L’anniversaire de la naissance d’un individu est une fête récente : autrefois il était donc difficile de connaître son âge et celui de ses proches.

D’autant que la date de naissance n’était généralement pas connue des intéressés et de leurs parents.
Comme la plupart d’entre vous sans doute, je me souviens de ma première recherche d’acte de naissance. J’avais le mariage qui donnait un âge, et j’avais naïvement retranché l’âge de l’année de mariage, croyant trouver la naissance. Et bien sûr je n’avais pas trouvé, car elle était quelques années plus tôt. Puis j’ai découvert dans les registres que la mention la plus fréquente était :

ou environ

Dur, dur, de comprendre d’où sortait cette mention d’approximation, et pourquoi nos ancêtres ne connaissaient leur âge qu’environ.
J’ai enfin trouvé l’explication, et aujourd’hui je vous emmêne découvrir les pratiques de nos ancêtres en matière de calcul d’âge et d’anniversaire.

  • Histoire de l’anniversaire
  • Tout ce qui suit traite uniquement de la France, car de nos jours, avec la mondialisation, on ne sait plus très bien de quelle pratique on parle, surtout sur le Web ! Mon blog est dédié à ceux qui ont vécu autrefois en Haut-Anjou et il faut donc revenir aux pratiques françaises avant la Révolution. Voici d’abord les dictionnaires, pour mémoire :

    Anniversaire, Annua parentalia. (Jean Nicot: Le Thresor de la langue francoyse, 1606)

    Anniversaire. adj. Ce qui se fait d’année en année au mesme jour, l’année estant revoluë. Feste anniversaire. Procession anniversaire.
    Anniversaire. s. m. Ne se dit que du service que l’on fait pour un mort une fois chaque année à perpetuité. C’est aujourd’huy que se fait l’anniversaire du feu Roy. (Dictionnaire de l’Académie française, 1st Edition, 1694)

    Autrefois en France, comme c’est encore le cas dans certains pays, l’anniversaire était le « jour du souvenir », que le souvenir soit joyeux, et c’est alors une fête comme la prise de la Bastille, ou triste et c’est la Saint Barthélémy.
    Les fêtes étaient nombreuses, à tel point qu’au Moyen Age on ne compte que 200 jours ouvrables par an. Elles sont toutes catholiques, dédiées à Dieu, selon le calendrier liturgique, et aux saints. Et je vous ai préparé un billet sur le nombre de fêtes autrefois.
    Mais, à propos des saints, leur fête est l’anniversaire du jour de leur mort, et non celui de leur naissance. Selon saint Augustin :

    « Nous célébrons justement l’anniversaire de ceux que le monde a conduit plus heureusement à la vie éternelle que la matrice qui conduit au monde ».

    Ce qui signifie qu’un martyr naît par sa mort en entrant dans la vie éternelle. Célébrer sa naissance (évoquée ici par le terme de « matrice ») n’est qu’un péché d’orgueil individuel. On fête seulement l’anniversaire de la naissance du Christ.
    Durant le Moyen Age, la célébration de la personne est bannie, l’individu ne compte pas. Célébrer son anniversaire personnel comme nous le faisons aujourd’hui aurait été péché d’orgueil selon l’église.
    Les mémoires personnels, dont celui de Thomas Platter, fort détaillé et absoluement à lire, ne font état d’aucun anniversaire de la personne, mieux, Thomas Platter lui-même précise que lorsqu’il s’enquérit de sa date de naissance on lui répondit qu’il était venu au monde le dimanche de la Quasimodo 1499. On ne s’exprimait qu’en terme de jour religieux : fête liturgique ou saint du jour. Quand la fête est mobile, qui aurait été en mesure de calculer ?

    L’individu, condamné en quelque sorte à ne pas connaître sa date de naissance, fête par contre le saint dont il porte le nom, mais tous ensemble à l’église, et non individuellement au foyer. Ce que nous appelons de nos jours « notre fête », était donc autrefois l’unique fête de l’individu et encore, elle n’était pas fêtée dans l’intimité du foyer, mais collectivement à l’église. Ceci devait être impressionnant lorsqu’on s’appelait Marie, Pierre etc… mais cela devait certainement être plus compliqué, voire inexistant, lorsqu’on portait un prénom rare !

  • l’individu commence un peu à émerger
  • A partir de François 1er le prêtre tient un registre paroissial des baptêmes, mais il est le seul à y avoir accès, d’ailleurs le droit canonique interdit l’accès aux registres de moins de 100 ans. Il est le seul a donner des certificats de baptême à ses confrères pour un mariage hors de la paroisse, que l’immense majorité de la population est incapable de lire. Ce sont donc les prêtres et eux seuls qui calculent l’âge de la majorité pour le mariage.
    Quant aux tutelles et curatelles, elles relèvent du même cheminement de l’information, cette fois vers les représentants de l’autorité judiciaire, qui calculent donc l’âge de la majorité, bien sûr communiqué aux notaires qui devront procéder aux actes authentiques concernant le mineur puis le compte de tutelle à la majorité.

  • du péché d’orgueil qui est le culte du moi, à un début d’anniversaire
  • Le temps passe, et nous voici à l’époque de Louis XIII. Même le roi ne fête aucun de ses anniversaires, par contre le jour de la saint Louis feu d’artifice , grande fête populaire. Jusquà la Révolution, même les rois de France ne marquent qu’un anniversaire dans leur vie, et encore sans fête, c’est celui qui marque une étape importante de leur vie : le jour de leur 17 ans, qui leur donne majorité royale.

    Il faudra attendra la fin du règne de Louis XIV pour voir les mentalités évoluer, et la date de naissance connue, tout au moins citée, par des nobles, hommes de plume, et bourgeois. On ne sait s’ils l’ont fêtée, car le mot « anniversaire » n’est pas évoqué à cette occasion. Mais les 2 pratiques, celle de la fête du saint, et celle de l’anniversaire ont dû commencer à se mélanger dans ces classes sociales.
    L’histoire de l’anniversaire de la naissance commence seulement au 19e siècle

    Alors, en ce jour du 1er jour de l’an, qui fut toujours une fête, même du temps du calendrier Julien, qui confondait alors le 1er de l’an et Pâques, je suis persuadée que ceux de nos ancêtres qui savaient compter jusqu’à 100, se donnaient ce jour-là un an de plus, puisqu’ils ne connaissaient que l’année de leur naissance, et encore, quand ils la connaissaient !
    Alors je vous souhaite à tous un joyeux anniversaire, car au terme de ce qui précède, vous venez tous en ce premier jour de l’an de faire comme nos ancêtres l’on pratiqué : prendre une année de plus !

    Et ne soyons plus étonnés des âges aléatoires que nous observons dans les registres, car le plus souvent le prêtre ne faisait pas la recherche dans son registre paroissial, si tant est que les mariés ou les morts y soient nés. Il indiquait l’âge approximatif soit à l’estimation visuelle, soit au chiffre approximatif connu des proches. C’est la fameuse mention « ou environ »
    Pourtant, parfois, un prêtre a conscieusement pris le temps avant la sépulture de consulter l’acte de baptême, ce fut le cas pour mon ancêtre Perrine Coquereau inhumée à Cheffes le 3 février 1653 « Perrine Cocquereau femme de Jehan Choisy des Grois âgée de 50 ans 7 jours, a esté ensépulturée au cimetière de céans après avoir receu tous les saints sacrements par moy prêtre vicaire soussigné, et à esté fait service solemnel le jour de sa sépulture huit luminaires comme l’ordinaire le jour de St Blaise 3 février 1653 ». Et le baptême se trouvait bien là dans le registre, comme j’ai pu le constater. Les scientifiques facétieux disent que c’est l’exception qui confirme la règle !

    Encore une fois, vous venez de prendre ce jour un an au compteur, car tel était autrefois le sort de nos ancêtres.

    Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog. Tout commentaire ou copie partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du droit d’auteur.

    23 réponses sur “L’anniversaire de la naissance d’un individu est une fête récente : autrefois il était donc difficile de connaître son âge et celui de ses proches.

    1. Bonjour Odile et bonne année à vous,

      Je me suis permis de faire référence à votre blog dans un billet publié ces jours ci dans le mien.
      En fait, j’ai repris une partie de commentaire de « Marie » pour conclure un petit sujet sur le drame du Moulin d’Ivray. Je pense que vous ne m’en voudrez pas et suis prêt à modifier le texte si vous me le demandez.

      Cordialement
      alain BOURRIER

        Note d’Odile : Bonjour Monsieur.
        Merci de vos voeux, et je vous souhaite à mon tour une année 2010 pleine de satisfactions.
        Merci de ne pas utiliser mon prénom quand vous vous adressez à moi, car ceci est réservé à mes proches, selon l’éducation que j’ai reçue, et à laquelle je suis attachée.
        Merci par ailleurs de supprimer de votre blog le copier-coller du texte de Marie, paru sur mon blog, pour le remplacer par le lien vers ce commentaire, qui est l’adresse qui apparaît toujours dans votre navigateur Web. Je vous la remets ci-dessous.
        Cordialement.

      http://www.odile-halbert.com/wordpress/?p=5465#comment-1018

    2. Bonjour,

      Bravo pour ce travail de titan. je souhaiterai acheter votre livre l’allée de la hée des Hiret. Pouvez-vous m’indiquer si je peux le trouver en librairie ou vous l’acheter directement. (Je descends du couple Hiret Jean et Bellanger Jeanne.)

      Cordialement

      Françoise QUILLEVERE

        Note d’Odile :
        Mon ouvrage traite d’une autre famille HIRET que celle de vos ancêtres, et uniquement. Désolée !
        Sinon, si vous y tenez tout de même, envoyez moi un chèque de 30 euros.
        Mon adresse figure sur mon site
        Cordialement
    3. Bonjour,

      Je vous remercie pour votre réponse. Je descends aussi du couple Hiret René et Thibault Jehanne. Leur fils Louis s’est marié aussi avec une Renée Hiret fille de Pierre Hiret et de ? et du couple Hiret Jean et Pichon Jeanne. Avez vous des renseignements sur ces autres branches dans votre ouvrage ?

      Cordialement

        Note d’Odile :
        Non.
        Bon courage pour vos recherches.

      Françoise QUILLEVERE

    4. Bonjour,
      Je viens de découvrir votre site que je trouve très riche et intéressant.
      A titre d’information, j’ai retrouvé dans vos documents 2 de mes ancêtres
      Pierre Coupery (19/03/1673 à Basse Goulaine – 31/12/1719 à Basse Goulaine) marié à Jeanne Tessonneau qui est selon vos documents fille de Julien et de Marie Hilaireau – issue de St Aignan de Granlieu.
      Les seules informations que je possède sur Jeanne Tessonneau sont :
      – la naissance de son fils Jacques Coupery – un de mes ancêtres – le 1 janvier 1709 à basse Goulaine
      – son 2° mariage après le décès de son mari Pierre Coupery avec Hyacinthe Bourdin le 6 juillet 1720
      Par contre en ce qui concerne Pierre Coupery je pense connaître ses ascendants jusque 6/11/1571 (Blayse Coupery), ensuite j’ai un probléme car deux enfants dénommés Blayse Coupery sont nés en 1571 de parents différents.
      Si ça vous intéresse je peux vous envoyer les informations, par contre si vous aviez d’autres renseignements sur Jeanne Tessonneau bien sûr ça m’intéresserait.
      Cordialement

        Note d’Odile :
        Merci.
        Cette étude COUPERIE est très poussièreuse chez moi. Elle date du temps où on devait aller aux archives sur les lecteurs de microfilm.
        J’ai donc voulu aller sur le site des archives de Loire-Atlantique mais il est en maintenance ce soir.
        En attendant, vous pouvez indiquer ici comment vous passez de Pierre Couperie à ce Blaise
        d’avance Merci
        Par contre, je n’ai rien concernant votre Tessoneau.
    5. Bonjour,
      Pas facile d’expliquer tout ça c’est un peu compliqué !
      En fait ma filiation maternelle part de mon arrière grand-père Auguste Marie Allaire Compagnon du tour de France originaire de St Nazaire qui s’est fixé à Marmande (lot et Garonne) quand il s’est marié. Ses ascendants sont tous originaires de cette région – St Nazaire – Escoublac – Basse Goulaine. Bignon ..
      Je vous donne les informations avec les dates quand elles sont connues
      Si vous avez des informations sur les branches collatérales Rivet, Péan, Jarnigan je suis bien sûr preneur
      Quelle chance vous avez d’avoir les registres en ligne, même si parfois les prises de vue sont illisibles. Dans le département du lot et garonne il n’y a rien et après contact avec les services, aucune volonté pour numériser les registres. Pas facile quand on n’est pas sur place.
      Cordialement
      DB

      Voici les infos que j’ai pu déchiffrer sur le site des archives de la paroisse de Basse-Goulaine (orthographe des noms variable selon les actes – sous réserve des erreurs que j’ai pu commettre !) :

      Branche Coupperie
      Pierre Coupperie (N 19/03/1673 – dcd 31/12/1719) marié avec Janne Tessoneau
      Il a eu au moins 4 frères et soeurs : Michel (N 31/08/1669) ; Renée (dcd 17/05/1675) ; enfant mort-né (dcd le 5/11/1671) ; Marie (N 7/09/1675)
      Pierre Coupperie est le fils de
      – Julien Coupprie (N 28/01/1637 – M 5/06/1666 – Dcd 30/05/1678)
      – Françoise Rivet (N 10/07/1635 – M 5/06/1666 –dcd 6/10/1680)

    6. ATTENTION : note d’Odile ici, car déjà certains y ont cru.
      Cette ascendance est erronée, et Pierre COUPERIE ne descend pas de Julien Couperie et Françoise Rivet – et par conséquent tout ce qui suit aussi est erroné
    7. Julien Coupprie est le fils de
      – René Coupprie (N 3/06/1613 – M 23/02/1636 – Dcd 26/04/1669)
      – Janne Péan (N 14/01/1615 – M 23/02/1636 – Dcd 4/04/1669)

      René Coupprie et le fils de
      – Blayse Coupprie né :
      soit le 24 02/1571 fils de Jullien et Janne Odelon
      soit le 6/11/1571 fils de guillaume et Janne Oublin
      comme à cette époque il n’existe que les actes de baptême je n’ai pas su distinguer quels sont les vrais parents de Blayse
      – et de Lucasse Jarnigan (aucune info)
      René Coupprie a eu au moins 6 frères et soeurs :
      Jan né le 13/06/1603 – Marguerite née le 22/02/1605 – Pierre né le 31/07/1607 – Jean et Janne jumeaux le 7/05/1610 – Sébastienne née le 12/12/1611

      Branche Rivet
      Françoise Rivet fille de
      – Pierre Rivet (N 27/04/1606 – M 23/02/1632)
      – Françoise Blouin ( N 16/01/1609 – M 23/02/1632 – dcd 15/03/1659)

      Pierre Rivet fils de Lucas Rivet et Janne Jarnigan
      Françoise Blouin fille de Guillaume et Françoise Levesque

      Branche Péan
      Jeanne Péan fille de Pierre et Perrinne Priou

        Note d’Odile :
        je ne comprends pas comment vous arrivez au couple de Julien Couperie et Françoise Rivet
        car je viens de vérifier en ligne les 3 mariages de Pierre Couperie, et le premier est bien filiatif, et il est dit fils de Pierre et de Mathurine Jarnigan :

        Pierre COUPRIE °StJulien ca 1665 †Basse-Goulaine 30.12.1719 (Fils de Pierre COUPERIE & de Mathurine JARNIGAN) x1 Basse-Goulaine 5 juillet 1689 Françoise BRETONNIÈRE °ca 1669 fille de Jean et Janne Rivet x2 Basse-Goulaine 12 janvier 1700 Marguerite CORGNET °ca 1677 fille de Jean et Jeanne Plisson-neau † Basse-Goulaine 27 juillet 1704 x3 Basse-Goulaine 12 janvier 1706 Jeanne TESSONNEAU °StAignan-de-Grandlieu †1719/ Fille de Julien et de Marie Hilaireau

    8. Bonsoir,
      Eh bien, au moins vous remettez les pendules à l’heure, quelle réactivité !
      Effectivement je crois que je me suis complètement trompé, vous avez surement raison, je vais revoir ma copie soigneusement avant de faire un nouveau point avec vous si vous le permettez.
      Mais il me faudra un peu plus de temps …
      à bientôt
      Cordialement
      DB

        Note d’Odile :
        Je vous ai mis hier soir une mise à jour de mon travail COUPERIE et JARNIGAN. Je compte le compléter ce jour encore et mettre une version un peu plus complète ce sois en ligne. Puis, j’attendrai que vous fassiez signe.
        Mais, si vous refaîtes signe de vie, merci de me dire aussi de quel enfant de Pierre Couperie et Jeanne Tessonneau vous descendez, avec indications de dates et lieux sur au moins une génération descendante.
        Et, puisque votre ancêtre a émigré, ce serait sympa à vous d’aller jusquà ce migrant en ligne simple seulement comme je l’ai fait au début de mon travail pour ma propre lignée, afin qu’on puisse comprendre de manière synthétique.
        Prenez votre temps, et aidez vous de mes retranscriptions sur mon document.
    9. Bonsoir,
      Merci pour votre réponse et surtout d’avoir mis à disposition votre étude.
      Maintenant, il faut que je j’articule toutes ces informations dans mon environnement.
      J’ai du travail car je ne suis pas un pro comme vous.
      Je vous promets une réponse mais avant je vais essayer de tout vérifier.
      Il me faudra du temps
      cependant je peux déjà vous dire que je descends de Jacques Couperie fils de Pierre et Jeanne Tessonneau né le 1/01/1709 à Basse G. et marié avec Perrinne Allaire le 7/02/1741 à Basse G. (2° mariage après le décés de sa première épouse Françoise Hueroche en 1740)
      à bientôt
      DB

        Note d’Odile :
        Je ne les ai pas trouvé à ces dates à Basse-Goulaine ?
        Je voulais vérifier le patronyme qui me semblerait plus HERVOCHE.
        Merci de me donner les numéros de vues en ligne.
    10. Bonjour,
      Effectivement, selon les actes de mariage et décès, j’avais déchiffré Hervoche ou Heruoche, comme je ne connaissais pas ces patronymes j’avais pris Heruoche dans l’un et Hervoche dans l’autre.
      Donc OK pour Hervoche
      Je reprends pour Jacques Coupperie né le 1/01/1709 à Basse Goulaine

      Ensuite j’ai omis de vous dire que toute sa vie se passe à Escoublac donc vous ne pouviez pas trouver.
      1er mariage avec Françoise Hervoche le 6/10/1739 – registre Escoublac 1739 page 8/9
      inhumation de Françoise Hervoche le 20/07/1740 – registre Escoublac 1740/1741 page 5/20

      2° mariage avec Perrine Alair (Allaire) le 7/02/1741 – registre Escoublac page 10/20
      Perrine Allaire a été baptisée le 10/05/1712 à Escoublac – registre 1712 page 6/18
      Elle est décédée le 24/01/1761 à Escoublac registre 1761 page 2/16

      3° mariage avec Guillemette Bertho le 14/07/1761 – registre Escoublac 1761 page 9/16

      Ensuite j’ai un doute j’ai un acte de décès de Jacque Coupperie à Escoublac le 29 Juin 1785 – registre 1785 page 6/11 « à l’âge de 84 ans » ce qui le ferait naître vers 1701 ( au lieu du 1/01/1709 comme noté sur son acte de baptême).
      Mais il serait alors marié avec Perrine Grenet, – ce serait sans doute un 4° mariage après celui de guillemette Bertho. Mais je n’ai pas encore trouvé ni l’acte de décès de Guillemette Bertho ni l’acte de mariage avec Perrine Grenet.
      Par contre il y a eu une naissance de Marie Jeanne Couppery fille de Jaques Couprie et de Perrine Grenet le 30/07/1779 à Escoublac lieu dit Cautre – registre 1779 page 9/15 –
      Il aurait donc eu un enfant à 70 ans ce qui m’étonne et doit être rare à l’époque.
      Mais forte présomption quand même, car il décède au lieu dit Cautre où il habite sans doute depuis longtemps ( sa 2° épouse Perrine Allaire est décédée à Cautre)
      à bientôt
      DB

        Note d’Odile :
        Je vous ai mis i ly a environ 2 heures en ligne les 5 mariages à La Baule
        Cele suffira pour la descendance.
        J’ai mis DONT POSTERITE et cela me suffit.
        Maintenant, pour ce qui concerne l’enfant né d’un père âgé de 70 ans, merci de vous souvenir aussi que de tous temps, dans un couple marié, le mari porte toutes la paternité de toutes les grossesses de son épouse, qu’elles soient ou non de lui.
        Odile
    11. bonsoir,
      je viens de voir les modifications dans votre document Couperie.
      Merci de l’avoir modifié
      Pour le 4°mariage la date est correcte le 7 mai 1765 mais pas le nom de l’épouse qui n’est pas Guillemette Bertho (citée 2 fois) et déjà décédée, mais Françoise Beaucère qui décédera ensuite avant le 5° mariage avec Perrine Grenet que j’ai retrouvé.
      Décidément ses épouses ne faisaient pas de vieux os !
      Quand à l’infidélité possible de sa dernière épouse Perrine Grenet, effectivement on n’a pas attendu le code civil, mais j’aurais pensé à plus de moralité à cette époque, d’autant que Jacques Coupperie était ou avait été marguillier donc proche de l’église. De plus elle a accouché 9 mois et 19 jours après le mariage, si c’est bien ça elle n’a perdu de temps !
      Je vais positiver et dire que dans le doute c’est bien lui l’heureux papa et comme il sera difficile de faire un test ADN pour prouver le contraire…
      cordialemet
      db

    12. Bonjour,
      Je reviens vers vous car je suis toujours sur votre document relatif à l’histoire de la famille Couperie.
      Je suis sur la vie de Pierre Couprie mari de F Bretonnière/ marguerite Corgnet / Jeanne Tessoneau
      Vous avez noté en page 3 : il est né à St Julien en 1665. pour la date c’est possible puisqu’il a 24 ans en 1689 1° mariage / 38 ans en 1700 2°mariage / mais 45 ans à son décès en 1719
      Vous indiquez St Julien comme lieu de naissance, mais je ne trouve pas de St julien en loire Atlantique ( sauf St Julien de concelles et St Julien de Vouvantes) alors je suppose qu’il s’agit d’une église.
      Pourriez vous m’aider ?
      sinon en cherchant Pierre C; j’ai trouvé la date de naissance de sa soeur Martine Couprie le 12/09/1667 à Basse Goulaine – registre 1647-1668 page 206/214. comme ce n’est pas noté sur votre document ça peut peut-être vous intéresser
      d’avance merci
      DB

        Note d’Odile :
        Merci.
        C’est exact, je n’ai pas les baptêmes des enfants de Pierre Couperie et Mathurine Jarnigan.
        La mention de référence à Saint Julien est extraite de ce qui était dit lors de leurs mariages respectifs, mais il faut entendre Saint-Julien-de-Concelles, qui touche Basse-Goulaine, et ensuite il ne faut pas forcément comprendre qu’ils y sont nés, seulement qu’ils y vivaient au moment du mariage.
        Ce qui tendrait à montrer que le couple Pierre Couperie et Mathurine Jarnigan ont bougé au gré sans doute d’un bail d’une terre à exploiter.
        Si vous trouvez les baptêmes de cette génération, je suis preneuse.
        Il me manque aussi le décès de Mathurine Jarnigan.
        Merci.
        Joyeuses Pâques. Je fais relâche… pour cause des fêtes…
    13. bonsoir,
      merci, je vous souhaite de passer de joyeuse fêtes de Pâques
      Je vous contacterai dès que j’aurai trouvé de nouvelles informations
      à bientôt
      db

    14. bonjour,
      Après les fêtes je me suis remis au travail
      comme promis je vous fais part de mes dernières recherches.
      1°) Françoise Coupprie fille de Pierre et Françoise Bretonnière est née le 22/11/1693 (registre Basse Goulaine 1693 p 9/11) et elle est décédée le 28/12/1693 (registre BG 1694 p 2/17) et non en 1692 comme indiqué sur votre document

        Note d’Odile concernant le point 1 :
        Merci pour cette rectification, je viens d’en faire d’autres dans cette fratrie, notamment je ne retrouve plus Marguerite et l’ai enlevée.
        Si vous pouviez refaire les années 1693 à 1710 à fonds pour voir s’il n’y a pas d’autres naissances qui trainent, d’avance merci
        Les commentaires sur les point suivant, suivront après ce WE

      2°) Intéressant Registre Basse Goulaine 1671 1672(mars) page 24/39 : décès de Catherine Jarnigan veuve de Jan Jarnigan le 20/11/1671 : sont présents Pierre Coupperie et Mathurine Jarnigan (fille et gendre)

        Note d’Odile concernant le point 2 :
        Merci pour cette sépulture.
        Je me permets de vous indiquer comment je fais ensuite, car pour ne pas confondre ce qui est dit ou non dans l’acte, je mets mes retranscriptions entre crochets et en noir, et le commentaire qui j’ajoute en bleu entre crochets après le mot commenté. Voici ci-dessous, mais manque la couleur bleue ici, et c’est en bleu dans mon document .PDF habituel. Je fais cela pour tous mes travaux, car après on ne sait plus ce qu’un document original a dit ou pas dit.

        Catherine Jarnigan est décédée à Basse-Goulaine le 20 novembre 1671 « et inhumé dans l’église le 21 le corps de défunte Catherine Jarnigan veufve Jan Jarnigan en présence de Pierre Coupprie [son gendre, époux de Mathurine Jarnigan], Mathurine Jarnigan [sa fille, épouse de Pierre Couperie], Jan Jarnigan [son fils] et autres, qui ont déclaré ne scavoir signer »

      3°) Sur vos conseils je suis allé rechercher dans les registres de St Aignan de Granlieu, et vous aviez raison car j’y ai trouvé :
      le mariage de Jullien Tessonneau et de Marie Hilaireau le 21/07/1681 – registre 1681 p 12/19 :
      « Le mesme jour mois et an que dessus ( 21 juillet 1681) fut par moy vicaire soussigné espouzé dans l’églisse de St Aignen Jullien Tessonneau paroissien de St Sébastien agé de vingt huit ans d…. p….. avec Demoiselle Marie Hilereau fille …… Jean Hilerea et demoiselle — pinierre ?? – sa femme Et ont assisté du coté du marié sa mèrre Pierre Tessonneau son frère Pierre Lotin son oncle, du côté de la mariée sa mère son ….. Chaillou son beau frère ….. merli son cousin germain et plusieurs autres tous laboureurs qui m’ont dit ne savoir signer  »
      Je n’ai pas su déchiffrer le nom de la mère de Marie Hilaireau ( P..Pierre ou pissière ou pinnierre ???) mais l’acte correspond d’autant plus que le 22/09/1682 – registre 1682 p 12/19 j’ai retrouvé l’acte de baptême de Jeanne Tessonneau :
      « Le vingt deuxiesme jour du mois de septembre mil six cent quatre vingt deux fut par moy vicaire soussigné baptizée dans l’eglisse de St Aignen et née le mesme jour Jeanne Tessonneau fille de Jullien Tessonneau et de Marie Hillereau sa femme laboureur demeurant au village de Hautbigné en St Aignen fut parain Thomas Hegron meunier demeurant au village de Pautrignen en St Aignen fut marrainne demoiselle Janne Bretin veufve de feu noble homme Sébastien Rivierre sieur de Johandière demeurante dans le dit lieu paroisse de St Aignen qui n’a signé le dit parain a dit ne savoir signé »
      4°) Comme indiqué dans son acte de Mariage Jullien Tessonneau est natif de la paroisse de St Sébastien :
      l’acte de baptême le 30/01/1654 est présent sur le registre des baptêmes de St Sébastien 1634-1668 page 202/348
      « Jullien Tissonneau fils de Guillaume Tissonneau et de Janne Lottin a esté baptisé ce trentiesme de Janvier mil six cent cinquante quatre ont esté parain et marainne Jullien Pelvaud et Marguerite Tissonneau »
      mais ici le nom est Tissonneau et non Tessonneau
      Jullien a aussi au moins un frère Nicolas Tissonneau né le 10/05/1652
      registre Bapt. 1634-1668 p 185/348

      Par contre pour Pierre Coupperie aucune trace et comme il n’y a plus les registres à Vertou à moins d’un miracle, il pourrait aussi être né ailleurs, je crois qu’on va s’arrêter là
      voilà c’est tout pour le moment
      Bonne journée
      DB

    15. bonjour,
      Ok pour les points 1 et 2
      avant de poursuivre mes recherches voici déjà ce que j’ai disponible :
      enfants de Pierre Coupperie et Mathurine Jarnigan :
      – Pierre né vers 1665 et noté sur votre document
      – Martine née le 9/12/1667 à basse Goulaine reg 1647-1668 page 206/214 puis mariée le 7/09/1689 (en partie notée sur doc)
      – Loüys né 3/02/1670 à BG 1669-1670 page 52/62 et dcd 21/03/1670 à BG 1670-1671 page 4/41
      -Louis né le 24/03/1671 BG 1670-1671 p 39/41 et dcd le 29/04/1671 BG 1670-1671 page 40/41
      – Mathurin né vers 1676 et noté sur votre doc
      – Rolland né vers 1675 noté sur votre doc et marié le 16/10/1703 (page 7/10) à l’age de 28 ans environ donc né vers 1675

      quant aux enfants de pierre Coupperie /bretonnière/corgnet/tessoneau pour le moment je n’ai rien de plus que ce que vous avez noté et effectivement je n’ai aussi qu’une Marguerite née le 13/06/1691 car le 24/12/1702 il s’agit du décès de jacquette C. ne faisant pas partie de la fratrie
      bonne journée
      DB

        Note d’Odile :
        Donc, vous n’avez pas vu de Michel, alors qu’il y a un Michel Couperie parrain, ce qui pourrait ressembler à un oncle et être une piste un jour, le cas échéant.
        Je viens de vous mettre en ligne mes trouvailles Tessonneau et Hilaireau, et je continue, car j’ai aussi vu un couple Marie Pointière et Jean Guilou qui demeure au village de Pautrigné, lequel a changé de nom et est devenu de nos jours Pontrigné, mais doit être très joli, car sur les bords du lac de Grandlieu
    16. bonjour,
      je vois que vous avez bien avancé, merci pour le déchiffrage de marie Pointière qui n’était pas évident.
      je ne vous ai tjrs pas communiqué la ligne simplifiée de mes ancêtres mais je dois vérifier encore qques points

      1°) toujours dans la famille Coupperie parents pierre COUPPRIE et mathurine JARNIGAN j’ai trouvé :
      – la date de naissance de Rolland Coupprie le 5 août 1675 à Basse Goulaine registre 1675 p 17/30
      -la naissance d’une nouvelle fille Sébastienne Coupprie le 4 mai 1672 à Basse Goulaine registre 1672-1673 (avril) p 9/54
      par contre toujours pas de traces des dates de naissance de Pierre et Mathurin

      2°) famille Tessoneau
      je crois que j’ai trouvé la date de décès de Guillaume Tessoneau le 29/10/1660 à St Sébastien car dans l’acte de décès de sa fille Perrine T. le 9 juillet 1662 à St Sébastien (registre 1667-1668 p 66/92) il est noté que Guillaume T . est décédé et vérification faite, il n’y a pas eu d’autre Guillaume T décédé depuis le baptême de Perrine T. le 29/04/1658 à St Sébastien (reg 1634-1668 p 250/348) – forte présomption –

      bonne journée et à bientôt
      DB

        Note d’Odile :
        Je viens à 9 h 30 ce matin de mettre en ligne un document bien plus avancé, qui donne ce qui reste à faire sur les Hilaireau au vue de ce qui existe comme registres, mais j’abandonne pour ce jour. Repos dominical.
        PS : c’est Nicole Pointière que j’ai déchiffrée et non Marie Pointière, par contre j’ai bien trouvé aussi une Marie Pointière mariée à un Jean Guillou.
    17. Je viens de mettre les 9 enfants du couple Hilaireau qui précédait et son mariage en 1604
      Je ferai les baptêmes avant 1600 un autre jour
      Vous pouvez faire les sépultures,
      et les paroisses voisines pour compléter

    18. bonjour,
      je vous ai mis ma ligne généalogique sur le blog mais je vois que ce n’est pas pris en compte peut-être le fichier (word 25k) est trop gros
      sinon ok pour les sépultures
      je vais reéssayer
      DB

        Note d’Odile :
        il faut faire un copier-coller, mais pas trop volumineux
    19. Filiation simplifiée Coupperie – Allaire – Bélivier

      Trois dates successives : naissance- mariage – décès

      1°) Claude Coupperie et Estienette Coupprie
      Ref : . acte de décès de leur fils Pierre Coupperie le 8 avril 1690 à Basse Goulaine

      –> 2°) Pierre Coupperie ( ~ 1618 – contrat mar 19/02/1656 – 8/04/1690 )
      second mariage Mathurine Jarnigan : .. – contrat mar 19/02/1656 – 3/11/1690

      –> 3°) Pierre Coupperie : ~ 1665 – 12/01/1706 – 31/12/1719
      troisième mariage avec Jeanne Tessoneau ( 22/09/1682 –12/01/1706 – ..)

      –> 4°) Jacques Coupperie : 01/01/1709 Basse Goulaine – 7/02/1741 Escoublac –29/061785 Escoublac
      second mariage avec Perinne Allaire : 10/05/1712 Escoublac – 7/02/1741 Escoublac – 24/01/1761 Escoublac

      –> 5°) Jeanne Coupperie : 23/10/1747 Escoublac – 9/02/1779 Escoublac – ..
      mariage avec Denys Rivaud laboureur : 13/10/1757 village de Fondeline St Nazaire – 9/02/1779 Escoublac – ..

      –> 6°) Jeanne Rivaud : 23/071787 village de Cautre à Escoublac – 18/01/1814 St Nazaire – 24/04/1868 à St Nazaire lieu dit la Réjannerie
      mariage avec Julien Allaire laboureur : 10/07/1785 à St Nazaire lieu dit Bignon Baguet – 18/01/1814 à St Nazaire – 16/01/1859 à St Nazaire lieu dit La Rejannerie.

      –> 7°) Laurent Allaire laboureur : 4/01/1821 village de la Villeneuve à St Nazaire – 20/11/1843 St Nazaire – 19/02/1865 à St Nazaire lieu dit le Passoüer
      mariage avec Jeanne Gueno : 20/04/1820 à St Nazaire lieu dit Estoues – 20/11/1843 à St Nazaire – 26/01/1886 ou 16/01/1886 (acte non en ligne mais 2 dates différentes selon les sources : acte de mariage de son fils Auguste Marie Allaire à Marmande ou registre des successions à St Nazaire en ligne

      8°) Auguste Marie Allaire : 24/01/1859 à St Nazaire lieu dit le Passoüer – 21/05/1886 à Marmande – 8/01/1940 à Marmande
      mariage avec Augustine Camprial : 7/09/1859 Marmande – 21/05/1886 Marmande – 1/11/1936 Marmande
      Auguste Marie Allaire était compagnon couvreur société « des compagnons couvreurs, passants et bons drilles du tour de France ». Par son livret militaire je sais qu’il est au moins passé par Dijon 1882 – Arcachon 1882 – Bayonne 1883 – Bordeaux 1889 – Marmande 1885, Marmande 1889. Ce qui veut dire qu’il continuait de voyager même après son mariage en 1886. Sans doute comme compagnon lors de chantiers importants (gare de Limoges après 1900) Il a été reçu définitivement compagnon en 1891 à la cayenne de Bordeaux avec le nom de Nantais la clé des cœurs

      8°) André Gaston Allaire : 16/01/1894 Marmande – 21/05/1924 Marmande – 14/11/1981 Marmande
      mariage avec Augustine Camprial : 7/09/1859 Marmande – 21/05/1886 Marmande – 1/11/1936 Marmande
      André Allaire est parti chez les compagnons vers 14 ans à Paris mais a du arrêter son tour de France à cause de la guerre de 14. Fait prisonnier en Belgique, Il est ensuite revenu à Marmande ou il a fait sa carrière d’abord avec son père puis seul comme patron couvreur spécialisé sur les couvertures en ardoise réservées en lot et garonne aux bâtiments aujourd’hui dits historiques – églises et châteaux

      8°) Jeannine Allaire : 24/06/1925 Marmande – 21/06/1946 Marmande – encore vivante
      mariage avec Lucien Jean Bélivier :14/03/1922 Seyches – 21/06/1946 Marmande – 24/09/2004 Bordeaux

      Je suis en train de polluer votre blog avec les fichiers redondants. ne consultez que les 2 derniers envois (partie 1 et partie 2) et supprimez les autres envois il y avait une erreur au pt 8 andré Allaire ayant épousé Jeanne Marguerite Bédubourg : 28/02/1893 lévignac de guyenne – 21/05/1924 Lévignac de guyenne – 21/02/1986 Marmande
      DB

        Note d’Odile : oui, je viens de rentrer et faire le ménage dans le blog. J’espère n’avoir détruit que les doublons.

      après avoir consulté le registre St Aignan sépulture 1638-1668 je trouve :
      François Hilereau déjà identifié dcd le 7/05/1653 mari de Jaquette Hayron p22/49
      ensuite mais sans relation apparente donc à approfondir (pas de Lottin) :
      p 3/49 29/10/1639 Jullien Rassinoux -epx mathurine Johanneau
      p 3/49 16/10/1639magdeleine Rassinoux epse Jan Pro….
      p 6/49 20/12/1640 Epiphanie Rassinoux epse Jullien Deniau
      p 10 26/01/1644 mathurin Rassinoux epx marguerite Chesnau
      p 13 28/04/1646 Marguerite Chesnau vve Mathurin Rassinoux
      p 14 jj/07/1647 mathurin rassinoux epx françoise merlet
      p 14 6/11/1647 Fiacre rassinoux fild de mathurin rassinoux
      p 16 9/04/1648 andrée Rassinoux epse Jean Bachellier
      p 17 marie Visonneau (dans la table en fin de liste) mais qui pourrait aussi être Tisonneau dans le texte (?) 16/08/1649 epse Pierre marsain ou margain
      p 25 Guillemette Visonneau ou Tissoneau 12/04/1655 vve jean …chollet
      p 30/13/07/1659 Marie Pointiere epse Jean quellard
      p30 michelle rassinoux 24/06/1659 fille andré R
      p31 21/12/1659 mathurin rassinoux epx perrine merlet
      p 38 14/01/1663 renée rassinoux epse pierre brelet
      p 30. 12/07/1659 jean Hilereau epx de marthe …..
      p 43 14/02/1666 madelaine Hilereau célibataire

    20. bonsoir,
      concernant la recherche de Michel Coupprie, il existe bien un Michel Coupprie né le 31/08/1669 à Basse Goulaine fils de Julien Coupprie marié avec Françoise Rivet naissance registre 1669 p 28/62 que j’avais au départ mis dans ma ligne généalogique car un des ses frères s’appelle aussi Pierre. J’avais confondu ce Pierre Coupperie avec l’époux de Françoise Rivet.
      Par là je remontais jusqu’à Jullien ou Guillaume en passant par Blayse Coupprie né en 1571 puis René C né en 1613 puis jullien C né en 1637 père de Michel et de plusieurs autres enfants.
      Cette ligne est erronée et j’ai essayé sans succès de la relier à la branche Coupprie qui nous concerne.
      Néanmoins, c’est peut-être bien le Michel Coupprie que vous cherchez parrain de Marguerite Coupprie le 13 juillet 1691. les dates sont plausibles il aurait alors eu 22 ans.
      par quel lien est-il relié à Marguerite ou à ses parents, si c’est bien lui ?
      mystère pour le moment !

      acte de décès laconique le 12 juillet 1659 à St Aignan de granlieu reg 1638-1668 p 30/49
      ”Le douziesme jour de juillet mil six cent cinquante neuf a esté enterré dans le cimethière de St Aignan le corps de feu Jan Hillereau vivant mary de Nicolle Pointière par moy prestre soussigné “

        Note d’Odile :
        Merci. J’avais mis hier en ligne les familles qui nous concernant dans un document par patronyme désormais, tant cela devenait copieux.

      bonsoir,
      je rentre petit à petit la famille hillereau dans ma base car vous avez sacrément déblayé le terrain.
      En enregistrant les actes depuis les archives, je m’aperçois que vous vous êtes aussi fait pièger par le prêtre de St Aignan de Granlieu :
      1°) le 30/01/1743 (p 23/90) : l’enfant née est Jeanne Hyllaireau et non pas Jan qui est le père : (mention marginale= “à Jan Hylaireau — Jeanne”
      2°) Isabelle Hillaireau est peut-être baptisée le 27 et non le 20
      3°) J’ai trouvé l’acte de baptême d’Honorée Hillaireau qui n’est pas daté sur votre document
      ”Le vingt sixiesme jour du mois d’April mil six cent cinquante et un a esté baptizée Honorée fille de Jan Hillaireau et de Nicolle Pointière sa femme a esté tenue et nommée sur les saints fonts du baptesme par Honoré Haigron mary de …. Ja …. et marainne Jeanne fille de François Hyllaireau par moy vicaire soussigné ”
      4°) du coup, il nous manque maintenant Jan Hillaireau qui apparaît bien comme son fils, dans l’acte de décès de Nicolle Pointièrre en 1692. J’ai déroulé les fichiers et je n’ai pas trouvé ! jusqu’en 1659 et même un peu au delà date du décès de son père Jan Hillaireau
      par contre j’ai trouvé 2 actes non relié pour le moment, je ne sais pas si vous les avez
      reg 1654-1668 St Aignan : p 39/96 tous les deux
      Guillaume Hillereau (Guillaume et Marie Bretet)
      Jean Hillereau (Jan et jeanne Pottier)
      voilà c’est tout pour aujourd’hui
      bonne soirée
      DB

        Note d’Odile :
        Vu. Le parrain d’Honorée a pour épouse Honorée Jahaneau
        Jean est né entre 1637 et 1643 dates du mariage et du premier enfant, ailleurs, c’est à dire là où est née Nicole Pointière. Mais j’ignore où et les paroisses voisines n’ont plus de registres à cette date

      Bonjour ,
      registre S 1638-1668 p 43/49 décès de Magdelaine Hilaireau à St Aignan
      sans doute fille de François et de Jacquette Haigron
      ”le 14° jour du mois de febvrier 1666 fut enteré le corps de defunte Magdelaine Hilaaireau non mariée”

      à noter p 30/49 certainement un doublon par erreur des prêtres
      il s’agit certainement d’une parente de notre Nicolle Pointière pour autant tjrs pas de référence à son village d’origine
      18/06/1659 – décès de Marie Pointière éps de Jan Quillaud (signé perin vicaire)
      13/07/1659 – décès de Marie Pointière eps Jan Quillaud ou Quillard (signé Moreau recteur)
      DB

      bonjour,
      J’ai trouvé sur le registre des décès de Basse Goulaine 1629/1668 l’acte qui pourrait être celui de Mathurine Coupprie épouse de Julien Jarnigan et mère de Catherine Jarnigan (née en 1612 et décédée en 1671)
      donc en filiation directe sur la branche Jarnigan- Couperie
      Elle est la seule Mathurine Coupprie décédée sur ce registre, et sous réserve qu’elle ne soit pas décédée entre 1624 date de naissance de sa dernière fille Catherine (2) Jarnigan et 1629 date de début du registre, c’est bien notre mathurine.
      D’autre part, à mon avis il est peu probable qu’elle soit décédée ailleurs qu’à Basse Goulaine.
      Impossible de voir entre 1624 et 1629 car il n’existe pas de registre décès.
      Quant à son mari Jullien Jarnigan, là c’est le brouillard total, car il y a dans ce registre plusieurs Jullien Jarnigan décédés sans filiation ni aucun renseignement, donc impossible à distinguer.
      ref Basse Goulaine registre S 1629-1668 page 12/91
      ”le 11° juin 1631 dans l’église de Basse Goulaine fut inhumée Mathurine Coupprie par moy Langelin prtre vicaire”
      Qu’en pensez-vous ?
      bon dimanche
      Daniel Bélivier

        Note d’Odile :
        Réponse dans 15 jours car je reçois de la famille
    21. bonjour,
      Avant que vous me répondiez j’ai un doute sur l’acte de décès de Mathurine Coupprie dont je vous ai parlé précedemment car il existe encore une Mathurine Coupprie vivante le 24 mai 1634 : elle est la marraine de Mathurine Jarnigan et peut-être même sa grand-mère
      je crois que j’ai fait fausse route et que cette Mathurine Coupprie décédée en 1631 n’est pas la bonne ?
      Si c’est le cas, elle est décédée ailleurs qu’à Basse Goulaine puisque j’ai suivi tout le registre
      J’ai trouvé aussi qq naissances nouvelles mais pas stratégiques, ni pour votre ligne généalogique ni pour la mienne.
      Quant j’aurais fini, je ferai l’inventaire de ce que vous avez noté sur votre document et je vous enverrai les suppléments
      cordialement
      DB

    22. Bonjour,
      Je reviens vers vous car j’ai du nouveau à propos de la famille Pointière qui existe bien à St Aignan – voir histoire de la famille Hilaireau –

      J’ai trouvé l’acte de naissance de Nicole Pointière épouse de Jan Hilaireau dans la commune de St Aignan de Granlieu en voici la copie :
      « Le dix neuviesme jour de may l’an mil six centz vingt trois a esté baptizée Nicolle fille de Jan Pointière et Marguerite Racinoux sa femme a esté tenue et nommée sur les fonts du baptesme par Nicollas Paraudeau et mareni Nicolle fille de défunt François Challon faict par moy missire Guillaume Blanchard – Signé : Blanchard
      source internet site du Conseil général de la loire atlantique – archives numérisées de la paroisse St Aignan de Granlieu – Baptêmes années 1617 (avril) 1639 (avril) page 29 / 106

      J’ai également trouvé l’acte de naissance de Marie Pointière qui est sans doute la soeur de Nicole P., bien que dans cet acte le prénom de la mère soit Magdellayne au lieu de Marguerite précédemment.
      Mais comme il n’y a pas à priori d’autre couple Pointière dans la paroisse je pense que Marie est bien la soeur de Nicole
       » Le huitiesme jour de septembre mil six centz dix sept a esté baptizée Marie fille de Jan Pointière et Magdellayne Racynoux sa femme tenue et nommée sur les saincts fonts du baptesme par Jan Jamet mary de Vincente Denyau et Julienne Etaigne non maryée faict par moy soulz signé vicaire  » Signé : J Machefer
      source internet site du Conseil général de la loire atlantique – archives numérisées de la paroisse St Aignan de Granlieu – Baptêmes années 1617 (avril) 1639 (avril) page 3 / 106

      on avance … lentement
      cordialement
      DB

      Encore du nouveau concernant la famille Hilaireau
      J’ai retrouvé le mariage des parents de Nicole et Marie Pointière, à savoir mariage de Jan Pointière et Magdeleine Racinoux parents de Nicole et Marie Pointière.
      On retrouve ici Magdeleine (la mère de Marie) et non plus Marguerite la mère de Nicole mais ça doit être la même personne
      Mais là je rame un peu à déchiffrer le nom de la paroisse d’origine de Jan Pointière qui est pourtant écrit dans l’acte et qu’il serait intéressant de connaître, depuis le temps que je cherche l’origine des Pointière !
      voici la transcription de ce que j’ai pu déchiffrer :
      “Le dixiesme jour de may l’an mil six cent quinze a esté espouzé Jan Pointiere paroissien de St …………… [paroisse d’origine de Jan Pointière] avec que Magdellaine Racinoux parroissienne de St Aignen …….les parties en premier …….. la dicte Racinoux en second ……… faict par moy soulz signé Girard ”
      les références : registre des mariages de St Aignan 1597 – 1653 page 22/67
      Avez vous une idée de la paroisse notée dans l’acte ?
      d’avance merci si vous arrivez à déchiffrer
      DB

        Note d’Odile :
        Je vous ai mis mes retranscriptions sur mon fichier HILAIREAU en ligne sur mon site.
        J’observe que le patronyme s’est écrit avec un e pris dans la o, qui devait se prononcer Pouétière
        et aussi Poytière et Pointière.
        Je pense comme vous que Marguerite est une erreur, mais je suis surprise de voir Nicole se marier à 14 ans
        Enfin il s’agit de Saint-Lumine-de-Clisson, qui s’est appelé un moment Saint-Lumine-des-Bois.
    23. Bonjour,
      merci pour « St Lumine des boys. »
      Malheureusement les registres de cette époque n’existent pas à St Lumine des bois donc impossible de poursuivre sur la famille Pointière
      d’autre part j’ai retrouvé l’acte de décès de Magdeleine Rassinoux à St Aignan de Granlieu
      en voici la transcription :
      « Le treizieme jour d’octobre mil six cent trente neuf a esté enterré dans le cimetière de cette paroisse le corps de déffunte Magdellayne Rassinoux de son vivant femme de Jan Pointière par moy vicaire soulsigné  »
      reférences : archives numérisées de la paroisse St Aignan de granlieu – année 1638 – 1668 – page 3/49
      bonne réception
      DB

    24. Il y a 2 ans, je vous mettais sur ce blog une étude que j’avais faite, intitulée :

      L’anniversaire de la naissance d’un individu est une fête récente : autrefois il était donc difficile de connaître son âge et celui de ses proches.

      Je regrette vivement que personne n’ait fait écho à cette étude, car elle est à mon avis indispensable à tout généalogiste pour comprendre comment nos ancêtres savaient ou plutôt ne savaient pas leur âge et leur date d’anniversaire.
      Alors, j’insiste ce jour, lourdement, pour que vous la relisiez.
      Merci

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *