Procuration de Nicole Du Plessis de Richelieu pour la succession de Henry Du Plessis de Richelieu, Angers 1620

Cette procuration semble identique en tous points à celle que Richelieu a donnée pour la même occasion. Les deux actes ont été passés le même jour, et bien que celui de Richelieu mentionne que l’acte a été passé en sa maison à Angers, et que celui de Nicole du Plessis de Richelieu en sa maison à Angers, je pense qu’il ne s’agit que d’une seule et même maison, sans doute celle de la dame ?

J’ai tenté de présenter moins compact, en allant à la ligne à chaque nouveau point spécifié. Je présente mes retranscriptions, qui sont des retranscriptions littérales, de manière plus compréhensible intellectuellement car ces actes sont bien souvent compacts et si toufus que l’esprit a du mal à saisir, en l’absence totale de ponctuation à l’époque, le fil du discours. J’ai surgraissé l’absence de ponctuation, mais je peux ajouter l’absence d’alinéa, car à l’époque des actes manuscrits, il ne fallait laisser aucun blanc dans un acte.

J’ai noté au début cependant, un détail piquant : la dame n’était pas autorisée par son mari, et devant le refus de celui-ci, elle s’est fait autoriser par justice. J’ignore si cela signifie que le mari entendait gérer lui-même les affaires de son épouse ? En tous cas, elle entendait bien s’occuper de ses affaires. Alors, pour ce détal piquant, j’ai aussi mis cet acte dans la catégorie FEMMES.

L’acte qui suit est extrait des Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E8 – Voici la retranscription de l’acte : Le 3 juin 1620 après midy, par devant nous René Serezin notaire royal à Angers fut présente et personnellement establye dame Nicolle Du Plessis de Richelieu femme et espouse de Messire Urban de Maillé Brezé chevalier de l’ordre du roy, seigneur marquis de Brezé, autorisée au refus dudit sieur par justice à la poursuite de ses droits, estant de présent en ceste ville
laquelle a fait nommé et constitué et par ces présentes nomme et constitue noble homme Pierre Langlois trésorier payeur de la gendarmerie de France, demeurant à Paris au cloître de Saint Germain l’Auxerois, son procureur,
auquel elle a donné pouvoir et mandement spécial de pour et en son nom déclarer par devant messieurs des requestes du Palais Prévôt de Paris ou son lieutenant en la cour de Parlement dudit lieu au grand conseil et tous autres juges qu’il appartiendra qu’elle a agréable confirme et ratiffie la poursuite faite tant en son nom que de ses cohéritiers des lettres en forme de bénéfice d’inventaire qui ont esté expédiées par lesquelles ladite dame constituante et sesdits cohéritiers ont esté reçus à prendre et accepter soubz ledit bénéfice l’hérédité et succession de feu messire Henry du Plessis de Richelieu vivant chevalier conseiller du roy en ses conseils d’estat et privé, seigneur de la Veroullière,
ensemble tout ce qui a esté fait en l’exécution desdites lettres,
poursuivre les biens de ladite succession,
faire inventaire de ceux qui restent à inventorier, passer condamnation et rembourser,
payer et acquiter tous les deniers déboursés par Me François Leboeuf advocat au siège de Saulmur au nom et comme tuteur et curateur de Armand de Maillé escuyer, lequel a cy devant accepté ladite hérédité et succession soubz ung semblable bénéfice d’inventaire, de tous les deniers qui se trouveront avoir esté par luy employés et déboursés pour le fait de la dite succession, et mesme des sommes payées aux créanciers,
recepvoir tous et chacuns les deniers qui sont et peuvent estre deubz à ladite succession, en bailler une ou plusieurs quittances,
faire bail à ferme des biens d’icelle à telles personnes et pour tel prix qu’il advisera, en recepvoir pareillement les deniers à quelque somme qu’ils se puissent monter,
passer tous les contrats acquits quittances et autres actes sur ce nécessaires,
poursuivre tous les procès qui peuvent estre pour raison desdits biens par devant lesdits juges cy dessus nommés et autres qu’il appartiendra et fournir devant eulx de demandes défenses escriptures, opposer, appeler les appellations, relever ou s’en départir ou y renoncer si besoing est
substituer un ou plusieurs procureurs avec le mesme pouvoir que dessus ou plus l’unité et généralement etc promettant etc dont etc foy jugement condemnation etc
fait et pasé audit Angers maison de ladite dame constituante en présence de Me Nicolas Jacob et René Leveau praticien demeurant Angers tesmoins

Cette vue est la propriété des Archives Départementales du Maine-et-Loire. Cliquez pour agrandir.

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog. Tout commentaire ou copie partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du droit d’auteur.

6 réponses sur “Procuration de Nicole Du Plessis de Richelieu pour la succession de Henry Du Plessis de Richelieu, Angers 1620

  1. E.3250.( Carton.)-36 pièces,parchemin;45 pièces,papier;12 sceaux.
    1438- XVIIIe siècle.- MAILLE ( de)
    -Présentation par Hardouin de Maillé de la cure de Parcé et de la Chapellenie de Saint- Léger en l’église de Gohier;-par Pierre de Maillé sieur de Lathan,de la cure de Breil;- par Charles de Maillé de la chapellenie de Saint- Gervaise en la paroisse de Louresse;-par Artus de Maillé,seigneur de Brézé,de la chapelle de Maillé en l’église de Milly- Le- Meugon;-don par Hardouin de Maillé à Jacques de Lusigné de la closerie de Lespine en Montreuil- Belfroy;-don par le roi de france,Henri II,à Philippe de Maillé,dit de Brézé,d’un droit d’usage et de chauffage dans la forêt de Bellepoule;- lettres royaux portant exemption pour le sieur de Brézé de la contribution du ban et arrière-ban(avec signature autographe du roi Charles IX);-consultation de Fontenay Poumerais et René Choppin au sujet de l’interprétation d’une clause de contrat de mariage de Jacques Leporc avec Louise de Maillé( avec signature autographe de René Choppin);-don par François de Centigné,curé de Saint Maixent,à Louis de Maillé,sieur du Margat,du tiers de la terre de La Gadellière en la paroisse de Villaine;cédule quittancée de Jacqueline de Tévalle,veuve de Charles de Maillé,d’une somme de 269 livres,due par elle à Charles Aubineau,marchand droguiste de Saumur;-« articles que M.le Prince a demandés au traité de paix »avec la cour; »qu’il soit expédié commission au Parlement de Paris pour faire une recherche bien exacte de tous ceux qui ont participé au détestable paricide du feu Roy de très- heureuse mémoire et que Sa Majesté enjoigne à tous les évêques de son Royaume de faire publier le décret du concile de Constance contre ceux qui osent attenter à la personne sacrée des Roys »;etc-présentation par Simonne de Maillé ,abbesse du Ronceray d’Angers,d’un des trois vicariats de l’église de La Trinité;-« mémoire des papiers trouvés à Milly concernant les droits et successions de Jeanne de Maillé et ses créanciers et du sieur de Sansac,son premier mary »;-dispenses d’affinité pour le mariage de Charles- Henri- François de Maillé de La Tour Landry avec Marie-Henriette de Maillé de La Tour Landry;-« filiation de MM.de Maillé,de La Galissonnière et de La Borde pour la succession de M.de Jarzé »-notes et extraits généalogiques sur la famille de Maillé seigneur de La Tour Landry,de Brézé,de Châteaubriand,par le feudiste Audouys;-armoiries gravées de Gilles de Maillé ,seigneur de Brézé,grand- maître de la vênerie de René d’Anjou,suivant une note autographe de Pocquet de Livonnière;etc.

  2. Je prends connaissance sur internet de votre transcription de la procuration de Nicolas du Plessis de Richelieu pour la succession de Henry du Plessis de Richelieu Angers 1620 [E.3250. (carton) 1438 _ XVIIIe siècle Maillé (de).
    Vous citez une consultation de René Choppin, mon très lointain parent, avec sa signatire.
    Est-il possible d’avoir une reproduction de sa signature.
    Je vous remercie par avance.
    Olivier CHOPPIN de JANVRY

      Réponse d’Odile :

    Je n’ai pas cité René Choppin dans ma retranscription.
    Par contre, le commentaire que Marie a gentiement mis vous indique l’inventaire des titre de famille, déposés en série E aux Archives Départementales du Maine et Loire.
    C’est dans ce fonds, et sous la cote indiquée par Marie, que vous trouverez la signature.
    Je n’habite pas Angers, mais Saint Sébastien sur Loire, au sud est de Nantes.
    et d’ailleurs, je rends ici tellement de services que je pourrais jamais contenter tout le monde, donc vous devez y aller vous même
    Odile

  3. Merci de votre prompte réponse.
    Merci aussi à Marie de m’avoir mis sur la piste.
    J’irai donc aux archives du Maine et Loir à Angers, consulté ce document lors d’un de prochains déplacements en Anjou.

    Cordialement.

    Olivier CHOPPIN de JANVRY

  4. E.3251.(Carton.)-24 pièces,papier.
    1574-1638.MAILLE (de)
    -Correspondance provenant du chartrier de Mylly-Le-Meugon(Don de M.de Fos.);lettres de René Hardouin à M.de Maillé-Brezé au sujet de ses fermages de la terre de Baucheron:-du cardinal du Bellay à son neveu M.de Maillé-Brézé;il est malade et s’en prend à l’air de Paris;-de Simon de Maillé,archévêque de Tours, »au sire Ménard,appothicaire à Saumur »:il lui demande l’envoi de demi-once de rhubarbe,une once de séné,une livre de sucre,et signe: »vostre bon voisin et ami de Maillé,archévêque de Tours »;-d’Angennes à M.de Maillé-Brézé:il recevra,ainsi qu’il en a exprimé le désir,le sieur de La Bellangerie,en remplacement du capitaine Michel;-de Nau à l’archévêque de Tours au sujet de ses procès contre les religieux de Montreuil-Bellay et la maréchale de Cossé;-de M.de La Minotière et de La Touche-Maquillé à Mme de Maillé-Brézé,rendant compte d’affaires domestiques et de recettes pécuniaires;-de Philippe-Christophe de Sottern,archévêque-électeur de Trèves,au maréchal de Brézé à qui il se plaint des contributions exagérées mises sur ses sujets et de la violation de la neutralité(en latin);-d’Anselme-Casimir Wambold d’Umbstatt de Reiffemberg,archévêque de Mayence,au même(en latin):il recommande au maréchal les malheureux habitants de sa ville épiscopale taxés par le roi de Suède d’une contribution de 160,000 impériaux,qu’il leur est impossible de payer,à défaut de laquelle ils sont menacés d’être livrés au pillage;d’Hébron aux maréchaux de La Force et de Brézé:il leur donne le détail du campement de ses deux brigades,en attendant l’ordre »touchant l’armée,s’il doive passer de là Le Ryne ou pour sçavoyr les moyens pour faire subsister l’armée en dezà »;de Louis Schmitberg,colonel d’un régiment allemand,au maréchal de Brézé:il s’en va à Hagueneau voir ce que M.d’Aiguebonne jugera de son régiment;-de M.de Noyers au maréchal lieutenant-général de l’armée du Roi en Picardie: »Son Eminence approuve avec grande raison généralement tout le contenu en vos despesches.Pour moy je les honore et estime au dernier point,n’aiant jamais rien veu ny de mieux raisonné ny de plus judicieux ny de mieux couché par escript.Ce qui nous dona hier soir une bone demi-heure de très-doux entretien avec S.E.;etc. »-du sieur Damond,au même: »Sa Majesté est à Versailles et Son Eminence à Ruel que Sa dite Majesté a visité en passant.L’on tient la prise du fort de Squin(Schenck)pour asseurée »;-du sieur Bontemps au même,au sujet des 15,000 livres assignées sur les Aides pour le quartier d’octobre de la garnison de Saumur;-du roi Louis XIII,au même,portant avis de l’envoi à Ingrandes et Chantocé du régiment de M.de La Meilleraye(avec signature autographe):-de Lanier,lieutenant général d’ Angers;il le remercie humblement de la protection qu’il lui veut bien accorder »j’auré tousjours assez bien réussi d’avoir esté digne d’une faveur,à laquelle tous les amis du cours de ma vie n’eussent jamais peu arriver,si vostre générosité ne m’avait aidé ».
    (Série E.Titres de famille AD de Maine et Loire.C.Port.)

  5. E.3252.(Carton.)-14 pièces,papier.
    1638-1643.-MAILLE(de)
    -Lettres de M.de Lavergne au maréchal de Brézé: »Je sçay que vous trouvés les divertissements du climat,où vous estes,si doux,que je n’auroys garde de les interrompre,si ce n’estoit pour vous rendre compte de l’estat des yeux de M.vostre fils qui commencent à se porter beaucoup mieux,comme M.de Roques mesme le vous pourra confirmer.Il vous pourra dire aussy les particularités de la pryse de Jehan de Vert et les joyes que l’on en a icy »;-de Diodaty au même,pour l’exécution des arrêts du Conseil en matière de finances;-du roi Louis XIII,pour passer le paiement des taxes pour la subsistance des troupes en Anjou(avec signature autographe);roole de la monstre et reveue faicte en armes en une place appelée le Chardonnet,près le fauxbourg de La Billange de Saumur,par Jean de La Court,commissaire à la compagnie de 40 arquebuziers à cheval dictz carabins,ordonnez pour servir de gardes près la personne de M.le maréchal de Brézé,gouverneur pour le Roi en Anjou »;-estat de la dépense que le Roy veult et ordonne estre faicte par le trésorier général de l’extraordinaire de ses guerres pour la solde et entretenement des gens de guerre à pied François,estans en garnison ès-villes et chasteaux d’Angers et Saumur,estats et appointements des gouverneur et officiers y entretenus »;-minutes de lettres écrites par le maréchal de Brézé à M.de Saint-Estienne:il lui a envoyé depuis six ou sept jours le sieur de La Tour,dont il n’a plus reçu nouvelles;il lui adresse un second messager »pour sçavoir ce qu’il en est et ce que nous debvons attendre de Son Altesse de Bavière,le Roy de Suède nous pressant continuellement de luy dire sa volonté,laquelle il croit que nous sçavons et que nous ne luy voulons pas dire pour donner temps à Sa dite Altesse de se préparer contre luy »;-au Roi(en chiffres);-à monsieur Bouthillier; »je ne vous cache point que je croy que le sieur de Lisle raportera bien plus fidèlement au Roy de Suède vos sentiments qu’il vous aura descouvert les siens.Je ne mande rien du tout de cecy au R.P.Joseph,de peur qu’il ne soit assez coiffé de cet homme pour n’ajouster pas foy à mes parolles.M.de Charnacé,qui est très-véritable,très homme de bien et très affectionné,s’en va pour vous dire plusieurs choses,etc.;je ne vois nulle apparence d’obtenir rien de ce que vous demandez,le mespris du roi de Suède allant jusques là,qu’il tesmoigne qu’on luy fait tort et qu’on diminue ses victoires et conquêtes en diminuant le nombre de ses ennemis »;-à M.de Bullion;-« il est du tout impossible que nostre cavallerie vive de huit mois et principallement en garnison.Très certainement vous la verrez se desbander et peut-estre se rendre à l’ennemy.Et vous sçavez bien,Monsieur,que je ne suis pas un piailleur »;etc;-à M.de Noyers: »La lettre que vous m’avez fait la faveur de m’escrire par M.de Bellefonds,m’ayant bien fait cognoistre à quel point l’on avoit trouvé mauvais à la cour le rapport qu’il avoit fait de nos troupes,quoique véritable,m’empeschera d’icy en avant de plus prendre la hardiesse de vous en parler…;il y a deux choses que je vous demande positivement,l’une,des gens par le moyen desquels vous puissiez sçavoir le véritable estat de nos troupes,l’aultre lorsque vous en sçaurez les forces,un commandement exprès et préfixe de ce quoy l’on veut que nous les emploions;après quoy,sans faire la moindre réplique du monde,je marcheray dès le lendemain;etc. »-au même:il envoie des détails sur les travaux du siège de Bapaume.
    (Série E Titres de famille.AD de Maine et Loire.C.Port.)

  6. E.1828.(Carton.)-11 pièces,parchemin;8 pièces,papier:1 sceau.
    1277-1450.-BREZE (de)
    -Acquêt par Jouffroy de Brézé d’une rente de 5 setiers de froment;-don par Guillaume d’Aubigné à Jouffroy de Brézé,en reconnaissance de ses bons et loyaux services,de tout ce qu’il possédait « au dessous des moulin de La Mote sur la rivière de Thouer,jusques à Bouche-de-Dive »;confirmation par Macé de L’Estang et Catherine de Brézé,sa femme,des partages faits par Jouffroy de Brézé;-testament de Milon de Brézé;-contrat de mariage de Jean de Brézé et de Marguerite de Bueil;-accord entre Louis Larchevêque et Jeanne de Beaumanoir,Geoffroy de Brézé et Héliette de Chemillé au sujet de la succession de Thomas de Mortagne;-quittances de Pierre Chabot,marchand d’Angers,pour solde de fournitures par lui faites à Clémence Carbonelle,dame de La Varenne et de Brézé;-lettres de Marguerite d’Anjou à « son très cher et très amé cousin le grand séneschal,comte de Maulévrier »: »quant est des 11c escuz miz à une part ,en vérité,mon cousin,je n’en sçai riens et riens n’en ai eu;mais des VIIIc au plaisir de Dieu,j’ai espérance de m’en descharger et vous aussi,car ç’est mon fait,et plus faire pourvons,s’il m’est possible,en quoi me povez bien aider,comme nostre homme vous dira,tant devers le Roy que ailleurs où vous semblera estre néccessaire;aussi Eduard,mon filz,vostre cousin,se recommande à vous et voluntiers vous verroit…Escript à Harrefleu,le premier jour de septembre »(avec la signature autographe de Marguerite);-promesse par Guillaume de Neufville,seigneur de Faucomberge,de payer à l’ordre de madame la sénéschale de Poitou »la somme de 10,200 écus d’or,qu’elle lui a prêtée.
    (Série E.Titres de famille AD de Maine et Loire.C.Port.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.