La famille Lemasson vend un logis remarquable à Boylesve, Angers 1611

C’est la première fois que je transcrit la vente d’un tel logis ! Il devait être très remarquable car son prix l’est ! Là où une maison de closier vaut 100 à 200 livres, celle d’un marchand un peu plus, celle d’un bourgeois d’Angers approche les 1 000 livres, ce logis est vendu 5 600 livres auquelles il faut ajouter une rente pour un fort principal de 220 livres sur le logis, donc au total le logis est vendu 5 820 livres !
La minute est en fait une liasse car on découvre que les Maczons (pluriel de Lemaczon) ont hérité de beaucoup de dettes sur ce logis, et qu’ils vendent en fait pour les solder. Les copies des dettes crées par leurs prédecesseurs sont jointes à la liasse, d’où son importance. Ces actes attachés sont la raison pour laquelle la vente commence par une longue filiation, car tous ces prédécesseurs ont créé des dettes impayées…
Voici donc une splendide lignée de Lemaczon, tous possesseurs du logis jusqu’à cette vente en 1611.

L’acte qui suit est extrait des Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E121 – Voici la retranscription de l’acte : Le samedy avant midy 21 mai 1611 devant nous Jullien Deille notaire royal Angers furent présents Jehan Lemaczon escuyer sieur de l’Aulnay et de Chasteau Hutton (voir mon commentaire du 23 juillet 2010 donnant Château-Huton à Courgenay près de Sens dans l’Yonne ) fils aisné et héritier principal de défunt Jehan Lemaczon l’aisné vivant écuyer sieur de l’Aulnay Millon et la Rivière aussy fils aisné et héritier principal de défunt Michel Lemaczon écuyer en son vivant procureur du roy en Anjou qui estoit aussy fils et héritier principal de feu Thibault Lemaczon escuyer demeurant en sa maison seigneuriale de Launay paroisse de Sceaux, et messire Claude de Salles chevalier sieur de l’Escoublère et de Malligné demeurant en sa maison seigneuriale de l’Escoublère paroisse de Daon lesquels deument establiz et soubzmis soubz ladite court eulx et chacun d’eulx seul et pour le tout sans division de personnes ne de biens leurs hoirs etc confessent avoir ce jourd’huy vendu quité cédé délaissé et transporté et par ces présentes vendent quitent cèddent et transportent dès maintenant et à présent à toujours mais et perpétuellement par héritage et promettent garantir de tous troubles et empeschements à noble homme Charles Boilesve sieur de la Gillière conseiller du roy en sa cour de parlement de Bretagne estant de présent en ceste ville ce stipulant et acceptant et lequel a achapté et achapte pour luy ses hoirs et pour damoisse Marie Nicollas son espouze leurs hoirs scavoir est les maisons oratoire court estable jardins et appartenances situées en la paroisse de saint Michel du Tertre dudit Angers joignant d’un côté les jardins du couvent des Cordeliers et les appartenances du logis de Lancrau d’autre cost éles allées tirant de la rue Saint Michel pour aller auxdites appartenances et audit logis des héritiers feu Silvin Taillis André Davy sieur de la Frettière à présent appartenant à Estienne Grezil apothicaire les Gaullins et autres chacun par son endroit abouttant d’un bout aux appartenances de noble homme François Bitault sieur de Chizé conseiller du roy en sa court de parlement de Paris de Hector Lesourd Me fournisseur et héritier de défunt Jacques Lebouq aussi chacun par son endroit et aultre bout lesdites appartenance dudit couvent des Cordeliers dudit logis dudit Lancrau desdits héritiers Tailles et des Gaullins et généralement tout ce qui en despend comme lesdites choses appartenaient auxdits défunts Thibault, Michel et Jehan les Maczons e de présent appartiennent audit Jehan Lemaczon sieur de Launay et du Chasteau Hutton comme les ayant prises et retenues pour son preciput des biens et successions nobles desdits défunts et tout ainsy que défunts noble homme François Boislesve et damoiselle Philippe Prioulleau sa femme sieur et dame de la Brisardière père et mère dudit sieur acquéreur de leur vivant en jouissoient à tiltre de ferme ou louaige sans aucune chose en excepter retenir ne réserver comprins les droits de bancs en l’église saint Michel du Tertre de ceste ville au devant de l’autel de nostre fame près le grand autel de ladite église ainsy que les vendeurs à cause desdits partages peuvent estre fondés tenues lesdites choses vendues du fief et seigneurie du chapitre de saint Maurille de ceste dite ville aux debvoirs anciens et acoustumés si aucuns en sont deubz que les parties adverties de l’ordonnance royale ont dit et vérifié ne pouvoir exprimer et oultre a la charge de payer et continuer à l’advenir la somme de 13 livres de rente due à la fabrice de l’église et paroisse dudit saint-Michel du Tertre pur les causes contenues en l’accord et transaction faite entre les paroissiens de saint Michel du Tertre et Michel Lemaczon le 24 juin 1554 passée par Antier et Rabeau notaires ladite rente admortissable toutefois et quantes pour la somme de 220 livres tz et quites des arréraiges du passé jusques à la saint Jean Baptiste prochaine jusques auquel jour lesdits vendeurs ont recogneu avoir esté payés desdits louages desdites choses vendues transportant etc et est faire ladite vendition cession et transport pour le prix et somme de 5 600 livres tz de laquelle l’acquéreur a payé contant auxdits vendeurs la somme de 1 875 livres qu’ils ont en nostre présence receue en pièces de 16 sols et autre monnaye courante et en quitent ledit sieur acquéreur ses hoirs, et le surplus montant 3 725 livres ledit sieur acquéreur aussy estably et soubzmis soubz ladite court s’est obligé et a promis les payer en l’acquit desdits vendeurs et hérédité desdits défunts les Maczons prédecesseurs dudit Lemaczon vendeur scavoir aux doyens chanoines et chapitre de st Pierre de ceste ville la somme de 500 livres tant pour l’amortissement etc…

    je vous épargne plusieurs pages de dettes, et toutes les minutes de ces dettes…

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog et non aller en discuter dans mon dos sur un forum ou autre blog. Tout commentaire ou copie partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du projet européen

12 réponses sur “La famille Lemasson vend un logis remarquable à Boylesve, Angers 1611

  1. E.3697.(carton.)- 2 pièces, parchemin; 3 pièces, papier.
    1504-1624.-PRIOULEAU.-
    Ratification par Jeanne Garcielle de la vente faite par Jean Deniau,son mari, d’une rente de 2 septiers de seigle et de 50 sols à Jean Priouleau;- acquêt par Jean Priouleau de vignes près La Roche- Baraton;- par Nicolas Priouleau de terres en la paroisse de Chaunay;- testament de Pierre Priouleau,curé de Saint Nicolas d’angers, qui lègue une rente de 3 septiers de blé à l’Hôtel- Dieu d’Angers;- partage de la succession de François Boylève,sieur de La Brisarderie,et de Philippe Priouleau,sa femme.

  2. E.1810.(carton.)-14 pièces,parchemin; 34 pièces,papier.
    1556-1628.-BOYLESVE.-
    Acquêt par François Boylesve, avocat, sur François Duvau,de la seigneurie de La Biquerie en Saint- Aubin de Luigné;-partage de la succession de Marin Boylesve,sieur de La Brizarderie,et de Simonne Quentin,entre Charles Boylesve,sieur des Roches,et François Boylesve,lieutenant en la Prévoté d’Angers;- acquêt par René Boylesve,sieur de Goismard, sur Louis Le Gay de La Faultrière, du domaine de La Touche en Chaudefonds;-lettres de tonsure pour Gabriel Boylesve;- compte de curatelle des biens échus à René Boylesve dans la succession de Guillemine Mousseau,veuve de René Boylesve;-partage de la succession de François Boylesve,sieur de La Brizarderie et de Philippe Prioulleau,sa femme, entre François Boylesve de La Bourdinière,protonotaire du Saint- Siège apostolique,doyen de Saint- Martin d’Angers, Charles Boylesve de La Gillière, conseiller au Parlement de Bretagne,Mathurin Boylesve de La Morousière,conseiller au Présidial d’ Angers, Pierre Lechat,lieutenant criminel d’Anjou,Guillaume Avril, sieur de Beusse, Françoise Bluineau,femme de François Lefebvre de L’Aubrière, et Marin Lefebvre de La Blanchaye.

  3. Madame,

    Après relecture de cet acte et confrontation avec les données en ma possession, je pense que dans la phrase :
    « furent présents Jehan Lemaczon escuyer sieur de l’Aulnay et de Chasteau Hutton fils aisné et héritier principal de défunt Jehan Lemaczon l’aisné vivant écuyer sieur de l’Aulnay Millon »,
    il faut lire Chasteau Millon, et non Chasteau Hutton.
    D’ailleurs, la fin de cette phrase précise que sont père, « Jehan l’aisné [ou Jean Ier, dit la Rivière] vivant écuyer sieur de l’Aulnay Millon ».

    Bonne continuation.

    Th. Gaultier

  4. Bonjour,
    je viens de trouver un autre acte donnant bien CHATEAU-HUTTON, et non pas Château-Millon, donc ma lecture n’était pas fautive.
    Le lieu de Château-Huton se trouve à Courgenay dans l’Yonne. prés de Villeneuve l’Archevêque et de Sens.
    Ceci serait une piste pour vos recherches
    Odile

  5. Madame,

    Pourriez-vous m’indiquer dans quelle document avez-vous trouvé ce CHATEAU HUTTON, afin que j’effectue des recherches ?
    Il y a t il un rapport avec la famille Lemaczon ?
    Je ne manquerais pas de vous tenir au courant, si elles débouchent sur quelque chose.
    En vous remerciant de cette nouvelle piste.
    Cordialement votre.

    Th. Gaultier

      Note d’Odile :
      Comme les fourmis je fais provision de documents aux Archives, ne m’y rendant pas par temps hivernal depuis Nantes. J’ai vu passer le document, mais n’ai pas encore eu le temps, loin de là, de tout dépouiller, et cela va demander beaucoup de temps.
      De toutes manières ce sera un document impossible à retrouver aux Archives car le notaire n’est pas classé, mais on m’a exceptionnellement autorisée à le faire du 1er carton au dernier carton, compte tenu de l’intérêt pour tous de mes recherches. Je vous mettrai néanmoins la photo des lignes qui reproduisent le terme HUTTON clairement.
      Merci de patienter.
      D’autant que le temps des vacances me fait aussi sortir. Et que j’ai fait d’autres trouvailles toutes prioritaires…
      Odile
  6. J’ai retrouvé l’acte, qui ne vous apportera que le terme de CHATEAU-HUTTON, et rien sur Fontaine Millon.
    En effet c’est le bail de la terre de Sceaux par Marie de Salles épouse Lemaczon de Launay et Château-Hutton.
    Par contre, il faudrait que vous recherchiez comment il est devenu sieur de Château-Hutton ? Serait-ce par son épouse ?
    Je mets cet acte en ligne d’ici une dizaine de jours néanmoins.
    Odile

  7. Bien content d’apprendre que des personnes comme vous puissent accéder aux documents non encore classés pour l’instant. Car ceux-ci, souvent inédits ou peu connus, méritent tout autant que les autres d’êtres apportés à la connaissance de tous, en particulier par le biais de chercheurs qui sauront leur donner tout le relief qui leur est nécessaire.

      Note d’Odile :
      Croyez-bien que je suis attentive à tout restituer, concernant le Haut-Anjou.
      Mais, courant l’an prochain ce notaire sera enfin classé, et Dieu seul sait combien d’années cela durera. Enfin, comme vous êtes jeune vous l’aurez dans quelques années accessible.
      Mais avant que ce grand chambardement dans les cartons arrivent, je dois me dépécher, carton après carton, car ensuite, il faudra tout refaire.
      Serezin a exercé longtemps et écrit comme un brouillon plein de ratures etc… par contre il a des actes d’un bon niveau, notamment quand il traite des transactions etc… et par contre il ne perd par son temps aux contrats de mariage etc… c’est très curieux. Un peu spécialiste de choses plus compliquées en quelque sorte.
      Je pense que vous pouvez me faire confiance.
      Odile
      PS : je fais des liasses qui n’on jamais été ouvertes auparavant, tout au moins depuis l’époque des feudistes qui ont sévi autrefois. Si je dis « sévi », c’est que certains ont mis les actes ailleurs…
  8. Effectivement à la lecture du texte mis aujourd’hui sur votre blog, il s’agit bien de CHATEAU HUTTON, celà ne fait aucun doute.

  9. « En 1630 Jean Le Masson laissa Château-Hutton à sa fille. Le chancelier Séguier réunit ce domaine à celui de Villemaur » Château-Hutton paroisse de Saint-Mards-en-Othe en Champagne près de Troyes ; source Internet Google livres.

    L’Histoire généalogique de la Maison de Quatrebarbes vol II les alliances (Mss à la BM de Laval) donne une généalogie des Le Maczon

    III Thibault Le Maczon seigneur de Beauchesne
    fils puisné de Jean Le Maczon seigneur de la Motte d’Attaise, Auvers et Foulletorte et d’Aliette d’Andigné
    épousa Catherine de Launay dame de Launay à Sceaulx
    dont 1) Michel Le Maczon, 2) Jean Le M, 3) René Le M allié à Jeanne de la Foresterie, 4) Anne Le M femme de Philippe du Boisjourdan, 5) Marguerite Le M mariée avec Guillaume de Salles seigneur de l’Escoublère, 6) Jeanne Le M mariée avec François de Saint Offrange et 7) Renée Le M mariée avec Claude de Lancro.

    IV Michel Le Maczon seigneur de Beauchesne, Launay, Buzonneaux paroisse de St Sylvain d’Anjou
    épousa Antoinette Millet, de la maison de la Burellière au Maine

    V Jean III Le Maczon seigneur de Launay, Buzonneaux, du Chaslelet terre qui partage au tiers la seigneurie de Millon près de Baugé
    épousa N… de la Motte Baracé

    VI Jean IV Le Maczon seigneur de Launay, Sceaux par engagement, de Buzonneaux en partie
    épousa Marie de Salles, sa proche parente, veuve de Pierre Aubineau sieur des Moulins en Poitou

    VII Claude Le Maczon
    dame de Sceaux, de Launay, du Chastelet, Buzonneaux, Millon, de Château sur Don (?)
    fut alliée par mariage sous l’année 1647 avec messire Henri de Blécourt chevalier vicomte de Bethancourt gouverneur des Ponts-de-Cé, place que la feue reine Marie de Medicis lui donnait au temps des troubles arrivés en Anjou

    VIII Marie de Blécourt, Mlle de Béthancourt
    fille unique, héritière de beaucoup de terres en Picardie près Péronne et en Flandres
    laquelle a épousé en 1663 le sieur de Boisgelon du nom de Foucault, dont la famille est une des plus illustres de Paris.

  10. Il semble que la mère de Jean IV Le Masson soit Charlotte de Pied-de-Fer ou de Piédefer. (famille champenoise seigneurs de Château-Husson)
    http://racineshistoire.free.fr/LGN/PDF/Piedefer.pdf page 9
    et Archives de l’Aube.

      Note d’Odile :
      Merci. Vous apportez l’origine de propriété de Château-Hutton de façon claire.
      J’ai été suivre le lien que vous citez, et effectivement, le document sur la famille PIEDEFER est bien fait
      En cherchant Saint-Mards-en-Othe, je trouve aussi un site qui y liste des protestants. Serait-ce la raison de cette alliance Lemasson ?
  11. Un grand merci à Odile d’avoir créé ce site, grace auquel elle fait profiter
    de nombreux érudits et quelques tatonneurs (dont je fais partie) de ses transcriptions patientes et forcenées, et leur permet de mettre leurs données en communs !

    Un autre remerciement à Symphorien qui vient de me permettre d’enfin comprendre la généalogie compliquée des Lemaczon, et de nous éclairer sur leur lien avec le chateau Hutton.

    Je fais donc amende honorable quant à mon rectificatif antérieur.

    Bonne continuation.

    Th. Gaultier

      Note d’Odile :
      Merci. Avant de retranscrire, il faut d’abord débusquer.
      La banlieue de Nantes n’est pas rue de Frémur à Angers.
      Pour débusquer, se lever à 5 h pour partir à 6 h 30 (c’est ainsi quand on a des petites misères qui ne méritent pas l’attention des foules).
      Hier matin, mal réveillée, j’ai vu l’appareil photo faire un vol plané dans l’appartement quand j’ai voulu l’attraper.
      Arrivée en gare d’Angers, les travaux du tramway avaient décidé de supprimer les passerelles piétons, et les ouvriers ne m’ont pas autorisée à traverser. Il a fallu que je redescende, sorte faire le tour de la place, pour remonter à travers camions et contourner le parking couvert etc… Arrivée aux Archives, les ordinateurs avaient décidé la grève du zèle : ils marchaient avec un cadenas en guise de souris, alors bonjour l’efficacité pour les lecteurs. Puis en milieu de journée, l’ascenceur, souvent fatigué, s’est mis au repos complet pendant 3 h, et comme les notaires sont en haut, ils sont inaccessibles.
      Je passe sur toutes les mésaventures du TER car il est quotidiennement bondé, et les besogneux migrants quotidiens subissent tant et tant à travers le TER que ma pudeur m’interdit de me plaindre, moi la vieille voyageuse qui a fini sa vie de travail et qui peut se reposer le lendemain. Sachez seulement qu’une grande ligne TGV est incompatible avec les TER : les uns étant prioritaires, les autres non. Et que le résultat de cette incompatibilité ne fait l’objet d’aucune étude politique !
      Bonne journée à tous.
      Odile
  12. Encore merci au Sieur Symphorien pour la généalogie des Lemasson.
    Grace à la ligne
    IV Michel Le Maczon seigneur de Beauchesne, Launay, Buzonneaux paroisse de St Sylvain d’Anjou
    épousa Antoinette Millet, « de la maison de la Burellière au Maine »,
    je vais peut-être connaître les origines de la famille Millet qui a détenu une partie de la seigneurie de Milon au milieu du XVIème siècle, et dont il n’existe guère de sources.

    Th. Gaultier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *