres tournois, payée et baillée comptée et nombrée manuellement contant en présence et veue de nous par ledit acquéreur à ladite venderesse audit nom qui l’a eue et receue en 100 escuz d’or sol, 27 angelots, le tout (f°6) d’or chacunes desdites espèces d’or au poids et prix de l’ordonnance royale et le sourplus en monnoye audit poids et prix de l’ordonnance jusques à ladite somme de 350 livres tournois, de laquelle somme ladite venderesse audit nom s’est tenu et tient à contant et en a quité et quite ledit acquéreur et ses hoirs etc, et a promis et demeure tenu ladite venderesse tant en son nom privé que pour et au nom et qualité de bail et garde noble et tutrice et curatrice de sadite fille et en chacun desdits noms seul et pour le tout sans division de mettre et employer d’icelle somme de 350 livres tournois la somme de 234 livres tournois en principal pour la recousse et réméré dudit lieu et appartenance de la Bodynière et en faire la recousse sur ledit Chevrollier dedans 8 jours prochainement venant au prouffit (f°7) de ladite myneure pour une part, et la somme de 22 livres 10 sols tournois en principal pour la recousse et réméré de demy quartier de vigne dépendant et estant desdites vignes vendues despeczia par ladite Guerif et Catherine Coural à Jehan Gougeon aussi dedans 8 jours prochainement venant avecques autres sommes qu’il conviendra payer pour les frais et mises desdits recousses et ladite Guerif en chacun desdits noms et qualités seule et pour le tout sans division en promet fournir et bailler lettres authentiques à ses despens audit Girois dedans d’huy en 3 sepmaines prochainement venant à peine de tous pertes en cas de deffault ces présentes néantmoins demourant etc ; o grâce et faculté donnée par ledit acquéreur à ladite venderesse et par icelle retenue de pouvoir rescoucer et rémérer lesdites choses héritaulx cy dessus dedans d’huy (f°8) en 3 ans prochainement venant en rendant payant et refondant ladite somme de 350 livres tournois audit acquéreur ou à ses hoirs etc avecques les frais et mises raisonnables ; à laquelle vendition cession delais transport et tout ce que dessus est dit tenir etc et lesdites choses héritaulx vendues garantir par ladite venderesse audit nom audit acquéreur et à ses hoirs etc dommages etc amandes etc oblige ladite venderesse audit nom ses biens et choses de ladite tutelle et curatelle et biens de sadite fille présents et avenir ensemble ladite damoiselle esdits noms et qualités seule et pour le tout sans division quant à faire les recousses et à bailler lesdites lettres audit acquéreur ainsi que dit est ses hoirs etc renonce etc et (f°9) par especial ladite damoiselle au droit velleyen à l’autentique si qua mulier et à tous autres droits et privilèges elle sur ce advertie etc foy jugement et condemnation etc ce fut fait et passé audit Angers maison en laquelle Me Jacques de La Forest licencié es loix en présence dudit de la Forest et aussi en présence de Jehan Sintier demeurant au Bourg d’Iré, Mathurin Pineau praticien en cour laye demeurant en la paroisse d’Armaillé et Jehan Gougeon demeurant en ladite paroisse d’Espiré tesmoings … et pour les proczenetes du consentement desdites parties la somme de 60 sols tournois payés et déboursés contant par ledit acquéreur »

Transaction entre Jean Haton et Renée Dutertre et Claude Lenfant, et, Jean Lelièvre : Combrée 1582

Je descends de la famille Haton, mais bien avant ce Jean Haton, et je n’avais à ce jour pas grand chose sur les Dutertre de sa femme Renée, et ici, manifestement il y a des liens de famille entre les Dutertre et les Cormier, et les Haton.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E5 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le jeudi 15 janvier 1582 avant midy, (Poilevilain notaire Angers) comme procès soit mu ou espéré mouvoir entre noble homme Jehan Hatton sieur de la Mazure et damoiselle Renée Dutertre son espouse, et damoiselle Claude Lenfant leur belle mère dame du Goubys Denques ?? d’une part, et noble homme Jehan Leliepvre sieur de la Mazure et de la Fontaine d’aultre part, sur ce que lesdits demandeurs disoient que le 12 décembre dernier ils auroient acquis du défendeur les maisons cour et appartenances de la Rivière Cormier la closerie dudit lieu et la closerie de la Bodinière, le tout sis en la paroisse de Combrée, pour la somme de 2 166 escuz deux tiers qu’ils ont delay de payer ladite somme dedans 5 ans, au moyen de ce que ledit deffendeur auroit promis et se seroit obligé faire ratiffier ledit contrat à damoiselle Marguerite Cormier son espouse dedans temps passé, que voullans jouyr des dites choses ils auroient trouvé que Anthoine Leroyer en jouissoit comme fermier pour plusieurs années, concluant contre le deffendeur à ce qu’il eust à leur fournir ladite ratiffication et faire cesser ladite ferme, et à faulte de ce faire demandoient despens et intérests ; de la part duquel deffendeur esteoit dit qu’il estoit prest de faire faire ladite ratifficaiton, et quant à faire cesser ladite ferme, qu’il n’y estoit tenu par ce que les demandeurs en avoient cognaissance lors dudit contrat ; de la part dudit Leroyer estoit dit que sa ferme debvoit estre entretenue joint l’avance par luy faite et qu’il avoit perdu plusieurs fermes précédentes esdites choses ; et pour raison de ce et aultres choses estoient les parties prêtes à entrer en grands procès pour auxquels obvier elles ont par advis de conseils fait la transaction qui s’ensuit ; pour ce est-il que en la cour du roy notre sire et de monseigneur Angers endroit par devant nous André Poillevillain notaire personnellement establys lesdits Hatton et Lenfant tant en leurs noms que pour et au nom et eulx faisant forts de ladite Dutertre, demeurant audit lieu de la Mazure paroisse du Bourg d’Iré d’une part, et lesdits Leliepvre et Cormier son espouse, ladite Cormier de sondit mari présentement par devant nous autorisée quant à ce qui s’ensuit et pour l’effet des présentes, demeurant au lieu de la Fontaine paroisse de Marigné près Daon d’aultre part, et ledit Leroyer demeurant audit lieu de la Rivière Cormier dite paroisse de Combrée d’aultre part, soubzmectant lesdits Hatton et Lenfant esdits noms eulx et chacun d’eulx et en chacun desdits noms et qualités ung seul et pour le tout sans division etc, et lesdits Leliepvre et sa femme aussi eulx et chacun d’eulx seul et pour le tout sans division etc confessent avoir sur ce que dessus et choses cy après déclarées transigé pacifié et accordé et par ces présentes transigent pacifient et accordent en la forme qui s’ensuit, c’est à savoir que ledit Leroyer a renoncé et renonce à sondit marché de ferme pour le temps qui restoit à eschoir du jour de la Toussaint prochaine et s’est contenté et contente de la jouissance de la présente année qui a commencé à la Toussaint dernière et finira audit jour de Toussaint prochaine, pour laquelle année il a pris et prend par ces présentes afferme desdits Hatton et Lenfant esdits noms les dites choses aux mesmes prix et charges qu’il les avoit prinses dudit Leliepvre, lesquels ferme prix et charges il a promis et promet payer auxdits Hatton et Lenfant ladite ferme de Toussaint prochaine au terme de Penthecouste nonobstant l’avance de 140 livres par ledit Leroyer faite audit Leliepvre, laquelle somme de 140 livres ledit Leliepvre et sa femme chacun d’eulx seul et pour le tout ont promis rendre et payer audit Leroyer dedans le 1er octobre prochainement venant sans autres despends dommages et intérests par faulte de garantage dudit marché, et d’autant que par accord et obligation du mesme jour dudit contrat de vendition fait et accordé entre lesdits Leliepvre Hatton Dutertre et Lenfant avoir esté dit et convenu que lesdits Hatton Dutertre et Lenfant payeront auxdits Leliepvre et sa femme la somme de 350 livres pour l’intérest de la somme de 2 166 escuz deux tiers par chacun an pendant ledit temps et délai de 5 ans …

    encore 8 pages comme cela que je m’épargne, mais je vous mets la fin en vue :

Jean Haton et Renée Dutertre, Claude Lenfant veuve de Jacques Dutertre cèdent à Jean Lelièvre la Rivière Cormier : Combrée 1586

l’acte est passé à l’hôtellerie des Trois Trompettes à Angers, et je vous ai mis la vue de l’acte car c’est vraiement un nom qu’on rencontre peu, même si manifestement ce nom curieux était donné souvent aux hôteleries de l’époque.
J’ai une page sur mon site qui liste les Hôtelleries de Laval d’une part et d’Angers d’autre part.

Je descends de la famille Haton, mais bien avant ce Jean Haton, et je n’avais à ce jour pas grand chose sur les Dutertre de sa femme Renée, et ici, manifestement il y a des liens de famille entre les Dutertre et les Cormier, et les Haton, mais lesquels ?
Je sais qu’André, de son Canada, s’intéresse à cette famille Dutertre et sans doute pourra-t-il éclairer ces liens possibles. D’avance merci à lui.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E36 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 22 décembre 1586 enla cour du roy notre sire à Angers endroit par devant nous (Lepelletier notaire Angers) personnellement estably noble homme Jehan Leliepvre sieur de la Mazure, demeurant au lieu seigneurial de Maillé paroisse de Querré, tant en son nom privé que pour et au nom et comme procureur spécial de damoiselle Marguerite Cormier sa femme et espouse, duement et suffisamment de lettres de procuration de ladite Cormier comme il a présentement fait aparoir par ses lettres de procuration passées soubz la cour de Saint Laurent des Mortiers par Tendron notaire d’icelle le 16 du présent mois et an, signée Rendron, portant pouvoir et puissance de faire passer et consentir ce qui s’ensuit, soubzmectant en chacun desdits noms et qualités seul et pour le tout sans division de personnes ne de biens ses hoirs avec tous et chacuns ses biens et choses et ceux de sadite procuration présents et advenir, confesse avoir eu et receu de noble homme Jehan Hatton seigneur de la Mazure tant pour luy que pour damoiselle Renée Dutertre son espouse, et damoiselle Claude Lenfant veufve de deffunt noble homme Jacques Dutertre dame de Goulene, demeurant audit lieu de la Mazure paroisse du Bourg d’Iré la somme de 666 escuz deux tiers valant la somme de 2 000 livres tournois à déduire et rabattre sur la somme de 2 166 escuz deux tiers que lesdits Haton sa femme et Lenfant doivent audit Leliepvre sa femme et pour laquelle somme iceulx Leliepvre et sadite femme leur ont vendu cédé et transporté les maisons et cour de la Ripvière Cormier, la closerie dudit lieu et le lieu et closerie de la Bodinière, le tout situé en la paroisse de Combrée comme apert par le contrat de ladite vendition passé soubz la cour du Bourg d’Iré par Pierre Cheneau notaire d’icelle le mardi 12 décembre 1581, quelle somme de 666 escuz deux tiers ledit Haton* présentement contant baillé contée et nombrée audit Leliepvre esdits noms que ladite somme a esté prinse et receue en 1 200 quarts d’escuz d’argent de 15 sols 1 100 francs de 20 sols et d’icelle somme de 666 escuz deux tiers s’est esdits noms tenu et tient à contant et bien payé et en a quité et quite lesdits Haton sadite femme et Lenfant, a promis les acquiter vers ladite Cormier femme d’iceluy Leliepvre, sans préjudice des intérests escheuz à huy suivant la transaction d’entre les parties passée par Poilevilain notaire royal Angers le 12 janvier 1582 et le tout sans toutefois préjudicier audit contrat et transaction ; ce que dessus a esté stipulé et accepté par les parties et outre par nous notaire pour ladite Lenfant absente ; à laquelle quittance et tout ce que dessus tenir etc oblige ledit Leliepvre en chacuns desdits noms et qualités seul et pour le tout sans division de personnes ne de biens leurs hoirs etc avecques tous et chacuns leurs biens et choses présents et advenir renonçant et par especial a ledit Leliepvre renoncé et renonce au bénéfice de division discussion d’ordre etd foy jugement et condemnation etc fait et Passé audit Angers en la maison et hostellerie des Trois Trompettes en ceste dite ville

    L’hôtellerie des Trois Trompettes est au haut de la page, et suivent les noms des témoins, que je vous ai laissé deviner car c’est toujours un exercice difficile que de déchiffrer les noms propres.

Gillette Dupré, veuve de Hardouin de Lucigné, s’accorde avec Antoinette et Olive de Lucigné, ses belles filles sur la succession de leur défunt père : Montreuil Belfroy 1558

Je vous ai déjà mis ici l’engagement de ce cloux de vigne, et je viens de vous trouver le bail à ferme fait à Jacques de Lucigné et Suzanne de la Béraudière.
Et tout plein d’autres actes concernant Montreuil-Belfroy, aujourd’hui devenue Montreuil-Juigné. J’ai travaillé dans les années 1960 aux Tréfileries de Montreuil-Belfroy, et j’étais logée dans cette propriété, mais dans les combes par derrière, et sans fenêtre renaissance, juste un vasistlas.

L’Epine, commune de Montreuil-Belfroy, ancienne maison seigneuriale dans le bourg, comprenant un grand corps de bâtiment, dont une transaction du 17 février 1545 attribua la partie vers la Maine, avec les jardins du côté des moulins, aux Religieux de la Haie-aux-Bonshommes d’Angers, tandis que le principal logis, aec le cellier, la boulangerie et la grande cour d’honneur, restait du domaine du Ronceray. (Célestin Port, Dictionnaire du Maine et Loire, 1876)
L’Epinay, voir l’Epine (idem)

L’acte qui suit est une transaction, mais sans qu’il y ait aucune forme de procès, c’est uniquement un accord entre 2 demoiselles et leur belle-mêre qui réclame à la foit son propre et sa donation, et ce à juste titre, et les demoiselles ne font aucune opposition.

Maintenant, j’en viens au nom des demoiselles DE LUCIGNÉ, enfin telle est l’orthographe écrite par le notaire Poustelier, mais vous vous doutez bien que d’autres notaires ont écrit DE LUSSIGNÉ et quand on cherche sur le Web on trouve toutes les orthographes proches de Lussigny, de Lecigné etc…, mais demain je vous mets la réponse car je mettrai la signature de Hardouyn de Lussygny en 1545.

On apprend que leurs parents sont Hardouin de Lucigné et Suzanne de la Béraudière, lequel Hardouin a épousé en secondes noces Gilette Dupré fille de Charlotte de Beaumanoir. Enfin l’une des filles de Lucigné, Antoinette, est veuve de Julien Cormier sieur de la Rivière, lesquels Cormier, dont je ne descends pas, sont sur mon site car je les ai plusieurs fois dépouillés et reconstitués.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E5 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 6 juin 1558 (Poustellier notaire Angers) comme ainsi soit que procès fust mu et pendant par devant monsieur le sénéchal d’Anjou ou son lieutenant à Angers, entre noble damoiselle Gillecte Dupré veuve de defunt noble homme Hardouyn de Lucigné en son vivant sieur de l’Espiné et de la Durantière, demeurante en la paroisse de Montreuil Belfroy demanderesse en plusieurs demandes d’une part, et nobles damoiselles Anthoinette de Lucigné veufve de deffunt noble homme Jehan Cormier en son vivant sieur de la Rivière Cormier, et damoiselle Olive de Lucigné héritiers respectivement chacun endroit soy dudit défunt sieur de l’Espiné évocqué d’autre part, touchant ce que ladite Dupré disait que par contrat de mariage d’elle et dudit defunt de l’Espiné et moyennant iceluy, aurait esté promis par damoiselle Charlotte de Beaumanoir sa mère la somme de 600 livres tz estre baillée auxdits sieur de l’Espiné et Dupré lors sa future espouse qui serait réputé le propre patrimoine d’elle, laquelle somme, et après icelle payée, demeura ledit sieur de l’Espiné tenu convertir en acquests au profit d’icelle Dupré, et sur laquelle somme de 600 livres tz en fut baillé ledit jour audit sieur de l’Espiné la somme de 300 livres tz et depuis comme appert par ledit contrat des fiances passé sous la cour de Vern par devant Gareau notaire d’icelle cour le 5 août 1538, et depuis aurait ledit mariage esté consommé et accompli et aurait ledit sieur de l’Espiné reçu de la mère de ladite demanderesse la somme de 120 livres tz sur le reste de ladite somme de 600 livres, revenant en tout 420 livres tournois, et demandoit ladite demanderesse que lesdits défendeurs eussent à luy restituer ladite somme de 420 livres tz et à cette raison luy bailler héritage pour son payement d’icelle, disant aussi que par le testament et dernières volontés dudit défunt de l’Espiné et pour les causes y portées il auroit donné et légué à icelle Dupré demanderesse, la tierce partie de tous et chacun ses biens patrimoniaux et matrimoniaux pour desdites choses par luy données en jouir par ladite Dupré sa vie durant par usufruit seulement et luy en auroit dès lors baillé la possession comme plus à plein appert par ledit testament passé par devant Denys Dupont notaire en cour laye le 31 mars 1557 avant Pasques dernier passé, et auroit conclud à l’enterignement dudit don et en ce faisant et aultrement deuement à présent fust et soit dit qu’elle jouira de la tierce partie desdits biens immeubles dudit deffunt, desquels il estoit seigneur au temps du décès dudit deffunt, et à ces fins auroit conclud et auroit demandé despends et intérests ; de la part desquelles défenderesses estoit dit qu’elles ne ignoraient ledit defunt sieur de l’Espiné avoir receu ladite somme de 420 livres tz en déduction dudit contrat de mariage, qu’aussi n’en apparoissoit il rien, et offroient que pour le regard de ce que ledit defunt en auroit receu de luy rendre ou luy bailler héritage à ceste raison, et au regard dudit don maintenu par ladite Dupré disoient lesdites deffenderesses que la succession estoit grandement chargée de plusieurs hypothèques qu’il fallait sur ce déduire et aussi déduire la somme que ladite Dupré prétendoit avoir esté payée sur le contenu dudit contrat de mariage tellement que pour le regard de ladite donnation ne pouvoit ladite demanderesse avoir que bien peu de chose pour son don ; et sur ce estoient lesdites parties en danger de tomber en involution de procès pour auxquels obvier elles ont du jourd’huy accordé ainsi que s’ensuit, pour ce est il qu’en la cour du roy notre sire à Angers endroit etc personnellement establys ladite Dupré d’une part, et ladite Anthoinette Lucigné et Olive de Lucigné héritières susdites d’autre part, soubzmectant lesdites parties respectivement l’une vers l’autre elles leurs hoirs confessent les choses dessus estre vraies et pour demeurer quictes lesdites de Lucignés vers ladite Dupré tant de ladite somme de 420 livres tournois quelle disoit avoir esté payée sur les deniers de sondit contrat de mariage que aussi de ladite donnation à viager à elle faite par ledit défunt sieur de l’Espiné par ledit testament et aussi moyennant que icelle Dupré s’est désisté et départie dudit droit qu’elle eust peu prétendre par douaire sur les biens de sondit defunt mari, elles ont ce jourd’huy baillé quicté cédé délaissé et transporté et encore baillent quittent cèdent délaissent et transportent à ladite Dupré à ce présente stipulante et acceptante pour elle ses hoirs etc le lieu domaine et appartenances de la Bourdonnays sis en la paroisse d’Ampoigné en ce pays d’Anjou, ainsi que le dit lieu se poursuit et comporte sans rien en excepter retenir ne réserver, tenu du fief et seigneurie d’Ampoigné, pour dudit lieu de la Bourdonnays jouir par ladite Dupré ses hoirs etc à perpétuité ; et davantage ont lesdites de Lusignéz délaissé et transporté à ladite Dupré 4 quartiers de vigne sis et situés au cloux de vigne nommé le Sommetière en ladite paroisse de Montreuil ; et oultre ont lesdites de Lucigné délaissé à ladite Dupré ung lopin de pré sis en la pièce appellée l’Hommelaie en la paroisse de Juigné sur Maine, et ainsi que ledit deffunt sieur de l’Epiné jouissait de ladite vigne etc pour par d’icelles vignes et pré jouir par ladite Gillecte Dupré sa vie durant seulement comme usufruitière et non aultrmeent ; à la charge de user desdites choses comme bon père de famille et payer ladite Dupré les cens rentes et debvoirs et autres servitudes deues pour raison dudit lieu de la Bourdonnaye, tant vers les seigneurs de fiefs que aultres rentes foncières, et au regard des cens renets et debvoirs et rentes foncières dues pour raison desdits 4 quartiers de vigne et pré situé audit lieu de Houellaye lesdites les de Lucignés demeurent tenues les acquiter pour le tout pour l’advenir ; et davantage et oultre ce que dessus ont lesdites de Lucignés promis sont et demeurent tenus rendre et payer en contemplation de ce que davant est dit et aussi moyennant que ladite Dupré acquite et quicte lesdites les de Lucignés leurs hoirs etc et les a promis acquiter vers tous et contre tous de la somme de 38 livres 16 sols que ledit deffunt sieur de l’Espiné et ladite Dupré debvoient à ladite damoiselle Charlotte de Beaumanoir mère de ladite Dupré par cédule consentie du temps de leur mariage signé du seing dudit défunt sieur de l’Espine par ces mots « Hardouyn de Lucigné » en date du 19 octobre 1642, dont lesdites les de Lucigné debvaient une moitié, et ladite Dupré l’autre ; moyennant aussi que que lesdites de Lucignés sont et demeurent quictes vers ladite Dupré qui les a acquitées et quicte de toutes choses dont icelle Dupré eust peu faire question et demande, fors et réservé que au cas qu’il soit trouvé par délibération de gens de conseil ou aultrement que les deniers dus par le sieur de la Tourlandry et de Châteauroux soient réputés de nature de meubles ou tombés en communauté, en iceluy cas ladite Dupré y prendra telle provision qu’elle y pourrait estre fondée par le moyen de ladite communauté d’elle et de sondit defunt mari, et aussi s’il estoit trouvé que ladite somme soit chose immeuble ou de nature d’immeuble en iceluy cas jouiera icelle Dupré sa vie durant seulement de la tierce partie de ladite somme, icelle réservée, et dont elle pourra faire poursuite pour son regard et à ses périls et fortunes en baillant par ladite Dupré caution et rendre et restituer auxdites les de Lucignés ce qu’elle recepvra de ladite somme dudit de la Tour après le décès d’icelle Dupré audit cas que ladite somme soit déclarée en immeuble ou trouvée de nature des choses immeubles ; davantage et en faveur de ces présenes ont lesdites de Lucigné promis sont et demeurent tenues rendre et payer à ladite Dupré la somme de 110 livres tz pour payement de laquelle lesdites de Lucigné ont ce jourd’huy vendu quicté cédé délaissé et transporté etc et encore etc dès à présent et par devant nous vendent quittent cèdent délaissent et transportent dès maintenant et à présent à toujours mais perpétuellement par héritage à ladite Dupré à ce présente comme dessus, qui a acheté pour elle ses hoirs la somme de 11 livres tz de rente perpétuelle payable par chacuns ans au jour et feste de st Jehan Baptiste le premier terme et paiement commençant au jour et feste de st Jehan Baptiste qu’on dira 1559 prochainement venant, et à continuer de terme en terme, quelle rente lesdites de Lucigné ont assise et par ces présentes assient et assignent dès maintenant et à présent sur tous et chacuns leurs biens meubles et immeubles présentes et advenir et par especial sur les vignes auxdites de Lucigné appartenant sises au cloux appellé la Plante et sur chacune piecze seul et pour le tout sans ce que la généralité ne especialité puissent desroger l’ung à l’aultre ; o grâce et faculté donnée par ladite Dupré auxdites de Lucigné et par elles retenues de pouvboir rescoucer et rémérer et amortir ladite somme de 11 livres tz de rente dedans d’huy en 4 ans prochainement venant en rendant et payant par lesdites de Lucigné la somme de 140 livres tz pour la somme principale et les arrérages d’icelle rente si aucuns estoient deuz lors dudit admortissement, et loyaulx cousts et mises raisonnables ; et à esté convenu entre lesdites parties que les fruits de héritages dudit défunt sieur de l’Espiné aultres que dudit lieu de la Bourdonnaye ensemble les fruits des héritages de ladite Gilette Dupré se partageront entre lesdites parties pour ceste année et jusques au jour et feste de Caresme prenant prochainement venant icelle comprins moitié par moitié, sans ce que toutefois lesdites de Lucignés soient tenues rien payer à ladite Dupré pour raison des maisons, granges, toits et loges dudit lieu de l’Espiné, aussi demeurent tenues lesdites de Lucigné bailler logis et couvert à ladite Dupré audit lieu de l’Espiné pour soy y retirer elle et sa famille ensemble ses meubles jusques au jour et feste de Pasques prochainement venant et ledit jour passé a promis est et demeure tenue ladite Dupré de ses dits meubles vuidier ladite maison,et pourra ladite Dupré vendanger les vignes dudit cloux du Cimetière seulement et non autrement en advertissant par ladite Dupré les dites de Lusigné ou l’une d’elles, 3 jours durant si elles ou l’une d’elles sont demeuré sur les lieux ou mestayers ou aultres pour elles audit lieude l’Espiné, les fruits de laquelle vigne du Cimetière et Houellerie seront semblablement partagés moitié par moitié ; et aussi a esté convenu entre lesdites parties que au cas que ledit defunt sieur de l’Espiné n’ayt reçu ladite somme de 420 livres sur le contenu de sondit mariage, en iceluy cas est et demeure ladite Dupré tenue de donner et défalquer auxdites de Lucigné ce qui deffauldra de ladite somme de 420 livres tz sur ladite somme de 140 livres tz pour laquelle lesdites de Lucigné ont constitué à ladite Dupré ladite somme de 11 livres tz, et à cette raison au prorata leur déduire de ladite rente de 11 livres ; et ont lesdites de Lucigné présentement baillé et mis entre les mains de ladite Dupré le contrat d’achapt dudit lieu de la Bourdonnaye et des sommes de deniers que doit ledit sieur de la Tourlandry à défunte Suzanne de la Beraudière mère des dites de Lucigné, passé sous la cour de Chemillé par Rouault notaire d’icelle le 6 novembre 1527 estant en forme authentique, laquelle Dupré a promis représenter auxdites de Lucigné toutefois et quantes qu’elles en auront à faire ; et dont et de tout ce que dessus es dit sont lesdites parties demeurées à ung et d’accord ; auquel accord et tout ce que dessus est dit tenir d’une part et d’autre etc dommages etc obligent lesdites parties respectivement l’une vers l’autre elles leurs hoirs mesme ladite Anthoinette tant en son nom que comme soy faisant fort de Olive de Lucigné sa sœur, sa sœur ad ce présente, et généralement en chacune d’elles seule et pour le tout sans division de personnes ne de biens etc renonczant etc et par especial lesdites de Lucigné au bénéfice de division au droit velleyen etc elle de nous etc foy jugement et condemnation etc fait et passé à Angers en présence de honnestes hommes et saiges maistres Françoys Collin sieur de la Mée conseiller du roy notre sire Angers, Me Mathurin Besnard licencié ès loix sieur de la Mercerye demeurant Angers, noble et discret messire Anthoine Prevost docteur en droit sieur de Pallec demeurant Angers et noble homme Louis Dupré sieur dudit lieu demeurant au dit lieu du Pré tesmoings

Odile Halbert – Lorsque vous mettez mes travaux sur un autre site ou base de données, vous enrichissez leurs propriétaires en leur donnant toujours plus de valeur marchande dans mon dos

Succession de feu Jean Bernier marchand à Craon, 1705 : 2ème partie et fin de l’acte ci-dessus

ceci fait suite à la page publiée ce jour

  • 3ème lot : resté à Renée Bernier veuve de Guillaume Jallot, non choisissante
  • Un lieu et closerie sise au village de Blochet paroisse de Livré, ou est demeurent pour collon François Badault, avecq les bestiaux et semences qui peuvent appartenir aux partageans, composé d’une maison manable qui est à murailles couverte d’ardoises, en laquelle il y a une salle avecq cheminée, une petite chambre au bout, le touet aux vaches, grenier sur ladite salle, et chambre, les rues et issues qui en despendent avec des loges qui sont au bout d’icelles – Item une planche de jardin contenant avecq l’applassement de laditemaison et issues environ 10 cordes, aveq une queue qui baisse jusqu’au dessoubz du Payrilt de Tissüe, joignant d’un costé le jardin du prieuré, d’autre costé la terre des Madiot, d’un bout au chemin qui conduit de Craon à Livré – Item une grande portion de terre audit jardin contenant environ 15 cordes laquelle est enclavée entre la terre des héritiers Mellier et celle d’autres lieux qui seront cy après confrontés – Item une planche de jardin en laquelle il y a un grand poirier de Tissüe, contenant environ 8 cordes laquelle est parmis lesdites terres des autres lieux et celle des Mellier – Une autre planche de jardin contenant environ 9 cordes joignant le derrière de ladite maison, d’autre costé la terre d’autres lieux et d’unbout au chemin de Livré – Item un jardin clos à part contenant environ 3 cordes et demie joignant la maison et terres des Madiot d’autre costé ledit chemin d’un bout au jardin dudit prieuré et d’autre bout aux issues desdits Madiot – Item une portion de verger contenant environ 30 cordes joignant des 2 costés la terre du dernier lot d’un bout à un prézau cy après et d’autre bout audit chemin de Craon à Livré, au haut de laquelle quantité de verger il y a 2 petites portions qui appartiennent auxdits Mellier et Madiot – Item le prézau susdit contenant environ 4 cordes joignant la portion de verger susdite, d’autre costé la terre des Mellier et d’autre bout celle cy après – Item une planche de terre sise au jardin des Estres contenant environ 5 cordes laquelle est entre les terres des Melliers – Item une autre planche audit jardin contenant environ 4 cordes joignant la terre des Mellier – Item une portion de terre dans la pièce des Petits Champs contenant environ 7 cordes joignant des 2 costé la terre des Mellier d’un bout celle du lieu du … et d’autre bout celle du … – Item une portion de terre dans les vignes ou u a un grand cerisier, contenant environ 4 cordes, laquelle est entre les terres des 4ème et dernier lot – Item au hault de la Chevigne une portion de terre contenant environ 10 cordes qui est entre la terre desdits lieux – Item une petite portion de terre contenant 2 cordes qui est pareillement au hault de Chevigne – Item une portion de terre labourable sise aux Vignes contenant environ 4 cordes joignant les terres des Mellier d’autre costé celle du lieu du … d’un bout celle du lieu des Touchettes et d’autre bout l’autre lieu – Item une portion de terre labourable contenant environ 2 cordes joignant des 2 costés la terre des Madiot d’un bout celle des Touchettes et d’autre bout celle des Melier – Item une autre portion de terre contenant environ 8 cordes joignant la terre du lieu du dernier lot et des Mellier d’autre costé celle desdits Mellier d’un bout celle du dernier lot et d’autre bout le chemin qui conduit aux landes – Item une autre portion de terre labourable où il y a une rangée dantée ? sise aux petits champs contenant environ 2 boisselées, joignant d’un costé la terre des Mellier d’autre celle des Madiot, d’un bout les Vignes et d’autre bour la terre du dernier lot – Item une portion de terre labourable contenant environ 12 cordes joignant la terre des Mellier d’autre et d’un bout celle des Touchettes d’autre bour au chemin qui conduit aux Moquechien – Item une petite portion contenant environ 3 cordes de terre dans la même pièce, joignant des 2 costés la terre des Touchettes et des 2 bouts celle de ce lieu – Item une autre portion de terre contenant environ 5 cordes joignant des 2 costés la terre des Touchettes d’un bout celle des Mellier et d’autre bout audit chemin – Item la moitié d’une pièce de terre nommée le Moquechien le bout d’abas contenant environ 30 cordes joignant d’un costé la terre cy après d’autre la pièce de Monternault d’un bout l’autre moitié de ladite pièce – Item une pièce de terre nommée le Moquechien contenant environ 6 boisselées joignant la terre de Monternault d’autre costé celle de Fouscher d’un bout le petit chemin, et d’autre bout le pré de Fouscher – Item une chateigneraye qui est en triangle contenant environ un journau commé la Lande, en laquelle il y a une petite maison aux Mellier, joignant d’un costé la terre de la Tesserie, d’autre celle des Mellier, d’un bout la lande de la Tesserie, et d’autre bout audit chemin – Item une autre petite lande où il y a de jeunes chateigners laquelle est close à part, contenant environ 3 boissellées joignant la terre des Mellier d’autre costé un vieil chemin commun avecq le 4ème lot et d’un bout au Petit Moquechien – Item une portion de terre labourable contenant environ 7 boisselées joignant la terre du 4ème lot d’autre costé ledit Chesnaye des Petits Champs, d’un nout à la terre du grand lieu de Blochet, et d’autre bout aux Bourdellays – Item une portion de terre labourable contenant environ 50 cordes sise au bas des petits champs en laquelle il y a une rangée dantée joignant une petite chateigneraie qui est du 4ème lot d’autre costé la terre dudit grand lieu, d’un bout au chemin qui conduit aux grands Champs et d’autre bout la terre dudit lot – Item une portion de chateigneraye où il y 3 chateigners contenant environ 4 cordes joignant la terre dudit Grand lieu, d’autre costé les boissellées du 4ème lot, et des 2 bouts aux terres dudit lieu – Item un pré clos à part nommé le pré des Chailleur contenant environ 100 cordes joignant la terre de la mestairye de Blochet d’autre costé celle du lieu du Gas d’un bout le pré des Touchettes et d’autre bout au chemin de Craon à Livré – Item une maison sise au dit bourg de St Clément où est demeurent ledit Adam Metel, composée d’une salle avecq cheminée, la cour au devant comme en emporte la grandeur d’icelle, ce sans néanmoings le droit d’y entrer et passer par la grande porte d’entrée d’icelle pour d’autres maisons qui y ont droit, chambre haute sur ladite salle, grenier dessus, un puaillot ? à costé de ladite salle auquel il y a une petite chambre par bas, chambre haute dessus avecq grenier sur icelle, une autre chambre par bas à costé de ladite salle sur deville ? y entrant, laquelle est séparée avecq closture de palin grenier dessus, un appentif de bois et terre couvert d’ardoise auquel il y a une cheminée de bois, lequel est dans la dite cour derrière lesdites maisons où sont demeurant René Cadots et la veuve Hoyau, avecq une petite cave qui est au dessous desdites maisons, un jardin clos à part qui est le plus elevingué ?? de ceux qui despendent desdites maisons, contenant environ 7 cordes joignant celui de la maison où est demeurant la dite Mehoudin employée au 1er lot – Item une autre maison sise au bourg de st Clément au dehors de ladite cour où est demeurant la veuve Hoyau composée d’une salle avecq cheminée soubz laquelle il y a une manière de cave, un petit bouge en long qui est sur un porche dans ladite cour, grenier sur ladite salle, pour en laquelle monter il y a un degré de pierre au devant de la porte, lequel est commun avecq l’autre maison qui y joint, avec une planche de jardin au jardin qui despend desdites maisons contenant 7 cordes, laquelle est entre la portion de la maisonoù demeure Gilles Ferré employée au 1er lot et la planche de celle ou demeure René Cadots employée au 4ème lot, abutant au jardin de la maison du haut de la cour employée au dernier lot, et d’autre bout au chemin qui conduist dudit bourg au Grand cimetière – Item la rente hypothécaire de 40 livres due par Me Charles Rivain commis au bureau du grenier à sel de Craon suivant le contrat passé (blanc) – Item une rente hypothécaire de 20 livres due par le sieur de la Daumerie escuier demeurant en sa maison de la Daumerie paroisse de Livré suivant le contrat passé (blanc) – Item 15 livres de rente de la nature qu’elle est faisant partie de celle de 40livres due par les nommés les Bois duivant le titre nouveau qu’ils en ont donné devant Me Jacques Paillard notaire le 25 février 1697 l’autre partie montant 25 livres appartenant à l’église de Gasnier – Item un jardin situé proche la maison de l’abreuvoir contenant environ 8 cordes joignant d’un costé celui de la veuve Guillaume Racapé d’autre costé celui de Noël Bazin lesné d’un bout au rempart et d’autre bout à la rivière qui descend dudit Craon au Moulin du Verger – Item 20 sols de rente due par Denis Jamet suivant le contrat (blanc) – Item la rente de 12 sols due par la veuve Doré aussi suivant contrat (blanc) – Celot chargé du payement annuel de 15 livres de rente faisant moitié de 30 livres due sur lesdits héritages de Blochet à la descharge du dernier lot

  • 4ème lot : choisi par Jacques Fouzil sieur de la Fosse et Suzanne Bernier quatrième choisissante
  • Un aultre lieu et closerie sise audit village de Blochet où est demeurant pour collon François Besnard, composée d’une maison à bois et terre couverte d’ardoise en laquelle il y a une salle avecq cheminée, une petite chambre à costé de ladite salle, une autre chambre qui est le touet aux bestiaux le tout dans un tenant les rues et issues qui en despendent, un appentif au bour dudit logis aussi à bois et terre couvert d’ardoise, une grande loge avecq le pressouer qui est dedans, doit au four commun avecq et de l’autre costé du dit village, les bestiaux et semences qui appartiennent aux partageans sur ledit lieu – Item une planche de jardin contenant environ 6 cordes joignant la terre du 3ème lot d’autre costé celle des Mellier et d’un bout au grand chemin de Craon à Livré – Item une autre poriton de terre audit jardin contenant environ 20 cordes non compris une petite portion au coing d’icelle qui est aux Mellier, joignant d’un costé au haut de ladite portion la terre des Mellier et celle cy aptès d’autre costé celle du Hoiemelet, d’un bout la planche cy dessus et d’autre bout l’aunaye du prieuré de st Denis – Item une autre planche de terre audit jardin contenant environ 6 cordes joignant la planche susdite, d’autre costé celle du dernier lot d’un bout celle des Mellier et d’autre bout l’aunaye susdite – Item une espace de jardin contenant environ 30 cordes joignant la terre dudit grand lieu de Blochet d’autre costé celle des Mellier d’un bout la planche cy après et d’autre bout la terre du 3ème lot – Item une autre planche de jardin qui est au dessus de la susdite contenant environ 8 cordes joignant le jardin dudit grand lieu d’autre la maison susdite, d’un bout la planche susdite et d’autre bout le chemin de Livré – Item une autre planche au dessus de la susdite contenant environ 3 cordes joignant la terre dudit Grand Lieu d’autre costé celle du 3ème lot d’un bout celle cy aptès et celle des Mellier – Item une autre portion de terre contenant environ 4 cordes joignant d’un costé et abutant d’un bout à la terre dudit Grand Lieu d’autre celle des Mellier, et d’autre nout celle du 3ème lot – Item une portion de pré sise au pré qui est au dessous du jardin susdit contenant environ 12 cordes joignant le pré du moulin de Blochet et l’aunaye de st Denis d’autre costé celle des Mellier d’un bout au jardin susdit et d’autre bout à la rivière – Item une autre portion de pré contenant environ 24 cordes joignant d’un costé le pré des Mellier d’autre celui qui est cy après employé au dernier lot, d’un bout au jardin susdit et d’autre bout à la rivière – Item une autre portion de pré contenant environ 20 cordes joignant la terre de Corbigné et des Mellier et des deux bouts celle dudit Corbigné – Item un journau de terre nommé le Petit Marais joignant celle dudit Grand Lieu d’autre la chateigneraye dudit lieu d’un bout la terre des Mellier et d’autre bout au grand chemin de Livré – Item une portion de terre labourable contenant environ 2 boisselées en laquelle il y a une rangée dantée, joignant la terre dudit Grand Lieu d’autre costé celle du lieu du Gast d’un bout au chemin et d’autre bout au Marais de la Tufferie – Item une jeune chateigneraie nommé la chateigneraie des Hodinais contenant environ un journau joignant des 2 costés la terre du 3ème lot, d’un bout le chemin qui conduit aux Grands Champs, et d’autre nout à la chateigneraie cy après – Item une portion de terre labourable contenant environ un journau sise auc Bourdellais, joignant des 2 costés la terre du 3ème lot, d’un bout les Grands Champs de Blochet et d’autre les vignes – Item une autre portion de terre labourable contenant environ 6 boisselées joignant la terre de la mestairie de Blochet d’autre costé celle de Madiot et de la dite mestairye, d’un bout aux Bourdellais et d’autre bout le prézau des Mellier – Item une autre portion de terre contenant environ une boissellée sise aux Grands Champs joignant la terre des Mellier d’autre costé et d’un bout celle de la Pottris et d’autre bout celle de Corbigné – Item une portion de terre dans la pièce des Grands Champs contenant environ 2 boisselées joignant la terre des Mellier d’autre costé celle de la mestairye de Blochet d’un bout celle de la Potris et d’autre bout celle de Montenault – Item une autre portion de terre sise aux Vignes contenant environ 3 boisselées joignant la terre des Touchettes d’autre costé celle des Mellier, d’un bout ledit Moquechien et d’autre bout les Bourdellais – Item une portion de terre contenant environ 3 cordes joignant la terre du 3ème lot, et celle des Mochechien – Item une portion de terre aux Vignes contenant environ 10 cordes joignant le chemin de Gouscher d’autre costé la terre du 3ème lot d’un bout les Petits Champs et d’autre bout la terre du dernier lot – Item un journau de terre dans les Petits Champs joignant des 2 costés la terre des Mellier d’un bout la vigne du courtel des Elles de Blochet et la chateigneraie qui conduit aux Petits Champs – Item une portion de chateigneraie contenant environ 3 boisselées joignant la terre des Mellier d’autre costé et d’un bout celle de Madiot, et d’autre bout la Hedinaye de ce lieu – Item une autre portion de chateigneraye sise aux Boisselles contenant environ 10 cordes joignant la terre des Mellier d’autre costé les Petits Champs d’un bout la terre dudit Granlieu et d’autre bout celle du dernier lot – Item une autre portion de chateigneraie contenant environ 10 cordes et demie, joignant la terre du Grand Lieu d’autre costé celle de ce lieu et d’un bout celle du 3ème lot – Item une aultre espasse de chateigneraye contenant environ 5 cordes joignant des 2 costé la terre des Mellier d’un bout celle du dernier lot, et d’autre bout celle du 3ème lot – Item un verger contenant environ 10 cordes joignant la terre du Grand Lieu d’autre costé celle des Mellier et celle de ce lieu, d’un bout à la chateigneraie susdite et d’autre bout au susdit chemin – Item une portion de terre dans les Bouesselles contenant environ 4 cordes joignant le verger susdit d’autre costé et d’un bout la terre des Mellier, et d’autre bout au susdit chemin – Item une chateigneraie sise dans des landes proches le lieu de la Tressière contenant environ 3 boisselées joignant les terres dudit lieu de la Tessiere d’autre costé celle des Mellier et de 2 bouts aux 2 chemins l’un qui conduit Angers et l’autre à la Fecoguere – Item une portion de lande dans les mesmes landes contenant environ 6 boisselées joignant la terre des Mellier d’autre costé celle du dernier lot, et des 2 bouts aux dits 2 chemins – Item une autre portion de lande dans les landes susdites contenant environ 5 boisselées joignant celle du dernier lot, d’autre costé celles de la Tesserie et de Montenault, des 2 bouts aux dits chemins – Item unemaison sise au bourg dudit st Clément où est demeurant René Cados laquelle est about de celle ou demeure la veuve Hoyau employée au 3ème lot, composée d’une salle avecq cheminée une chambre au dessoubs qui est comme une cave, avecq un petit bouge en longe ainsy qu’à la maison susdite, grenier sur la dite salle, une planche de jardin contenant environ 7 cordes qui est entre celle du jardin de la maison susdite employée au 3ème lot et le jardin de la chapelle Robory, abutant au jardin de la maison du hault de la cour employée au dernier lot et d’autre bout au chemin qui conduit dudit bourg au grand cymetière – Item une maison sise sur la grande rue dudit Craon joignant les Halles en laquelle est demeurante honorable femme Marie Bernier veuve Marin Cormier vivant sieur de Landevy l’une des partageants, composée d’une salle avecq cheminée, une boutique qui ouvre sur ladite Grande Rue, une cuisine au derrière de ladite salle qui ouvre soubé lesdites halles, une petite issue au derrière avecq les lieux et le puits commun avecq la maison de messieurs les chanoines de l’église st Nicolas, un petit appentif sur des étachers de peu de valeur, un degré pour monter en 3 chambres de ladite maison en chacune desquelles il y a cheminée, un grand grenier carlé, avecq un autre grenier qui est au bout non carlé, une cave soubz lesdites salle et boutique avecq un jardin qui est proche celui de la Gauvainerie paroisse st Clement contenant environ 10 cordes – Item la rente foncière de 15 livres due par la veuve Gosret à cause de certaines maisons sises proche le pavé qui conduit dudit Craon audit bourg st Clement suivant ledit tiltre et contrat (blanc) – Item la rente hypothécaire de 40 livres due par Marin Cormier sieur de Landevy suivant le contrat passé (blanc) – Ce lot chargé du payement annuel de 15 livres de rente faison moitié de celle de 30 livres due pour les héritages de Blochet payable à qui elle est due l’autre est due au dernier lot

  • 5ème lot : choisi par Jeanne Bernier troisième choisissante
  • Un autre lieu et closerie situé audit village du Blochet paroisse de Livré où est demeurant pour collon le nommé Lebreton consistant en une maison partie à murailles, l’autre partie à bois et terre couverte d’ardoises, en laquelle il y une salle avecq cheminée, grenier sur ladite salle, avecq un jardin à légumes qui est au bout, les rues et issues avecq une petite portion qui joint le jardin du primat le tout contenant environ 8 cordes avecq les bestiaux et semences qui appartiennent aux partageans – Item une portion de jardin sise au grand jardin dudit village derrière les autres maisons contenant environ 10 cordes non compris un petit carré qui est aux Mellier, joignant d’un costé la terre du 4ème lot d’autre costé et d’un bout celle des Mellier et l’aunaye du prieuré – Item une autre portion de jardin contenant environ 4 cordes joignant la terre des Madiots, d’autre costé celle des Mellier, et celle du 3ème lot, d’un bout celle dudit 3ème lot, et d’autre bout celle de ce lot – Item une autre planche de terre au hault dudit jardin contenant environ 4 cordes joignant d’un costé et d’un bout la terre dudit 3ème lot d’autre costé celle du 4ème lot et d’autre bout audit chemin – Item une portion de pré qui est au dessoubz dudit jardin contenant environ 50 cordes joignant le pré de Fouscher d’autre costé celuy du 4ème lot d’un bout audit jardin et d’autre bout à la rivière – Item certaine quantité de pré sis ès marais qui sont proches Monternault nommés Les Hommées laquelle quantité n’est ni marquée ni bornée, mais s’estant enquis audit Badault qui en jouist à présentet qui n’y pourra plus rien prétendre, a dit que cette quantité produit chacun an comme à l’estimation d’une chartée de foing commun à conduire – Item une portion de terre sise aux Grands Champs contenant environ 26 cordes joignant la terre des Mellier d’autre costé et d’un bout celle de Corbigné, et d’autre bout celle de la Potris – Item une autre portion de terre sise aux dits Grands Champs contenant environ un journau joignant la terre de la mestairye didit Blochet d’autre costé celle des Mellier, d’un bout celle de Monternault et d’aultre bour celle de la Potris – Item une portion de terre sise aux Vignes contenant environ 2 boisselées non compris une portion qui est aux Mellier qui y est enclavée, joignant et abutant de toutes parts les terres des dits Mellier, et des Touchettes – Item une portion de terre dans l’Hommeau contenant environ 3 boisselées joignant le chemin de Fouscher d’autre costé la terre du 3ème lot et celle des Mellier, d’un bout celle dudit 3ème lot et d’autre bout celle des Mellier – Item une portion de terre dans ladite pièce de l’Hommeau contenant environ 8 cordes joignant la terre du 4ème lot d’autre costé celle des Mellier et celle de ce lot et des 2 bouts celle du 3ème lot – Item une portion au bas de ladite pièce contenant environ 8 cordes joignan la terre du dit 3ème lot, d’autre costé celle des 3ème et dernier lot, d’un bout aux Petits Champs d’autre bout celle des Mellier – Item un journau de terre nommé le Portau clos à part joignant des Bourdellais d’autre costé les Petits Champs d’un bout la terre des Melliers et d’autre bout la Vigne – Item un autre journau de terre dans la pièce de la Rivière Jouaud joignant la terre dudit lieu d’autre costé celle de la Tivière Jouaude qui est aux Poisson d’un bout aux jardins dudit lieu et d’autre bout au chemin de Livré – Item une portion de terre au jardin des Estres contenant environ 8 cordes joignant la terre des Mellier d’autre les Petits Champs d’un bout la chateignerays des dits Petits Champs et d’autre bout aux Bouesselles – Item une portion de jardin sise au jardin des Petits Champs contenant environ 10 cordes joignant le chemin de Fouscher, d’autre costé et d’un bout les Petits Champs, d’autre bout le jardin de Fouscher – Item une portion de terre sise aux Petits Champs, contenant environ 3 cordes joignant le jardin qui est au bas desdits Petits Champs d’autre costé et d’un bout la terre des Mellier et d’autre bout le jardin Fouscher – Item une portion de chateigneraye contenant environ 6 cordes joignant le jardin du prieuré de st Denis, d’autre costé celui des Estres, d’un bout celui de ce lieu, et d’autre bout la terre des Mellier – Item une portion de terre sise aux Petits Champs contenant environ 5 boisselées joignant la terre du Grand lieu de Blochet et autres terres, d’autre costé celle des Madiot, et 3ème lot, d’un bout celle des Mellier et d’autre bout celle dudit 3ème lot – Item une portion de terre au jardin du bas des Bouessellées contenant environ 3 cordes joignant les Bouessellées d’autre costé ledit chemin, d’un bout la terre dudit prieuré et d’autre bout celle des Mellier – Item une portion de terre audit jardin contenant environ 2 cordes joignant la terre des Mellier d’autre costé le verger de Blochet d’un bout la terre cy dessus et d’autre bout la terre des Mellier – Item un verger clos à part contenant environ 10 cordes joignant le verger du 3ème lot, d’autre costé les Bouessellées d’un bout la portion susdite et d’autre bout la terre des Madiot – Item une portion de terre au jardin des Bouessellées contenant environ 33 cordes non compris une petite portion enclavée en icelle qui est aux Mellier, joignant le courtil des Estres, d’autre costé la terre du 4ème lot et celle des Mellier, d’un bout le jardin du bas des Bouessellées et d’autre bout aux Petits Champs – Item une petite planche de terre au courtil des Estres contenant environ 2 cordes et demie joignant la terre des Madiot, d’autre costé celle du 3ème lot d’un bout celle dudit lot – Item une lande sise proche le lieu de la Tesserie paroisse de Livré contenant environ 6 boisselées joignant la terre des Mellier d’autre costé celle du 4ème lot d’un bout le chemin de la Feraquere et d’autre bout à la terre du Grée – Item un jardin à lenfeur nommé le courtil des Chailleux contenant envirion 22 cordes joignant la tere de la mestairie de Tissüe, d’autre costé le pré de la mestayrie de Blochet et d’un bout le jardin de ladite mestairye de Tissüe, d’autre bout au grand chemin de Craon à Blochet – Item une maison audit bourg st Clement au hault de ladite cour où est à présent demeurant Renée Chauviere composée d’une salle avecq cheminée, une chambre basse au bout de ladite salle, grenier dessus, avecq droit en ladite cour dans toutes la longueur de ladite maison à passage pour y entrer aller et venir, un jardin clos à part contenant environ 6 cordes qui est entre celui de la maison du 1er lot et la portion de terre ou … qui est employée au 1er lot, compris une portion qui est au bas dudit jardin dans laquelle il y a 10 arbrisseaux – Item une maison sise audit bourg St Clement, proche le pavé dudit bour, en laquelle demeuroit cy devant ladite veuve Jallot joignant celle de Catherine Houdemon veuve Guillaume Gautier, composée d’une salle avecq cheminée grenier dessus, d’une petite chambre au bout de ladite salle qui sont soubz le grenier de ladite veuve Gautier, un petit appentif au derrière qui donne dans la cour qui sert de buanderie, ladite cour au derrière de ladit maison, avecq le jardin y abutant contenant avecq un verger qui est au bas d’icelle maison 16 cordes, joignant d’un costé celluy de ladite veuve Gautier d’autre costé celui de Jacques Gamereau – Item la rente foncière de 50 livres due par Fançois Rousseau lesné sieur de la Guichardière à cause de ses maisons du faubourg st Pierre dudit Craon suivant les tiltres et papiers qui la justifient – Item un pré situé sur le chemin qui conduit dudit bourg de st Clément au lieu de la Rinnechais contenant environ 40 cordes joignant le pré du lieu du Verger à la veuve René Hunault, d’autre costé la terre de la chapelle Robory, d’un bout au chemin susdit et d’autre bout à la rivière qui descend du dit Craon au moulin du Verger – Item le retour de partage de 30 livres de rente à prendre chacun an sur le 3ème lot admortissable comme dit est audit … – Item un cloteau de terre situé proche le chemin des rues … contenant environ 30 cordes joignant la terre de Rommée aux Chene, d’autre costé celle du prieuré de st Eutrope d’un bout au chemin qui conduit dudit Craon à la Gallière – Item la rente hypothécaire de 100 sols due par Paul Poupard suivant le contrat passé par (blanc) – Item la rente foncière de 4 livres due à cause du jardin de la Sasserie sis audit bourg St Clément suivant les titres qu’ils ont en leur possession – Item pareille rente de 100 sols due par Jacques Beurier couvreur d’ardoise demeurant audit bourg st Clément suivant le contrat passé par (blanc) – Le mesme lot chargé de 4 boisseaux de bled de rente dubs sur ledit village sauf à faire contribuer les autres détempteurs … la veuve Jallot … 60 sols au chapelain de Lanoe, 78 sols à Julien Jamet et 40 sols par les maisons du bourg st Clément, le tout chacun en, au chapelain de ladite chapelle du dit lieu, par les dits partageants –
    Comme tous les dits héritages mentionnés auxditx lotx se poursuivent et comportent avecq leurs appartenances et dépendances sans rien réserver quoi qu’il se trouvat de portion de terre des lieux y mentionnés et employés, à tenir et relever de la nature qu’ils sont du fief et seigneurie dont ils sont mouvant aux charges des cens rentes et devoirs seigneuriaux et féodaux deus si aucun sont dubs que chacun payera et acquitera à l’advenir pour son lot et oultre ceux qui sont mentionnés à la fin de chacun d’iceux, non excédent néanmoings la somme de 9 sols par an sur chaque lot, et où ils se trouveront en plus avoir sur aucun d’iceux lot les autres seront tenus dédommager pour chacun leur cinquième de la valeur d’icelui, s’entregarantiront suivant la coutume, souffiront les droits servitudes et passages si aucuns sont dus par sur lesdits lots, ou s’en deffenderont chacun pour soy, sans pouvoir tirer à garand les autres partageans, s’entre donneront passage par sur les terres desdits lots pour exploiter celles qui n’abouttent à chemin et ce par les endroits les moings dommageables que faire se pourra, et chacun prendre et recepvra les fruits des arbres quoi qu’ils tombent sur les terres des autres lots, se contenteront du nombre de journaux boissselées et cordes de terre ou pré comme le tout est mentionné en chaque article desdits lots, sans pouvoir pareillement titer à garand au cas que le nombre y énoncé ne se trouvat attendu que l’on a dit plus près sans avoir cordelé, et dénombré, réservés les baux des collons, fermiers, locataires desdits héritages ou aultrement seront desdommagés, à commencer la jouissance desdits lots de la Toussaint dernière, chacun prendra les rentes dès les premiers termes qui se payeront, chacun aura les tiltres et papiers qui le concerneront les héritages de son lot, et sera le coust des présents partages, copie qu’il conviendra délivrer et bailler, salaires et voyages employés à la dénombration, confrontation et apréciation desdits héritages payés par lesdits partageans pour chacun un cinquiesme, se sera sans desroger ne préjudicier aux comptes et rapports qui sont faits entre les partageans de ce que chacun a eu en advancement de droit successif suivant leur contrat de mariage, et aultres choses qui doibvent estre communs entre eux, à quoi le présent partage et choisie cy après ne pourront nuire ne préjudicier, ains les héritages desdits lots y demeurent affectés hypothéqués par privilège suivant les dates de leur contrat de mariage, fait et arresté le présent partage par ladite Renée Bernier sauf néanmoings l’augmentation ou diminution desdits lots jusqu’à la choisie d’iceux

    Le 26 avril 1706 avant midy par devant nous André Planchenault notaire de Craon et du prieuré de st Clement demeurant audit Craon fut présente establie et soumis honneste femme Renée Bernier veuve de Guillaume Jallot demeurant au bourg dudit st Clément, laquelle ayant apris qu’il est deu une rente de 50 sols de la nature qu’elle est sur les héritages du présent partage à Me Gabriel Viel demeurant à Châteaugontier, et qui n’est au présent partage, en a chargé le 4ème lot où est employé le lieu ou est pour collon François Besnard au village du Blochet et autres héritages dudit lot, au seigneur duquel sera rapporté la somme de 25 livres par celui qui aura le dernier lot, pour contribuer à moitié à ladite rente, et ce 2 mois après la choisie des lots du présent partage, comme aussi, auront droit les seigneurs des maisons dudit bourg st Clément appartenant aux partageans au puits de la cour despendant des maisons et aux lieux en dépendant, et pour cet effet ceux à qui eschoyront celles qui sont au dehors de ladite cour auront droit de passer par la porte qui ouvre audit bourg à la charge par un chacun de contribuer aux réfections et réparations desdites portes, puits et privé, savoir les 1er, 3ème et dernier lot pour chacun un tiers, à la descharge de ce que peu devoir le 4ème lot, auquel il n’y a qu’une des maisons du bourg, et seront les arbrisseaux qui sont au jardin du dernier lot partagés pour chacun un cinquième entre les partageans, à quoi ladite Bernier a fait arrest, dont l’avons jugée à sa requeste

    Le 28 avril 1706 après midi, par devant nous André Planchenault notaire de Craon et du prieuré st Clément demeurant audit Craon, ont esté présents en leurs personnes chacuns de Me Jacques Fouzil sieur de la Fosse et damoiselle Suzanne Bernier son espouse, honneste homme Joseph Garande sieur de l’Epineuse, et damoiselle Marie Anne Bernier son épouse, et honneste femme Renée Bernier veuve de honneste homme Guillaume Jallot, honorable fille Jehanne Bernier majeure et honneste femme Marie Bernier veuve de h. homme Marin Cormier vivant sieur de Landevy, tous demeurant audit Craon bourg st Clement, lesquels nous ont déclaré avoir eu communication du partage de l’autre part par la copie qui leur a esté fournie par ladite veuve Jallot, et les avoir trouvés bons et esgaux au moyen de quoy ils y ont fait arrest, et procédant à l’obtion et choisie desdits lots, ladite Marie Bernier comme plus jeune et première choisissante a pris choisi et obré le 2ème lot, ledit sieur Garande et ladite Bernier son épouse ont choisi et obté le 1er desdits lots, ladite Jeanne Bernier au troisième degré à pris choisi et obté le dernier desdits lots, le sieur Fouzil et son épouse au quatrième degré ont pris choisi et obté le 4ème desdits lots, et à ladite Renée est demeuré le 3ème desdits lots

    Odile Halbert – Lorsque vous mettez mes travaux sur un autre site ou base de données, vous enrichissez leurs propriétaires en leur donnant toujours plus de valeur marchande dans mon dos

    Contrat de mariage de Georges Hullin et Catherine Cormier, Craon et Angers 1619

    dot élevée

    Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E8 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

    Le mercredi 7 août 1619 (René Serezin notaire royal à Angers) Au traité du futur mariage d’entre Georges Hullin escuyer sieur de la Chabossière fils aisné de deffunts Jehan Hullin vivant escuyer sieur de la Grange et de damoiselle Marguerite Fardeau demeurant en la ville de Craon d’une part et de damoiselle Catherine Cormier fille de noble homme Claude Cormier sieur de Fontenelles et de deffunte damoiselle Renée Restif demeurante en ceste ville paroisse de la Trinité d’autre part, auparavant aulcune bénédiction nuptiale ont esté par devant nous René Serezin notaire royal à Angers fait les accords pactions et conventions matrimoniales qui s’ensuivent, c’est à savoir que ledit Hullin et ladite Cormier du vouloir authorité et consentement dudit sieur de Fontenelle son père dame Marguerite Goybault de la Grassière son ayeule, dame Jacquine Restif dame de la Prestenlière sa tante, noble homme Guy Grudé sieur de la Chesnaye conseiller du roy assesseur civil et criminel au siège de la prévosté de ceste ville et damoielle Catherine Restif sa femme, aussi tante de ladite future espouse, et autres proches parents soubzsignés se sont promis et promettent mariage l’un l’autre o tous leurs droits noms raisons et actions et iceluy mariage solemniser en face de ste église catholicque apostolique et romaine si tost que l’un en sera requis par l’autre pourveu qu’il ne s’y trouve empeschement légitime, pour l’advancement des droits de laquelle future espouze tant sa sa succession maternelle que propriété de celle de deffunt René Cormier son frère a esté accordé que ledit sieur de Fontenelle en rendera compte dedans 6 mois et attendant qu’il baillera auxdits futurs conjoints dans le jour de leur bénédiction nuptiale la somme de 18 000 livres tournois en deniers contants ou contrats de constitution de rente qu’il promet dès à présent garantir fournir et faire valoir tant en principal que cours d’arrérages et d’habiller sa fille d’habits nuptiaulx avec trousseau honneste selon sa qualité laquelle somme de 18 000 livres, trousseau et habits iceluy sieur de Fontenelles pourra employer en descharge audit compte, de laquelle somme de 18 000 livres tz en demeurera la somme de 3 000 livres tz de meuble commun desdits futurs conjoints communauté advenant, et le surplus montant 15 000 livres, ensemble le reliqua dudit compte si aulcun est deub demeurera et demeure censé et réputé le propre immeuble de ladite future espouse et des siens et en cas que ladite future espouse feust reliquataire audit Cormier son père il luy a d’iceluy reliqua en faveur dudit mariage du consentement de dame Françoise Jamet son espouse à ce présente et de luy authorisée pour cest effet fait don en advancement de droit successif paternel pour luy demeurer pareillement de nature de propre immeuble et des siens, et laquelle somme de 15 000 livres et reliqua du compte si aulcun est ledit futur espoux promet et s’oblige mettre et convertir en acquest d’héritages de valeur d’iceulx pour et au nom et de pareille nature de propre immeuble d’icelle future espouse et des siens, sans que ladite somme reliqua de compte et acquests qui en seront faits ne l’action pour les demander puissent tomber en la communaulté desdits futurs conjoints, et à default d’acquest ledit futur espoux en a dès à présent vendu et constitué vend et constitue sur tous et chacuns ses biens à ladite future espouxe ses hoirs et ayans cause rente à la raison du denier vingt qu’il demeure tenu rachapter deux ans après la dissolution dudit mariage pour pareille somme et arrérages qui en seront deubz, auquel rachapt retrait les contrats de constitution de rente qui luy auront esté baillés s’ils sont en essance, et en cas que ledit futur espoux vende ou alliène les propres de ladite future espouse ou reçoive les sorts principaulx de ses rentes constituées à elle escheues et qui luy escheront par succession donation ou autrement, il promet en raplacer les deniers en acquests d’autres héritages ou rentes pour et au nom de pareille nature de propre d’icelle future espouze et des siens en ses estocs et lignes et à defaut de ce elle s’en remplassera sur les biens de la communauté et où ils ne seroient suffisants ledit futur espoux en a dès à présent assis et assigné récompense sur ses propres ou qu’icelle future espouse y feust venderesse ou consentente, et en cas de répudiation de la communaulté par ladite future espouze ou ses enfants, ils remporteront franchement et quitement toutes leurs hardes habits bagues et joyaulx sans estre tenus poyer aulcunes debtes desquelles debtes iceluy futur espoux promet dès à présent les acquiter combien qu’icelle future espouse y eust parlé et feust personnellement obligée, en laquelle communaulté n’entreront les debtes passives si aulcunes se trouvent deues par l’un ou l’autre des futurs espoux auparavant leur bénédiction nuptiale, ains seront payées et acquitées sur les propres par le fait duquel ou de ses autheurs elles se trouveront deues ou créées, mesme paiera ledit futur espoux sur son propre le prix de l’office de seneschal dudit Craon duquel il a dit avoir accordé, lequel office luy demeurera en ce faisant son propre et des siens, ensemble les deniers qui proviendront de la consignation ou résignation d’iceluy sur lesquels et autres ses propres il a constitué et assigné douaire à ladite future espouse, iceluy advenant suivant la coustume de ce pays et duché d’Anjou, ce qui a esté respectivement stipulé et accepté par les parties, à quoi tenir faire et accomplir despens dommages et intérests en cas de default se sont lesdites parties respectivement obligées et obligent elles leurs hoirs etc renonçant etc foy jugement condemnation etc fait et passé audit angers maison desdits sieur et dame de Fontenelles en présence de Julien Hullin escuier sieur de la Fresnaye procureur fiscal dudit Craon, nobles et discrets frère Jehan Hullin religieux à st Aubin de Château-Gontier, Gabriel Hullin religieux à Toussaint de ceste ville, Me Mathurin Jourdan sieur de la Chesnaye contrôleur au grenier à sel de Craon, Me René Rousseau sieur de la Grand Maison, Me René Rousseau sieur du … recepveur des tailles en l’élection de Lavail …, Pierre Lenfantin sieur de la Touche Baron son oncle, Jehan Lenfantin fils dudit sieur de la Tousche, François Guerin sieur de la Roche, Pierre Hunault sieur de la Hée, Me Nicollas Chevalier sieur de Maulny ? … , Me Pierre Ayrault conseiller du roy président … en ceste ville, noble homme Guillaume M… … du roy audit siège … , noble homme Mathurin Avril sieur de Montceil…, Me Claude Chevrolier conseiller au siège …, Pierre Oll… sieur du Chaneau ?, Me Marin Jamer sieur de Rich…, Sébastien Eveillard sieur du Boispillé, Pierre Goureau sieur du …, Pierre Grudé sieur de la Jochetrye, messire Charles Duch…. sieur de la Bachetière gouverneur pour le roy…, noble homme Jehan Poulain sieur de Jugue ?, Jacques Constantin sieur de M…, Me Loys Chevalier sieur de Marny ?
    j’ai bcq de mal avec tous ces noms propres, alors je vous mets la page entière pour que vous les reconnaissiez et nous en fassiez part. Merci d’avance.

    Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog