Jean Fourmont : le premier ferblantier à Laval en 1760

Ma ville, Nantes, vient de perdre sa ferblanterie GUILLOUARD, fabricant d’articles ménagers en ferblanc. Ainsi, toute une partie de l’histoire du ferblanc à Nantes s’en va.

Relisant ces temps ci l’ouvrage de Frédérique Pitou, Laval au XVIIIème siècle, Marchands, artisans, ouvriers dans une ville textile, Société d’Archéologie et d’histoire de la Mayenne, Laval, 1995, p. 210

Je découvre un patronyme qui m’est bien connu FOURMONT, dont Jean, au parcours bien incroyable en 1760, lisez plutôt :

Rôle des communautés dans la réception de nouveaux maîtres : … Julien Fourmont, qui a exercé en de nombreuses villes, Angers, Lyon, Paris, son métier de ferblantier, « qui s’est même transporté dans le royaume d’Angleterre et dans la ville de Londres où se fait beaucoup de ces sortes d’ouvrage » souhaite s’installer à Laval dont il est originaire ; comme il n’y a pas de maître de ce métier, il a prié plusieurs bourgeois qui l’ont fait travailler de certifier sa capacité. Comparaissent un marchand-tanneur, un marchand de draps, un notaire, qui témoignent en sa faveur et ajoutent « qu’il est intéressans pour le bien public d’avoir des ouvriers dudit métier dans cette ville »

Réception de J. Fourmont comme ferblantier, 22 février 1760, AD53 B 865

Sur mon site, vous trouvez beaucoup de pages relatives aux métiers du fer :
Histoire de la quincaillerie
Forges de la Sauvagère
La route du clou
Les métiers de la forge
Histoire de la famille GUILLOUARD
Histoire de la famille FOURMONT

le nouveau site de GUILLOUARD qui n’est plus à Nantes, et a conservé la référence à Nantes non contant de garder le nom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *