Toussaint, un joli prénom, qui fut parfois Sainton

Les prénoms ne furent pas toujours liés à un saint particulier.
Toussaint les invoquaient tous à la fois, excusez du peu.
Car autrefois, un prénom pour exister, devait être admis par l’église, et découler d’un saint.

Vous avez ainsi sur mon site la liste des prénoms admis dans le diocèse de Nantes peu avant la Révolution.

Revenons à Toussaint, qui eut une forme ancienne, que j’ai beaucoup rencontrée, entre autres à La Cornuaille : Saincton , avec un C devant le T car autrefois SAINT s’écrivait SAINCT.

Voir le relevé des BMS de La Cornuaille et les Saincton du 16e siècle, dont les Saincton Bellanger, les Saincton Rabin etc…

Je descends à La Cornuaille de Saincton Rabin, aliàs Toussaint Rabin
Je n’ai pas d’explication à la forme, mais ceci pour vous dire qu’au 16e siècle, parfois, les prénoms avaient une forme encore mal fixée, souvent parce qu’on sortait tout juste sur les actes de baptême du latin, et il existe ainsi beaucoup de formes achaïques de nos prénoms.

Seul le relevé exhaustif d’une paroisse, et la reconstitution de toutes les familles portant le même nom, permet de s’y retrouver avec fiabilité.

Fiabilité est un vilain mot en généalogie, que beaucoup ne connaissent pas… hélas ! Elle ne s’atteint qu’avec beaucoup de travail sur une paroisse et toute la reconstitution, pas le point par point qui sévit…

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog et non aller en discuter dans mon dos sur un forum ou autre blog.

2 réponses sur “Toussaint, un joli prénom, qui fut parfois Sainton

  1. En 1649, une Sainte Renoir, ancêtre,ce prénom parfois orthographié Saincte ou Xainte .
    Note d’Odile : Vous avez raison, cela n’est pas si rare, et on peut certainement penser que c’est la même origine que Sainton et Toussaint, et on honore alors tous les saints.

  2. Ou les santons des crèches en Provence…
    Note d’Odile : les santons de Provence dérivent aussi de Saint, tout comme le prénom Toussaint qui fut Sainton au 16e siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *