Contrat de mariage de Jacques Guitet et Claude Bouju, Angers 1587

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E1 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 25 février 1587 (Jean Lecourt notaire) comme en traitant parlant et accordant le mariage estre fait consommé et accomply entre honneste homme Jacques Guittet marchand Me routisseur demeurant en la ville d’Angers paroisse de la Trinité d’une part, et honneste fille Claude Bouju fille de honneste homme Catherin Bouju et deffunte Perrine Desrues ses père et mère d’autre part, et auparavant que aulcunes messes ne bénédiction nuptiale fussent et soient intervenues entre lesdits futurs espoux ont esté faits les accords pactions et conventions de mariage qui s’ensuivent, pour ce est-il que en la cour du roy notre sire à Angers endroit par devant nous personnellement estably ledit Jacques Guittet d’une part, et ledit Catherin Bouju et Claude Bouju sa fille demeurant en ladite ville dite paroisse de la Trinité d’autre part, soubzmectant lesdites parties respectivement confessent c’est à savoir que ledit Guittet a promis et promet et demeure tenu et obligé de prendre à femme et espouse ladite Claude Bouju, et icelle Claude Bouju avec l’advis autorité et consentement dudit Catherin Bouju son père a pareillement promis et promet prendre à mary et espoux ledit Guittet et eulx s’entre épouser l’un l’autre en face de ste église catholique apostolique et romaine sy tost que l’un en sera par l’autre requis tout légitime empeschement cessant
en faveur duquel mariage lequel autrement n’eust esté fait ledit Catherin Bouju a promis et promet paier et bailler auxdits futurs espoux la somme de 50 escuz sol scavoir 25 escuz sol dedans le jour de leurs dites épousailles et pareille somme de 25 escuz sol dedans le jour et feste de st Berthelemy prochainement venant, et laquelle somme de 50 escuz sol ledit Catherin Bouju a dit et déclaré et asseuré avoir receue de sire Fleurimond Fleuriot Me de la Monnaye de Nantes et y demeurant et provenue pour raison du don fait de ladite somme par ledit Fleuriot à ladite Claude Bouju future espouse, et sans ce que icelle somme lesdits futurs espoux leurs hoirs etc soient tenus d’icelle faire rapport aulx autres enfants dudit Catherin Bouju ne aultres en aulcune manière au moyen dudit don par ledit Fleurimond Fleuriot à ladite future espouse comme dit est
et ainsi l’ont lesdites parties accordé ensemblement autrement et sans laquelle convention ledit contrat de mariage n’eust esté fait passé et consenty
et oultre ledit Catherin Bouju a promis et promet habiller et vestir sadite fille d’accoustrements et vestements nuptiaulx selon sa qualité
et est accordé et convenu entre lesdites parties que au cas que lesdits futurs espoux n’acquéreroient communauté de biens entre eulx par demeure d’an et jour et qu’ils n’aient enfants procréés de leur mariage que en celui cas ladite somme de 50 escuz sol cy dessus n’entrera en communauté de biens desdits futurs espoux ains sera tenu ledit Guittet ses hoirs etc icelle rendre audit Bouju ses hoirs etc
et a ledit Guittet futur espoux constitué et assigné et par ces présentes constitue et assigne à ladite Claude Bouju sa future espouse douaire coustumer cas de douaire advenant et dont etc et ont ce que dessus respectivement stipulé et accepté, auquel contrat et traité de mariage tenir etc et à paier etc obligent lesdites parties respectivement etc renonçant etc foy jugement et condemnation etc
fait et passé audit Angers après midy maison de ladite Bouju présents à ce honneste homme Denis Belot marchands et sire René Reverdy Me cordonnier demeurant en ceste dite ville d’Angers tesmoins

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog

Une réponse sur “Contrat de mariage de Jacques Guitet et Claude Bouju, Angers 1587

  1. -E.2452.(Carton.)5 pièces,parchemin;85 pièces,papier.
    1538-1789.- FLEURIOT-
    -Amortissement par Jean Fleuriot,sieur de La Ferrière,d’une rente due sur la métairie de La Courtinière;-vente par Pierre Fleuriot,marchand,à Jean Belot,maître pâtissier,d’une maison en la rue de l’Ecorcherie à Angers;-acquêt par René Fleuriot du domaine de Gaigné en la paroisse de Mûrs;-par Gabriel Fleuriot,ouvrier en la Monnaie d’Angers,de partie de la métairie de La Haute-Brosse en Champtocé;-partage de la succession d’Hardouin Fleuriot,sieur des Roches et de Jeanne Ogereau,sa femme;-offre d’hommage à la seigneurie de La Tour-Landry par Pierre Fleuriot,avocat,pour sa métairie de La Roche-Besnoux en Thouarcé;-requête de Gabriel Fleuriot,sieur des Roches,au conseil de ville d’Angers,afin d’être déchargé,en qualité de fils d’échevin,du logement des gens de guerre;-contrat de mariage de Gabriel-François Fleuriot,sieur de La Guichardière,avec Marie-Renée Avril;-sentence de l’intendant de Tours,qui vise les lettres de noblesse de Gabriel et d’Ignace Fleuriot et les maintient dans le droit de prendre le titre d’écuyer;-mémoire pour Ignace Fleuriot,sieur de La Jumeraye,contre les paroissiens de Faveraye,afin d’être rayé,comme gentilhomme,du rôle des tailles;-procès-verbal de l’état de la maison de Haute-Berge en Mozé,abandonnée par le fermier de Jacques Fleuriot de La Fleurière;-quittances des frais et dépenses faits par René Fleuriot en sa qualité de tuteur des enfants de Pierre Fleuriot;-contrat passé par ledit tuteur avec Jean Grellet,tailleur,pour l’apprentissage de François Fleuriot,etc.
    (Série E.Titres de famille.AD de Maine et loire.C.Port.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *