Année Napoléon : le recrutement du 3ème régiment des Gardes d’Honneur

Pour reconstituer la cavalerie légère, décimée pendant la campagne de Russie, Napoléon ordonne le 3 avril 1813 la création de 4 régiments de Gardes d’Honneur. Chaque département se voit imposer un nombre à respecter, et chaque préfet assume à sa manière le recrutement des prétendus « volontaires ». Une chose m’est claire, il s’agit d’une classe aisée, car la famille paye tout, depuis le cheval, jusqu’à l’entretien du linge, comme je vais vous le démontrer cette année à travers mon fonds personnel de lettres d’un des gardes d’honneur, frère aîné d’un de mes ascendants. J’étudie donc à fonds en ce moment le recrutement, à Tours, du 3ème régiment de cavalerie qui balayait l’ouest de la France, depuis les Pyrénées, les Landes, la Dordogne, la Corrèze, jusqu’au Finistère. Les garçons étaient le plus souvent d’abord regroupés au chef-lieu du département et envoyés en groupe, mais j’observe quelques individus isolés. Je vous en reparle ces temps-ci, année Napoléon.

Ce jour, l’un de mes lecteurs trouvera l’un de ces cavaliers, à la carrière militaire rapide, mais qui eut la chance de survivre à la bataille de Reims, dont je vais vous reparler car elle fut la fin du mien. Il poursuivit même, avec succès sa carrière militaire. Voici donc la fiche militaire qui peut figurer sur ROGLO

QUATRE BARBES (de) Auguste Félix Marie, fils d’Augustin et Félicité Gabrielle Augustine Bourdon, né le 4 août 1794 à Chatelain (53), dernier domicile Chatelain (53), taille 1,71 m, visage ovale, front ordinaire, yeux bleus, nez moyen, bouche moyenne, menton rond, cheveux et sourcils bruns, 10ème escadron, 10ème compagnie, garde d’honneur, brigadier le 5 juillet 1813, fourrier le 21 août – Passé aux Gardes du Corps
matricule 618 – arrivé au Corps 1er juillet 1813 – vue 106 / Ministère des Armées – SHD/GR 20 YC 171 – 3e régiment de gardes d’honneur, 5 avril 1813-24 juin 1814

Comme on peut l’observer sur cette fiche d’enrôlement, l’état civil du garçon est ce qu’il veut bien déclarer. Or, dans le cas de ce garçon, il est né en Allemagne, parents réfugiés, mais il se dit né à Chatelain, et on peut se demander si ses parents lui racontaient la vérité ou si c’est lui qui la dissimule. Mais une chose est certaine, c’est qu’il sait sa date de naissance, alors que beaucoup ne la connaissent pas, même dans ce milieu aisé, j’y reviendrai, car j’en fait la statistique actuellement.