Le baptême d’antan : prière pour effacer le péché originel en chassant Satan.

Je poursuis actuellement la retranscription du registre paroissial du Louroux-Béconnais, baptêmes 1615-1635, et je rencontre de nombreux baptêmes d’abord faits à la maison à cause de la faiblesse et débilité et péril de mort, puis l’enfant était aussitôt apporté à l’église pour y recevoir les sacrées onctions et sainctes cérémones et exorcismes du baptesme.
Je m’étais demandée alors si cela ne serait pas opportun de revenir sur l’exorcisme. Or, voici qu’hier Josselin pose à pique la question :

    J’ai récupéré un acte de baptème du du 23 avril 1659 de la commune de Beaufort ( vue 369) d’une certaine Marie Phélippeau, dont j’aimerais que vous me donniez la restranscription fiable, car la mienne ne l’est assurément pas… Il semble qu’il soit question d’un baptème “dans la maison” par “Perrine Allain ……(?)” et plus haut il semble être question “d’exorcisme”. Mon imagination me joue t’elle des tours ?
  • Voici d’abord ma retranscription de ce baptême :
  • Beaufort « Le mercredy vingt troiziesme jour d’apvril mil six cents cinquante neuf ont estées supplées les exorcismes et cérémonies du baptesme à Marye fille de Me François Phelippeau et de Marye Besnard ses père et mère, a esté le parrain Pierre Nouel Me boullanger et la marraine Marthe Lebouvyer femme de Me Jehan Phelippeau tous de ceste ville laquelle Marye a esté baptizée dans la maison par Perrine Allain matrosne la croyant en péril de mort les susdies cérémonies faictes par moy Craigaind prêtre soubzsigné ledit jour mois et an que dessus – Signé Noel, Marthe Bouvier, Laugain ?, Gerard ?, Frementière, Craigaind »

  • But du baptême
  • Effacer le péché originel et entrer dans la famille du Christ. Ce péché originel fait allusion au péché d’Adam et Ève, s’étant crus plus malins que Dieu, et tous les humains naissent avec ce lourd héritage dont le baptême lave complètement.

    La cérémonie actuelle comporte toujours une phase de renonciation au mal. Le prêtre demande :

      Renoncez-vous à Satan ?

    On est censé répondre : j’y renonce.

  • Baptême d’antan, en latin
  • Autrefois le baptême était précédé d’une exhortation en Français, qui rappelait au parrain et à la marraine leurs engagements vis à vis de l’enfant, et commençait ainsi :

      C’est une nécessité indispensable, pour les descendants d’Adam, qui viennent au monde infectés de son péché, de recevoir le Baptême pour en être purifiés, et pouvoir entrer dans le royaume de Dieu. (extrait du Rituel du diocèse de Nantes, 1776)

    Suivait une seule question, en Français :

      Quel nom donnez-vous à cet enfant ?

    Le parrain et la marraine répondaient, d’où la phrase souvent rencontrée dans les baptêmes de nos vieux registres paroissiaux nommé par , suivi du nom du parrain et de la marraine.
    Ensuite le prêtre officiait en latin, et voici la phase par laquelle il chasse Satan :

    Exorciso te creatura salis, in nomine Dei Patris omnipotentis † & in charitate Domini nostri Jesu Christi † & in virtute Spiritus Sancti †. Exorciso te per Deum vivum † per Deum verum † per Deum sanctum † per Deum qui te ad tutelam humani generis procreavit, & populo venienti ad credulitatem per servos suos consecrari praecepit ; ut in nomine Sanctaie Trinitatis efficiaris falutare Sacramentum ad effugandum inimucum,

  • Exorcisme
  • Il s’agissait donc bien autrefois de chasser Satan par une prière, dite exorcisme.

    Exorciser : Prononcer sur le sel, sur l’eau, les prières de l’Église.
    Exorcisme : Nom de certaines prières ecclésiastiques qui se font pour chasser le démon (Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, 1872-1877)

    De nos jours, voici les 3 sens du mot exorcisme selon l’Encyclopédie Larousse :

    Pratique religieuse ayant pour but de chasser le démon qui a pris possession de quelqu’un.
    Prière par laquelle on exorcise quelqu’un ou quelque chose.
    Littéraire. Ce qui chasse une angoisse, une douleur morale qui hante quelqu’un.

    En conclusion, lors des baptêmes autrefois, on chassait bien Satan par une prière appelée exorcisme, mais le but était de laver l’enfant du péché originel, et n’avait rien à voir avec une notion de possession.
    Je pense qu’en l’espace de ma génération, on a gommé dans tous les domaines l’existence de Satan, de sorte que les jeunes aujourd’hui doivent en avoir une image caricaturale. Ceci dit je ne suis pas certaine que la notion de Satan qu’on nous inculquait par le passé était souhaitable !

    Pour en savoir plus sur le baptême : Histoire du baptême sur la site coire.com

    Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog et non aller en discuter dans mon dos sur un forum ou autre blog. Tout commentaire ou copie partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du projet européen d’éthique des blogueurs, disponible sur le site du Parlement européen.

    10 réponses sur “Le baptême d’antan : prière pour effacer le péché originel en chassant Satan.

    1. En1968 ,j’avais 10 ans,j’ai fait ma profession de foi(renouveller ses voeux de baptème),je me souviens de la phrase je renonce à Satan bla bla bla et à ses pompes(apparat),, à ce moment il y avait forcemment un gamin qui gloussait ,le mot pompes en argot signifant chaussures… Plus serieusement: »selon une théologie héritée de St Augustin le baptéme est nécessaire pour effacer chez l’enfant la trace du péché originel,l’enfant mort ss bapteme ne peut accéder à la béatidude terrestre, à une époque ou « il faut deux enfants pour faire un homme « (P Goubert) , les parents tiennent plus encore au salut du nouveau né qu’à sa survie, au XVIIIs le taux de mortalité infantile est voisin de 280 pour mille,un enfant a alors 35 fois moins de chances d’atteindreson premier anniversaire qu’aujourd’hui… »M Venars A Bonzon » La religion ds la France Moderne. »

    2. Merci, pour la retranscription tout d’abord, et pour votre article qui est très instructif. Vous faîtes bien de mettre les définitions du mot exorcicisme par le littré 1872 d’une part, et par le Larousse actuel d’autre part. Aujourd’hui on réduit l’exorcisme à une pratique (exceptionnelle) qui a pour but de délivrer quelqu’un qui est possédé par le démon, tandis que vous expliquez bien que les exorcismes ont fait partie autrefois du rituel du baptême par lequel le nouvé né était lavé du péché originel.
      Et cela nous amène à faire de beaux anachronismes…et moi de croire que le péché « originel », c’était celui d’une union illégitime …

    3. Pour information: cette Marie Phélippeau est la cousine germaine de l’Abbé Jean Phélippeau (né à Beaufort le 3 septembre 1653), Vicaire général de Bossuet et à qui ce dernier avait confié l’éducation « spirituelle » de son neveu (Jacques Begnigne, futur évèque de Troyes).
      Je retire donc toutes les sotises que j’ai pu écrire (et penser) sur les circonstances de la naissance de Marie Phelippeau.
      Note d’Odile : Effectivement, Célestin Port lui consacre une biographie. Pour ces Phelippeau, voyez le tome 16 des Généalogies Angevines de Bernard Mayaud.

    4. trouvé en 1660 Fontaine- Millon sur site AD maine et Loire un bapteme houleux, la marraine(dame de Marseilles) se laisse aller à des propos injurieux qui sont rayés ensuite « eu égart à sa piété et sa vertu… »Je n’arrive pas à lire les propos rayés sans doute serez plus douée que moi .En plus d’éviter les maladies ,le pauvre nouveau né commençait sa vie dans le conflit.. et n’avait pas droit à une marraine.
      Réponse d’Odile : c’est bien barré, je ne parviens pas à tout lire, de plus en marge on devine une ligne illisible dans le pli
      Le neufiesme jour de septembre 1660 a esté baptisée par moy prieur curé de Millon soubsigné Marie fille de Fransois Lafond et d’Antoinette Prionneau son espouse fut parrain Louis le Sayer lequel j’ai reçu pour seul parrain à raison de ce que Urbanne de Maseilles prise pour marraine n’est recepvable à mon égard en la concurrence a esté ? pour de considérables raisons et qu’elle la perdait à la charité deffendant de ce pas d’aparoir sur ce livre, c’est pourquoy j’ay cru ne debvoir advertir ? que le parrain susdict sont lesdits père et mère de ceste paroisse et le parrain de la paroisse de Beaufort lequel n’a voulu signer sans ne dire de raison Ajout en haut de l’acte : Nous avons fait raturer les termes injurieux à ladite damoiselle de Masseiles attendu sa piété et sa vertu qui nous ont toujours esté en mage en travers : connus sauf à elle a se pourvoir comme ladite Eschallard pour sa (une seconde ligne apparaît mais totalement dans le pli)
      Je n’ai pas compris qui est cette Eschallard qui vient à la fin en marge, sans doute une rivale de la dame de Marsillé ? On peut supposer que la dame de Marsillé ne voulait pas être aux côtés de ce parrain, car elle avait probablement un énorme différent avec lui, sans doute une affaire de gros sous ?

    5. La famille de Masseilles, est très présente à Fontaine- Milon.Le 4 août 1546, baptême d’Artus, fils de noble homme Jean de Masseilles, sieur de Milon, et de demoiselle Jeanne Berruyer, sa femme:parrains,noble homme Artus de Maillé,sieur de Milly,et noble Anceau de Masseilles; marraine, Mme Renée Fresneau, femme de haut et puissant messire Claude de Crevant, chevalier, sieur de La Motte et de La Fresnaye.
      Le 7 février 1548, baptême de Jean de Masseilles par vénérable et discret frère Guy d’Aulnières,prieur -curé de Milon: parrain, noble homme François,Bourré, sieur de Jarzé; marraine Mme la vicomtesse de Verdun, femme de Mr le vicomte de Verdun,enfant puiné de la maison de Brézé.
      ( Supplément à la série E)

    6. François Boysard, privé de marraine !
      Corzé le 29 décembre 1699 .Baptême de François Boysard, « a été parrain Pierre Boysard, seul, celle qu’on avait présenté pour marraine, n’ayant pas les qualités requises  » ? 1693- 1702, ( vue 112 ).
      Note d’Odile : je me suis demandé ce que signifie « n’ayant pas les qualités requises », voici la réponse :
      Selon le Rituale nannetense, 1776 : (en latin, et je vous fais un résumé français)
      Pour être parrain ou marraine, si on exclut déjà les infidèles, les hérétiques, les excommuniés, les criminels etc… il faut savoir réciter son Je crois en Dieu, et connaître les préceptes de l’église.
      Donc, je suppose que la marraine refusée ci-dessus n’a pas été capable de réciter son credo, et a répondu de travers à une question banale sur sa foi.
      A ce sujet, je dois dire que le credo se récitait alors en latin, alors même que la majorité de la population ne savait ni lire ni écrire, donc récitait par coeur quelque chose de très incompréhensible pour eux sans doute;

    7. Merci pour cette explication, j’étais en effet intriguée par les raisons du refus du curé.La pauvre marraine prévue, a dû être fort  » mortifiée »!

    8. Le Plessis- Grammoire.
      -On y vient en pélerinage,sur le renom incompris du Grammoire ou Grimoire local,pour la guérison des sortilèges et des infirmités d’esprit ou de tempérament.
      (DH de Maine et Loire- C Port.)

    9. a propos du Plessis grammoire: voici un souvenir de l’existence du grimoire : « j’en sais qq chose, moi qui fus envoyé à 12 ou 13 ans, dans les années 1945/46, à vélo jusqu’au Plessis (une quinzaine de kilomètres de Villevêque) déranger le bon curé qui est venu avec moi au petit matin blême, dans l’église froide et sombre me lire des versets « désenvoûtants » du grimoire, pour soulager une parente souffrant je pense d’hystérie. j’avais cru comprendre que l’exorciseur lui-même n’y croyait qu’à demi et conseillait (parallèlement!) de faire appel à la médecine…
      Bravo pour ces recherches que je trouve remarquables tout béotien que je suis

        Note d’Odile :
        Merci pour ce témoignage.
        Je suppose que les épileptiques ont probablement aussi été souvent classés dans les possédés.
    10. il s agit de souvenirs d enfance j ai habité au plessis grammoire en face de l église dans les années 50

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.