François Simon de la Bernardaie et de la Lucière a injurié Pierre Gautier, Vern d’Anjou 1612

et comme vous avez déjà lu sur mon blog, les injures étaient autrefois très sévèrement punies.
Donc, Pierre Gautier a porté plainte et il a bien fait.
Mais leurs avocats respectifs parviennent à les réconcilier avant le procès, moyennant des excuses de François Simon.

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E8 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le samedy 30 juin 1612 après midy par devant nous René Serezin notaire royal à Angers feurent présents et personnellement establys Françoys Symon escuyer sieur de la Bernardaye et de la Lussière paroisse de Vern d’une part,
et honorable homme Pierre Gaultier sieur de la Crestienye demeurant Angers paroisse de la Trinité d’autre
lesquels du procès intenté par ledit Gaultier à l’encontre dudit Symon par devant monsieur le lieutenant criminel de ceste ville pour raison des injures mentionnées par les informations que ledit Gaultier en a fait faire par Louvet sergent et soubz lesquelles il a obtenu décret donné à l’instance en ont par l’advis de leur conseils accordé comme s’ensuit c’est à savoir que après que ledit Symon a recogneu ledit Gaultier pour homme de bien d’honneur et de my…


J’ai un mot qui manque, qui est manifestement synonyme de homme de bien et d’honneur, mais que je ne parviens pas à comprendre. Merci de l’examiner attentivement. Je vous ai surgraissé le passage entier de cette vue.

et que les injures qu’il luy dist se feut par colère y n’entend y persister
ledit Gaultier s’est désisté et désiste de ladite poursuite et accusation, consenty et consent que ledit Symon en soit envoyé absolu sans autre recherche despens dommages et intérests et l’en a iceluy Gaultier quitté et quitte

ce qui a esté stipulé et accepté par lesdites parties et à ce tenir etc aulx dommages etc obligent etc respectivment etc
fait et passé au palais royal de ceste ville en présence de Me Phelippes Bouslet sieur de la Grobadière et Guy Bauldrier sieur de la Becquantinière advocats Angers tesmoings

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog.

3 réponses sur “François Simon de la Bernardaie et de la Lucière a injurié Pierre Gautier, Vern d’Anjou 1612

  1. Bonjour
    Je me lance (très imprudemment)…ce mot pourrait être  » moeur » pour « bonnes moeurs ». Le notaire prolonge le mot « led » de la ligne supérieure par une queue qui descend jusqu’à la troisième ligne inférieure, si bien que le « o » très ouvert de « moeur » ressemble un « y »…
    cordialement

  2. LE MANOIR DE LA LUCIERE à Vern-d’Anjou.

    -La Lucière est le type même de ces anciennes « maisons fortes » de nos pays de bocage que dissimulaient autrefois les hautes haies et les marmenteaux environnants.Les vastes bâtiments formaient un ensemble clos à tourelles d’angles et porche couvert,cour intérieure,logis,chapelle,granges,écuries,etc:ç’était tout à la fois un fortin et une exploitation agricole.
    -Au cours des siècles,maints remaniements intervinrent:un arc roman,muré,atteste d’une construction au XIIe:les élégantes lucarnes sont un apport du XVIIe,et la chapelle,aux belles boiseries,présente un grand rétable de pierre blanche ,daté de 1770 et dû au sculpteur François Bordillon,élève du grand architecte Blondel,de Paris.
    -L’acte le plus ancien est de 1466:Macé de La Barre est alors seigneur de La Lucière qui,est-il précisé,fut avant lui à Ambrois de Champaigne.Fils cadet de Jean de La Barre ,seigneur de Monternault-le-Guillaume-lequel fut prisonnier des »Anglais à la fin de la guerre de Cent Ans et dut payer rançon pour la délivrance de son corps »-notre Macé de La Barre avait épousé Jeanne de Saint-Aignan et en eut deux fils:l’aîné Lancelot,se fit prêtre,et le cadet,Guillaume ,marié en 1473 à Jeanne du Boisrahier,continua la lignée.
    -Leur fils Pierre,seigneur de La Lucière en 1515,hérite de plus en 1526,de La Roche de Noyant,qui lui vient d’un oncle,Joachim de La Rivière:mais Pierre de La Barre,marié à Marie de Champaigne,mourra sans postérité.Son héritière sera,en 1561,sa nièce,Jacquemine Pelaud,épouse de noble homme François Lailler:hugenot,ce dernier a pris part en 1560 au pillage de la cathédrale d’Angers et va être décapité place du Pilory en 1562.
    -La Lucière fut probablement vendue sur les entrefaits et l’on y voit en 1565 un certain François Joret.Quelques décennies plus tôt un gentilhomme voisin,noble homme Pierre Hernault,seigneur de La Besnardaie,était mort,lui aussi sans enfant,après trois ans de mariage,léguant à sa femme,Louise du Teilleul »tout ce que permet la coutume »:larmes séchées,mais conservant La Besnardaie,la jeune veuve convolait en 1535 avec noble homme Julien Simon,qui dès lors prit le nom de Simon de La Besnardaie.
    -Ses descendants habiteront les uns La Besnardaie,les autres Lucière(dont on ne sait pas la date précise d’acquisition).L’un deux,Jean,trouvé noyé dans l’Erdre,le 22 novembre 1657,sera ramené par Mme de La Lucière,sa mère,à Vern,pour y être inhumé.Autre évènement tragique:Antoine,étant à la chasse avec son valet,se prendra de querelle avec les fils d’un de ses voisins:le plus jeune l’abattra d’un coup de fusil et le valet,vengeant son maître,tuera le meurtrier…
    -Le dernier Simon de La Besnardaie,Antoine,curé de Brain-sur-Longuenée,passe lui aussi pour avoir eu le caractère »un peu vif ».Il est de fait qu’il usa onze vicaires en 10 ans.
    -Retiré à La Lucière,il en fit décorer la chapelle magnifiquement,puis vendit la propriété au très riche M de La Crossonnière,fort dépensier en sa jeunesse,puis devenu en son vieil âge d’une proverbiale avarice:ç’est lui qui fit barder de grilles de fer les fenêtres de La Lucière dans l’espoir d’échapper aux voleurs.Son neveux et heureux héritier(il laissait 52 fermes et trois châteaux!)le comte de Falloux,a rapporté sur lui de très distrayantes anecdotes.
    (Gens et Maisons du temps passé. André Sarazin.)

  3. E.2223.(Carton.)–13 pièces,papier.
    XVIIIe siècle.-DELABARRE.
    -Notes et extraits généalogiques du feudiste Audouys sur la famille Delabarre,seigneur du Buron,de La Roullaye,du Tilleul,de Saint-Sauveur de Flée,du du Fougeray de Fournieux,du Vauduchon,de La Roche-de-Noyant,des Hayes,de La Tuffière,de La Lucière,etc.

    (Série E Titres de famille AD du Maine et Loire.C.Port.)

    E. 2224.(Carton.)-27 pièces,parchemin;38 pièces,papier.
    1379–1778.-Acquêt par Jean Delabarre et Jeanne de Monternault,sa femme,des droits de Macée de La Voirie dans la succession de Jean de Monternault,son premier mari;-contrat de mariage de Jean Delabarre avec Isabeau Provost;-cession par Silvestre Delabarre à Jean,son frère ainé,de tous ses droits sur Le Gros-Chêne en la paroisse d’Athée.;-contrat de mariage d’Africain Delabarre avec Françoise Bonamy;-partage entre Jean Delabarre,René Rogé et Nicolle Collas,sa femme,de la terre de La Haye en Saint-Augustin -des-Bois;testament d’Adam Delabarre,doyen de Saint-Maurice d’Angers,portant entres autres legs,don à son chapitre,d’une mître »àluy baillée par l’évêque de Ruzé,qui l’avait acheptée des héritiers de deffunct monsieur Bouvery,vivant évesque d’Angers; »-de Jacquine Delabarre,dame de La Haye;-partage de la succession de Gilles Delabarre,écuyer,sieur du Coudray;-inventaire des meubles de Paul Delabarre,sieur du Coudray;-ordonnance de maintenue de noblesse pour Françoise de Couanne,veuve de Paul Delabarre,et leurs enfants;-sommaire des titres produits par Pierre Raimbaut,Guy Petit et autres héritiers de Louis Delabarre,sieur du Pignon;-bulle de dispense pour le mariage de François Delabarre avec Marie-Anne de Chaillaud,etc.
    (Serie E.Titres de famille AD du Maine et Loire.C.Port.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *