Transaction entre François Simon sieur de la Bernardaie, et Pierre Delhommeau, Angers, 1596

Depuis 3 jours, je suis sous le choc, j’ai un SIMON qui est aussi SIMONIN, et impossible de comprendre cette altération du patronyme.
Il existe bien une vraie famille noble Simon de la Saulaye (Freigné), de la Bernardais (Vern-d’Anjou), qui a été traitée dans l’ouvrage ci-après :

    Voir l’ouvrage de M. de l’Epronnière sur Freigné

En voici un représentant en 1596 :

    François Simon Sr de la Bernardais est fils de Julien Simon Sr du Haut-Bois et du Mortier 1480 † après 1539 et de sa seconde épouse Louise Du Teilleul dame du Pont et de la Bernardaye, et frère de Jacques Simon Sr de la Saulaye fils de la première épouse Jeanne Du Pré

Malgré la fréquence du prénom Claude chez ces Simon, je vois mal le mien se rattacher à une quelconque branche cadette, ou alors lointaine cadette en remontant encore plus haut ?

L’acte qui suit est extrait des Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E7 – Voici la retranscription de l’acte : Le 31 décembre 1596 avant midy en la court du roy nostre sire à Angers endroit par davant nous (Jean Chuppé) personnellement establiz noble homme François Symon Sr de la Bernardaye et y demeurant paroisse de Vern d’une part
et Pierre Delhommeau Sr de la Bretaudaye demeurant en ceste ville d’Angers paroisse de la Trinité d’autre part, soubzmetant eulx etc confessent etc avoir fait et font entre eulx l’accord transaction et convention qui s’ensuyt
c’est à savoir que ledit Delhommeau pour demeurer quite vers ledit Symon du reste du prix de la cession passée par Lecourt notaire royal en ceste ville le 19 septembre 1592 montant 700 escuz sol, et du contenu en une cédulle montant 13 escuz du 20 février 1592 et autre cédule montant 22 escuz que ledit Delhommeau auroit receu de Me Maurille Drouet Sr de Ranlou advocat Angers pour paier la dépense de Loys Joret Sr de St Jacques et pour demeurer quites des intérestz de ce qui restait de ladite cession ledit Delhommeau a promis et demeure tenu paier audit Simon la somme de 40 escuz sol payable 18 escuz dedans ce jour et le reste montant 22 escuz dedans caresme prochain venant sauf le recours dudit Delhommeau contre ledit Joret pour la somme de 22 escuz portée par ladite cédulle, de laquelle ledit Maurille Drouet à ce présent a confessé estre des deniers dudit Symon et au moyen de ladite somme de 40 escuz ledit Symon a quité et quite ledit Delhommeau de tout le reste de ladite cession et contenu ès dites cédules, tant en principal que intérestz et demeurent respectivement quites l’un vers l’autre de tout ce qu’ils pourraoient debvoir de tout le passé jusques à huy …
la présente quittance stipulé et accepté par lesdites parties à laquelle transaction obligation et tout ce que dessus tenir etc obligent etc mesmes ledit Delhommeau au payement de ladite somme de 40 escuz etc et par deffault etc foy jugement condemnation etc
fait et passé Angers en la maison de honorable homme Pierre Lemaryé Sr de la Moynaie advocat Angers ès présence dudit Lemarié

Cette vue est la propriété des Archives Départementales du Maine-et-Loire. Cliquez pour agrandir.

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog et non aller en discuter dans mon dos sur un forum ou autre blog. Tout commentaire ou copie partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du projet européen

6 réponses sur “Transaction entre François Simon sieur de la Bernardaie, et Pierre Delhommeau, Angers, 1596

  1. Je ne sais si ces notes peuvent vous être utiles, pour continuer l’histoire des de Champaigne, Pelaud, Lailler , etc, on y rencontre un Simon de la Besnardaie…
    Elles concernent le manoir de la Lucière à Vern d’Anjou.
    L’acte le plus ancien est de 1466: Macé de la Barre est alors seigneur de la Lucière qui,est il précisé, fut avant lui à Ambrois de Champaigne.Fils cadet de Jean de la Barre,seigneur de Monternault-le- Guillaume-lequel fut prisonnier des « Anglais à la fin de la guerre de Cent Ans et dut payer rançon pour la délivrance de son corps »,notre Macé de la Barre avait épousé Jeanne de Saint Aignan et en eut deux fils:l’aîné Lancelot , se fit prêtre et le cadet Guillaume,marié en 1473 à Jeanne du Boisrahier, continua la lignée.
    Leur fils Pierre, seigneur de la Lucière en 1515,hérite de plus, en 1526, de la Roche de Noyant, qui lui vient d’un oncle ,Joachim de la Rivière:mais Pierre de la Barre,marié à Marie de Champaigne, mourra lui aussi sans postérité. Son héritière sera, en 1561, sa nièce, Jacquemine Pelaud,épouse de noble homme François Lailler: huguenot,ce dernier a pris part en 1560 au pillage de la cathédrale d’Angers et va être décapité place du Pylory en 1562.
    La Lucière fut probablement vendue sur les entrefaits et l’on y voit en 1565 un certain François Joret.Quelques décénnies plus tôt un gentilhomme voisin,noble homme Pierre Hernault,seigneur de la Besnardaie,était mort lui aussi sans enfant,après trois ans de mariage, léguant à sa femme, Louise du Teilleul » tout ce que permet la coutume »: larmes séchées, mais conservant la Besnardaie,la jeune veuve convolait en 1535 avec noble homme Julien Simon, qui dès lors prit le nom de Simon de la Besnardaie.
    Ses descendants habiteront les uns à la Besnardaie, les autres à la Lucière( dont on ne sait pas la date précise de l’acquisition) L’un deux, Jean,trouvé noyé dans l’Erdre, le 22 novembre 1657, sera ramené par Mme de Lucière, sa mère à Vern,pour y être inhumé.Autre évènement tragique: Antoine étant à la chasse avec son valet, se prendra de querelle avec les fils d’un de ses voisins: le plus jeune l’abattra d’un coup de fusil et le valet, vengeant son maître,tuera le meurtrier…
    Le dernier Simon de la Besnardaie, Antoine,curé de Brain-sur Longuenée, passe lui aussi pour avoir eu le caractère » un peu vif ».Il est de fait,
    qu’il usa onze vicaires en 10 ans !
    Retiré à la Lucière,il en fit décorer la chapelle magnifiquement, puis vendit la propriété au très riche M de la Crossonnière, fort dépensier en sa jeunesse, puis devenu en son vieil âge d’une proverbiale avarice;c’est lui qui fit barder de grilles de fer les fenêtres de la Lucière,dans l’espoir d’échapper aux voleurs. Son neveu et heureux héritier ( il laissait 52 fermes et trois châteaux !), le comte de Falloux, a rapporté sur lui de très distrayantes anecdotes.
    (Gens et Maisons du temps passé :André Sarazin.)
    A vos lumières !

    Note d’Odile :
    Merci infiniement car j’avais une autre fin pour le curé de Brain-sur-Longuenée, qui avait dû se cacher pour éviter des poursuites et se faire oublier. Je vais chercher la trace des anecdotes rapportés par le comte de Falloux, car j’ai envie de me (nous) distraire

  2. Bonjour,
    Concernant l’altération, j’ai pu constater au début du XVIe siècle pour un même personnage l’emploi du prénom Guillaume et Guillemin dont les variations se rapprochent assez bien de Simon et Simonin. Mais si cela peut paraître plus normal pour un prénom, il est étonnant de voir ceci pour un patronyme. On connaît tout de même aussi la féminisation de certains noms de famille pour les femmes.
    Note d’Odile :
    Merci infiniement pour ces rapprochements, car j’avoue être un peu déroutée pour le moment…

  3. En effet, il n’est pas rare de trouver la Trouillarde, pour Trouillard, la Galopine , pour Galopin, La Commandeuse , pour Commandeux etc…

  4. À l’intéressante note de Marie du 11 juillet, je voudrais ajouter que la mère de Jacquemine Pelaud était Guyonne de la Barre. J’ignore qui sont les parents de cette dernière.
    Si Jacquemine Pelaud était la nièce de Pierre de la Barre, Guyonne de la Barre serait donc la soeur de Pierre et fille de Guillaume de la Barre !

  5. ces La Barre sont-ils les mêmes que ceux qui sont seigneurs du Buron à Chatelais ? Renée Simon/Simonin, fille de Claude et de Marguerite Pelault, a pour marraine Renée Danris dame du Buron

  6. -Janvier 1621 à Villevêque baptême d’une fille Marie appartenant à Jean Gouion ? et à Michelle Baudon,demeurant au village de Souvigné.
    -Par: Michel Chauveau,charpentier,demeurant audit Souvigné.
    -Mar: Marie de Lhommeau,de Pierre de Lhommeau,juge garde de la monnaye d’Angers (signe)
    -AM Villevêque B 1617-16450 (vue 48).

    -Pierre de L’Hommeau,sieur de La Bretaudière ,juge, garde de la monnaye d’Angers avant 1635.
    -Pierre de l’Hommeau fils 1635 ? sept 1653 (Google)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *