Comptes des officiers des greniers à sel de Château-Gontier et de Sablé, 1697

Mon site et mon blog contiennent déjà beaucoup d’actes consernant les greniers à sel, et la charge des officiers du grenier à sel. Le document que je vous mets ce jour est une merveille comptable concernant le prix d’une charge au grenier à sel, c’est à dire 6 000 livres pour l’office de contrôleur au grenier à sel de Château-Gontier. C’est en fait un montage financier où plusieurs bourgeois de Château-Gontier sont partie prenante.  Cet office devait rapporter… Cette comptabilité est précise et pour la rendre indiscutable elle est passée chez pas moins de 2 notaires ensemble. C’est donc un document sérieux ! si ce n’est qu’à la fin vous voyez que René Gouesse prétend avoir la main atteinte de goutte !!! donc de ne pouvoir signer, ce qui m’étonne en tant que goutteuse moi-même.

Acte des Archives de Mayenne C37 – Voici ma retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 14 octobre 1697 avant midy, par devant nous René Gilles et Jean Garnier notaires royaux à Château-Gontier y résidant, furent présents en leurs personnes establis et soumis François Dublineau conseiller du roy, président, René Rouvraye conseiller du roy lieutenant, Simon Chaillant sieur de la Bretonnière, René Gouesse sieur du Bignon, Pierre Armenauld sieur de la Loucheraye, Jean Vignon conseiller du roy élus au siège de l’élection dudit Château-Gontier y demeurant, lesquels réglant entre eux du prix de la finance et ce qu’il en a cousté de l’office de conseiller du roy contrôleur au siège du grenier à sel de cette ville de Château-Gontier qui leur appartient à commun et auquel office ledit sieur Dublineau auroit été nommé et reçu, s’est trouvé que suivant la quittance de la finance dudit office du 22 août 1696 montant 4 000 livres, il en a été payé seulement 3 000 livres pour les 2 sols (f°2) pour livre desdites 3 000 livres et au regard des 1 000 livres faisant le surplus desdites 4 000 livres ils sont deubs audit sieur Gouesse et pour raison desquelles 1 000 livres il n’y en a aucuns gages comme faisant partie des 2 000 livres à lui remboursés de ses anciennes finances à cause de son office de contrôleur au siège du grenier à sel de cette ville et chambre de Sablé en dépendant qui avoir été réuni au siège de ladite élection en conséquence de l’édit de sa majesté de l’année 1684 ; et dont desdites 1 000 livres qui ne produisait point de gages ledit sieur Gouesse en cas de supression dudit office de contrôleur au siège dudit grenier à sel dont ledit sieur Dublineau est pourvu les touchera en particulier au cas seulement et non autrement que lesdites 4 000 livres contenues en ladite quittance de finance soient payées et remboursées à l’entier et où il n’y en aurait que lesdites 3 000 livres ou moins de remboursé ledit sieur Gouesse n’y sera fondé que pour un sixième ainsi que chacun des autres officiers ; plus a été (f°3) déboursé pour ledit office de contrôleur 2 592 livres pour les droits manuels des 3 sols par minot de sel suivant la quittance de ladite finance du 20 novembre 1696 à commencer la jouissance du jour de ladite quittance, 259 livres 4 sols pour les 2 sols pour livre de ladite quittance, 151 livres 12 sols pour le cout des premières provisions dudit office de contrôleur au nom dudit sieur Vignon suivant le mémoire, 193 livres 14 sols pour le coust des dernières provisions au nom dudit sieur Dublineau aussi suivant ledit mémoire, et 42 livres 4 sols 6 deniers pour porter des lettres et frais de réception, revenant le fond de ladite charge à 6 538 livres 14 sols 6 deniers, sur quoi desduit 6 200 livres payées scavoir 5 000 livres par ledit sieur Vignon des emprunts des contrats de constitution des 20 juin et 14 juillet 1696 (f°4) passés par Meignan et Lecorneux au profit dudit sieur Dublineau et de Jean Maire sieur de la Touchardière, duquel sieur de la Touchardière ledit sieur Dublineau a les droits, et 200 livres des deniers particuliers dudit sieur Vignon il en reste deub audit sieur Dublineau 338 livres 14 sols 6 deniers parce que les parties ont fixé le prix de ladite charge de contrôleur audit siège du grenier à sel de cette ville à la somme de 6 000 livres ; à ce moyen ledit sieur Dublineau sera remboursé de sesdits 338 livres 14 sols 6 deniers, scavoir par ledit sieur Vignon 38 livres 14 sols 6 deniers à quoi ils ont réglé ce qu’il estoit tenu du retardement des provisions dudit sieur Dublineau outre ses autres desbourses de l’année et autres souls dont on demeure vers luy quitte et lesquelles 38 livres 14 sols 6 deniers ledit sieur Vigbon a payé audit sieur Dublineau comptant qui en demeure vers luy quitte et le restant montant 300 livres iceluy sieur Dublineau (f°5) les recevra sur les premiers gages droits et esmoluments qui proviendront de ladite charge de contrôleur outre quoi ledit sieur Dublineau recevra encore lesdits 200 livres deubz audit sieur Vignon cy dessus sur lesdits émoluments droits et gages, laquelle somme de 200 livres avec celle de 800 livres aussi payée et remboursée présentement comptant par ledit sieur Vrignon audit sieur Dublineau qui l’en quitte ; fait celle de 1 000 livres pour sa part sixième partie dudit office de contrôleur au siège dudit grenier à sel ; et recevra encore ledit sieur Dublineau les intérests qui luy sont deubz des 5 000 livres compris esdits 2 contrats et escheus et courant sur lesdits gages droits et esmoluments, toutefois lesdits intérests dudit sieur Vrignon en ce qu’il en sera tenu jusques à ce jour et ceux dudit sieur Dublineau en ce qu’il est aussi tenu jusques à cedit jour, lesquels intérests n’auront plus courus pour les parts desdits Dublineau et Vrignon, ny pour ceux dudit sieur Gouesse à cause desdits 1 000 livres en ladite finance faisant partie de deux ainsi qu’il est expliqué (f°6) cy-dessus en sorte qu’à l’advenir sur ce qui reviendra desdits gages droits et esmoluments ledit sieur Dublineau se paira et remboursera sur les parts de ce qui en reviendra auxdits sieurs Rouveraye Chailland et Armirauld chacun 20 livres par an jusques au payment et remboursement de chaun 1 000 livres pour leurs sorts principaux et les recevront bon partagé en ce que chacun desdits sieurs officiers y sera fondé, ce fait sans aucunement desroger par les parties aux hypothèques et privilèges desdits contrats de constitution sus datés, et des actes faits en conséquence de ladite charge de conseiller du roy contrôleur retenue par lesdits sieurs establis qui sortiront leur plein et entier effet selon les stipulations y portées, ce qui a esté ainsi convenu stipulé et accepté et à ce tenir etc dommages etc s’obligent lesdites parties respectivement elles etc biens et choses etc dont les avons jugés, fait et passé audit Château-Gontier maison dudit sieur Gouesse, présents Estienne Foureau et Charles Bigot praticiens demeurant audit Château-Gontier témoins à ce requis, fors ledit Gouesse détenu au lit malade qui a déclaré ne pouvoir signer à cause de la goute dont il est à présent attaqué à la main droite

Huissier des Eaux et Forêts : Nantes Saint Jacques Pirmil 1620

Le quartier de Saint Jacques Pirmil Vertais était autrefois habité de nombreux bourgeois aisés, ayant des postes au Présidial, à la Chambre des Comptes, et même en voici un qui a un poste qu’Henri IV avait rénové, en attendant que Colbert renove encore.
Je veux parler des Eaux et Forêts.

Mais comme les forêts sont très loin de Nantes, je suppose que les eaux de la Loire avaient un intérêt ? Mais j’avoue que je suis dubitative. Avez-vous une idée, car la Loire méritait bien qu’on s’en occupe ! D’ailleurs, à ma connaissance, la Loire est toujours un fleuve qui intéresse les scientifiques du monde entier !

Le voici :

Nantes St Jacques Pirmil (ancienne fillette de la paroisse Saint Sébastien d’Aigne : « Le 28 octobre 1620 baptisé Michelle fils de Martin Lemerle huissier des eaux et forests de Bretagne et de honnorable femme Magdeleine Lesire parrain honnorable homme Estienne Lemerle non marié marraine Louyse Guillotin femme de honnorable homme Jan Savary »

Enquête de moralité pour l’office de greffier en chef des insinuations de Claude Delahaye : Angers 1664

Non seulement greffier en chef des insinuations ecclésiastiques à Angers, mais aussi sénéchal du Lion d’Angers et beaucoup de terres tout autour du Lion.
Il est dit né au Lion d’Angers mais on se sait dans l’acte qui suit s’il y demeure aussi, car en fait j’ai déjà beaucoup de Claude Delahaye au Lion d’Angers, dont les miens, et je ne sais comment placer celui-ci, autrement qu’en pensant que c’est une charge qu’il exerce depuis Le Lion d’Angers et non d’Angers, sans doute en se rendant de temps en temps à Angers.
Mais cet acte, contrairement aux 2 précédents qui ne possèdaient pas la signature du notaire concerné, contient la signature Delahaye. Donc je vais pouvoir tenter de rapprocher cette signature, ce qui ne sera pas aisé, car tous savent signer et ils sont nombreux.
Et j’ai encore en réserve d’autres actes de Claude Delahaye même époque, donc cela continuera encore ici ces temps ci.

center>Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 1B071 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :
« Tesmoings que le procureur du roy de ce siège entend faire ouyr sur la vie moeurs religion catholique apostolique et romaine capacité et conversations de Me Claude Delahaye licencié en droits, greffier en chef des insignuations ecclésiastiques d’Anjou, pourveu de l’office de sénéchal du Lion d’Angers et des terres et seigneurie du Bois, Beauregard, Bergeau, la Grande Chesnaye du bois de Montbourcher et autres terres, y pour estre receu audit office au lieu et place de Me Jean Gauld advocat au siège. Me Claude Bruneau, Guillaume Dugué, Jean Coustard – A l’audition desquels tesmoings a esté vacqué par nous Louis Boylesve conseiller du roy nostre sire, lieutenant général en la sénéchaussée d’Anjou et siège présidial d’Angers, présent Me Fançois Renard commis de nostre greffier, comme s’ensuit : Du 9 juillet 1664 , Me Claude Bruneau advocat à ce siège, demeurant en cette ville paroisse de st Denis, âgé de 40 ans ou environ, premier tesmoing à nous produit par ledit procureur du roy, duquel serment pris et encquis dépose cognoistre ledit Delahaye pour estre natuf du bourg et paroisse du Lion d’Angers, qu’il luy a veu faire sa pratique et prendre publiquement ses licences en l’université de cette cille, qu’il est de la religion catholique apostolique et romaine, le scavoir pour l’avoir vu plusieurs fois communier, qu’il est à présent pourveu de l’office de greffier en chef des insignuations ecclésiastiques d’Anjou, lequel il exerce avecq honneur et intégrité, qu’il est de très bonne vie moeurs et conversations et à son advis capable d’exercer ledit office de sénéchal du Lion d’Angers et terres jointes et est ce qu’il a dit ; lecture à luy faite de sa déposition y a persisté. Signé Bruneau – (f°2) Me Guillaume Dugué advocat à ce siège, demeurant en cette ville paroisse de st Maurille, âgé de 33 ans ou environ, autre tesmoing à nous produit par le procureur du roy, duquel serment pris et enquis, a dit que ledit Delahaye qu’il cognoist il y a longtemps pour l’avoir connu hanté et fréquenté, est de bonne vie moeurs et conversation, de la religion catholique apostolique et romaine, luy en avoir souvent vu faire les actes, qu’il est bon praticien, l’avoir souvent vu sur le barreau et ensuite prendre ses licences en l’université de cette ville et qu’il exerce à présent l’office de greffier en cheg des insignuations ecclésiastiques d’Anjou dont a esté pourveu 3 ans sont ou environ, et est ce qu’il a dit ; lecture à luy faite de sa déposition, y a persisté. Signé Dugué – Me Jean Coustard, clerc juré au greffe civil de ce siège, demeurant en cette ville paroisse de st Michel du Tertre, âgé de 54 ans ou environ, autre tesmoing à nous produit par le procureur du roy, serment de luy pris et enquis, a dit qu’il a veu eslever et nourrir ledit Delahaye natif du Lion d’Angers avecq grand soing ensuite veu faire ses estudes et prins sa pratique en ce palais, qu’il est de la religion catholique apostolique et romaine, l’avoir souvent veu fréquenter les sacrements de confession et communion, qu’il est de bonne vye moeurs et conversation et exerce l’office de greffier en chef des insignuations ecclésiastiques d’Anjou depuis 3 ans avec intégrité et est ce qu’il dépose ; lecture à luy faite de sa déposition y a persisté. Signé Coustard, Boylesve. – Par devant nous Louis Boylesve conseiller du roy nostre sire lieutenant général en la sénéchaussée d’Anjou et siège présidial d’Angers, a comparu en sa personne Me Claude Delahaye licencié en droits, greffier en chef des insignuations ecclésiastiques d’Anjou lequel en (f°3) présence du procureur du roy nous a présenté lettres de provision de don à luy fait par Me René de Montbourcher chevalier, marquis du Bordage, baron de la Grève, seigneur chastelain de Polliguen St Dier, de la Chenace, et du Lion d’Angers, de l’esta et office de sénéchal de la chastelenye dudit Lion d’Angers et des terres et seigneuries du Bois, Beauregard, Vergeau, Chanzé, la Grande Chesnaye, du Bois de Montbourcher, et autres terres jointes, vaccant par la démission faite entre lesmains dudit seigneur marquis par Me Jean Gauld advocat à ce siège, dernier paisible possesseur dudit office, par acte passé par Martineau notaire royal en ceste ville le 8 mars dernier, lesdites lettres en date du 27 juin dernier, signées René de Montbourcher et plus bas Godier … par quoy, veu lesdites lettres de provision enqueste et audition des tesmoings ce jourd’huy par nous faites à la requeste dudit procureur sur la vie moeurs conversation religion catholique apostolique et romaine et capacité dudit Delahaye, l’avons du consentement dudit procureur du roy receu mis et installé, recepvons mettons et instollons en pleine possession et jouissance dudit office de sénéchal … »

Enquête de moralité pour l’office de notaire royal de François Delahaye : Angers 1664

Il y a eu 2 notaires du nom DELAHAYE à Angers. Voici le premier chronoliquement, qui se prénomme François, mais je ne trouve à ce jour aucun lien filiatif quelconque entre eux.

voici les cotes de leurs fonds d’archives aux AD49 :
DELAHAYE Bertrand Angers 1663-1680 5E1 508-535
DELAHAYE François Angers 1637-1665 5E1 353-381

center>Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 1B071 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :
« Tesmoings que le procureur du roy de ce siège entend faire ouyr sur la vie moeurs religion catholique apostolique et romaine capacité et conversations de Me François Delahaye possesseur de l’estat et office de notaire royal héréditaire et garde note en cette ville par lettre de sa majesté du 13 juillet dernier : Du lundi 24 novembre 1664, Me Laurent Gault lesné ancien advocat au siège demeurant en cette ville paroisse saint Maurille, âgé de 61 ans ou environ, premier tesmoing à nous produit et présenté par ledit procureur du roy, serment de luy pris et acquis dépose cognoistre ledit Delahaye pour estre de bonne vie moeurs conversation, de la religion catholique apostolique et romaine, qu’il y a environ 27 ans qu’il est notaire royal en cette ville laquelle charge il a exercé avecq honneur et probité au contentement de chacuns, sans qu’il ait fait aucun art contraire à sa réputation ni digne de répréhension, et que quand mesme il n’auroit exercé aucune charge il seroit capable de ladite charge et plus grande s’il en estoit pourveu et est ce qu’il a dit et déposé entière vérité, lecture à luy faire de sa déposition y a persisté, signe Gault – Me René Lemesle recepveur des décimes du diocèse d’Anjou demeurant en cette ville paroisse de Saint Maurille âgé de 43 ans ou environ, autre tesmoing présenté par ledit procureur du roy, serment de luy pris et acquis, dépose pour le moins cognoistre ledit Delahaye pour estre de bonne vie moeurs religion catholique apostolique et romaine, qu’il y a environ 26 à 27 ans qu’il est notaire en cette ville, a toujours passé pour homme de bien et d’honneur et fort expérimenté en sa charge et beaucoup employé et avoir fait plusieurs devant luy qu’il est capable de sa charge et mesmes de plus grande et est ce qu’il a dit et déposé avec vérité, lecture à luy faire de sa déposition y a persisté. Signé Lemesle – (f°2) Me Nicolas Saiget commis au greffe de la provosté demeurant en cette ville paroisse de saint Maurille, âgé de 60 ans ou environ, autre tesmoing à nous produit et présenté par ledit procureur du roy, serment de luy pris et acquis, dépose cognoistre ledit Delahaye pour estre de bonne vie moeurs et religion catholique apostolique et romaine, qu’il y a fort longtemps qu’il est notaire soubz cette cour, mesmes plus ancien qu’il l’a toujours veu en bon estime de chacuns et qu’il est est fort capable de sa charge et mesme de plus grande s’il en estoit pourveu, et est ce qu’il a dit et déposé entière vérité, et lecture à luy faite de sa déposition, y a persisté et persiste. Signé Saiget. – Par devant nous Louys Boylesve seigneur de la Gislière conseiller du roy notre sire lieutenant général en la sénéchaussée d’Angers et siège présidial d’Angers, a comparu en personne Me François Delahaye notaire royal soubz cette cour, résidant en cette ville, lequel en présence du procureur du roy du siège a présenté ses lettres de charge à luy faites par sa majesté dudit office de notaire royal tabellion et garde nottes en cette ville et sénéchaussée d’Anjou que tenoit autrefois defunt Me René Chesneau dernier paisible possesseur d’iceluy et auquel office ledit Delahaye a esté par nous receu, en conséquence du contrat de vente qui luy en avoir esté fait par la veufve et héritiers dudit defunt Chesneau le 4 avril 1637 … fait et donné Angers par devant nous Louys Boilesve conseiller du roy lieutenant général en la sénéchaussée d’Anjou, lundi 24 novembre 1664 »

Enquête de moralité pour l’office de notaire royal de Bertrand Delahaye : Angers 1664

Quand je vous mets les titres de ces billets, je m’efforce toujours qu’ils soient parlants et non du genre « quoi de neuf sous le soleil » etc… et malgré votre silence sur ce point, qui j’espère peut évoluer en commentaires, je pense que je suis dans une forme de bonne communication.

Donc, ce titre vous indique déjà que je suis encore dans les DELAHAYE.
Celui-ci m’a toujours intriguée, car il est frère de Pierre Delahaye marchand tanneur à Angers, et du même milieu donc que les miens, mais je ne suis pas parvenue à relier aux miens, enfin à ce jour, car sans doute qu’après moi, d’autres chercheurs (je ne parle pas de la bande charognards qui sévissent sur Internet et fréquentent depuis tant d’années quotidiennement mon blog pour prendre sans aucun retour) pourra trouver une preuve de lien ou autre.

Ces enquêtes de moralité nous semblent bien dépassées de nos jours, car nous sommes désormais en pays laïc !!!

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 1B071 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

« Tesmoings que le procureur du roy de ce siège entend faire ouyr sur la vie moeurs religion catholique apostolique et romaine capacité et conversations de Me Bertrand Delahaye possesseur de l’estat et office de notaire royal héréditaire et garde note en cette ville par lettre de sa majesté du 13 juillet dernier : Me Vincent Renard, Me Pierre Cottereau, Me Vincent Terrien. – Audition des tesmoings faite Angers par nous Louis Boylesve conseiller du roy nostre sire, lieutenant général en la sénéchaussée et siège présidial d’Anjou à Angers pour la partie et requeste du procureur du roy de ce siège touchant la religion catholique apostolique et romaine capacité moeurs et conversation de Me Bertrand Delahaye en l’exercive d’un office de notaire royal héréditaire et gardenotte en cette ville par luy exercé et dont il est pourveu par lettre de sa majesté du 13 juillet dernier, laquelle audition avons faire en présence de Me Pierre Dolbeau commis au greffe de ce siège et vacqué somme s’ensuit : Du 1er septembre 1664, Me Vincand Renard praticien demeurant au fauxbourg et paroisse de st Michel du Tertre de cette ville, âgé de 52 ans ou environ, premier tesmoing à nous produit par le procureur du roy, duquel serment pris de dire vérité sur ce dont il sera enquis, ce qu’il a promis faire, a dit connoistre ledit Delahaye, dont il n’est parent ni allié, qu’il est de la religion catholique apostolique et romaine, de toute bonne vie moeurs et conversation, qu’il la veu faire sa pratique, il y a fort longtemps dans le palais et les autres notaires, qu’il y a 3 ou 4 ans qu’il exerce ledit office (f°2) dont il s’est fort bien acquitté et dit qu’il en est bien capable, et est ce qu’il a dit, lecture à luy faite de sa déposition, a dit qu’elle contient vérité. Signé Renard – Me Pierre Cottereau, praticien demeurant en cette ville paroisse de St Maurille, âgé de 38 ans ou environ, segond tesmoing à nous produit par ledit procureur du roy, auquel serment de dire et déposer vérité, ce qu’il a promis faire, et enquis a dit connoistre ledit Delahaye, duquel il n’est parent ni allié, qu’il est de la religion catholique apostolique et romaine, qu’il n’a jamais vu ni entendu qu’il ait jamais fait aucuns actes dignes de repréhension au contraire qu’il est de toute bonne vie moeurs et conversation, fort affectionné au service du roy, qu’il l’a veu faire sa pratique par un long temps avec les notaires de cette ville et dans le palais, qu’il y a 2 ou 3 ans qu’il exerce ladite charge de notaire dont il s’est fort bien acquité et le croit capable de l’exercer et c’est ce qu’il a dit et lecture à luy faite de sa déposition y a persisté et dit qu’elle contient vérité. Signé Cottereau – Me Vincent Terrien en cette ville paroisse st Michel du Tertre âgé de 25 ans ou environ tesmoing à nous produit par ledit procureur du roy duquel serment pris et enquis a dit connoistre ledit Delahaye, duquel il n’est parent ni allié, qu’il est de la religion catholique apostolique et romaine, de toute bonne vie et conversation, fort affectionné au service du roy qu’il l’a veu faire sa pratique dans le Palais et qu’il y a 2 ou 3 ans qu’il est pourveu dudit office de notaire dont il s’est fort bien acquité et le croit capable d’iceluy et ce qu’il dit, lecture à luy faite de sa déposition y a persisté et dit qu’elle contient vérité. Signé Terrien – (f°3) Par devant nous Louis Boylesve conseiller du roy nostre sire lieutenant général en la sénéchaussée et siège présidial d’Anjou à Angers a comparu en sa personne maistre Bertrand Delahaye, lequel en présence du procureur du roy de ce siège nous a présenté ses lettres de don à luy faites par sa majesté d’un office de notaire royal garde notes héréditaire en ceste ville suivant la donnation qui luy en a esté cy devant faite par Me Louis Foussier dernier paisible possesseur d’iceluy suivantle concordat fait entre eux le 16 avril 1663, lesdites lettres en date du 3 juillet dernier signées sur le replis par le roy … ; sur quoy, veu lesdites littres, quitance du marc d’or … le 1er septembre 1664 – Signé Boylesve. »

Enquête de moralité pour la charge d’archer huissier pour Marin Roger notaire à Craon : 1673

Vous avez déjà des enquêtes de moralité sur ce blog, généralement pour l’office de notaire royal, mais on ne trouve par tous les notaires dans cette série, hélas !.

Je classe ces enquêtes dans la catégorie OFFICES que vous trouverez colonne de droite dans le menu déroulant de la case CATEGORIES.

Voir ma page sur CRAON

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 1B – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Me 16 novembre 1673 : Tesmoins présentés par le procureur du roy pour estre ouis sur la religion catholique apostolique et romaine de Me Marin Roger notaire demeurant à Craon pour estre cy après receu en la charge d’archer et huissier en la maréchaussée générale d’Anjou que tenait cy devant Me Mathurin Rollet décédé paisible possesseur de ladite charge, et vacquante par son décès, et de laquelle dite charge ledit Roger est pourveu par lettres royales à luy accordées par sa majesté le 14 septembre dernier.
Du jeudi 17 novembre 1673 Me Daniel Mozé praticien en ce pallais demeurant en cette ville paroisse st Maurillé, âgé de 31 ans ou environ, premier tesmoin à nous produit par le procureur du roy et fait juré de dire vérité et ne lui estre parent ny allié et enquis dépose que ledit Roger est de la religion catholique apostolique et romaine, de bonne vie meurs et conversation et bon praticien, luy ayant vue faire sa pratique en ce pallays et aussi capable d’excercer ladite charge d’archer et huissier de laquelle il est pourveu estant aussi fait admettre au fait des armes et est ce qu’il dépose, lecture à luy faite de sa déposition, a dit qu’elle contient vérité et y a persisté. Signé Mozé
Me Pierre Bruneau aussi huissier archer en ladite maréchaussée demeurant à Craon âgé de 26 ans ou environ autre tesmoing à nous produit et fait juré dire vérité, cognoistre les parties à suffire et n’estre parent ni allié, et enquis dépose que ledit Roger est bon adroit au fait des armes, de la religion catholique apostolique et romaine, de bonne vie et moeurs et conversation et bon praticien, luy ayant vu faire plusieurs actes dont il s’est bien acquité, et est ce qu’il dépoise, lecture à lui faire de sa déposition a sit qu’elle contient vérité y a persisté. Signé Bruneau
Me Pierre Peccot prêtre habitué en l’église de St Pierre demeurant en cette ville paroisse dudit st Pierre, âgé de 60 ans ou environ, aultre tesmoing à nous produit, et fait juré dire vérité, cognoistre les parties à suffire et ne leur estre parent ni allié, dépose que ledit Roger est de la religion catholique apostolique et romaine luy ayant vue fréquenter plusieurs fois l’église et sacrement d’icelle et entendre la sainte messe et qu’il est aussi de bonne vie moeurs et conversation, et est tout ce qu’il dépose, lecture à luy faite de sa déposition a dit qu’elle contient vérité y a persisté. Signé P. Peccot
Par devant nous Louis Boylesve conseiller du roy en ses conseils, lieutenant général en la sénéchaussée d’Anjou siège présdial d’Angers, a comparu en personne Me Marin Roger notaire demeurant à Craon, lequel en présence du procureur du roi nous a présenté des lettres de provision à luy accordée par sa majesté et données à Paris le 14 septembre dernier, signées sur le reply par le roy Bouchard, et scellées du grand scel de cire jaune, de l’estat et office d’archer et huissier en la maréchaussée générale d’Anjou du nombre des rente qu’exerçoit cy devant deffunt Me Mathurin Rollet dernier paisible possesseur d’icelle, et vacquante par son décès, requiert qu’il nous plaise le recepvoir en ladite charge ; sur quoy, vu les lettres de provision et quitance, l’enqueste ce jourd’huy faite à la requeste du procureur du roy sur la vie, moeurs, religion catholique apostolique et romaine et capacité dudit Roger, l’avons du consentement dudit procureur du roy receu et installé, recevons et installons en ladite charge d’archer et huissier en ladite maréchaussée générale d’Anjou aux droits honneurs fruits profits gages et émoluments y attribués, pouvoir d’exploiter dans l’estandue de ladite maréchaussée, et mettre à exécution tous actes de justice, le tout conformément auxdites lettres de provision et ce au moyen de ce qu’il nous a apparu de son âge par l’extrait de son papier baptismal du 10 août 1636 à nous représenté et de ce qu’il a esté cautionné jusques à concurrence de la somme de 200 livres suivant l’ordonnance de Me Nicolas Lescuier aussi huisser archar demeurant en cette ville paroisse de la Trinité à ce présent qui a offert ce faire, dont l’avons jugé et condampné ledit Roger l’acquiter de ladite caution par les mesmes voies et rigueurs qu’il y pourroit estre contraint, donné Angers par devant nous lieutenant général le 16 novembre 1673.