Est-il possible que les jumelles aient un jour de différence : le cas des soeur CARIS, Le Loroux-Bottereau 1687

Je trouve une chose curieuse sur la vue 64 de l’année 1687 au Loroux-Bottereau, car le même couple a 2 filles à 24 h de différence, comment est-ce possible ? car j’ai bien relu les 2 actes et chacune est bien notée « née ce jour » et les jours sont biens le 11, puis le 12, et même un autre acte entre les deux.

° 1687.12.11 CARIS Laurence « fille de Michel Caris et Renée Marchais, parrain Louis Giraud, marraine Laurence Caris – vue 64 »
1687.12.12 PINET Guillaume « mari de Marie Loquet de la Sauvagère, présents René Pinet, Julien Pinet, Julien Littou – vue 64 »
° 1687.12.12 CARIS Jeanne « fille de Michel Caris et Renée Marchais, parrain vénérable et discret Bertrand Jouis, marraine h. femme Jeanne Nipon – vue 64 »

13 réponses sur “Est-il possible que les jumelles aient un jour de différence : le cas des soeur CARIS, Le Loroux-Bottereau 1687

    1. Bonjour
      Oui, mais je me demande jusqu’à quelle heure du soir on pouvait se rendre à l’église en plein mois de décembre, jours les plus courts, chemins longs au Loroux, et non éclairés, pas plus que l’église. C’est une paroisse très étendue, avec une église qui n’est pas centrale, donc certains faisaient plus de 7 km aller et autant retour.
      Ne pensez vous pas que lorsque les jours étaient courts, on ne se déplaçait que de jour ? Je me le demande bien !
      Merci de votre commentaire
      Bon confinement
      Odile
      je viens de débuter dans la WEBCAM pour mes proches, mais c’est tout juste si Skype voulait de mon âge !

  1. Il faut garder à l’esprit que ce sont des actes de baptême, non de naissance. Une première naissance en soirée puis en pleine nuit, peuvent expliquer ce cas.

    1. Bonjour
      Merci de votre commentaire.
      Je tiens cependant à vous préciser que les actes de baptême sont des actes de naissance, car le droit canon obligeait le baptême immédiat, dans moins de 3 jours, et on enveloppait immédiatement l’enfant juste nouveau né et la marraine et le parrain l’amenaient dans leurs bras jusqu’à l’église, parfois jusqu’à 7 km de distance, et ce quelque soit le temps. La mortalité infantile avait beaucoup de causes diverses, dont celle-ci, car en plein hiver ou pleine pluie sans parapluie à l’époque le malheureux nouveau né découvrait la violence du climat.
      Le prêtre, le plus souvent, et c’est ici le cas, disait même « né ce jour » ou « né hier » et même souvent précisait soir ou matin.
      Après avoir vu sur internet que les naissances différés de jumeaux n’étaient pas un phénomène si exceptionnel, je sais désormais qu’elles ont 24 h de différence.
      Et puis, il m’est venu cette nuit à l’esprit que j’avais une petite nièce sage-femme depuis quelques années, alors je vais lui parler de ces naissances différées de jumeaux, car elle a certainement appris la question.
      Bon confinement
      Odile

  2. Il me semble me souvenir que la « distanciation » des dates de naissance des jumeaux venait d’une possibilité bizarre de dates d’ovulations différentes ?

  3. ( Ces soeurs Caris étaient sans doute des jumelles dyzigotes …ne partageant pas le même placenta leur santé n ‘ a pas souffert de l’intervalle de 24 heures entre leurs naissances .)

  4. Et je trouve cette fois 11 jours de différence toujours au Loroux-Bottereau, suivi du décès de la mère, puis celui des jumelles :
    ° 1682.03.04 MARIOT Perrine « fille née d’hier de Pierre Mariot et Michelle Chauvet parrain Gilles Chauvet mari de Louise Esmeriau, marraine Jeanne Mariot fille non mariée d’Anthoine et defunte Renée Douezye – vue 10 »
    ° 1682.03.14 SORICE Michel « fils de Julien Sorice et Renée Pineau, parrain Michel Pineau non marié, marraine oelle Pineau aussi non mariée – vue 10 »
    ° 1682.03.14 MARIOT Renée « fille née ce jour de Pierre Mariot et Michelle Chauvet, parrain Antoine Mariot marraine Perrine Mariot – vue 11 »
    † 1682.03.15 Michelle CHAUVET « femme de Pierre Mariot, de la Bretonnière, 31 ans, présents Jean Poisson, Antoine Mariot – vue 11 »
    † 1682.03.16 MARIOT Perrine et Renée « filles de Pierre et Michelle Chauvet – vue 11 »
    Odile

  5. Bonjour Madame Halbert
    Comment allez vous ?
    Pour la naissance de jumeaux voulez vous aller voir sur le registre de saint gille vieux marché ..année 1614 1668 vue 66 la naissance de jumeaux de jacques doisseau et marguerite pasqueraye page de gauche en bas et page de droite en haut.j ai du mal à lire la date de naissance mais il semble bien qu elle soit differente.mais j ai déja rencontrer cela dans la famille Saint Pern
    s’agit ild une question d héritage,?
    Amicalement. n de la hardouinais

    1. Bonjour
      J’ai eu du mal à trouver car c’était en fait la vue 67
      Rien n’indique un jour de naissance de l’un ou l’autre.
      Le prêtre avait d’abord écrit 9 avril 1647 pour le premier acte de Jaqcues, puis à rayé le 9 pour écrire en interligne 7
      Et pour le second acte celui de Charles il a aussi écrit 9 avril sans rayer le 9
      Il est probable qu’il ne fait pas y voir de distanciation des naissances, mais une erreur du prêtre.
      Odile

  6. Bonsoir,
    J’avais trouvé cela il y a quelques années déjà. Ce ne sont pas des jumeaux mais des triplés nés à quelques heures d’intervalle. Mais on voit bien que les nouveaux-nés étaient emportés aussitôt nés à l’église, quel que soit le temps !
    Cela devait emporter les plus faibles…
    https://feuillesdardoise.wordpress.com/2016/08/19/une-fille-et-ses-freres-baptises-a-4-heures-dintervalle-seiches-sur-le-loir-1593/
    Bon confinement Madame, portez-vous bien.
    Françoise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *