Inventaire des meubles de Jacques Marion et feue Perrine Bordier, métairie du Port à Montreuil sur Maine 1636

cet inventaire, même si j’en ai déjà mis beaucoup sur mon site et mon blog, est remarquable car il donne tous les détails des biens d’un métayer.
Ainsi, on verra que dans le linge, ils ont des draps, mais pas de lin fin, des draps plus ordinaires, et ils n’ont ni nappe ni serviettes.
Natuellement, aucune argenterie mais par contre beaucoup de boeufs et surtout beaucoup de chevaux et même de charettes, dont un neuve. Le closier ne possédait pas tant. Les animaux de trait était alors les boeufs et non les chevaux, ces derniers étaient plus destinés à d’autres usages comme les déplacements en charette. Il est aussi probablement, compte-tenu du nombre de chevaux, même si vous allez le trouver peu, ait été aussi un élevage pour la vente car à cette époque, les bourgeois en particulier et tous ceux qui possèdaient des offices, avaient l’usage des déplacements à cheval, avec ou sans charette, et il leur fallait donc bien trouver de temps à autre à acheter un cheval.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E36 – COMPTE-TENU DE LA LONGUEUR DE CET INVENTAIRE IL PARAIT SUR DEUX JOURS 6 Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 16 juin 1635 (devant René Billard notaire de la chastellenye du Lion d’Angers) inventaire des biens meubles demeurés de la communauté de Jacques Marion et deffunte Perrine Bordier vivante sa femme mestaiers demeurant au lieu et métairie du Port paroisse de Monstreuil sur Maisne appartenant pour une moitié audit Marion et l’aultre moitié à Jehan et Perrine les Marions enfants mineurs dudit Jacques Mation et de ladite Bordier âgés scavoir ledit Jehan de 4 ans et ladite Perrine de 8 ans ou environ, ledit inventaire fait à la requeste dudit Marion père et tuteur naturel desdits Jehan et Perrine les Marions, en présence de honneste homme Pierre Bodere marchand oncle desdits mineurs demeurant audit Monstreul et pour faire ledit inventaire et appréciations desdits meubles et bestiaux ont lesdits Marion et Bodere respectivement convenu de chacuns de René Fresneau demeurant au lieu de la Haulte Aillée paroisse de Chambellé et de André Delahaye demeurant au lieu de la Gouchière paroisse de Champteussé auquel inventaire a esté procédé par lesdites parties et appréciateurs par devant nous René Billard notaire du Lion comme s’ensuit

J’ajoute enfin que vous avez mon dictionnaire des termes des inventaires en ligne, ainsi que la liste des inventaires.

  • Du 16 juin 1636 avant midy
  • Premier une table de noyer sur quatre pieds et un vieil méchand banc de peu de valeur prisé ensemble avec 3 petites esses ou dressoirs estant au bout de ladite table 6 livres
    Un grand coffre de chêne fermant à clef et clavure tenant 2 septiers ou environ prisé 6 livres
    Une hugemet de chêne servante à poistrir et boullenger non fermante à clef et clavure prisée 60 sols
    Un vieil buffet à 2 fenestres et une liette de chêne 100 sols
    Un vieil charlit de cerisier fait à quenouilles carrées 4 livres
    Une méchante petite couchette de peu de valeur 20 sols
    3 billots et un vesselier le tout 20 sols

  • en une autre petite chambre estant au bout de ladite chambre cy dessus
  • Premier un charlit de noyer fait à quenouilles carrées 7 livres
    Un grand coffre de chêne fermant à clef et clavure tenant 18 boisseaux ou environ 6 livres
    Un vieil marchepied de chêne fermant à clef et clavure tenant 12 boisseaux ou environ prisé 5 livres
    Un autre petit coffre de chêne tenant à l’estimation de 5 boisseaux de bled ou environ fermant à clef 50 sols

  • En une autre chambre estant à costé de ladite chambre et salle basse
  • Premier un grand coffre de chêne fermant à clef et serrure tenant 2 septiers ou environ 5 livres
    Une vieille huge plate de chêne qui ne ferme de clef 50 sols
    2 seilles et un godet 8 sols

  • L’airain
  • Premier 3 petites poisles et poilettes pesant ensemble 22 livres prisées la livres 12 sols pour ce 13 livres 4 sols
    2 chaudrons d’airain pesant 12 livres avec leur ances et cercles prisés 12 sols la livres pour ce 7 livres 4 sols
    3 vieils passoires d’airain 12 sols
    3 poisles à queue une grande et 2 moyennes 40 sols
    Un trippier de fer pesant 12 livres 30 sols
    Un saunier usé 3 sols
    Un grand poids de fer et une marmitte avec le couvercle et la cuiller 32 sols

  • L’Étain
  • En vaisseaux creux plats 26 livres d’estain prisé 10 sols la livre 13 livres
    2 rouets à filer fil avec 2 douzaines de fuzeaux tant de rouet que de main et le fusellier le tout 50 sols
    2 vieilles pannes servantes à faire lessive, une grande et l’autre plus petite, prisées ensemble 50 sols esquelles est faite avec un cercle
    8 pots de terre tant grands que petits et une pottine le tout usé et prisés ensemble avec 3 bouteilles à huile et toute sorte d’autre poterie 20 sols
    3 barils un grand et les autres moyens 15 sols
    Une baratte avec son ribot, un pot de bois servant à tirer 12 sols
    Un viel boisseau ferré d’airan tout autour 6 sols
    Un quart de boisseau prisé 6 sols
    2 selles à birée ? avec 4 selles à cescoup ? usées 8 sols

    selon le Dictionnaire du Monde rural de Michel Lachiver, une selle est aussi un petit siège de bois en forme de trépied, et je pense qu’ici il s’agit de ces sièges, mais servant à je ne sais quoi, sans doute à traire ou autre

    3 futs de busse et un de pippe et un dyuau de pippe et fouauts à mettre vin le tout 5 livres
    2 vieils cuviers avec un vieil fust de busse desboisé le tout 20 sols
    une selle à cheval fort usée avec une bride le tout 5 livres
    3 coings pesant ensemble 10 livres 26 sols

    selon le Dictionnaire du monde rural (cité ci dessus) un coin est un instrument de fer, taillé en angle solide, dont on se sert pour fendre du bois

    Un moulin servant à moudre esprit ? 12 deniers
    Une vielle boussolle tombée 20 sols
    Un crochet à peser 16 sols
    4 panniers 4 sols
    Un asneau et une bouriche 8 sols
    Une vieille corbeille 12 deniers

  • la suite et fin à demain
  • Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog

    6 réponses sur “Inventaire des meubles de Jacques Marion et feue Perrine Bordier, métairie du Port à Montreuil sur Maine 1636

    1. Bonjour Odile,

      Merci ! Instructif et complet, cet inventaire nous éclaire remarquablement bien sur l’environnement matériel de nos anciens…

      J’ai quelques données qui vous intéresseront peut être :

      *Jacques Verger est inhumé le 24 août 1645 au Lion d’Angers
      *Mathurine Thibault sa femme est inhumée le 31 octobre 1639 au Lion d’Angers

      *Mathurine Verger leur fille, est inhumée le 23 décembre 1680 à Montreuil sur Maine
      *Jacques Marion, son mari est inhumé le 9 novembre 1665 à Montreuil sur Maine

      Ce Jacques Marion serait donc marié :

      *en premières noces avec Perrine Bordier le 6 novembre 1623 à Montreuil sur Maine, elle-même inhumée le 11 décembre 1633 à Montreuil sur Maine

      dont :

      **Perrine baptisée le 20 septembre 1628 à Montreuil sur Maine, ce qui correspond avec l’âge mentionné dans cet acte,

      **Jean baptisé le 22 septembre 1632 à Montreuil sur Maine, même remarque que précédemment.

      *en secondes noces avec Mathurine Verger, selon le contrat de mariage identifié et transcrit par vos soins.

      Si vous ne partagez pas cette hypothèse, je serai heureux d’échanger avec vous

      Bien cordialement

        Note d’Odile

      Bonjour
      Merci de votre intérêt.
      Je descends personnellement de Jacquine VERGER soeur de Mathurine, et vous trouvez ce que j’en sais à ce jour en page 6 de ma famille LEMESLE, car Jacquine Verger est une grand’mère à moi par les LEMESLE.
      Je constate que j’y avais les 2 premiers décès que vous me signalez, mais pas les 2 autres.
      Merci de me dire ce que vous pensez de mon étude VERGER qui figure sur les pages précédentes de mon étude LEMESLE car j’ai eu beaucoup de mal à rattacher ma Jacquine.
      Merci d’en discuter ici.
      Par contre d’autres lecteurs vont venir discuter d’eux ici car ils en descendent.
      Bien à vous
      Odile

    2. Bonsoir

      Il me semblait qu’il n’y avait plus de question sur cette génération, par contre, Concernant Jacques Verger, il subsistait quelques questions, combien de femme avait il eut , avait il épousé 2 femmes Thibault, cela reste un mystère (en tout cas pour moi)

      Je descends de Jacquine, Mathurine et Renée Verger, toutes les 3 sœurs et fille de Jacques Verger (et d’au moins 2 femmes différentes dont une Mathurine Thibault)

      Cordialement
      Stéphane

        Note d’Odile :

      Oui, vous avez raison.
      Merci de me le rappeler.
      Odile

    3. Bonjour Odile,

      Votre réponse n’était pas perdue dans les réseaux informatiques ! Je viens de lire votre étude sur les Lemesle.

      Trois propositions de rattachement :

      * Renée Marion, fille de Jacques Marion et Mathurine Verger, baptisée le 6 septembre 1654 à Montreuil sur Maine, mariée à Jean Poilasne, contrat du 10 août 1672 devant Godillon au Lion d’Angers.

      * Pierre Marion, que vous relevez baptisé le 14 mai 1637 à Montreuil sur Maine, est marié le 23 novembre 1666 à Montreuil sur Maine avec Louise Bouvet. ( cf votre étude Bouvet )

      * Jacquine Marion, mariée le 25 juin 1667 à Montreuil sur Maine avec Jean Bouvet, frère de Louise, précédemment citée. ( cf votre étude Bouvet )

      Par ailleurs, vous donnez :

      * Perrine Verger mariée avec Etienne Verdon à Angers le 24 mai 1631, page 9, mais plus haut, page 6, le 9 août 1631…Après vérification il s’agit du 24 mai 1631, mais comment oserions nous vous en faire le reproche ?! Je vous l’indique pour mémoire…

      Enfin, Jean Plassais marié avec Renée Verger, a une soeur Louise mariée avec Jacques Poilasne, dont Pierre qui épouse Renée Marion en 1672 ( citée ci-dessus )…

      Je vais en rester là pour ce soir !

      Bien à vous

      Dominique

    4. Bonjour Odile,

      Avez vous eu le temps de prendre connaissance de ces données ?

      Bien à vous

      Dominique

        Note d’Odile :

      Je vais aller voir, mais pour ce qui est déjà dans les BOUVET je ne repique pas dans l’autre fichier. Enfin, en règle générale, je ne m’attache pas à faire des descendances exhaustives sur trop de générations, en fait j’attache l’importance à remonter pas à descendre.
      Je suis en rangement de mes archives et je regarde votre email ensuite;
      Odile

    5. Bonjour Dominique
      J’ai voulu vérifier, et je n’ai pas trouvé le B de Renée Marion, fille de Jacques Marion et Mathurine Verger, baptisée le 6 septembre 1654 à Montreuil sur Maine,

      ni le contrat de mariage devant Godillon, que je n’ai pas,

      Merci de m’envoyer le tout à l’adresse webmaster
      @
      odile-halbert.com

      que vous remettez bien en ligne, naturellement
      Odile

    6. Bonjour Odile,

      Je viens de vous adresser la réponse que vous attendez.

      Bien à vous

      Dominique

        Note d’Odile :

      Merci
      bien reçu
      Odile

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *