NANTES LA BRUME, Ludovic GARNICA de la Cruz, chapitre XIV Moisson d’exil

Ludovic Garnica de la Cruz. Nantes la brume. 1905. Numérisation Odile Halbert, 2008 – Reproduction interdite.

L’amour est le dieu de l’égoïsme bienheureux. Est-ce pour sacrifier trop sur son autel que René oubliait son ami Charles ? Il l’avait revu très rarement depuis la mort de son père. D’ailleurs, le peintre conservait une tristesse et une solitude farouches. Dans l’atelier les meubles s’en allaient. Le fameux tableau encadré de mystère dormait sous son voile au centre de la pièce.
La veille, René avait reçu une petite carte liserée de noir portant cette mention :

Défunt Bigot a l’honneur de prévenir ses amis et connaissances de sa récente entrée dans le monde des empaillés. Il y jouit d’un parfait bonheur en un éden que n’ont jamais encore souillé les bourgeois. Réjouissez-vous avec lui.

Charles avait montré à René le perroquet raide sur son perchoir. La pauvre bête était morte au milieu d’un cantique que lui apprenait son maître. Et celui-ci avait pleuré de vraies larmes en sentant le corps de son camarade se refroidir entre ses mains.

  • Je n’ai vraiment pas de chance, dit-il ; lui, le bon ami fidèle est parti. Il n’avait pas ce regard de mépris qu’on les passants quand je les frôle, prêts à insulter le fils du voleur. Est-ce ma faute à moi si mon père n’a pas réussi. Ils ont la rancune terrible et sauvage dans cette ville. Personne ne veut de mes tableaux. J’ai gratté la signature. Alors j’en vends quelques uns à des brocanteurs à des prix dérisoires. Il me faudrait bâcler des croûtes pour vivre. L’art, je n’ai plus la force d’un songer !
  • Charles, pourquoi de décourager. PUise à ma bourse ce que tu voudras. Nous ne t’avons pas délaissé, nous, les amis de la première heure.
  • Je vous sais tous à mes côtés. Mais la ville est noire. Sombre toile d’araignée dont je suis le minuscule prisonnier. Je me débats en vain dans les fils. L’emprise étouffante accourt. J’entends, du cloaque, sourdre les marteaux et les chaînes de la captivité et de la mort. Je suis l’être vif, le lépreux qui souille ses rues. Je suis le mauvais tableau qui s’expose aux chastes yeux des jeunes gens. Je suis la honte, le ruisseau fangeux qui les souille. Je suis pire qu’un assassin, qu’un souteneur ; je suis le fils du voleur. J’en ai assez de leur lâche cruauté. Ils voudraient me voir crever de faim. Ils ne pardonnent jamais. Ils baveront toujours sur le fils le malheur du père.
  • Ce soi-là, René faisait une partie de billard au cercle des étudiants. Dans la grande salle éclairée de larges fenêtres, une animation joyeuse tourbillonnait avec les fumées des pipes et des cigarettes. Les glaces se voilaient amoureusement au jour tombant. Doucement le lierre enlaçant le lustre se desséchait. De hautes affiches habillées de couleurs étincelantes paraient les murs. Sur les tables de marbre blanc les manilles se scandaient. Un calme écarté s’hypocritisait plus loin. Les piles de soucoupes glssaient avec une chanson de vaisselle sur le visage poli des tables. Des mots terribles tonitruaient horizontaux comme des coups de feu ; des éclats de rire, des discussions vives se trémoussaient d’aise. Par une porte entr’ouverte on entendait le piano et la voix d’un gosier enthousiaste hurlant quelque air favori d’opéra. La bibliothèque s’entassait ; un perpétuel froufrou de papier, les journaux du soir froissés, les revues parcourues. Sur la cheminée un charmant vénitien sérénadait à quelque lointaine et charmante Juliette. Ils étaient là, les Roméo de la jeunesse, ébruitant leur gaieté en des refrains juvéniles, mariant des toast blonds aux toast rouges, vidant des urnes d’exubérances. L’esprit se pavanait par les phrases. Et c’était aussi la joyeuse comédie de l’insouciance, de la marche fleurie vers la vie que l’on aperçoit facile et rêvassant sur les codes et les formales. D’aucuns discutent articles, d’aucuns maladies. Carabins, clerc, potards fraternisent à la cadence muette de la franche camaraderie et des amitiés naissantes. A l’abri des tentacules maudites des religions, des politiques, des calculs misérables de l’orgueil, on joue sur le même théâtre un morceau de vie, sans regarder en ennemi le camarade de travail de différente opinion. Etudiant, titre d’espérance comme un reflet de foi en des lendemains bienfaisants. Ils sont réunis su rle bord du rivage pour l’accolade avant de se disperser aux vents des exigences et des méfaits sociaux.
    Les billes du billard fonçaient comme des béliers les unes sur les autres ; leurs fronts claquaient. Attentif à sa partie, René n’entendit pas la porte s’ouvrir derrière lui. Charles Delange entra. Pâle, il attendit le coup de son ami, puis il l’appela pendant qu’il blanchissait sa queue.

  • Toi, ici ?
  • Je viens te dire au revoir. Je pars pour Paris.
  • Quand ?
  • Dans une heure.
  • Ahuri, le jeune homme abandonna le jeu et sortit avec le peintre.

  • Alors, c’est bien vrai, tu quittes Nantes ?
  • A l’instant même. Si tu veux me faire plaisir, accompagne-moi à la gare. Mes malles sont rendues. J’en ai assez du mépris des gens. Cet après-midi, ton oncle Lorcin n’a même pas daigné répondre à mon salut. Je juisle vampire ; le vampire s’en va. A Paris, jeme consacrerai à l’art, à mes études chères, débarrassé de la plaie bourgeoise. L’on neme cassera plus sur le dos à tout propos le suicide de mon père. Tous ne seront pas si acharnés à m’arracher les os de la bouche pour me punir du crime paternel. Et puis, la ville est trop mal habitée, ce n’est plus un lieu sain pour une âme d’artiste. On s’étiole ; l’esprit de tubercule ; la vitalité s’embourbe. Rien à faire ! Les crapauds ont sali la source pure.
  • La gare dressa sa face noirâtre, illuminée de pendants d’oreilles électrics. Les machines soufflaient sous leurs cuirasses des blocs de vapeurs. Ils pénétrèrent sous le hall. Les employés couraient, balançant des lanternes rouges et blanches. Ils se promenèrent côte à côte, longeant le bruit, heurtés des malles qu’on roulait, des voyageurs pressés. Un train au loin faisait la manoeuvre. Des points lumineux s’entrecroisaient comme la raquette d’un volant. A l’autre bour, par delà le spectre de la Loire, les usines Lefèvre-Utils brillaient, la ville grouillait dans la nuit.

  • Charles, tu m’écriras sitôt à Paris. Tu me donneras ton adresse. J’irai te voir et peut-être te rejoindre.
  • Pourquoi ne viens-tu pas dès maintenant ?
  • Non ! Je ne peux pas, c’est impossible.
  • Pardon ! J’oubliais Melle Lonneril, dit Charles avec amertume.
  • René baissa la tête sans répondre.

  • Te souviens-tu, repris le peintre quelques minutes après, de notre premier dimanche lors de ton arrivée de Brest ? Nous étions pleins d’enthousiasme. Nous comptions prendre d’assaut la ville à la pointe de nos audaces.
  • Et faire l’éducation des bourgeois à coup de bottes au derrière, disais-tu.
  • Beaux rêves ! Nous sommes bel et bbien des petits enfants qui ont voulu apprendre la sagesse à grand’mère, et que celle-ci chasse lorsqu’ils l’ont trop ennuyée. Ce serait plaisant d’avoir pu songer à endoctriner le vieux colosse paresseux sur son lit douillet de routines, nous, les pauvres mouches de son ciel, oui, très plaisant, s’il n’y avait pas une mort, beaucoup de sans, beaucoup de pleurs. Nantes est avachie. Sa carcasse n’est plus capable de novations. Potinière et bestiale, elle vomit de son sein les idées inhabituelles. Si l’on ne veut pas disparaître entraîné par la roue de la banalité, il faut fuir, chercher ailleurs le soleil réconfortant des renouveaux, des espoirs consolateurs. Ville-dépotoir du vice bourgeois, son emprise a mille tentacules empoisonnées. René, je regrette de te voir rester ici. Tu perds un temps précieux. Tu voles à ton existence des minutes de perfection totale. Ton âme s’immobilise, s’ankylose au souffle de l’ambiance.Lève les yaux sur la devanture de la porte, la devise du Dante y est gravée. Plus d’espérance, n’y crois pas. C’est le chaos vide, la cave aux déchets, surtout le néant, l’affreux néant sans issue.
  • Les voyageurs pour Paris, en voiture !
  • Charles monta dans un compartiment.

  • Mon cher René, tu recevras demain de mes nouvelles. Plus vite du viendras me retrouver, plus vite sera le vrai bonheur. Quand finira ton éclair d’amour, tu m’écriras. J’irai t’attendre à la gare d’Orléans. La vie utile commencera.
  • Nous irons, elle et moi, te voir à Paris.
  • Ne l’espère pas. Jeanne est nantaise d’âme et de corps. La fougue des premières joies apaisée, il te semblera avoir fait un faux pas.
  • Charles, tu me chagrines.
  • Soit, mon René, n’en parlons plus. A bientôt, si le ciel le veut. Embrassons-nous ; laissons nos âmes soeurs communier en un baiser.
  • René se hissa sur le marchepied. Ils s’embrassèrent aux ricanements des voisins. La locomotive siffla. Le train d’un coup de rein s’ébranla, glissa lentement, puis plus vite. Charles agita son mouchoir.

  • Adieu !
  • René sentit des larmes picoter ses yeux, son coeur sursauter à son côté. Là-bas, la figure triste de son ami s’éclipsait dans le brouillard qui commençait à descendre. Le train disparut couvrant sur la nuit un convoi lugubre de mauvais augure. Le silence revint ; le vide isola René ; un malaise étrange, pénible, comme si l’on venait de refermer la tombe de sa destinée.

  • NANTES LA BRUME, Ludovic Garnica de la Cruz, 1905
  • : chapitre 1 : le brouillard 2 : la ville 3 : la batonnier et l’armateur 4 : le peintre 5 : le clan des maîtres 6 : rue Prémion 7 : labyrinthe urbainchapitre 7, suite8 : les écailles 9 : emprises mesquines 10 : carnaval11 : le cul-de-sac – chapitre 11 suite – chapitre 11 fin 12 : les portes de Neptune13 : Cueillettes d’avril – 14 : Moisson d’exil – 15 :
    Ludovic Garnica de la Cruz. Nantes la brume. 1905. Numérisation Odile Halbert, 2008 – Reproduction interdite.

    Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog et non aller en discuter dans mon dos sur un forum ou autre blog.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *