René Rousseau engage la métairie du Pineau, Saint Gault (53) 1572

avec la caution de Nicolas et Julien Allaneau.
L’acheteur ne connaît pas les lieux et demeure à Angers, donc pour cet acheteur c’est un placement, et je m’aperçois que ce placement rapporte plus qu’une obligation au denier seize.

Les Allaneau et les Rousseau ont été liés. Voir mon étude ALLANEAU

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E121- Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le samedi 2 août 1572 en la cour du roy et de monseigneur duc d’Anjou fils et frère de roy Angers endroit par devant nous (Caillier notaire) personnellement establis honorables hommes sire René Rousseau sieur de la Tenemetière demeurant en la paroisse de Cosmes au lieu de la Garandière et Nicolas Alasneau sieur de la Bissachère et Julien Alasneau recepveur de la traite à Pouancé demeurant audit lieu de Pouancé, tant en leurs noms que au nom et eulx faisant fort de Renée Rousseau femme dudit René Rousseau à laquelle ils ont promis et demeurent tenus faire ratiffier et obliger à l’entretenement des présentes avecques eulx seul et pour le tout et en bailler à l’achapteur cy après nommé lettres de ratiffication vallable au les renonciations à ce requises et ce dedans un mois prochainement venant, à la peine de toutes pertes et intérests ces présentes néanmoins demeurant etc, soubzmetant eulx et chacun d’eulx seul et pour le tout sans division de personnes ne de biens eulx leurs hoirs etc au pouvoir etc confessent avoir ce jourd’hui vendu quité ceddé délaissé t transporté et encores etc à honneste homme Me Laurans Landevy licencié es loix advocat Angers à ce présent acceptant qui a achapté et achapte desdits vendeurs pour luy ses hoirs etc le lieu et mestairie du Pineau sis et situé en la paroisse de Saint Gault près Châteaugontier, composé de maisons granges taits jardins aireaulx, de 60 journaulx de terre, de 10 hommées de pré, d’un bois taillis contenant environ 2 journaulx, et ainsi que ledit lieu se poursuit et comporte sans aucune chose y retenir ne réserver le tout sis ès fiefs et seigneuries et aux cens rentes charges et debvoirs non excédent 5 sols pour tous debvoirs et charges franc et quite du passe, transportant etc et est faite ceste présente vendition cession et transport pour le prix et somme de 1 000 livres tz payée contant par ledit achapteur auxdits vendeurs qui icelle somme de 1 000 livres ont eue prinse et receue en présence et vue de nous en or et monnoye au poids et prix de l’ordonnance dont ils se sont tenus et tiennent contans et en ont quité et quitent ledit achapteur ses hoirs etc o grâce donnée par ledit achapteur auxdits vendeurs et par eulx retenue de pouvoir par eulx rescousser et rémérer lesdites choses vendues et ce dedans ung an prochainement venant en payant et refondant le sort principal avecques les frais et mises et d’aultant que ledit achapteur n’a cognaissance de la valeur des choses ont lesdits vendeurs et chacun d’eulx seul et pour le tout promis et assuré audit achapteur que lesdites choses vallent de ferme ou revenu annuel toutes charges déduites la somme de 83 livres 6 sols 8 deniers à une fois payée la somme de 1 000 livres et où il ne vauldroit lesdites sommes ont lesdits vendeurs et chacun d’eulx seul etc promis et demeurent tenus bailler audit achapteur terres proches d’icelles jusques à la valleur desdites sommes ou autre lieu et mestairie près la ville d’Angers, à laquelle vendition tenir etc garantir etc dommages etc obligent lesdits vendeurs eulx et chacun d’eulx seul et pour le tout sans division de personnes ne de biens etc renonçant etc et par especial au bénéfice de division discussion et ordre etc foy jugement et condemnation etc fait et passé audit Angers par devant nous Jacques Callier notaire royal audit lieu d’Angers en présence honneste homme Me René Belet licencié ès droit advocat au siège présidial d’Angers et Nouel Lefrère grand boursier de messieurs de saint Maurice demeurant Angers, en la maison duquel Belet lesdits vendeurs ont pris tous exploits et autres escriptures …

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog

2 réponses sur “René Rousseau engage la métairie du Pineau, Saint Gault (53) 1572

  1. E.3095.(Carton.)-6 pièces,parchemin;91 pièces,papier.
    1536-1769.-LEFRERE.
    -Acquêt par Jean Lefrère,bedeau de Saint-Maurice d’Angers des domaines de La Motaye et de La Raudière en Saint-Georges -du-Bois;-contrat de mariage de Pierre Lefrère avec Jeanne Lorier;-acquêt par Pierre Lefrère,praticien,des closeries de Chérisson,Le Tertre et La Libergerie dans les paroisses de Cornillé et de Bauné;-brevet pour Urbain Lefrère de l’office de sergent royal en la Sénéchaussée d’Anjou;-inventaire de la succession de René Lefrère;-acte de baptême de Marin Lefrère;-acquêt par Jeanne Bachelot veuve de Pierre Lefrère,des terres des Hauts-Champs et de La Triboisnelle en Corné;-contrat de mariage de René Lefrère avec Catherine Liger;-partage des successions de René et Pierre Lefrère et de la dame Bachelot,entre J.B.Lefrère,docteur en la Faculté de droit de l’Université d’Angers,René Lefrère,maître chirurgien,Perrine,Antoinette et Françoise Lefrère;-testament de Perrine Lefrère;etc.
    (Série E.Titres de famille A.D de Maine et Loire.C.Port.)

  2. Bonjour,

    Ce René Rousseau doit demeurer à la Garaudière à Cosmes et non à la Garandière, ce qui rattache ce René Rousseau avec les Rousseau de Cosmes et de Craon (voir de nombreux autres articles de ce blog) dont Claude sieur de la Ménardière (première noce sp avec une Allasneau), René le jeune sieur du Tertre et René Rousseau sr de Grandmaison :

    Claude Rousseau de la Ménardière est le mari en première noce de Nicolle Allaneau, fille de Christophe. Ce mariage est sans postérité, Nicolle décédant avant 1594 (voir votre étude sur les Allaneau). Claude Rousseau de la Ménardière et Nicolle Allaneau demeurent au Plessis de Cosmes en 1590.

    Par la lecture de vos relevés des actes de Craon, on constate de nombreux croisements de parrainages entre eux-mêmes ou entre leurs proches parents, entre René Rousseau de Grandmaison, Claude Rousseau de la Ménardière, mais aussi René “le jeune” Rousseau du Tertre. Le Claude Rousseau frère de René Rousseau de Grandmaison qui a traité avec Marie Rousseau avant 1600 (acte sur votre blog), serait donc Claude Rousseau de la Ménardière, un neveu de Marie Rousseau, par alliance avec les Allaneau.

    Après le décès de Nicolle Allasneau, Claude Rousseau de la Ménardière s’est marié en seconde noce avec Elisabeth Hannier (je n’ai rien trouvé sur cette famille Hannier). Ils ont de nombreux enfants à Craon, dont Anne Rousseau, ancêtre de Joseph Garande, dont j’ai déjà parlé sur votre blog.

    Claude Rousseau de la Ménardière décède le 16 avril 1624 à Craon et est enterré à Cosmes. Cosmes, la commune où se trouve à la fois le Plessis de Cosmes (où il est présent avec Nicolle Allaneau en 1590), mais aussi la Rousselière.

    Un Melchior Rousseau est présent au décès à Craon de René Rousseau de Grandmaison le 16 mars 1625. Un Melchior Rousseau sieur de Mécorbon est également présent à la naissance d’une fille de René “le jeune” Rousseau du Tertre à Craon. Pour Angot, T3 p 464, Melchior Rousseau est très probablement le père de René Rousseau du Tertre.

    D’après Angot, T3 p 466, René Rousseau est sieur de la Rousselière, mort avant 1593, père de Melchior Rousseau.

    D’après Angot, T4 p 805, Melchior Rousseau est le cohéritier bénéficiaire avec René, avocat, et François (soit des frères soit des neveux de Melchior) de René Rousseau qui fit bâtir la Rousselière à Cosmes dans lieu primitivement nommé Montaleu.

    René Rousseau, père de Melchior, grand-père de René du Tertre (et donc aussi de ses frères René de Grandmaison et Claude de la Ménardière – sauf erreur de ma part), est d’après Angot, T4 p805, le fermier général de la Garaudière à Cosmes, propriété de l’Abbaye de la Roë, dont son frère Jean est l’abbé fiduciaire de 1587 à 1597. Serait-il ce René Rousseau de votre article de ce jour qui eu pour épouse une Renée Rousseau, fille de Mathieu (voir Abbé Angot p 748 T 3 La Téloinière).

    Mécorbon dont est sieur Melchior se situe à proximité du château de Montjean, attenant aux terres des Prouveries, propriété des Le Cornu du Plessis de Cosmes, et attenant aussi à la Valinière, dont est sieur René Rousseau, chirurgien, frère de François (est-ce les cohéritiers de Melchior ?) malheureux diplomates entre Jean Criqueboeuf, châtelain de Montjean, et Pierre Le cornu du Plessis de Cosmes (voir de nombreux textes sur cette épisode, dont celui d’Angot).

    Cordialement,
    Luc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *