le Châtelet, rue Dos d’Ậne, Nantes : maison du 16ème siècle, démolie en 1914

Tout change.
Pour atteindre Pirmil en bus, depuis Basse-Goulaine et Saint-Sébastien, nous avons désormais une ligne qu’ils appellent « bus-way » C9
Comme si la langue française n’était pas assez riche !!! Moi, de telles lignes m’écorchent la langue.
Bref, vous l’avez compris, nous vivons la modernité.

Mais, dans cette modernité, l’histoire tente de transparaître.
Car, si vous prenez le C9, ligne qui mêne de Basse-Goulaine à Pirmil par Saint-Sébastien, vous avez la surprise de vous arrêter aussi à un arrêt que je qualifierais de tout à fait IMPROBABLE, car au milieu de nulle part, dans ce qui reste en bas de la rue Saint Jacques, non desservie par les bus, que nous croisons seulement.
Bref, nous nous arrêtons en haut du parking Pirmil, avant de tourner dans ce qui reste de la rue Dos d’Ậne.

Dans les années 1940 à 1960, ma grand mère, qui demeurait rue Saint Jacques, appelait ce coin « le Châtelet », et je ne l’entendais jamais dire « rue Dos d’Ậne ». Ainsi, l’usage voulait qu’on ait conservé un nom, que j’entends désormais, dans le C9, lorsque l’arrêt avant Pirmil, au bas de la rue Saint Jacques, est annoncé par le haut-parleur.
Hélas, en vérifiant le nom de l’arrêt sur le site de la TAN (les transports Nantais), je découvre ahurie, qu’ils écrivent « Châtelets », avec un pluriel !!!!

IL N’Y A JAMAIS EU DE PLURIEL!!!!

Voici l’origine de ce Châtelet, au singulier, car ce fut une unique maison, que l’on appelait ainsi. Ce qui suit a été écrit par Paul de Berthou, et ses notes sont en ligne sur le site des Archives de la ville de Nantes. Ceci est un document fiable :

  • Rue Dos d’Ậne, de la place Pirmil à Pont-Rousseau

1615 : … la ville demanda le renvoi des munitions fournies. Elles revinrent par la Porte de L’Espau, qui existait au bout de la rue Dos d’Ậne. (Travers, III, 198)
1650 : On bâtit en Dos d’âne la Guérite de garde (Travers, III, 440). Dans la Marie Mellier, VI, 331, on lit l’inscription qui était au dessus de la Porte de la Garde, dans le quartier nommé Dos d’Ậne. L’inscription sur cette porte fut construite en 1680, Jacques Fremon étant maire.
Il est vraisemblable que la Guérite de Garde et la Porte de Garde ne font qu’un. J.F .
Pendant la Révolution, la rue Dos d’Ậne fut nommée rue Caton. A la Restauration, elle reprend son nom de Dos d’Ậne (Etrennes du Commerce, 1793, p. 133 ; – Nomenclature des rues, 19)
1840 : l’Ordonnance royale du 26 septembre 1837 qui fixe à 10 m la largeur de la traverse, atterne dans les rues de Biesse, Vertais et Dos d’Ậne 180 maison qui doivent céder à la voie publique une superficie d’environ 3 500 m. Parmi ces maisons, 102 surtout présentent une sorte de saillies véritablement intolérables et leur démolition immédiate ou prochaine a été arrêtéer en principe. (Le Breton, 7 mai 1840, p. 2)
1914 : Près de la rue Dos d’Ậne, en dehors des maisons du côté sud, vers la campagne, et à peu près vers son milieu, se voyait une vieille maison de campagne, dite « le Châtelet », petit corps de logis à un étage, de plan à peu près carré, flanquée d’une tour ronde, contenant l’escalier. Dans la logis il n’y avait qu’un chambre nasse et chambre haute. Cette maison, peut-être du XVIIème S. existait encore toute ruinée en janvier 1914. En février 1915 il n’en restait plus rien. Elle a dû être démolie au printemps 1614 avant la guerre. Les matériaux eux-mêmes avaient été enlevés.

Cette maison, à l’escalier en tour ronde, était certainement construit avant 1600, date à laquelle on avait déjà intégré l’escalier dans le corps principal de bâtiment.

Et surtout, je vais revenir sur cette maison, car elle est le signe d’une population assez mélangée dans ce fauxbourg de Nantes, dont je viens de retranscrire les registres, et dont je vais vous parler plus tard.

Je vous ai déjà parlé de cette rue :
Canadiens descendants de Louis Bureau dit « Sans-Souci », en ce jour de fête du centenaire de René Bureau, voici la rue Dos d’Âne de vos origines, presque comme elle était en 1640

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *