Beaucoup de distractions et blancs dans les actes de baptême : Ménéac 1587

Je poursuis ma retranscription des baptêmes de Ménéac, mais je suis effondrée par la qualité de ce registre, et surtout par le sérieux des prêtres. Je vous mets demain une très longue et fort triste analyse, qui me laisse très ahurie de ce que je découvre. J’ai dû lire plusieurs travaux sur les prêtres en Bretagne à cette époque etc… tant je tombais de haut, habituée à des registres mieux tenus. Donc demain je vous livre une analyse sanglante.

En attendant ma très longue analyse demain, voici un petit avant-gout. Ici, le prêtre prend tellement le prénom du parrain qu’il attrape du même coup son patronyme. Je précise que vous avez un tilt sur ce patronyme pour le N, ce qui est tout à fait autorisé et lisible. Enfin, vous voyez qu’il se reprend ensuite et que nous avons le patroyme du père, alors que dans l’immense majorité de ces baptêmes jamais le patronyme du père n’est repris dans la mention « fils » uniquement suivie du seul prénom du père;

1587.08.26  « Jean Durant fils Thomas Destaye et Jacquette Trillart parrain Jehan Durant Yvon … marraine Renée Trillart »

 

Pierre Urvoy, né à Ménéac le 28 décembre 1603, ne peut pas être l’époux de Perrine Pirio

Cliquez sur le titre de l’article pour le lire pleine page

Mon relevé exhaustif des années 1600-1625 de Ménéac, que je vais prochainement mettre en ligne, donne :

Pierre URVOY †Ménéac 9 juin 1650 x /1615 Perrine PIRIO

1-Jean URVOY °Ménéac 3 décembre 1615 « baptisé Jean Urvoy fils Pierre et Perrine Pirio parrain dom Jean Leduc Michel Jouhier marraine Roberde Urien ? »

2-François URVOY °Ménéac 23 octobre 1617 « baptisé François Urvoy fils Pierre et Perrine Pirio parrain François Pirio marraine Olive Guillemot [qui a épousé Jean Ponnic avant 1613] »

3-André URVOY °Ménéac 23 mars 1624 « baptisé André Urvoy fils de Pierre et Perrine Pirio, parrain Gilles Baudouain, marraine Andrée Lemercier » †Ménéac Ville-ès-Feuves 24 octobre 1680 x1 Geffline GASTEL [les sépultures des années 1647-1650 sont des pages très mangées par les souris, donc beaucoup d’actes manquants] x2 Ménéac 28 février 1650 Jacquemine EILLART Dont postérité suivra

4-Olive URVOY °Ménéac 25 octobre 1627 « baptisé Olive fille de Pierre et Perrine Pirio, parrain Olivier Eilard marraine Jeanne Lucas » †Ménéac 16 avril 1698 x Ménéac 9 février 1656 « mariage Mathurin Barbe et Ollive Urvoy en présence de dom Jean Urvoy, Pierre Oreal, Julien Lemercier, François Eillart, Olivier Gicquel »  Mathurin BARBÉ dont Pierre °1657 et Jeanne °1660

le Pierre URVOY né en décembre 1603 ne peut pas avoir eu un enfant en 1615 de Perrine PIRIO, car voici ce que ceux qui font du POINT par POINT donnent fautivement comme ascendants de l’époux de Perrine Pirio :

Thomas URVOY °ca 1561 †Ménéac 14 mars 1640 x ca 1587 Perrine POSNIC °ca 1565 †Ménéac décembre 1611

1-Julien URVOY 1589-1609

2-Guillaume URVOY °Ménéac 15 août 1599 †1670

3-Pierre URVOY °Ménéac 28 décembre 1603 [qui ne peut pas être celui qui épouse Perrine Pirio car un enfant en 1615]

Raoullette LEMERCIER voulait un fils Pierre : elle avait une méthode. Ménéac 1601

Cliquez sur le titre de l’article pour le lire pleine page

Nous avons souvent rencontré cet acharnement sur un prénom, et j’ai même vu 6 fois de suite le même prénom, pire, le fils aîné ensuivant s’y met lui aussi, prenant la relève ! C’était au Loroux-Bottereau.

Ici, à Ménéac, Raoullette Lemercier a une recette bien à elle, assez exceptionnelle, et je me permets de vous la laisser découvrir :

Mathurin GUILLEMOT x /1601 Raoullette LEMERCIER

1-Pierre GUILLEMOT °Ménéac 28 février 1601 « baptisé Pierre Guillemot fils Guillaume et Raullette Lemercier parrain Jean Jouhier Pierre Pirio marraine Perrine Herve »

2-Pierre GUILLEMOT °Ménéac 26 février 1603 « baptisé Pierre Guillemot fils Guillaume et Raullette Lemercier parrain parrain Lucas Jean Portier marraine Jeanne Galliot »

3-Guillaume GUILLEMOT °Ménéac 10 décembre 1604 « baptisé Guillaume Guillemot fils Guillaume et Raoulette parrain Robert Rouxel et Geffroy Galliot marraine Guillemette Piocq »

4-Jeanne GUILLEMOT °Ménéac 21 juillet 1607 « baptisé Jeanne Guillemot fille Guillaume et Raoullette Lemercier parrain dom François Pinel prêtre marraine Jeanne Tallart Catherine (blanc) »

5-Pierre GUILLEMOT °Ménéac 27 février 1610 « baptisé Pierre Guillemot fils Guillaume et Raullette Lemercier parrain Michel Lemercier et Robert Esnaud marraine Marie Chachebeult »

6-Mathurin GUILLEMOT °Ménéac 21 mai 1612 « baptisé Mathurin Guillemot fils Guillaume et Raoullette Lemercier parrain noble homme Mathurin Boschier marraine Julienne Pichonnet »

7-Jacquemine GUILLEMOT °Ménéac 17 mars 1615 « baptisé Jacqemine Guillemot fille Guillaume et Raullette Lemercier parrain Jouasin Portier marraine Jacquemine Guillemot »

Eh oui, elle s’y reprenait toujours à date fixe ! Quand j’ai tappé cela, j’ai bien cru voir double, et bien entendu j’ai foncé vérifier sur le registre si ma première frappe de mon dépouillement exhaustif était fautive. Non, c’est Raoullette qui travaillait à date fixe.

Gillette Peruchot (Ménéac 1615-1684) s’est mariée 2 fois : à Pierre Androuet puis à Fleury Elie

Cliquez sur le titre de l’article pour le lire pleine page

Je vais bientôt vous mettre ici mon relevé exhaustif des baptêmes de Ménéac (56) de 1600 à 1625 inclus. L’avantage d’un relevé est d’éliminer le « point par point » qui est source de nombreuses erreurs, surtout dans un registre comme celui de Ménéac où mariages et sépultures sont presque tous sans filiation ni autres mentions utiles.

Ainsi, des Pierre Androuet, en veux-tu, en voilà, mais des Gillette Peruchot il n’y en a qu’une. Donc, ceux qui avaient cru que le Pierre Androuet inhumé à Ménéac le 11 décembre 1679 était l’époux de Gillette Peruchot se sont fourvoyés. Car, selon toute vraisemblance, compte-tenu qu’il n’y a qu’une Gillette Peruchot, Pierre Androuet est celui qui est inhumé à Ménéac le 11 mai 1638. Ni cette sépulture, ni le mariage de Gillette Peruchot et Fleury Elie ne sont filiatifs ni accompagnés d’une petite mention quelconque.

Je tiens donc ma certitude dans le fait que mon dépouillement exhaustif des années 1600-1625 ne donne qu’une unique famille PERUCHOT et que leur fille Gillette est unique à Ménéac à porter ce nom. En outre Gillette Peruchot donne 2 enfants à Pierre Androuet puis s’arrête et recommence après le mariage avec Fleury Elie.

Voici donc ce que je conclue pour les PERUCHOT de Ménéac :

Jean PERUCHOT x /1612 Roberde ANDROUET

1-Perrine PERUCHOT °Ménéac 19 août 1612 « baptisé Perrine Pesruchot fille Jean et Roberde Androuet parrain Pierre Areart marraine Perrine Androuet »

2-Gillette PERUCHOT °Ménéac 5 avril 1615 « baptisé Gillette Peruchot fille Jean et Roberde Androuet parrain Julien Herve marraine Marie Bernard marraine Gillette Peruchot » †Ménéac 30 mars 1684 x1 ca 1634 Pierre ANDROÜET °Ménéac 12 janvier 1609 †Ménéac 11 mai 1638 Fils Guillaume et Jacquemine Rouxel x2 Ménéac 7 mai 1644 Fleuri ELIE Dont postérité suivra

3-Pierre PERUCHOT °Ménéac 20 septembre 1617 « baptisé Pierre Pesruchot fils Jean et Roberde Androuet parrain Pierre Pinel marraine Perrine Herve »

4-Jeanne PERUCHOT °Ménéac 23 mars 1624 « baptisé Jeanne Peruchot fille Jean et Roberde Androuet parrain Jean Gastart marraine Jacquemine Herve et Mathurine Josse »

 

Et comme vous l’avez deviné, les PERUCHOT pourraient bien me concerner, mais je dois encore et encore faire passer mon peigne fin partout sur le registre.

 

Fête de la translation de Saint Malo : Ménéac, le 11 juillet 1617

Cliquez sur le titre de l’article pour le lire pleine page
On trouve mention de cette fête sur la page SAINT MALO du site INFOBRETAGNE.

Je suis née un 11 juillet, aussi cette mention de fête à Ménéac le 11 juillet 1617 a fait tilt, et j’ai immédiatement cherché, pour constater qu’autrefois les fêtes et occasions de fêtes étaient bien plus nombreuses qu’aujourd’hui.  Voici donc la translation du corps de Saint Malo, le 11 juillet :

1617.07.11 HERVE Jacques « fils Me Raoul Herve et Anne Meance parrain Me Jean Meance Jean Syaire marraine Jacquine Meance, le mardi jour de fête de monsieur Saint Malo »

 

Gabriel de Montbourcher avait droit au qualificatif « haut et puissant seigneur » : Ménéac 1613

 

Ménéac habrite plusieurs familles nobles plus ou moins apauvries, telles que Michel Nassiet les étudie dans son ouvrage Noblesse et pauvreté. Les prêtres de Ménéac utilisent le plus souvent le qualificatif « noble homme », pourtant parfois pour certains le qualificatif « écuyer » qui est le seul qualificatif ailleurs pour désigner un noble, mais ici, il utilise le titre de seigneur manifestement plus élevé que les autres « haut et puissant seigneur ». D’ailleurs c’est un baptême retardé pour attendre le parrain, alors qu’à Ménéac, dans ce que j’ai déjà relevé, on rencontre peu ce délais toléré autrefois chez les puissants.

1613.09.16 MONTBOURCHER (de) Guyonne « fille de noble et puissant Gabriel de Montbourcher et dame Françoise Massuel seigneur et dame de Tremeneuc Belouan parrain noble et puissant Jean d’Avaugour seigneur du Bois de la Motte la Grée etc marraine dame Guyonne de Tremeyon dame de Pozé Tremigon etc, et fut ladite Guyonne de Montbourcher née environ midy jeudi 30 mai »