Il y a un siècle la première pompe à essence arrivait en France, remplaçant les bidons

En vous écrivant ces lignes, je souhaite vous exprimer mon grand regret que nous ayons tous oublié en 2020 le centenaire de la pompe à essence. Nous ne pouvons pas ouvrir un média papier ou télé sans qu’on nous rabache pétrole, gaz… mais cet histoire du pétrole pour les sacro saintes voitures, on l’a oubiée !!!

En 1979 j’achetais l’ouvrage de J.A. Grégoire « Vivre sans pétrole » et depuis je l’ai relu plusieurs fois, tant je crois l’histoire du pétrole sous-estimée par les écologistes en voiture. Certes, depuis 1979 on a trouvé du pétrole dans des lieux que J.A. Grégoire ne connaissait pas encore, mais les utilisateurs se sont multipliés bien plus vite et le pétrole est devenu en 2022 un enjeu mondial.
Vous avez sur mon blog depuis 2013 quelques voitures les plus anciennes du département de Loire Atlantique : Darracq et Cie, Chenard et Walcker, et autres innombrables fabricants de voitures du début du 20ème siècle
Sachant que la première pompe à essence en France date de 1922, et encore toutes les villes n’ont pas eu immédiatement des pompes à essence partout, pire Donges, première raffinerie installée en France n’a été programmée qu’en 1928, alors voici comment ces anciennes voitures s’approvisionnaient en essence .
L’essence arrivait en France par bateaux à Bordeaux puis les bateaux qui faisaient la navette entre les ports acheminaient au port de Nantes les fûts commandés par les drogueries. Car la droguerie ne vendait pas que de la térébenthine et de l’huile de pin, aussi arrivant par la même voie, mais aussi l’essence. Je vous avais parlé sur mon blog de la droguerie MARTINETTI  pour l’huile de pin et la térébenthine, mais je n’avais pas alors encore compris le commerce de l’essence qui était livrée en fûts de métal bien entendu.
Née en 1938, j’ai connu et même joué près de ces vieux fûts rouillés, abandonnés et j’ai une photo de mon enfance près de ces fûts, qui atteste de ce commerce de l’essence jusqu’à l’arrivée des pompes à essence.
A Nantes, il y avait environ 12 drogueries et voici celle qui importait les fûts d’essence, la droguerie MARTINETTI située sur les quais, elle possédait chevaux pour aller chercher les fûts et surtout pour les livrer, car elle livrait loin, même voici ce que j’ai trouvé sur Internet, une trace de livraison jusqu’à Montaigu en 1917, dans les dernières années avant l’apparition des pompes à essence. Et les fûts rouillés dont je me souviens étaient chez FAGAULT à Guérande, donc avant l’apparition de la pompe à essence, FAGAULT livrait la presqu’île en essence.
Donc, après l’apparition des pompes à essence, le commerce ne fut plus tout à fait le même, car le commerce en gros des fûts d’essence rapportait.
Aujourd’hui on ne parle plus de fûts d’essence, mais on parle de baril, car nous copions tout le vocabulaire anglo-saxon. Donc, aujourd’hui le baril est un petit tonneau de 159 litres qui mesure 50 cm de large sur 80 cm de haut.

Cette vue est extraite de la Presse en ligne sur le site des Archives Départementales et montre une livraison de fûts à Martinetty. Les bateaux de navette entre Bordeaux et Nantes étaient alors fréquents, et c’est bien le moyen de transport qui a le plus disparu de nos jours.


Sur cette photo de la droguerie MARTINETTI vous voyez non seulement les fûts et les chevaux mais regardez bien l’un des commis porte un fût sur les épaules. Je suppose que c’est un fût vide pour la pose car je pense bien qu’il fallait s’y prendre autrement pour manipuler et porter les fûts.

Voici ce que j’ai trouvé sur Internet ces temps-ci, qui est un vieux papier sur un site de vente de vieux papiers, et qui illustre une livraison jusqu’à Montaigu.

En 1901, la plupart des maisons de Guérande n’ont pas de fosse d’aisance

Le siècle qui vient de s’écouler a vu tant de changements que beaucoup ignorent même l’existence de fosses d’aisance, croyant que l’égout a toujours existé. Il n’en est rien, et même en 2022, une ville comme Nantes n’a pas encore mis tous les Nantais à l’égout.
Je vous mets, pour mémoire, comment on a fait pendant des siècles dans toutes les villes, et d’ailleurs à Nantes comme à Guérande : tout à la rue.

Ce qui suit est en ligne sur le site des Archives Départementales de Loire-Atlantique, série des Délibérations municipales. Voici donc Guérande en 1901 :

Session d’août 1901
Maisons particulières, établissement de fosses d’aisances.
Mr le Maire expose au conseil que maintes fois, son attention a été appelée sur la malpropreté des rues de la ville occasionnée en grande partie par le défaut de fosses d’aisances dans la plupart des maisons de la ville, ce qui obligeles les habitants à jeter le soir, sur la voie publique, les matières fécales. Pour obvier à cet état insablubre, il conviendrait d’obliger les propriétaires de maisons, situées dans la ville, à construire des lieux d’aisance.
Le Conseil, reconnaissant ces plaintes fondées, invite Mr le maire à prendre des mesures pour les faire cesser.
A cette occasion, un membre demande que l’agent voyer fasse faire des fouilles dans la rue de Saillé pour y constater l’état du caniveau souterrain qui, dit-on, part de la rue de Pellan suit la rue de Saillé pour aboutir en dehors de la ville.
Après s’être rendu compte de ce caniveau, on pourrait peut-être s’en servir comme égout.
Le conseil, approuvant cette demande, autorise Mr le Maire à mettre à la disposition de Mr l’agent voyer une somme de 200 francs pour faire les frais auxquels les fouilles en question pourront donner lieu.

Voir mes cartes postales de Guérande sur mon site

 

Les merveilleux dessins du vieux Nantes du Dr Alcime Sinan

Le docteur Alcime Sinan (1875-1947) aimait dessiner les anciens monuments, et je me demande comment il faisait puisque les monuments qu’il dessine étaient disparus depuis longtemps avant lui. Il a publié 2 ouvrages, l’un sur Nantes, l’autre sur Châteaugontier. J’ai 2 iconographies de lui, tirées de son ouvrage sur Nantes et vendues comme iconographies sous verre à son époque. Je vous laisse admirer ses 2 magnifiques dessins.

Nantes : Tour et Pont de Pirmil La tour, dernier vestige du château de Pirmil a disparu en 1839

Nantes : le château et l’ïle de la Sausaye (aujourd’hui Île Feydeau) l’île Feydeau s’appelait île de la Saulzaie jusqu’en 1721, et l’orthographe avec le S provient manifestement de sa prononciation car le LZ se prononce S

L’ouvrage qui a été publié est : Le vieux Nantes qui s’en va : ses transformations successives : orné de 300 dessins de l’auteur / Dr Alcime Sinan

 

 

 

Comment respirer cet hiver avec nos appareils Resmed ou Philips contre l’apnée ,

Je viens d’apprendre l’existence du site d’information sur les tensions du réseau d’électricité et/ou coupures de courant et on peut s’y insrire pour avoir par SMS une information sur les coupures

et je viens de m’y inscrire

Je viens de lire le forum allemand sur les pannes d’électricité sous traitement de l’apnée, et je dois en conclure 2 choses : 1/on se réveille – 2/en Allemagne les pannes d’électricité doivent être plus fréquentes qu’en France, car les victimes de pannes de courant sont nombreuses sur le forum. 

Je lis chaque jour le FRANKFURTER ALLGEMEINE journal allemand et j’échange avec des amis Allemands, et je sais qu’ils ont foncé sur l’achat d’appareils électriques de chauffage, et ce en grande quantité. Donc, je suis certaine que l’Europe, qui est connectée en énergie, aura des coupures cet hiver et que cela peut être de nuit.

Je viens de laisser un message au ministre de la Santé pour qu’ils nous disent (nous sommes 1 million de Français équipés de la VPC contre l’apnée) comment faire, car je ne peux pas dormir sans ma machine, sinon j’étouffe, donc j’ai dormi autrefois durant 19 ans dans un fauteuil.

Ceci dit, je sais que quand on a plus d’air on se réveille car autrefois, quand j’avais une baignoire et travaillait trop, je me suis endormie dans la baignoire, et je certifie qu’on se réveille immédiatement.

Selon moi, le minimum est que le Ministre de la Santé nous écrive et donne des directives et surtout qu’il exige d’EDF de prévoir une alerte par téléphone portable. Je dors toujours avec mon portable près du lit, et je demande à être alertée par un système d’EDF. Ensuite, je me demande bien comment je pourrai me rendormir autrement qu’assise dans un fauteuil, ne sachant pas combien de temps la panne durera….

Photo de mariage à identifier : photographie de Georges Tillé 6 rue de la Sèvre à Pont-Rousseau

J’ai dans le fonds de mes ascendants Guillouard-Audineau une belle photo de mariage qui ne concerne ni la famille ni les amis de la famille, et je suppose qu’elle concerne la « soeur de lait  » de ma grand-mère Aimée Audineau fille de Charles Audineau boulanger rue Contrescarpe à Nantes et Aimée Guillot sa femme. En effet, dans la famille, et jusqu’à ma génération qui fut directement élevée par ma maman, les enfants étaient placés en nourrice, même ceux de ma grand-mère.

Je viens offrir cette photo à ceux qui s’identifieront descendants de ce couple inconnu de moi, mais vivant manifestement à Pont-Rousseau et marié dans les environs des années 1911 car Georges Tillé demeurait 6 rue de la Sèvre dans les années 1911 à Pont-Rousseau.

La photo mesure 105 x 162 mm c’est dire qu’elle est assez grande comme une carte postale environ, mais elle est sur carton bien plus rigide et pouvait être posée sur un meuble en portrait de famille.

Guillaume Forest marchand nautonnier à Angers vend un pré à Saint Jean des Mauvrets (49), 1522

Il y a tout juste 5 siècles !  Le transport fluvial est important, et ce jusqu’à l’arrivée du train, donc il y a beaucoup de nautoniers. Le nautonier est alors un patron qui ne se contente pas d’être un transporteur, comme c’est le cas de nos jours. Autrefois le nautonier était un véritable marchand qui achetait la marchandise, la transportait et la revendait. Et je vous l’accorde le terme « nautonnier » est du vieux français. Mais vous allez voir qu’il est bien dit « marchand nautonnier », donc c’est bien un marchand avant d’être un transporteur.
Le pré qu’il vend est situé à Saint-Jean-des-Mauvrets où je remonte mon ascendance GUILLOT mais je les remonte pas si haut dans le temps, seulement jusqu’en 1613.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E121 – Voici sa retranscription  :

Le 19 juillet 1522 en la cour du roy notre sire à Angers personnellement estably Guillaume Forest marchand nautonnier demeurant en la paroisse de Lesvière lez Angers ainsi qu’il dit soubzmectant etc confesse avoir aujourd’huy vendu et octroié et encores vend et octroie dès maintenant et à présent à toujoursmais perpétuellement par héritage à Jehan et Jehan et Mathurin les Cheroz enfants mineurs d’ans de deffunt Micheau Cherot et Marie Guerin sa femme leurs père et mère ladite Marie leur mère stipulant pour lesdits mineurs paroisse de Saint Jehan es Mauvretz qui a achacté pour lesdits mineurs et pour ceulx qui d’eulx auront cause la tierce partie par indivis de tout tel autre droit action part et portion que ledit vendeur avoit et pouvoit avoir en une ousche contenant 3 boisselées de terre ou environ avecques les fruitières et vollières estans en ladite ousche ses appartenances et dépendances assise en la paroisse de St Mathurin sur le Louere joignant d’un cousté à la terre de Laurens Angelus et d’autre cousté à la terre des Jubeaux aboutant d’un bout à la rivière de Loire la levée entre deux et d’autre bout (blanc), ou fye de Beaufort et tenu de là aux debvoirs anciens et accoustumez et ce pour tous debvoirs et charges quelconques ; transportant etc (f°2) et est faite ceste présente vendition pour le prix et somme de 12 livres tournois de laquelle somme ladite achactereses en a payé baillé et nombré contant en notre présence et à veue de nous audit vendeur la somme de 100 sols tz que ledit vendeur a euz prins et receuz en monnaie blanche dont ledit vendeur s’en est tenu par davant nous à bien payé et content et en a quité et quite ladite achacteresse stipulante susdite et le surplus de ladite somme qui sont 7 livres tz ladite achacteresse a promis doibt et sera tenue payer et bailler audit vendeur dedans ung an prochainement venant à la peine de tous intérestz, et confesse ladite achacterresse que les deniers de ce présent achact est l’argent desdits mineurs et non des siens et a promis ledit vendeur faire lyer et obliger Jehanne sa femme à ce présent contrat et iceluy luy faire avoir agréable et en rendre et bailler à ses despends lettres vallables de ratiffication …