Le Petit-Anjou déraille le 17 septembre 1935 sur un tas de pierres sur la voie

Le petit train d’Anjou déraille – Il y a neuf blessés.

Le Phare de la Loire, 17 septembre 1935 –
Angers – De notre correspondant particulier.

Hier, la ligne Saumur-Cholet du Petit-Anjou a été le théâtre d’un accident qui aurait pu avoir des conséquences beaucoup plus graves que celles que nous avons à déplorer, puisqu’il a fait neuf blessés.
L’autorail qui quitte Saumur à 17 h 2 traînait une remorque, et le convoi emmenait douze passagers. Entre la gare de Nantilly et le pont de Chacé, au lieu dit les Rivières, le mécanicien aperçut – mais trop tard, c’est son explication – des pierres placées sur le rail droit sur la voie ; il ne put freiner à temps, marchant aux environs de 45 à l’heure. A cet endroit, la courbe est assez accentuée. La locomotive étant sortie des rails, le ballast fut labouré sur une trentaine de mètres. L’autorail fit un tête-à-queue et se renversa sur le côté gauche ; la remorque, elle, se coucha aussi du même côté. Les vitres volèrent en éclats, il y eu parmi les passagers tombés sous les banquettes un moment de panique. Ce fut le sauve qui peut et, bien entendu, qui le put se sauva.
Malheureusement, cet accident avait fait neuf blessés dont deux assez grièvement qui durent rester à la clinique Fardeau après avoir reçu sur place les soins du docteur Boivon.
En l’absence de MM. Cayret, substitut et Livinec, juge d’instruction, demeurés à Brain-sur-Allonne pour poursuivre l’enquête sur le crime que nous relatons d’autre part, ce fut M. Ancelin, procureur de la République, qui se rendit sur les lieux pour diriger l’enquête en personne.
Le Tessier, ingénieur vicinal, procéda à l’enquête administrative.
Voici la liste des blessés :
Ont pu rejoindre leur domicile après pansement : Mme Duperray-Bouchereau, de Saint-Hilaire-Saint-Florent, et ses deux enfants ; M. Guy Bonnet, 18 ans, boucher à Doué ; M. François Guillot, 62 ans, du Coudray-Macouard ; Mlle Simone Millet, couturière à Denezé-sous-Doué et Félicité Hétreau, 47 ans, cultivatrice au même lieu.
Mlles Alice Lelong, 15 ans et demi, de Nantes, et Simone Meunier, 21 ans, de Douces, ont été gardées en observations à la clinique, mais leur état n’inspire aucune inquiétude.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.