Carnet de guerre d’Edouard Guillouard 84° RIT : mai-septembre 1917


Edouard Guillouard (carnet de guerre) Fernand Leglaive (appareil photo)

MORVILLE – MASQUES – LUTTE ANTI-AÉRIENNE 

 

1er juin 1917 mardi Visite du capitaine, masques pour les gaz, nous faisons entretenir les jardins et tailler les arbres, c’est le printemps avec ses fleurs, l’aspect a beaucoup changé

[photos ci-contre à gauche : « septembre 1917 St Jacques, appareil Tissot » – à droite « Morville, l’aumonier lançant une grenade »]

2.5 mercredi Nous avons la visite de Mr Faineux qui paye la solde aux officiers et sous-officiers, dont le pauvre Goron

3.2 jeudi La patrouille qui se fait chaque nuit est un amusement, comme il n’y a rien eu, on va la nuit à Fichon comme de jour, malgré les recommandations.

La patrouille sortie à 1 h commandée par le caporal Canié, sergent Goron, marche en tête et reçoit en arrivant à Fichon des grenades boches, repli de la patrouille abandonnant Goron, la patrouille de la 1ère passe et retrouve le casque et la carabine.

On prend les positions d’alerte puis sans moncommandement on retourne à Fichon où on retrouve Goron qui avait été dévalisé par les Boches. On transporte le sergent et on l’envoi à Belleville où il meurt dans la journée. Rapport, relève dans la soirée.

[je comprends pourquoi le jour précédent il était écrit « le pauvre Goron », car je me demandais bien pourquoi ce qualificatif. J’y vois la marque que mon grand-père a recopié après la guerre ses notes quotidiennes et ainsi ajouté un petit commentaire]


4.5 vendredi Remise de décorations, le colonel pas content de l’affaire de la patrouille casse le caporal

5.5 samedi Enterrement de Goron à Belleville

[photos  « juin 1917, Morville, la place de l’église –  « juin 1917, église de Morville » en agrandissant on distingue Leglaive, le photographe qui se fait photographier]

6.5 dimanche Forêt de Facq, messe à la popote

7.5 lundi Messe en Forêt pour Goron, culots d’obus près de la chapelle, départ en permission avec Vetter en camion après Belleville. Dinons à Nancy

8.5 mardi Paris, déjeuner chez Mme Leglaive

9.5 mercredi Arrivée à Nantes 2 h 37

13.5 dimanche Excursion à Préfailles en auto

17.5 jeudi Ascension, Première communion d’Odette, départ de Nantes à 23 h 15

18.5 vendredi Diné près la gare de l’Est avec Chaussé, le frère de Mr Leglaive, Vetter nous rejoint avec son frère

19.5 samedi Retour par Nancy, voiture à Pompey, départ pour les tranchées dans la soirée, Morville

20.5 dimanche Morville, je commande la compagnie. Glorion organise l’ilôt du village, c’est le beau temps, Lecomte

[photo ci-contre : mai 1917, le lieutenant Glorion » dont il est souvent question dans le journal d’Edouard Guillouard. Il ne semble pas avoir barbe et/ou moustache contrairement à la plupart. Il fume un cigare, et c’est la seule photo de tout ce lot qui montre un fumeur, car je suppose qu’il n’était pas facile de s’en procurer.]

21.5 lundi Arrivée de nouveaux sergents Peuch, Vitou, Varo, Hemery

22.5 mardi Retour au cantonnement 24 h de retard Mr Leglaive ne reprend que le 23 le commandement de la compagnie

25.5 vendredi La Patrouille commandé par Charron rencontre les Boches, les repoussent, bombardement du village dont nous organisons la défense, lancement de fusées, mitrailleuses

[la photo ci-contre est un paysage, et Leglaive en a pris plusieurs. Il manifeste ainsi son goût pour la photo, « Mai 1917 Eply vu des tranchées de Morville »]

26.5 samedi Nous sommes félicité par les camarades, le soir Glorion et Vetter vont en patrouille mais aucun résultat

27.5 dimanche Un canon de 37 prépare un emplacement

28.5 lundi Fichon reçoit un sérieux bombardement

29.5 mardi Le canon de 37 vient faire des tirs

30.5 mercredi La période se termine bien, sans incidents

31.5 jeudi Le colonel me promet la croix de guerre

1er juin 1917 vendredi Messe dans la petite chambre du 1er

2.6 samedi Visite du commandant Lochereau, Sacré part en permission, Glorion le remplace à l’ilôt nord

4.6 lundi Relève par le 6e, Mr Eon vient voir et est peu rassuré, le premier peloton va à Mousson, côte très dure, mais le jour tranquille

6.6. mercredi Merveilleuse vue sur les environs et Metz par le beau temps, les hommes travaillent avec le génie aux sapes dans l’église par équipe de 8 h

9.6 samedi Promenade à Pont-à-Mousson, la patisserie, la ville en ruine

10.6 dimanche Messe à Atton, képi rouge, les journées se passent tranquilles mais beaucoup orages

12.6 mardi Remise de décorations par le commandant : Charron, Peuch, Lanhuton, Rambaud, Thibaudeau, Boilard, le commandant et Glorion déjeunent avec nous

13-15.6 Mousson, excercice de tir à la forêt de Facq F.M. et grenades, tout les jours pour les hommes disponibles, Laison des Frains

16.6 samedi Le 2e peleton est à SteGeneviève avec Glorion

17.6 dimanche Messe à Atton avec Mr Leglaive, Fête-dieu

18.6 lundi Déjeuné à SteGeneviève, Sacré de retour part pour la section agricole de Morey le 16

20.6 mercredi Tir d’artillerie de 145, aviation de réglage

21.6 jeudi Nous partons dans la nuit remplacer le 6e, Locord s’excuse et renie ses racontards près le colonel

22-30.6 Morville, repise des emplacements et de l’organisation de la patrouille à Fichon, les boches continuent à envoyer tous les jours une cinquantaine d’obus sur la ferme isolée, du 77, 88, 105 et même 150, mais par ailleurs rien. Les jours et les nuits se passent sans incidents, c’est la belle saison, les jardins de Morville nous donnent des fraises, des castilles, des groseilles, des framboises à notre popote où Glorion sert de tête de turc, Bigeard nous a laché, il n’y a que Carré, mais le bridge continue.

[photo « juin 1917 maison brulee »]

1er juillet 1917 dimanche Mr Leglaive fait des photos

2.7 lundi Nous avons la visite de l’aumonier divisionnaire

3.7.1917 mardi Mr Leglaive apprend par le général Alnaux qu’il est proposé pour la citation au corps d’armée

5.7 jeudi Construction d’un emplacement de F.M. dans le jardin du curé

7.7 samedi Affaire Fouché où de la 8e section Glorion Bloff Bœuf et deux autres Vivien et Gouraud sont cités

9.7 lundi On parle d’une relève prochaine

[photo ci-contre « juillet 1917 Mousson, l’église »]

10.7 mardi Le 20e corps remplace le 33e, le 146e arrive à notre gauche, remplace le 515 de la 88e DI

12.7 jeudi Morville, les officiers du 155e viennent visiter le secteur, départ du capitaine Massé, le capitaine Tardieux intrigue, tous les soirs grande activité d’aviation direction Nancy, Pompey, Fouard

13.7 vendredi Nous quittons sans regret Morville malgré la tranquilité, la relève arrive à 23 h 30, dans cette soirée les avions font rage avec leurs fusées

14.7 samedi Partis à 0 h 30, nous traversons la Forêt de Facq, avions nous survolent, en passant à Loisy un bombardement à Limey, nous arrivons à Marbache (18 km au S. de Morville) vers 6 h, mauvais cantonnement, petit déjeuné sur les cantines, après-midi malgré la fatigue remise de décoration au capitaine Leglaive

15.7 dimanche Messe à Marbache petit pays très agréable sur le bord de la Moselle, les permisions sont parties à 60 %, départ en masse mais on attend au 17 pour le train

[photo ci-contre « Juillet 1917, Sielon agent fourrier »]

19-24.7 Mr Leglaive part ainsi que Glorion, je reste seul à la Cie avec quelques sous-officiers et une trentaine d’hommes dont une partie employée aux travaux agricoles, nous allons chaque jour faire un peu d’exercice

[ci-contre : « Juillet 1917 Marbache »]

25.7 mercredi C’est un peu monotone, je fais popote avec le commandant et le jeune Carré, quelques parties de bridge avec le 2e

27.7 vendredi Retour de Mr Leglaive et Glorion

28.7 samedi Pêche dans la Moselle

29.7 dimanche Promenade à Morey voir Sacré, bonne réception

[ci-contre « juin 1917 Mousson »]

30.7 lundi Départ en permission

31.7 mardi Paris, promenade, visite à Chaussé

1er août 1917 mercredi Arrivé à Nantes, départ Bernerie

2-4.8 Bernerie

5.8 dimanche Préfailles

6.8 lundi Retour à Nantes

7-9.8 Nantes

[ci-contre « juillet 1917 Morville route de Portseille »]

10.8 vendredi Départ de Nantes

11.8 samedi Retour à Monjoie par Toul, capitaine commandant bataillon

12.8 dimanche Messe à Manonville

13.8 lundi Camp de Monjoie, le génie capitaine

14.8 mardi Thiery lieutenant, 20/3 méthode Hébert

« septembre 1917 l’Ache près de la cote de Montjoie »

15.8 mercredi Travaux de sape et terrassement

16.8 jeudi Les effectifs des travailleurs

17-25.8 Installation du cantonnement, nous revoyons nos anciennes tranchées de 1916 Lironville, StJacques, StJean, les travaux marchent bien, la 1ère est installée au cam avec territoriaux, le dimanche le génie fait des match de foot, nous entretenons les meilleurs rapports avec le capitaine Thiery qui nous fait faire une salle à manger

26.8 dimanche La distraction est de venir à la messe à Manonville, Glorion m’emmêne chez Lili, les tirailleurs occupent la contrée
ci-contre : St Jean (légende d’Edouard)

« septembre 1917, route de Manonville »

1er septembre 1917 samedi Arrivée du 2e bataillon à StJacques pour prendre les tranchées, je vois Poupaud, le capitaine Tardieux, coup de main sur Limey-Remenauville

4.9 mardi Nous continuons nos travaux et le génie nous promet qu’il n’y a rien de changé pour nous

5.9 mecredi Le commandant Lochereau part se faire soigner les dents à Toul, Mr Leglaive prend le commandement du bataillon, j’apprends dans la soirée que je suis désigné pour suivre les cours de commandant de Cie à Essey

6.9 jeudi Départ pour Essey-lès-Nancy (35 km S.O. de Manonville, proche Nancy) par Dieulouard, Marbache, le cheval fatigué, nous déjeunons à Pompey, grande appréhension des cours, arrivée à Nancy, promenade à Essey où je trouve le capitaine Desnoyers du 69e

7.9 vendredi Installation à Essey, chambre route des Saulxures, popote 101 grand-rue où je rencontre Thoumason du 95e R.I.T., déjeuné, conférence à 5 h sur l’organisation, promenade, appéritif à Nancy

8.9 samedi Equitation, pavois, organisation


9.9 dimanche Promenade Nancy, rencontre Péault, le capitaine de La Motte

10.9 lundi Cours équitation, le mardi conférences

12.9 mercredi Visite à Art-sur-Meurthe (7 km S. d’Essey), avions de reconnaissance et photos, projections

13.9 jeudi Equitation au Parc, sur le pont de Nancy

14.9 vendredi Cours, conférences

15.9.1917 samedi Déplacement à Velaine, Fraimbois (10 km S.E. de Lunéville), canon de 37, obus de 75, en auto par Luneville, retour à 1 h


16.9 dimanche Promenade, travail en chambre, toujours grande appréhension, mais beaucoup plus rassuré

 

[photo ci-contre « septembre 1917, Drillaud en Julie » Je suppose que c’est Vetter mais je n’en suis pas certaine car je ne sais pas s’il a aussi suivi ce cours]

 

17.9 lundi Equitation, cours, conférences

18.9 mardi Visite au champ d’aviation de Maxeville, plus de 180 appareils, peu d’amabilité des aviateurs

20.9 jeudi Visite à Saiserais section de topographie, croquis, cartes, aviation, chasseurs et observateurs

21.9 vendredi Cours, équitation, conférences

 

[photo ci-contre « septembre 1917 St Jean, service de la voie de 60 »]

22.9 samedi Cours, travail en chambre

23.9 dimanche Travail, messe à St Léon, promenade à Nancy

24.9 lundi Equitation plateau de Maxeville, pavois, descente

25.9 mardi Cours camouflage

26.9 mercredi Plateau de Maxeville

27.9 jeudi Cours, conférence, croquis panoramique

[ci-contre : Nancy, panorama pris de Saint Epvre. Carte postale envoyée le 2.9.1917 par Edouard]

28.9 vendredi Equitation, croquis

29.9 samedi Equitation, capitaine Lediberdière

30.9 dimanche Travail, messe, promenade à Nancy

[ci-contre : « avion Allemand Aviatik DRV 2 mitrailleuses, abattu par nos canons près de Hoéville le 26 septembre 1917 » C’est une carte postale envoyée par mon grand-père à ses enfants et il a écrit  : « un boche qui envoyait des bombes, nous l’avons fait dégringoler. Papa l’a vu tomber »

« juillet 1917 : lieutenant Léonardi, capitaine Leglaive, commandant Mazé, lieutenant Faincue, colonel Monier-Vinard, lieutenant Besson »

Mais l’appareil photo de Leglaive a capturé bien autre chose que des officiers.

La photo ci-contre est prise en « juillet 1917, la chatte de la cure ». 

Donc que ce soit Leglaive ou ses camarades, il est évident qu’ils parvenaient à acheter des pellicules photo et n’en manquaient pas.

Il est vrai que la femme de Guillouard avait vécue son enfant voisine du photographe Pervez à Nantes, et gageons que Leglaive connaissait aussi un photographe à Paris.

 

J 1002 (soit 2 ans 8 mois 28 jours) arrivée des masques à gaz
J 1126 : Edouard n’a encore jamais parlé de peur, malgré tout ce qui tombe autour de lui, mais manifeste soudain une « grande appréhension »,. Il est envoyé suivre les cours de commandant, se doute bien qu’il aura du mal à suivre, faute d’études suffisantes ,et craint de décevoir les supérieurs, qui l’ont nommé. Belle grandeur d’âme de ces hommes, que la peur de ne pas être à la hauteur de la mission qui leur est confiée !
L’offensive du Chemin des Dames échoue, causant de lourdes pertes… des mutineries s’ensuivent.

Télécharger l’original du carnet de guerre d’Edouard Guillouard

Je ne vous mets pas les vues directement car ce serait trop lourd pour visionner ma page, donc je mets seulement les liens, et cliquez pour télécharger :  début mai  1917  –  mi mai  1917  –   fin mai 1917  – 15 mars  1916  – début juin  1917  – fin juin  1917  – juillet  1917  –   août 1917  –   début septembre 1917  –  mi septembre  1917  –    fin septembre  1917

 

Les hommes du 84° RIT : cuisines, cuisiniers, ravitaillement, popote

Je retrouve quelques photos sur ce thème et je constate un véritable reportage sur la nourriture. 

photo Leglaive
tranchées du chemin de fer de Dainville, décembre 1914. Les cuisiniers de la 2ème compagnie

Au début de la guerre, manifestement, la nourriture n’était pas encore apportée par charette à cheval, mais à pieds.
J’avais cette photo dans le fonds d’Edouard Guillouard mon grand-père, mais ses photos étaient en vrac sans légende.

Aujourd’hui, j’ai la légende exacte de cette photo de Leglaive et je peux donc la déplacer de mon site et la mettre à la bonne date avec la bonne légende. Pour tout vous avouer, je n’avais pas compris que ce que portaient ces hommes c’était la nourriture ! Je m’en veux car j’aurais dû m’en douter, mais pardonnez-moi, je n’ai pas fait la guerre et je suis encore loin de m’imaginer ce qu’ils ont enduré.

[il y en tout 3 photos des cuisiniers du chemin de fer de Dainville, en décembre 1917, dont les 2 qui suivent]

 

 


Ils sont 15 hommes sur cette photo, je ne pensais pas qu’il fallait tant de monde pour faire la cuisine.

« mai 1915, soutien de Gastineau ». Les soldats mangent assis par terre.

« mais 1915, Bailleulmont, réception à la compagnie. » Je vois plus de bouteilles que d’officiers, et surtout je vois la photo précédente !

photo Leglaive « juillet 1915 ravin de Gastineau, cuisines de la compagnie »

Juillet 1915 ravin de Gastineau, cuisines de la compagnie (2ème vue assez semblable à celle ci-dessus)

photo Leglaive « février 1915 grand ouvrage »

La soupe chaude au Grand Ouvrage, dans les tranchées de Gastineau, février 1915. Je vois 2 porteurs d’un seau, manifestement la soupe chaude, et l’un des soldats de la tranchée tend sa gamelle.  C’est sans doute le nombre de porteurs qui était important pour les cuisines, et admirez la belle branche qui sert aux porteurs !

 

 

 

 

 

 

 

 

photo Leglaive

Ici c’est un seul porteur avec un seau, manifestement c’est l’eau du Crinchon, la rivière assez proche qu’on apporte à boire.

La tranchée a des meurtrières à gauche et toujours des claies pour étayer.

Les vêtements ne sont pas encore satisfaisants, et vous pouvez le constater sur toutes les photos de 1915.

 

 

 

 

 

photo Leglaive « mai 1915 la cuisine roulante de la compagnie »

photo Leglaive « mai 1915 Bailleulval »

Après le portage par hommes, ils ont manifestement une charrette roulante nommée « la cuisine roulante de la compagnie » dès mai 1915. Pourtant je ne comprends pas tout à fait cette photo car je vois une citerne, et à part de l’eau je ne vois pas la possibilité de mettre de la soupe dans une citerne. Mais au vue de la cheminée, on peut penser à une citerne chauffée donc la soupe chaude ?

« été 1915, ravin de Gastineau. Cuisines des officiers ». Je comprends que les officiers avaient une cuisine différente ? J’ai personnellement connu de telles différences sociales en usine dans les années 1960 encore, même en Allemagne chez Bayer à Leverkusen, et cela me choquait beaucoup, même si j’étais dans la cuisine « supérieure ».


février 1917, cuisine du Bois Rappont

et voici 2 cantines roulantes, qui montrent même le cheval.

toutes ces photos sont de Leglaive

« octobre 1917 ravitaillement du 1er bataillon du 84° RIT bas de la côte de Montjoie »

« avril 1917 Morville, la popote de la ferme isolée »

« mars 1917, Morville, la popote »

« Avril 1917 camp Watin – popote du bataillon » (photo et légende de Leglaive) Edouard Guillouard 2e à gauche, raie au milieu derrière une bouteille vide. Cette photo est plus largue que la moyenne.

« mai 1917, Camp Watin, cuisine de la compagnie »

« mai 1917, Morville, réception de l’aumonier divisionnaire »

« mai 1917, Forêt de Facq, Camp Watin, jardin de la popote » Les officiers étaient nourris à belle enseigne, même la pause journal.

« juin 1917, Mousson, cuisines » La porte en ogive semble porter une croix. Elle est très ancienne. Il y a aussi des caves sous cette maison ancienne.

« octobre 1917 Moulin Guibin PC bataillon popote »

Et si vous avez bien suivi mon affaire d’absence de légende, pensez-y pour vos photos, surtout les numériques, et donnez leur une légende, afin qu’un siècle plus tard, vos descendants puissent comprendre vos photos.


Edouard Guillouard (carnet de guerre) Fernand Leglaive (appareil photo)