L’Ouest-Eclair, édition Nantes, 11 novembre 1918

Depuis le 4 novembre 2018, je lis chaque matin le journal des jours qui précèdent l’Armistice. Voici ce que je note dans le journal du 11 novembre 1918. Il s’agit de presse écrite de l’époque, donc les nouvelles sont celles connues la veille, et je vous mets donc le 12 ce qui concerne l’armistice.

L’abdication du Kaiser, a eu des nostaliques et et vous avez sur youtube la marche des nostaliques : wir wollen unseren alten Kaiser Wilhelm
et vous avez le texte sur le lien
Cette marche n’est pas interdite sur Youtube et elle est au répertoire de Heino, chanteur allemand populaire.
De nos jours les chants nazis sont interdits en Allemagne, et je confirme qu’ils sont censurés sur Internet : il existe des services de surveillance. Si j’ajoute ces lignes c’est que la revanche de la défaite Allemande a beaucoup conditionné Hitler après 14-18. La marche que je cite ne semble pas interdite.

EN ATTENDANT L’ARMISTICE
LE DÉLAI DE 72 HEURES SERA-T-IL PROROGÉ ?
Spa, 10 novembre. (Officiel.). Le courrier allemand est arrivé ce matin à 10 heures ou C. Q. C. allemand.
IL EST POSSIBLE qu’en raison du retard causé par des circonstances matérielles apportées au voyage du courrier allemand, LE DELAI DE 72 HEURES fixé pour la réponse aux conditions qui expire demain lundi à 11 heures, SOIT PROROGÉ.
CETTE PROROGATION peut être RENDUE NÉCESSAIRE par les événements qui se déroulent en Allemagne.
Comment le courrier allemand arriva à Spa aussi tardivement
PARIS, 10 novembre. – Voici, d’après la Liberté, quelques détails sur le voyage mouvementé du courrier allemand :
Le courrier, capitaine Eidorff, faillit être tué par des obus boches et il fallut recourir à de nombreux échanges de télégrammes sans fil, avec le G. Q. G. de Spa pour obtenir la cessation du feu allemand. Samedi matin, les parlementaires trouvant la situation à la fois ridicule et dangereuse, cherchèrent le moyen de désembouteiller leur courrier et suggérèrent l’idée de le faire transporter à Spa en aéro. Notre commandement n’y vit aucun inconvénient et s’offrit à fournir le véhicule aéiren à la condition, évidemment, que le haut commandement allemand s’engagerait à ce qu’aucun tir ne serait pratiqué contre notre appareil. Par T. S. F. on prévint le G. Q. G. Flamand. Sa réponse ne se fit pas attendre. Elle disait en substance :
« Nous accordons le libre passage à l’aéro français qui amènera notre courrier et allons donner des ordres pour qu’il ne soit visé par aucun de nos appareils de tir aérien. Il devra pour être reconnu, porter deux flammes blanches très apparentes. » Mais soit défaut de liaisons rapides entre le G. Q. G. allemand et les unités du front, soit fléchissement de la discipline, les canons allemands continuèrent à encadrer de leus obus le malheureux courrier. Pendant ce temps, un avion français était préparé et son pilote était invité à se tenir prêt à partir. A ce moment, un nouveau radiotélégramme du G. Q. G. allemand arriva. Il annonçait que les ordres de cessation du feu donnés aux batteries tirant sur la route de La Capelle allaient être exécutés et que le capitaine Eidorff pourrait partir en auto. Presque aussitôt, en effet, les canons allemands se taisaient et le capitaine Eidorff prit la direction de Spa.
Partout on s’apprête à fêter l’armistice
PARIS. 10 novembre. DANS TOUTES LES VILLES DU NORD DE LA FRANCE on s’appréte à fêter l’armistice AVEC UN ECLAT TOUT PARTICULIER.
A CALAIS, à BOULOGNE, à DUNKERQUE notamment. la cessation des hostilités sera annoncée à la population par des salves d’artillerie, des sonneries de cloches et même par des appels des sirènes qui tant de fois semèrent l’alarme mais qui AUJOURD’HUI FERONT ENTENDRE LEUR VOIX pour célébrer le triomphe de la cause du droit.

Enfin, n’oubliez pas que j’ai sur mon site le carnet de guerre de mon grand père Edouard Guillouard, avec les photos de son lieutenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *