1914-1918 au 84e R.I.T. carnet de guerre d’Edouard Guillouard, photos Leglaive

Mon grand père maternel, au front du début à la fin, avait 3 enfants en 1914 ! Ce billet est écrit à la mémoire de tous ces enfants… car cela m’a beaucoup frappée…

J’ai mis il y a quelques années sur mon site le carnet de guerre 1914-1918 au 84e R.I.T. d’Edouard Guillouard, photos Leglaive. D’une rigueur et précision toute militaire, il m’avait fallu 2 mois pour le tapper et le mettre en pages, d’autant que je n’avais pas de légendes au photos (en vrac dans une enveloppe) et que beaucoup sont encore non identifiées.
J’avais alors découvert cette guerre comme on ne nous la décrit pas souvent :
Ils étaient parti pour quelques jours, alors la France n’a pas mis en route la fabrication massive de bottes, capes huilées, casques, etc… et c’est tardivement après des mois dans la boue, la pluie et le froid que ces équipements indispensables leur parviendront…
Mon grand père circule souvent à cheval, mais prend le train pour les rares permissions, puis apprend la lutte anti-aérienne car l’avion a fait son apparition.
Un nombre incalculable de nouveautés techniques voient le jour au fil du temps…

  • J 256 (8 mois 12 jours) arrivée des périscopes pour voir de la tranchée, sans être vu et surtout sans s’exposer
  • J 414 (1 an 1 mois 28 jours) : arrivée des casques
  • J 595 (1 an 7 mois 16 jours) : distribution de montres et de pipes
  • J 818 (2 ans 2 mois 26 jours) : arrivée des capes huilées
  • J 1002 (soit 2 ans 8 mois 28 jours) arrivée des masques à gaz
  • J 1126 : Edouard n’a encore jamais parlé de peur, malgré tout ce qui tombe autour de lui, mais manifeste soudain une « grande appréhension ». Il est envoyé suivre les cours de commandant, se doute bien qu’il aura du mal à suivre, faute d’études suffisantes, et craint de décevoir les supérieurs, qui l’ont nommé. Belle grandeur d’âme de ces hommes, que la peur de ne pas être à la hauteur de la mission qui leur est confiée ! Il apprend même la lutte anti-aérienne.
  • J 1378 (3 ans 9 mois 8 jours) : distribution de cigares

  • Voici le cheval, car ce fut sans doute, du moins en Europe, la dernière fois qu’il combattait lui aussi.
    Outre le carnet de guerre, j’ai le cahier d »Aimée Guillot, sa belle-mère, édifiant : Il commence ainsi :
    à la grâce de Dieu ! que nos chers disparus nous obtiennent force et résignation à accepter vaillamment ce qui arrive !

    Suivent un nombre considérable de prières, messes, lessive, jardin, raccomodage, visites aux tombes, etc… ponctuées de mauvaises nouvelles….

    Mais, ce qui m’a le plus frappée lorsque j’ai fait ces pages, c’est qu’Edouard Guillouard avait 3 enfants en partant en 1914.

    En réalité, en partant au août 1914, mon grand père laissait 2 enfants et une épouse enceinte de plus de 5 mois. C’est ma maman qui est née à l’automne 1914, alors que son papa était au front. Elle disait souvent qu’elle ne l’avait connu qu’à 4 ans, et elle avait auparavant un vague souvenir d’une apparition d’un militaire qui lui avait fait peur car elle ne réalisait pas que c’était un papa. Sans doute ce jour de la photo…
    Alors aujourd’hui, je pense à tous ces enfants, privés de papa pendant 4 ans, et encore plus à ceux qui ne l’ont pas vu revenir… car mon grand père eut la chance d’en revenir.
    Mais lorqu’il revint, sa boutique n’était pas en forme : c’est sans doute une chose dont on parle peu, quand on évoque les 4 années 14-48. Il avait un boutique de gros, livrant de Nantes à travers la Bretagne, de la quincaillerie. Les clients, eux aussi au front ou disparus, ne payaient pas ou mal, et les affaires avaient périclité, menées tant bien que mal par son père, alors très âgé. Ainsi, ceux qui étaient partis et en sont revenus, n’avaient pas fait fortune, c’est le moins qu’on puisse dire… et cela aussi il faut le souligner.

    Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet seule une citation ou un lien sont autorisés.

    4 Replies to “1914-1918 au 84e R.I.T. carnet de guerre d’Edouard Guillouard, photos Leglaive

    1. Report des commentaires parus dans mon ancien blog :
      Marie-Laure, le 17 mars : Un GRAND MERCI pour ce billet émouvant et passionnant si magnifiquement illustré par vos photos d’époque.Cela m’a évoqué mon grand -père maternel : Maman avait 4 ans et mon oncle venait de naitre. Heureusement que de nos jours les pauvres soldats qui souffraient de  » shell -shock » et avaient été fusillés pour « lacheté » sont pardonnés ( ce n’est pas un cas personnel .).

      Du Périgord, le 17 mars : Quel émouvant salut à tous ceux qui disparurent dans cette terrible guerre ! Ma mère, elle aussi naquit en mai 1914 : mais,comme Lazare PONTICELLI, mes grands-parents durent quitter la Lorraine pour l’Italie : mon grand-père, de là, partit comme soldat en Lybie.

    2. Bonjour,
      J’ai découvert récemment qu’un membre de ma famille maternelle avait été soldat dans le 84ème RIT. Il est mort le 21 janvier 1917 à Létricourt.
      La lecture du carnet de guerre de votre grand-père est très intéressante et m’a permis de comprendre le déroulement des événements.
      Dans son carnet de guerre, Edouard GUILLOUARD écrit à cette date : « résultat 2 tués et 15 blessés ». Pourriez-vous indiquer le nom d’Auguste Henri LUCAS comme l’un des tués ? Il avait 38 ans. Je vous en remercie.

      1. Rebonjour Patricia
        J’ai mis la notice et les fiches concernant Auguste Henri Lucas sur la page en lien.

        Comme je ne suis pas crésus, et que je suis depuis 30 ans le seul et unique Webmaster du site et du blog, j’ai fait ce que j’ai pu sans logiciel, et pour le moment je suis parvenue à remettre les images, mais pas à les centrer et les réduire. Je vais encore y réfléchir, mais pour aujourd’hui mes neurones sont épuisés. Je les mets au repos.
        Bien à vous
        et merci de vos envois
        Odile

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *