Claude Leroux prolonge de 5 ans le bail à ferme fait à René Vallier, Champigné 1610

mais elle en augmente le prix de 20 livres par an.

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E8 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le samedi 8 mai 1610 après midy, devant nous René Serezin notaire royal à Angers furent présents et personnellement establis noble et puissante dame Claude Leroux dame de la Hamonière y demeurant paroisse de Champigné d’une part,
et René Vallier marchand fermier de la terre de Laubinière à ladite dame appartenant paroisse de Thorigné d’autre part,
lesquels ont recogneu et confessé avoir fait entre eulx la prorogation du bail qui s’ensuit c’est à savoir que ladite dame a prorogé et continué et par ces présentes proroge et continue audit Vallier ce acceptant pour le temps et espace de 5 années et 5 cueillettes entières et parfaites le bail à ferme ct devant fait par ladite dame audit Vallier de ladite terre de Laubinière passé par Ternier notaire soubz la cour de Chasteauneuf à commencer icelles 5 années du jour que finirat ledit bail et à finir à pareil jour, aux mesmes charges clauses et conditions portées et contenues par ledit bail et pour en payer par chacune d’icelles la somme de 200 livres qui est 20 livres outre ce que disoit ledit marché, aux jours et termes portés par ledit bail, que ledit Vallier a promis et s’est obligé faire et accomplir ce qui a esté stipulé et accepté par lesdites parties et à ce tenir etc obligent lesdites parties respectivement etc foy jugement et condemnation
fait et passé Angers maison de nous notaire présents Me Fleurant Richeu et Estienne Lestunier praticiens demeurant Angers tesmoings

Cette vue est la propriété des Archives Départementales du Maine-et-Loire. Cliquez pour agrandir.

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog. Tout commentaire ou copie partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du droit d’auteur.

7 réponses sur “Claude Leroux prolonge de 5 ans le bail à ferme fait à René Vallier, Champigné 1610

  1. -LE MANOiR DE L’AUBINIERE à Thorigné d’Anjou.

    -Admirablement située au bord de la Mayenne,L’Aubinière est une gentilhommière bâtie en deux campagnes de construction;les derniers travaux,au XVIIe siècle,lui donnèrent son aspect actuel.L’histoire de cette demeure remonte au XVIe où elle est possédée en 1567,par « noble et puissant seigneur » messire Antoine Legay,chevalier,et Claude Leroux de la Roche des Aubiers sa femme,seigneur et dame de la Hamonnière à Champigné,admirable château qu’ils s’étaient plu à agrandir et embellir dans le goût de la Renaissance.
    Leur fille unique,Sapience,épousa François de Samson et eut deux enfants,Louis et Charlotte,celle-ci épousa Claude de Racappé,seigneur de Magnannes,capitaine des gardes du corps du roi,déja très âgé mais qui s’était illustré sur tous les champs de bataille depuis 1543,en particulier au siège de Metz en 1553 et à la reprise de Calais en 1558;durant les guerres de religion il avait ensuite entretenu une garnison à Magnannes pour le service du roi et deux de ses fils d’un premier mariage étaient morts au combat.De son union tardive avec Sapience Legay allait naître en 1597 un fils,René de Racappé,qui épousera le 29 juin 1618 sa cousine Suzanne Leroux:trois mois plus tard,le 27 septembre,son oncle maternel,Louis Legay,lui donnera l’Aubinière,la dot de sa mère n’ayant jamais été payée…Les embarras financiers,comme l’on voit,sont de toutes les époques !
    Ce ménage Racappé-Leroux aura de nombreux enfants,dont le septième,Augustin,époux de Marie de Champagné,en 1662,vivra à L’Aubinière et agrandira la maison; une fille,Marie-Anne,y naît en 1675;Augustin de Racappé y meurt et est inhumé dans l’église de Thorigné,le 25 juin 1697.Son fils,Augustin-René,est en 1721 parrain de la grosse cloche de l’église;quoique non prêtre,il était en 1697 prieur commandataire de St-André-de-Mirebeau.Il avait deux soeurs,l’une mariée à René-Ollivier du Guesclin seigneur de L’Escoublère et l’autre ,Renée,alliée en 1730 à Pierre-Philippe d’Héliand,seigneur d’Ampoigné:Mme d’Héliand hérita de son frère et transmit ainsi l’Aubinière à sa fille Louise mariée en 1774 à Georges de Maillé de la Tourlandry.Des Maillé,la pittoresque gentilhommière allait passer à la famille de Barmon qui la possède toujours:de 1567 au moins à nos jours,elle s’est constamment transmise par succession,ce qui,on l’admettra,est un assez beau score !
    (« Gens et maisons du temps passé » André Sarazin.) Achevé d’imprimer 1995.

  2. Bonjour

    Pour la commune de Thorigné, il date du 18ème siècle:

    http://www.villagesdecharme.com/thorigne.php

    http://www.wiki-anjou.fr/index.php5/Thorign%C3%A9-d'Anjou

    On voit bien la démarquation entre le vieux bâtiment et son extension

    Il a été construit dans le lit de la Mayenne, à Thorigné, cela doit faire parti des 1ères maisons inondées (le village s’est construit sur les hauteurs)

    Bizarre, plus de 400ans plus tard, on s’évertut toujours à construire dans des zones inondables: les côtes vendèennes

    La Harderie et la Violette, 2 autres manoirs se sont construit à proximité du bourg à la même période

    Stéphane

  3. E.3159.(Carton.)-32 pièces,parchemin;29 pièces,papier.
    1447-1698.-LEROUX.
    -Aveux rendus à Briollay par Hardy et Jean Leroux,sieurs de La Roche-des-Aubiers,pour leur terre de Chemens;-présentation par Jean Leroux de la chapellenie de Saint-Antoine-de-Padoue desservie en son manoir seigneurial de La Tour-de-Ménive;-mémoires pour le seigneur de Chemens à l’appui de son droit de parnage dans les landes de Chemens;-et de son droit d’armoiries et de litre en l’église de Corzé;-acquêt par Jean Leroux de la closerie de La Raynière;par Louis Leroux,chanoine d’Angers,sieur d’Avort,de la chatellenie de Corzé;-don par Jean Leroux à Jeanne Leroux,sa fille naturelle,du lieu de La Millonnière;-testament de Charles Leroux,gentilhomme ordinaire de la Chambre,conseiller d’Etat,portant entre autres legs,don à Louis d’Aubigny,d’un cheval,ainsi qu’à Charles Duvau,son page, »pour estre hors de page »,et à Jean Bottereau,dit La Plagne,de 30 livres pour la peine prise pendant sa maladie,etc;acte baptistaire de Jean,fils d’Emmanuel Leroux de La Roche-des-Aubiers;-transaction entre Louis Leroux de La Roche-des-Aubiers,Claude Leroux,femme de Toussaint Lejumeau,et René Trochon,juge-prévôt civil et criminel d’Angers,pour le partage de la succession de mademoiselle de Brissac,fille de Charles de Brissac,sieur du Lavouer.
    (Série E.Titres de famille.AD du Maine et Loire.C.Port.)

  4. E.3160.(Carton.)-7 pièces,parchemin;107 pièces,papier.
    1702-XVIIIe siècle.-LEROUX.
    -« Livre journal de mes affaires particulières »,tenu par madame de La Roche-des-Aubiers;-compte rendu à Marie-Anne de Gillier,femme de Louis Leroux de La Roche-des-Aubiers,de la succession de Louise Croisil,sa mère,veuve de Georges de Gillier,marquis de Marmande;-contrat de mariage de Louis-Pierre Leroux de La Roche-des-Aubiers,sieur du Plessis-Clérembault,avec Marie-Françoise de Salles;-acquêt par René Leroux,notaire royal,de terres dans la paroisse de Corné;-inventaire des meubles du château du Plessis-Clérembault dans la paroisse de Saint-Rémy-en-Mauges;délégation par Louis-Pierre-Georges Leroux de La Roche-des-Aubiers à Marie-Anne de Gillier,sa mère,des fermages de La Raffraire,de La Hunelière,L’Echasserie,Lorvoire et autres dans les paroisses de Saint-Rémy,Tilliers et Gesté,pour représentation de la rente de 3,000 livres qu’il lui doit;-testaments de Marie-Françoise de Salles et de Louis-Georges Leroux de La Roche-des-Aubiers;-inventaire des meubles de Louis-Pierre Leroux de La Roche-des-Aubiers;-don par Jean Simon,receveur des décimes du clergé d’Anjou,en avancement d’hoirie,à René-Jean Leroux,son gendre,docteur en droit,de la terre de La Chotardière;-testament dudit René-Jean Leroux,portant instructions spéciales à sa femme pour la conservation légale de son douaire;-notes et extraits généalogiques par le feudiste Audouys;etc.
    (Série E.Titres de famille.AD du Maine et Loire.C.Port.)

  5. E 4 ,liasse,14 pièces,parchemin,13 pièces,papier. Page 2.
    -LE ROUX DE LA ROCHE DES AUBIERS. 1374-1583.
    (Série E.Titres de famille. Départ de La Sarthe.).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *