L’enfant avait deux âmes ! Saint-Melaine, 1622

« Le vendredi 3 juin 1622 fut sur les 9 à 10 heures du matin baptisé sur les fons en l’église de Sainct Melaine un enfant lequel avoit deux testes, quatre pieds, quatre mains et n’avoit qu’un ventre et un unbril et ne cognoissoit on au vray si c’était male ou femelle mais on jugeoit facilement qu’il y avoit deux ames à cause qu’il y avoit deux estomacqs deux testes et deux cols, fut père d’iceluy enfant Jehan Tesnier et la mère Françoise Davy son espouse légitime demeurant au village de l’Epinay dite paroisse de St Melaine et fut parain Guillaume Bougere et marraine Anne Lorelier fille de Me Michel Lorelier demeurant au mesme village et vescurent lesdits enfants deux jours sans prendre nourriture, estant morts furent inhumés au petit cymetière dudit sainct Melaine en présence des soubsignés et plusieurs autres. Signé Peletier, Coué »

les Gaufriolles, filles et soeurs de Gaufriau : Saint Sébastien d’Aigne 1638

Nous avons souvent rencontré des prêtres qui féminisaient les noms de famille. J’ai toujours supposé qu’en fait ils reproduisaient l’usage que leurs paroissiens faisaient, appelant GAUFRIOLLE la femme ou le soeur de GAUFRIAU.

Mais cette féminisation me plait beaucoup et d’autant plus que je cherche ma GAUFRIAU de Saint Sébastien, encore et encore. Et que je découvre qu’on l’appelait probablement la GAUFRIOLLE. Et cette terminaison m’amuse beaucoup. Elle sonne comme gaudriole…


Le 27 mars 1628, baptisé (acte en latin) Anne fille de Mathurin Bellard et Perrine Gaufriolle parrain Denis Praudeau marraine Anne Gaufriolle

L’accent autrefois à Loiré : fin 16ème siècle. (suite et fin)

Outre le début de patronyme ou de prénom muets : Ambroise devient Broyse, Etiennette Thienotte etc…, outre le C qui est souvent prononcé CH mais écrit SCH comme dans COISCHAULT, que nous avons vu hier ici, voici :

le G disparaît, fin 16ème siècle dans /
BOURGNEUF qui devient BOURNEUF
FOUGLET qui devient FOULLET et j’ai même vu FOUILLET par la suite

et un nom très connu dans les environs semble avoir perdu son E pour un I
GERARDIERE est manifestement le GIRARDIERE qu’on observe partout plus tard

Odile

L’accent autrefois à Loiré : fin 16ème siècle

L’accent est ce que nous avons perdu depuis que nous avons radio et télévision depuis Paris, qui nous difusent depuis plusieurs décennies déjà un accent unique et plus parisien que local.
Mais l’accent était autrefois très prononcé d’un bourg à l’autre parfois des différences, et il influençait bien évidemment l’orthographe des noms de famille et même des prénoms.

On oubliait souvent de prononcer A devant AMIOT, mais à Loiré, j’ai même observé un prénom qui subissait ce phénomène du début de mot non prononcé.

Eh oui !
Mon ancêtre Ambroise Dubreil est écrite BROYSE. C’est donc que l’accent avalait parfois le début.

Mais demain je vous mets plus curieux.
Odile

Thieurine ou Thienerine : prénom ancien, vers 1580 à Loiré (49)

J’ai terminé la retranscription exhaustive des baptêmes de Loiré 1576-1589, selon ma méthode, sachant que de nombreuses personnes ne sont pas et ne seront pas en mesure de lire les textes anciens, le registre paroissial de Loiré, dont j’avais déjà sur mon site depuis longtemps les plus anciennes années de 1549 à 1575. Je vous livre demain le fruit de mon travail intensif sur Loiré.

J’ai aussi sur mon site une magnifique page sur Loiré

Et vous avez sur Wikipedia une page plus moderne très documentée, qui donne même dans ses sources l’ouvrage de Mr de l’Esperonnière que j’avais courageusement numérisé, et le lien de Wikipedia est bien vers mon site.

J’ai ainsi pu recontituer ces jours-ci quelques familles AVEC CERTITUDE et non approximativement en diagonale (comme je constate que d’autres se le permettent).
Les prénoms sont anciens et parfois même nous déroutent.
J’avais autrefois, dans mon ascendance CEVILLE une Thieurine, ce qui m’avait bien déroutée.
Mais cette fois je découvre une Thiennerine Bernier épouse de Jean Fouet. Et là, il n’est pas possible de lire Thieurine, et je vous livre donc les vues de ce prénom curieux, en vous demandant non seulement de le relire mais aussi de me dire si vous avez des pistes pour ce prénom ailleurs en Anjou.

Le prénom Thienotte est beaucoup plus fréquent à Loiré, et vous le voyez ici sur le même acte, donc Thiennerine est différent de Thienotte, d’ailleurs, j’ai relevé plusieurs actes sur ces Thiennerine et elles ne sont jamais écrites Thienotte.

Qu’en pensez-vous ?
Bonne journée, fraîche
Odile

Le 31 mai 1588 la grêle perdit une grande partie de la paroisse de Loiré

« Le 31 mai 1588 la gresle perdit une grande partie de la paroisse de Loiré »
C’est l’unique mention d’évènnement météorologique que j’ai trouvé dans le registre paroissial des baptêmes de Loiré de avant 1589.

J’ai mis à jour la page que j’ai depuis très longtemps sur mon site sur ces mentions, enfin celles que j’avais autrefois rencontrées.

Lorsque j’avais fait autrefois cette page, un correspondant, se disant chercheur météorologiste, m’avait demandé beaucoup de choses que je lui avais volontiers données, au lieu de compléter moi-même mon site.J’avais alors cru comprendre qu’il établissait un relevé de tous les évennements climatiques de France (au moins) et que cela était officiel.
Or, ce jour j’ai en vain tenté de trouver un site qui donne ces informations en France, et j’ai seulement vu la page Histoire du climat avant 1850

Je ne comprends pas pourquoi je ne retrouve pas cette base de ce chercheur, car il semblait pourtant avoir fait un travail important, et j’avais volontiers contribué, croyant naïvement que cela serait publié.

Mais je retrouve seulement mon ancien article, vieux de 10 ans tout juste, qui donne le même sentiment vis à vis du site de Météofrance.