Partage des biens de feu René Tambonneau (fin) : Bauné 1583

LE PRESENT ACTE DONNE UN JEAN CADY MARCHAND A ANGERS TEMOIN ET QUI SIGNE DE LA MËME MANIERE QUE MON GUILLAUME CADY;
SI QUELQU’UN CONNAÏT CE JEAN CADY MERCI DE ME LE FAIRE CONNAÏTRE
Nous avons vu hier la première partie de ce partage en 2 lots. Mon ancêtre Guillaume Cady a épousé en premières noces Guillemine Tambonneau, dont je ne descends pas mais des secondes noces.
Malgré la longueur très importante de cet acte, il n’est écrit nulle part, et c’est une omission du notaire, le lieu ou demeurent Guillaume Cady et Guillemine Tambonneau sa première épouse, mais en tous cas les biens sont à Bauné et environs.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E7 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

2ème lot (demeuré aux Lecamus, non choisissants)
les maisons jardrins vergers et appartenances appellée le Pré joignant d’ung costé la terre de la disme de Bauné aboutant d’ung bout le petit marais de l’Espinière d’autre bout le chemin tendant de Bauné à Rouault ; Item une pièce de terre appellée Rouault contenant 3 journaulx et demi ou envirion sise en ladite paroisse de Bauné joignant d’ung costé la terre du sieur des Bruchets un foussé entre deux d’autre costé la terre Pierre Bacotz chacun par son endroit, aboutant d’un bout le chemin tendant de Bauné à la Brullayère d’autre bout le pré de la mestairie du Broyay ; Item une pièce de terre contenant 2 journaux et demi ou environ appellée la pièce du Cormier joignant d’ung costé la terre dudit sieur des Brucher les foussés entre deux d’autre costé la terre dudit Ratier une ruette entre deux ; Item ung loppin de pré contenant ung quartier ou environ sis près Rouault joignant d’ung costé au chemin tendant dudit Rouault à Broyay d’autre costé au ruisseau venant du Pont Jouan au moulin de Bauné, abouttant d’ung bout au pré de Guillaume Rattier d’autre bout au pré et terre de François Mingoy ; Item le lieu et closerie du Ruze composé de maison et jardrin aireau et appartenances avecques une ouche ou pièce de terre le tout ensemble contenant un journau ou environ joignant d’ung costé aux choses héritaulx des hoirs feu Martin et Jehan les Camus, d’autre costé au chemin tendant de Bauné à la Chesnaye de Sene aboutant d’ung bout à la terre dudit deffunt Tambonneau et d’autre bout à ung petit chemin tendant dudit Ruze à Halrollet ; Item un petit loppin de terre sis près l’ouche du vivier dudit Ruze joignant d’ung costé et aboutant d’ung bout à ladite pièce de terre du Vivier cy après confrontée d’autre costé les jardrins Mathurin Lecamus d’autre bout le chemin tendant de Ruze à Halrollet ; Item une pièce de terre appellée l’ouche du Vivier contenant 2 journaulx ou environ joignant d’ung costé le chemin tendant de Ruze à Halrollet d’autre costé aux prés (blanc) aboutant d’ung bout au chemin tendant de Bauné à la chesnaye de Sene ; Item 5 journaulx de terre ou environ en ung tenant sis en une pièce de terre appellée les Grands Champs du Ruze lesdits journaulx de terre joignant d’ung costé aux terres de la femme Jehan Leroyer Pierre Quiquere et autres chacun par son endroit, d’autre costé à la terre appellée les Ouchettes dudit Lecamus et l’ouchette dudit Ruze, et terre par ledit Tambonneau baillée à ferme audit Mathurin Lecamus chacun par son endroit, aboutant d’ung bout au chemin tendant dudit Bauné à la Chesnaye de Sené, et d’autre bout à ladite terre par ledit deffunt Tambonneau affermée audit Lecamus et la terre dudit deffunt Martin Lecamus chacun par son endroit ; Item 5 quartiers et demi de vigne ou environ sis au clos des Bescoliers Pierre Lecoyer Pierre Leduc desdites pièces joignant d’ung costé le chemin tendant de Bauné à Mathefelon d’autre costé la pièc de vigne cy après confrontée appartenant audit deffunt Tambonneau et à la vigne de Robert Couraut chacun par son endroit aboutant d’ung bout la vigne dudit Gouraut d’autre bout la vigne de Mathurin Prune l’autre pièce joignant d’ung costé lesdites vignes cy dessus desdits Tambonneau et Prune d’autre costé les vignes de la veufve Jehan Doysseau aboutant d’ung bout la ruette tendant de la Roberdière à Halrollet, d’autre bout la vigne qui fut audit Tambonneau cy après confrontée, la deuxiesme pièce joignant d’ung costé ladite première pièce cy dessus confrontée d’autre costé la terre dudit Nicolas Girard aboutant d’ung bout la vigne dudit Jehan Gouraud d’autre bout la vigne feu Doysseau et vigne dudit deffunt Tambonneau chacun par son endroit ; Item ung quartier de vigne par indivis de 2 quartiers de vigne sis audit du Villier lesdits 2 quartiers vendus par ledit Pierre Tambonneau audit defunt Tambonneau et à Estienne Denyau par contrat du 3 septembre 1579 joignant d’ung costé la vigne dudit Cady à cause de sadite femme d’autre costé la rotte dudit cloux et les vignes de Mathurin Joullain aboutant d’ung bout les vignes de Montgeoffroy et d’autre bout aux dites rottes ; Item 4 planches de vigne contenant 5 quarts de quartier ou environ sises audit cloux joignant d’ung costé la vigne de Jehan Leroyer d’autre costé la vigne des hoirs deffunt Pierre Leproust aboutant d’ung bout à la vigne de la cure de Cornillé d’autre bout aux vignes de la chapelle des Chastons la rotte entre deux ; Item ung quartier de vigne ou environ sis audit cloux du Villier joignant d’ung vosté à la vigbne de la veufve Guillaume Ligier et Jehan Trillard chacun en son endroit d’autre costé à la vigne des hoirs deffunt Guillaume Bodin aboutant à la vigne de la cure de Cornillé d’autre bout à la terre des Grands Champs ; Item une pièce de vigne en escusseau vers le bout sur la totte en laquelle y a 2 noyers sise audit cloux des Couldreaulx contenant ladite pièce ung quartier de vigne ou environ joignant d’ung costé la vigne dudit Rattier d’autre costé les vignes des Chapelles à la Rayne et des Moreaux aboutant d’ung bout à la vigne des hoirs deffunt Quentin Triganne d’autre bout l’autre pièce de vigne cy après confrontée ; Item une autre pièce de vigne contenant 2 quartiers ou environ une rotte passant par l’orée par ung petit endroit de ladite pièce joignant d’ung costé la vigne de Grouger Chaslot d’autre costé la vigne de Me Guillaume Davy prêtre et à la vigne de la veufve ou hoirs Phorien Poupart, chacun par son endroit, d’autre bout aulx vignes de Chaloché et de Montgeoffroy d’autre bout les vignes cy dessus confrontées et la vigne de Jehan Fresneau chacun par son endroit ladite rotte entre deux ; Item ung quartier et demi de vigne ou environ en 3 pièces sis au cloux Minot dite paroisse de Bauné la première desdites pièces joignant d’ung costé les vignes dudit Tristan Dartoys aboutant d’un bout la terre de la veufve Jehan Marsault d’autre bout les vignes de Martin Boysard l’autre pièce joignant d’ung costé et aboutant des deux bouts lesdites vignes dudit Dartoys d’autre costé la vigne dudit Boysard, la troisième pièce joignant d’ung costé le chemin tendant dudit Bauné au lieu du Tertre d’autre costé les vignes dudit Dartoys aboutant d’ung bout la vigne Jacques Varin d’autre bout la terre dudit Marsault ; Item 4 boisseaux et demi de bled fourment et febves par moitié mesure de Beaufort faisant moitié de 9 boisseaux fourment de rente du sur et pour raison d’ung arpent et demi de terre sis en vallée en une pièce de terre vulgairement appellée la Baude paroisse de st Mathurin joignant d’ung costé aux ouches granges et appartenances des doyen et chanoines et chapitre de l’église d’Angers, aboutant d’ung bout aulx appartenances desdits de l’église d’Angers ; et est compris au présent lot le pressouer estant audit lieu du pré avecques le cable et tous autres ustenciles servant audit pressouer mesme la cuve cuvier hache hachereau portouers cuveaulx et toutes autres choses servant audit pressouer, aussi sont comprins au présent lot les chantiers estant audit lieu du pré tant ès caves celliers et greniers, aussi comprinses au présent log les matières qui ledit defunt avoir fait charroier et mettre audit lieu du Pré pour parachever l’agrandissement qu’il a fait encommencer, laquelle grange ainsi qu’elle est encommencée demeure pareillement au présent lot ; à la charge que ceulx desdits héritiers auxquels le présent lot demeurera seront et demeureront solidairement tenus et obligés dans préjudice de leurs recours de continuer payer et servir aux chanoines et chapitre de saint Maurille d’Angers la somme de 200 livres évaluées à 66 ecuz deux tiers pour l’extinction et admortissement de la somme d e16 livres 13 sols de rente hypothécaire créée et constiturée audit chapitre par ledit deffunt Tambonneau et défunt Estienne Tambonneau son frère par contrat du 13 novembre 1556 et payer les arréraiges de ladite rente qui escheront depuis le jour de la choisie de ces présents lots jusques au jour de l’admortissement de la dite rente lequel admortissement lesdits héritiers auxquels ce présent lot demeurera seront tenus faire et en fournir et bailler lettres dudit admortissement à l’ung desdits héritiers du premier lot dedans le jour et feste de Toussaint prochainement venant à peine de tous despends dommages et intérests néanlmoings les choses de cedit lot sont et demeurent spécialement affectées hypothéquée et obligée à l’admortissement de ladite rente et payement des arrérages d’icelle sauf et réservé audit Juheau et ses autres cohéritiers leurs droits et actions contre lesdits Pierre Tambonneau Cady et sa femme héritiers dudit deffunt Estienne Tambonneau pour le remboursement de la somme de 100 livres moitié de ladite somme de 200 livres pour laquelle ladite rente a esté constituée ensemble pour la moitié du remboursement des arrérages de ladite rente à faute que les héritiers dudit feu Estienne Tambonneau feront de faire apparoir de contre lettre dudit deffunt René Tambonneau d’acquiter ledit defunt Estienne Tambonneau de ladite rente ; et quant aux autres rentes crées et constituées par ledit defunt Me René Tambonneau tous lesdits héritiers dudit deffunt Me René Tambonneau seront tenus faire les admortissements desdites rentes et à ceste fin contriburont lesdits Pierre Tambonneau et Cady à cause de sadite femme pour une moitié tant du principal pour lequel lesdites rentes ont été constituées que pour les loyaulx cousts et mises desdits contrats et payement des arrérages desdites rentes tant escheues qu’à eschoir jusques auxdits admortissements et ledit Juheau et ses cohéritiers contribueront pour l’autre moitié dudit admortissement loyaulx cousts mises et payement desdits arrérages ; oultre à la charge de payer et acquiter les rentes charges et debvoirs deubz pour raison des choses de chacun desdits lots par ceulx auxquels demeureront lesdites choses pour les parts et portions que les compartageans sont héritiers dudit defunt René Tambonneau ; et tous lesquels compartageans seront tenus au garantage l’ung de l’aultre pour raison des choses des présents lots lesquelles choses demeurent spécialement ; obligées et affectées aux admortissements desdites rentes ; oultre à la charge dudit second lot de rembourser à ladite Jacquette Lecamus la somme de 45 sols par une part pour 58 boisseaulx de febves mesure de Beaufort qu’elle a fait sepmer en l’année présente ès jardrins dudit lieu du Pré, et la somme d’ung escu deux tiers que ladite Jacquette a payés pour les labourages et sepmances en ceste dite année ès jardins du Pré ; Aussi à la charge que tous lesdits héritiers payeront et rembourseront la faczon des vignes de ceste année qui leur demeureront atant esgard au nombre de quartiers comprins esdits lots respectivement ; Et ne sont comprins esdits partages les choses de ce présent article, savoir 12 pièces de bois qui sont en l’atelier de la cour dudit lieu du Pré ; Item la chaux qui est audit lieu ; Item 3 ou 4 pièces de bois qui sont dedans la grange encore à faire audit lieu du Pré l’une d’houlmeau et les autres de noyer ; Item 2 poulains pour charger du vin ; Item la chesne du puyz ; lesquelles choses de cet article seront partagées par moitié ou vendues et les deniers pour les portions qu’ils sont héritiers dudit defunt ; Et demeurent lesdits compartageans tenus garder les marchés et baulx à ferme faits par ledit deffunt, ensemble le marché de ferme dudit lieu de Malleray fait à Cadou et Potherye et se feront payer ceulx auxquels demeureront lesdites choses affermées suivant lesdites fermes ; etjouiront lesdits copartageans de l’année présente des choses qui leur demeureront par la choisie desdits lots, et le tout aux charges et conditions cy dessus.
Le jeudi 5 mai 1583 après midi, en la cour du roy notre sire à Angers et de monseigneur duc d’Anjou endroit par devant nous Mathurin Grudé notaire de ladite cour personnellement establis ledit Juheau advocat audit siège présidial et ladite Renée Lecamus sa femme de sondit mari autorisée par devant nous quant à la présente option et choisie desdits lots et choses contenues par ces présentes, demeurant audit Angers, et honneste fille Jacquette Lecamus dame de la Boullerye demeurante en la paroisse de Bauné, et encores lesdits Juheau et femme et ladite Jacquette Lecamus pour et au nom et comme procureurs et eulx faisant forts desdits Me Jehan Pothery et Lancelotte Lecamus sa femme, Me Jacques Breslay sieur de Bellefille et Françoise Lecamus sa femme et de ladite Marie Lecamus veufve dudit deffunt Bouvet, auxquels ils ont promis faire ratiffier et avoir agréable tout le contenu en ces présentes et en fournir lettres de ratiffication vallables à Pierre Tambonneau Cady à peine de tous despends dommages et intérests ces présentes néanmoins demeurant en leur force et vertu d’une part, et ledit Pierre Tambonneau sieur de la Regnardière demeurant en la paroisse de Bauné, et ledit Guillaume Cady marchand et Guillemine Tambonneau sa femme de lui autorisée … soubzmectant lesdites parties esditsnoms et en chacun d’iceulx seul et pour le tout … confessent après que leur avons fait lecture des lots charges et conditions contenus cy dessus déclarées, et que lesdits Tambonneau Cady et Guillemine Tambonneau sa femme ont dit et déclaré avoir bonne cognoissance des choses spécifiées esdits partages et des charges y contenues et s’estre respectivement enquis auparavant ce jour avecques toute diligence aux gens du pays et autres congnoissant les choses desdits lots de la valeur et qualité d’iceulx, au moyen de quoi ils ont confessé lesdits lots leur avoir esté cy devant baillées et laissés entre mains par ledit Juheau, avons procédé et par ces présentes procédons à la choisie desdits lots et y procédant lesdits Pierre Tambonneau et Guillaume Cady et Guillemine Tambonneau sa femme ont opté et choisi le premier desdits lots … ; fait et passé Angers maison dudit Juheau en présence de honorable homme Me Pierre Laguette sieur de la Germonnerye advocat Angers, Jehan Cady marchand demeurant audit Angers et Jehan Adellee praticien en cour laye demeurant Angers tesmoings, ladite Guillemine Tanbonneau a dit ne savoir signer

Odile Halbert – Lorsque vous mettez mes travaux sur un autre site ou base de données, vous enrichissez leurs propriétaires en leur donnant toujours plus de valeur marchande dans mon dos

13 réponses sur “Partage des biens de feu René Tambonneau (fin) : Bauné 1583

  1. Bonjour Mme Halbert,
    Depuis que j’ai découvert votre blog, chaque jour je lis « l’actualité » et une partie des anciens articles. C’est un travail considérable et magnifique que vous réalisez et que vous offrez à tous gratuitement. Il permet de reconstuiter le cadre de vie de nos ancêtres et des généalogies.
    Je descends des « Cady » de Rochefort-sur-Loire (début 19e siècle) qui forment une souche impressionnante par leur localisation restreinte.
    Avec Agena, j’ai trouvé un Jean Cady à la Trinité d’Angers marié avec une Françoise Gallery ? . Ils ont 8 enfants entre 1570 et 1580. Parrains et marraines sont difficiles à lire pour moi. Ils sont d’un milieu aisé. On y trouve une Guilmine Cady et peut-être un Olivier Cady (page pliée). Pas de signatures.
    Serait-ce celui que vous recherchez ?
    Bien sincèrement.
    Gilbert C.
    P.S. Je peux vous donner les n°s des vues si cela vous intéresse.

  2. Bonjour
    Oui, j’aime reconstituer les modes de vie les plus anciens que permettent les notaires et les chartriers puisque je maîtrrise parfairement la paléographie.
    Je veux bien que vous me signaliez les numéros de vues des 8 enfants Cady, ainsi j’irai plus vite à les trouver et retranscrire,
    Odile

  3. Enfants du couple Jean Cady-Françoise Gallery (? plusieurs transcriptions du nom) d’après AGENA
    Angers la Trinité
    Françoise 15.10.1570 ( vue 66 d)
    Olivier 08.01.1573 (vue 116 d)
    Claude 14.01.1574 (vue 138 g)
    Henrie 26.02.1575 (vue 162 d)
    Lucas 28.05.1576 (vue 195 d)
    Renée 02.06.1577 (vue 223 d)
    Gabriel 27.10.1578 (vue 253 g)
    Pierre 12.06.1580 (vue 286 d)

  4. Merci
    je les regarde ce WE et les retranscrit exhaustivement, avec mon analyse, car je ne peux pas me passer de mes observations
    Entre-temps, j’ai pensé que ce Jean Cady était bel et bien contemporain de Guillaume, donc soit frère soit cousin, et non un père ou oncle.
    Les actes vont sans doute me permettre de voir le milieu, s’il est concordant.
    Odile

  5. Jean et Guillaume traitant ensemble en 1565 :
    http://www.odile-halbert.com/wordpress/?p=28276
    Peut-être le fils (ou de la même famille) que ce Jean Cady de la Trinité en 1547, 1549 :
    http://www.odile-halbert.com/wordpress/?p=28166
    http://www.odile-halbert.com/wordpress/?tag=cady&paged=2

    D’ailleurs, ce Jean Cady « ancien » est tuteur en 1548 de son fils mineur Guillaume :
    http://www.odile-halbert.com/wordpress/?p=28162
    Mais peut-on penser qu’un étudiant de l’université d’Angers puisse devenir marchand par la suite ?

    Quoiqu’il en soit, cette paroisse pourrait être une bonne piste pour reconstituer cette famille sur une génération de plus

  6. Bonjour Jérôme
    Merci
    Je vais relire tout cela attentivement ce WE et retranscdire les baptêmes de la Trinité
    je suis en effet tout aussi attentive à votre remarque concernant les études à l’université suivies du métier de marchand, qui me paraissent, comme à vous, une suite peu logique.
    A+

    Suis dans les problèmes techniques, suite à travaux dans ma tour, qui ont esquinté mon appartement
    et suis effondré
    Odile

  7. rebonjour à tous
    Heureusement que je suis en train de relire.

    Il ne s’agit pas d’Olivier Cady, mais d’Olivier Cador sieur de la Borde, et voici les CADOR selon ma table des avocats d’Angers

    132 1590 34 CADOR Bernardin, Sr de la Belle-Touche et de la Borde
    126 1587 18 CADOR Christophe, Sr de la Borde
    129 1590 13 CADOR Jean, Sr de Bellefourche et de la Borde
    57 1550 13 CADOR Olivier, Sr de la Borde
    201 1684 2 CADOT Nicolas, sieur de la Bodière
    11 1490 4 CADU Jean, Sr de la Touche-Cadu

    Eh oui, il a existé des CADOR, CADU, CADOT et sans doute d’autres CAD… et même si on est dans un pli du papier et qu’on ne lit plus que CAD on ne peut pas en conclure CADY

    Odile

  8. Bonjour à tous

    Je viens de dresser un bilan de tout ce que je sais des CADY c’est à dire de Guillaume époux Tambonneau puis Triqueneau, dont je descends, et aussi de Jean Cady marchand à Angers dont je ne sais s’il est lié, mais les doutes existent.
    J’ai dressé à la fin de cette longue étude une page qui reprend les vues des signatures et j’ai bien détaillé à qui elles appartiennent ainsi que les dates.
    ET LES SIGNATURES SONT TROUBLANTES car elles se ressemblent
    Odile

  9. Bonjour Mme Halbert,
    Vos talents de paléographe ont décrypté les baptêmes des 8 enfants du couple Jehan Cady- Françoise Gallery, sans pouvoir malheureusement établir de lien. Olivier, comme je l’avais supposé avec une réserve toutefois à cause du pli, n’est pas un Cady mais un Cador, sieur de la Borde. Célestin Port écrit « la Borde en St Jean des Mauvrets, propriété de la famille Cador, 1629 »; la propriété était donc dans cette famille depuis longtemps déjà. Je n’avais jamais rencontré dans un texte d’époque le terme de « Sire ». Peut-on le comparer au « Sieur » du 18e s. ?
    Concernant mon Charles Cady du début 19e siècle, il descend du couple Jehan Cady-Anne Goier. Les mariages de 2 de ses fils en 1626 à Béhuard (vues 76 et 237) nous apprennent que ce Jehan Cady père est notaire, demeurant aux La(o)mbardières de Rochefort et que c’est le vicaire de Béhuard oncle maternel d’une des épousées qui officie. Il signe les 2 actes ce que ne font pas les fils. (Béhuard et le village des Lambardieres sont proches mais la Loire les sépare…et pas de pont à l’époque !). On retrouve son inhumation à Rochefort le 31.12.1646. Vous le mentionnez d’ailleurs dans vos Cady.
    En consultant certaines généalogies sur le net qui disent s’appuyer sur les travaux de M. André Sarazin, ce Jehan Cady, né vers 1570, serait fils d’un Guillaume Cady époux de Sébastienne … Ce ne serait donc pas encore le Guillaume Cady que vous recherchez. Cependant, ils doivent tous être parents lointains. Merci pour tout votre travail. Bien sincèrement.
    P.S. Mes nom et adresse mail apparaissent automatiquement à la fin chaque commentaire. Est-ce normal ?

  10. Bonjour
    Pour que votre nom n’apparaisse pas, utilisez un pseudo
    Par contre sur mon blog, jamais les adresses email ne sont publiées, et je demande à tous mes habitués de bien vouloir me le confirmer.
    Odile

  11. Rebonjour
    Le terme de sire tout comme le terme de noble homme etc… sont des qualiticatifs purement honorifiques de certaines époques et attestent seulement d’un rang social ou orgueil du personnage.
    Je ne fréquante pas Geneanet, car trop de copies et surtout sans preuves, donc rien de fiable et il faut tellement s’en méfier tant les copieurs sont nombreux, que mieux vaut l’éviter. D’ailleurs pour les Cady, on a bien la preuve que tout le monde copie sans preuves.

    Si vous habitez l’Anjou, c’est à vous d’aller aux Archives Départementales vous enquérir des travaux de Mr Sarazin, car il a travaillé longtemps aux Archives.

    Odile

  12. Bonsoir Madame,

    Aux 8 enfants de Jean Cady et de Françoise Gallery (la Trinité Angers), on peut en ajouter un autre : Pierre Cady né le 03.07.1588 St Maurice Angers (vue 447/562 d). Mais ce n’est pas sûr que les noms des parrains et de la marraine apportent qqchse de nouveau.
    Cdlt.

    1. Bonjour
      J’avais en fait 10 enfants, dont Pierre que vous citez, mais j’avais oublié de mettre en ligne ma dernière mouture, et je suis en train de le faire, d’ailleurs avec un meilleur lien à l’article ci-dessus.
      Aucun des 10 parrainages ne permet de pouvoir tenter un lien avec mon Guillaume Cady, et je dois avouer que c’est très troublant, car les 2 familles semblent d’un milieu semblable et presque contemporains.
      Odile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *