Réception à la maîtrise de chirurgie, au ressort d’Angers, 1740-1752

Archives Départementales du Maine-et-Loire, série E

Avec ce billet, j’ai mis ce qui concernait les chirurgiens dans la catégorie Hygiène et Santé, et non plus dans celle Métiers, car je pense que c’est mieux ainsi, à moins que vous y voyiez un inconvénient.

Nous avions vu le 19 mai puis le 21 mai dernier, l’évolution du métier de chirurgien, en particulier la date de l’Ordonnance Royale du 24 février 1730, instituant la maîtrise en chirurgie.
Nous avions aussi des contrats d’apprentissage avant et un brevet d’apprentissage après cette date clef, apporté en commentaire de mon billet du 19 mai.

On appelle Brevet d’apprentissage, Un Acte passé pardevant Notaire, par lequel un Apprenti & un Maître s’engagent réciproquement ; l’Apprenti à apprendre un art ou un métier; & le Maître à le lui montrer pendant un certain temps, & à certaines conditions. (Dictionnaire de L’Académie française, 4th Edition, 1762)

Aujourd’hui, nous découvrons le diplôme de maîtrise en chirurgie, décerné à Angers par la nouvelle communauté des chirurgiens d’Angers. Vous en aurez d’autres, car il s’avère qu’au fil des réceptions à la maîtrise, la puissante communauté d’Angers ne se contente pas de maintenir les chirurgiens de campagne au rang inférieur (ils n’ont pas le droit de pratiquer de grandes opérations sans faire appel à un maître d’Angers, et ils sont visité une fois par an par l’un d’entre eux), mais nous découvrirons la prochaine fois qu’ils définissent leur zone de non concurrence. Enfin, vous voyez aussi une forme d’assurance contre les risques du métier

  • Jacques Godelier, Le Lion-d’Angers (49), 1740, folio 2
  • (Attention, les assemblées sont chacune rédigée par l’un des chirurgiens présents, jamais le même, et leur orthographe est parfois limitée, en particulier cette assemblée qui doit impérativement se lire phonétiquement, car elle contient beaucoup de perles orthographiques) En la semblée (sic, pour l’assemblée) des maistre (sic) chirurgiens de cette ville fait en leur chembre commune et de juridiction par l’ordre de Charles Galpin lieutenant du premier chirurgien du roy duement convoquée par billets par Jacque Goubeault leur procureur à la réquisition de Jacque Gaudelier aspirant à la maistrise pour le bourt (sic, pour bourg) et paroisse du Lion d’Angers où assistoit ledit Charles Galpin, Louis Nepveu, Jacques Goubeault, Charles Guitet, Louis Mouilleras, Charles Rataud, François Breteault, Cabriel Sillord, tous lesquels après avoir interogé ledit Jaques Godelier sur plusieurs faits de chirurgie et luy avoir fait faire quelques légères expériance l’ont tous trouvé sufisemment capable d’exercer l’art de chirurgie en ledit bourt et paroisse du Lion d’Angers et autres lieux circonvoisins dépendant de nostre ressort, di tenir boutique ouverte, di prendre bacens (d’y prendre bassins) et d’exposer toutte autre marque de chirurgien aux conditions néanmoints qu’il ne fera aux qu’un aprantif (aucun apprenti), et en outre soufrira les vissite par chasque un (chacun) an et pera (payera) pour droit quarente souls par chasque vissite et aussi aux conditions qu’ls ne faira aux qu’une hopération de concéquance cent (sans) y appelé quelques uns de maistre de cette ville ou autre maistre chirurgien de grands chedeufre (chef d’œuvre), fait Angers ce 15 novembre 1740

  • Jacques Joachim Ricordeau, Ballots (53), juin 1741, folio 8
  • En l’assemblée des maistres chirurgiens de cette ville faitte en leur chambre commune et de juricdiction par l’ordre de Charles Galpin lieutenant du premier chirurgien du roy duement convoquée par billets à la manière accoutumée par Jacques Goubault leur procureur à la réquisition de Jacques Joachim Ricordeau aspirant à la maîtrise pour le lieu et paroisse de Ballots dépendant de nostre ressort ou assistoient messire François Paulmier conseiller du roy docteur régent en la faculté de médecine de l’université de cette ville et médécin royal, ledit Jacques Goubault, Charles Guitet, Louis Mouilleras, Charles Rateaud, François Bretault, Jean Baugé et Alexande Lachese tous maistres chirurgiens de cette ville lesquels après avoir interrogé ledit Joachim Ricordeau et luy avoir fait faire quelques légères expériences l’ont tous trouvé suffisament capable d’exercer l’art de chirurgie en le bourg et paroisse de Ballots et autres lieux circonvoisins dépendant de nostre ressort, d’y tenir boutique ouverte, d’y prendre bassin et d’exposer toutes autres marques de chirurgien aux conditions néanmoins de ne faire aucuns aprentifs en l’art de chirurgie et qu’il ne fera aucune opération de conséquence sans y appeller un maistre de cette ville ou autre maistre de grand chef d’œuvre, et qu’il souffrira les visites (sic) par chasquun an et payra pour droit quarente sols par visite affin qu’en cas de contestation il n’en prétende cause d’ignorence, fait à Angers ce 2 juin 1741

  • Daniel Pirré, Craon (53), février 1742, folio 16
  • En l’assemblée des maistres chirurgiens de cette ville fait en leur chembre commune et de juricdiction par l’ordre de Charles Galpin lieutenant du premier chirurgien du roy duement convoqué par billets à la manière accoutumée par Louis Mouilleras leur procureur à la réquisition de Daniel Pirré aspirant à la maîtrise pour la ville de Craon dépendant de nostre ressort ou assistoient messire François Paulmier conseiller du roy docteur régent en la faculté de médecine de l’université de cette ville et médécin royal, ledit Charles Galpin, René Berard, Louis Nepveu, Charles Guitet, François Lejean, Louis Mouilleras, Pierre Jouanne, Charles Rateau, Gabriel Sillord, Jean Baugé, Philippe Alexandre Lachese et autres soussignés tous maistres chirurgiens de cette ville lesquels après avoir interogé ledit Daniel Pirré sur plusieurs faits de chirurgie et luy avoir fait faire quelques légères expériences l’ont tous trouvé capable d’exercer l’art de chirurgie en la ville de Craon dépendant de nostre ressort et autres lieux circonvoisins, d’y tenir boutique ouverte, d’y prendre bassin et d’exposer toutes autres marques de chirurgien excepté la ville et bancs lieux (sic, pour banlieue) d’Angers aux conditions néanmoins de ne faire aucuns aprentifs en l’art de chirurgie ny allouer aux peines portées par les statuts article 35, savoir de cinquante livres d’amende, et de deux cents livres de dommages et intérest, en outre ne fera aucunes grandes opérations en chirurgie et que aux maladies de conséquence il y appellera un des maistres chirurgiens de cette ville ou autres maistres chirurgiens de grands chefs d’œuvre, souffrira les visites par chasquun an et payra pour droit quarente sols par visite affin qu’en cas de contestation il n’en prétende cause d’ignorence, fait à Angers ce 23 février 1742

  • Gervais Papin, Craon (53), février 1742, folio 17
  • En l’assemblée des maistres chirurgiens de cette ville faitte en leur chambre commune et de jurisdiction par l’ordre de Charles Galpin lieutenant du premier chirurgien du roy duement convocquée par billets par Louis Mouilleras leur procureur à la manière accoutumée à la réquisition de Gervais Papin aspirant à la maîtrise pour la ville de Craon dépendant de nostre ressort ou assistoient messire François Paulmier conseiller du roy docteur régent en la faculté de médecine de l’université de cette ville et médécin royal, ledit Charles Galpin, René Berard, Louis Nepveu, Charles Guitet, François Lejean, Louis Mouilelras, Pierre Jouanne, Charles Ratauld, François Bretauld, Gabriel Sillor, Jean Baugé, Philippe Alexandre Lachese tous maistres chirurgiens de cette ville lesquels après avoir interogé ledit Gervais Papin sur plusieurs faits de chirurgie et luy avoir fait faire quelques légères expériences l’ont tous trouvé capable d’exercer l’art de chirurgie en la ville de Craon dépendant de nostre ressort et autres lieux circonvoisins, d’y prendre bassin y tenir boutique ouverte, et exposer toute autre marque de chirurgien excepté la ville et bancs lieux (sic, pour banlieue) d’Angers aux conditions néanmoins de ne faire aucun aprentif en chirurgie ny alouer aux peines portées par les statuts article 35, savoir de cinquante livres d’amende, et de deux cents livres de dommages et intérest, en outre ne fera aucunes grandes opérations en chirurgie et que aux maladies de conséquence il y appellera un des maistres chirurgiens de cette ville ou autres maistres chirurgiens de grand chef d’œuvre, souffrira les visites par chasquun an et payra pour droit quarente sols par visite affin qu’en cas de contestation il n’en prétende cause d’ignorence, fait à Angers ce 24 février 1742

  • Antoine Léauté pour St Laurent de la Plaine, le 4 mai 1742, folio 19
  • (orthographe et ponctuation originales, pas de lettres majuscules pour les noms de personnes…, retranscrit par Marie-Laure) « En lassemblee des maistres chirurgiens de cette ville faitte en leur chambre commune et de juridiction par l ordre de charles galpin lieutenant du premier chirurgien du roy duement convoquee par billets en la manier accoutumee par louis mouillera leur procureur a la requisition de antoinne leauté aspirant a la maitrise pour le bourg et la paroisse de St laurent de la plaine dependant de nostre ressort ou asistoient Messire francois paulmier conseiller du roy docteur regent en la faculté de Medecine de luniversité de cette ville et medecin royal rené berard louis nepueu jacque goubault charles guitet louis mouilleras charles ratault francois bretault gabriel sillor et philipe alexandre lachese tous maistres chirurgiens et apres que le di antoine leauté auroit esté interogé par rené berard louis nepueu jacque goubault charles guitet francois bretault et louis mouilleras sur plusieurs faits de chirurgie et luy avoir fait faire quelques legeres experiences auroit esté jugé capable dexercer lart de chirurgie au di bourg et paroisse de st laurent de la plaine depandant de notre ressort et autre lieux circonvoisins et luy ont donné pouvoir d’y tenir boutique ouverte d’y pendre bassinsnet dexposerbtoutes autre marques de chirurgien excepté la ville et banclieux d’angers les villes des ponts de cee ingrande chalonne cholet,craon chemille et autres villes dependant de nostre ressort aux conditions neamoins de ne faire aucun aprentifs en chirurgie ny aloué a peine de cinquante livres d’amande et de deux cents livres de domages et interest ainsi qu’il est porté par les statuts duement enregistrees articles trente cinq en outre ne fera aucunes grandes operations en chirurgie sans y apeller quelquun des maistres chirurgiens de cette ville ou autre maistres de grand chef doeuvre souscrira les visites par chasquune ( ?) et payra pour droit deux livres par visites et apres luy avoir leu et releu lacte de sa reception et luy avoir fait prester serment en tel cas requis et necessaire en foy de quoy il a signé le present acte fait aangers se quatre may mil sept cents quarente deux un mot raye nul. » Plusieurs signatures suivent : A Léauté . Paulmier . R Berard.L Nepueu .G Sillor.Goubault.Ch Guitet. Moullieras.

    Je dresse actuellement la table des réceptions à la maîtrise en Anjou, en triant par lieu, date, et nom de famille du chirurgien. Je peux cependant d’ores et déjà vous dire qu’ils ne sont pas nombreux. A la prochaine fois, si vous le voulez bien, avec un scoop total pour l’un d’eux, dont je ne reviens pas moi-même.

    Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog et non aller en discuter dans mon dos sur un forum ou autre blog.

    7 réponses sur “Réception à la maîtrise de chirurgie, au ressort d’Angers, 1740-1752

    1. Report des commentaires parus dans mon ancien blog :
      Marie-Laure, le 31 mai :  » d’y pendre bassins  » de quels bassins s’agit -il ?Récipients pour recueillir le sang des saignées ?Ou bassin dans le sens d’aujourd’hui quand hospitalisés les malades ne peuvent pas encore se lever , après une opération?Ou une enseigne représentant leur profession .C’est intéressant qu’ils doivent tenir boutique ouverte , comme si ils étaient commerçants ou comme des barbiers… J’ai hâte de lire le scoop sur l’un des chirurgiens…

    2. E.4400.(Registre.)-In.4°,158 pages,papier.
      1772.-CHIRURGIENS d’ANGERS.
      -Statuts et règlements généraux pour les maîtres en chirurgie des provinces du Royaume,donnés à Marly,le 24 février 1730;5°édition,augmentée des Edits,Arrêts et Déclarations,qui ont rapport,de notes;etc,par M Le Blond d’Olblen,avocat en Parlement,secrétaire de M.le premier chirurgien du Roi(Paris,Didot,1772);exemplaire de Guillemé,maître en chirurgie à Saumur,dont il porte la signature sur le titre.

      E.4401.(Registre.)-In-4°,101 feuillets,papier.
      1740-1752.-Conclusions de la communauté des maîtres chirurgiens d’Angers conformément aux statuts d’icelle.-En tête,formule du serment des maîtres: »Vous jurez et promettez à Dieu estre fidèle dans l’exercice de votre profession de chirurgien,ne donner aucun remède abortif à femme et fille,ne point retarder la guérison des plaies aux riches à l’intention d’un plus grand lucre et secourir les pauvres dans leur besoin,etc. »-procès-verbaux de réceptions à la maîtrise,de Jacques Godelier,pour la paroisse du Lyon-d’Angers(15 novembre 1740;)-de Philippe-Alexandre Lachèse pour Angers(23 janvier 1741);de Jacques-Joachim Ricordeau pour Balotz(2 juin);de Jean Ropart pour Bécon(15 novembre);-de Pierre Dumesnil pour Chalonne et de Nicolas-Jean-Baptiste Collin pour Chemillé(28 novembre)-de Gabriel Du Châtellier pour Saint-Florent -Le-Vieil (1 décembre);de Jean-Baptiste Blanvillain pour Vihiers(11 décembre);de Jacques Sourice pour Chemillé et de Louis Cresteau de La Mothe pour Cholet(18 décembre);-de Gabriel Piré et de Gervais Papin pour Craon(23 février 1742),etc;-requête afin d’obtenir l’extension à la ville d’Angers de l’arrêt du Conseil du 23 avril 1743 qui exige pour les chirurgiens de Paris le diplôme de maître-ès-arts(26 janvier 1745);-la gratuité accordée à tout fils de maître chirurgien de la ville d’Angers qui se présentera pour exercer dans les villes et bourgs des campagnes.
      (Série E.Titres de famille AD de Maine et Loire.C.Port.)

    3. E.4402.(Registre.)-In-4°,99 feuillets,papier.
      1752-1766.-Conclusions de la communauté des chirurgiens d’Angers.-Procès-verbaux de réception à la maîtrise de chirurgie de François Chenon pour la paroisse de Thouarcé(3 mai 1752);-d’Urbain Roulière pour la Membrolle(8 mai);de François Lambert aux Ponts-de-Cé(30 mai);de Claude Bachelier pour Angers(19 juin);-d’Etienne Breton de Tiercé(8 juillet)-d’Alexandre Lemanceau de La Coudre pour Châteauneuf(27 juillet)d’André-Guy Parage pour Villevêque(8 août);-de Mathieu Guyonneau pour Trémentines(28 août);-de René Doguereau pour Chalonne(17 novembre);-de Jean Boishy du Ronceray pour Cholet(16 février 1753);-de Georges Schreyer pour Ecuillé(14 mai);-d’André Froux pour Yzernay(4 octobre);-de Jean Bournouveau pour Trémentines,etc;-le sieur Claude Roussay,sur plainte de Charles Galpin »au sujet d’un malade dont il s’est emparé,disant que c’étoit sa pratique,malgré que le garçon du sieur Galpin y fut arrivé le premier et en considération de résidive par levée d’appareil vis-à-vis autres confrères »,est condamné à faire des excuses au sieur Galpin et à lui payer les honoraires qu’il touchera du malade(3 juillet 1754);-consentement donné par la communauté à l’élection par les administrateurs de l’Hôtel -Dieu de maîtres chirurgiens pour le service des pauvres(30 décembre);-le droit des petites lettres d’apprentis fixé à 30 livres(31 décembre);-accord entre la communauté et messire René-Simon Grandhomme de Giseux concernant la mutualité d’un mur près la porte Toussaint(11 août 1755);-lettres du ministre Saint-Florentin portant notification de l’assassinat du Roi par Damiens;la communauté vote une messe solennelle aux Jacobins(11 janvier 1757);-exclusion pour trois mois de Jean Baugé, »pour avoir conjointement avec le sieur Janvier,prestre,empirique,fait la réduction d’une luxation du poignet à Mme veuve Olivier Cassin ».
      (Série E.-Corporations d’Arts et Métiers)

    4. -JANVIER(……),né aux environs de Châteaugontier d’une famille de paysans,apprit dans les champs,par l’expérience et d’instinct,à guérir et « à rebouter les membres »,à ce point qu’il s’amusait dit-on,à casser les jambes aux moutons pour les leur remettre.Poussé aux études et devenu prêtre,il raisonna l’art qu’il savait déja pratiquer et s’acquit une réputation sans égale dans tout l’Anjou au XVIIIe siècle.Il habitait Angers et y exerçait librement,autorisé d’un ordre du roi et gratifié même par le ministre Saint-Florentin d’une pension de 800 l.sur l’évêché.Il soignait les pauvres gratuitement et ne pouvait suffire aux appels du plus grand monde.Nommé vers 1760 prieur-curé des Essards,il venait exprès à Angers deux jours par semaine,et plus tard s’y établit,ce semble,à demeure,mais sa santé dès lors dépérissait sensiblement et il était réduit dès 1765 à confier les opérations les plus délicates à Bourgonnier,le seul élève qu’il eut formé .(BB122).
      (DH de Maine et Loire C.Port.)

    5. Jean Baptiste Baudry a été élève en chirurgie à Angers entre 1780 et 1782, avez-vous croisé ce personnage natif de Torfou qui va devenir prêtre avant de revenir à la chirurgie, a t-il obtenu un brevet à l’issue de sa formation ?
      Une liste des chirurgiens ayant étudié à Angers est-elle disponible ?
      Je réalise des biographies médicales sur la région de Montaigu, Clisson et Rocheservière et serait désireux de connaître les ressortissants de la région ayant étudié à Angers
      merci D T

        Note d’Odile :

      Bonjour
      Il est vrai que j’ai autrefois étudiée cette époque, et que j’ai plusieurs choses sur mon site.
      Mon blog cependant est tellement connu pour mes retranscriptions des plus anciennes minutes notariales d’Anjou, que mes lecteurs doivent être des accros de ces minutes et je crains qu’ils ne puissent vous apporter des éléments plus récents.
      j’espère cependant que votre demande ne leur restera pas sans réponse.
      Cordialement
      Odile
      PS : pour ma part j’ai connu un demoiselle Tetaud de Gesté qui avait épousé un Rousseau.

    6. E.4403.(Registre.)-in-4° ,200 feuillets,papier.
      1767-1788.-
      -Conclusions de la communauté des chirurgiens d’Angers.-Actes de réception à la maîtrise de Nicolas Renou pour le May(31 janvier 1767);-de Joseph Desneux pour Cherré(4 février);-de Jean Mommeret pour Montrevault(14 février);d’Antoine Legris pour Candé(1 mars);de René Terrien pour Trémentines(11 mars);de Julien Deslandes pour Ingrandes(16 avril)-de François Allard pour Craon(23 avril);de Pierre Desneux pour Saint-Martin-du-Bois(17 mars);de René Poirier pour Cholet(4 août)-de François Merlin pour Morannes(2 mars 1770);de Louis Houdemon pour Saint-Martin-du-Bois(12 mai);-de Jean Rousseau pour Pouancé(18 janvier 1771)-de René Vallin pour la Poitevinière(20 février);-réception à la grande maîtrise pour Angers de Pierre Aveneau(27 mars);-de Pierre Alexandre Lachèse(27 avril 1772);-de Joseph Turlur,de Cambray,comme dentiste(21 septembre);-D’Eléonore Féraud,femme Dupré,comme sage-femme(30 mai 1774);-de Louis-Joseph Baugé(27 avril 1778);-de Casimir Lachèse (28 avril)et de Michel Chevreul(29 avril);etc.
      (Sére E.-Corporations d’Arts et Métiers. AD de Maine et Loire.C.Port.)

    7. E.4404.(Registre.)-In-4°,14 feuillets,papier.
      1789-1791.
      -Conclusions de la communauté des chirurgiens d’Angers.-Actes de réception de Claude Godelier à la maîtrise de chirurgie pour Chanzeaux(17 mars 1789);-de François Oger pour Saint-Florent-le-Vieil (19 mars);-de Pierre Petit pour Thouarcé(5 mai)de Jean Larrieux pour Ingrandes (27 mai);-de René Robin pour le Lion d’Angers(16 septembre);-de Louis Baguenier,pour Brain-sur-l’Authion(11 novembre 1790);-de François Doguereau pour Gesté (22 décembre);-de Louis Houdet pour Chalonnes(28 décembre);-de Gabriel Ropard pour Rochefort- sur- Loire(12 mai 1791);-de Pierre Houdet le jeune pour Roussay(3 juin);-de Julienne Poitevin et Françoise Métivier pour maîtresses sages-femmes à Angers(8-9 avril 1790)
      (Série E.-Corporations d’Arts et Métiers.AD de Maine et Loire.C.Port.)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *