Denis Morin cèdde ses droits de poursuite contre Guillaume Martin, Champigné 1591

En fait, il demeure à Saint Jean d’Assié près Champigné, mais je n’ai pas identifié le lieu précis, et vous allez surement le faire.
Je suppose que cette cession est pour des raisons de commodité géographique, car où il demeure il est éloigné de celui qui devra l’indemniser. C’est sans doute la raison pour laquelle on a de nos jours des huissier, qu’en pensez-vous ?

L’acte qui suit est extrait des Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E36 – Voici la retranscription de l’acte : Le 4 janvier 1591 en la cour du roy notre sire Angers endroit par devant nous (Lepelletier notaire) personnellement estably Denis Morin demeurant en la paroisse de Saint Jehan d’Assié près Champigné soubzmettant confesse avoir cédé quité et transporté et par ces présentes cèdde quite et transporte
à noble homme Martin Pecquineau sieur de la Binaie demeurant en ceste ville Angers présent stipulant et acceptant tous et chacuns les despens esquels missire Guillaume Martin a esté condemné vers ledit Denys par arrest de la cour de parlement lors séante à Paris pour la cause d’icelle que ledit Martin avoit intentée contre ledit Morin et tous autres despens tant jugés que à juger taxés et à taxer que doit et peult debvoir ledit Martin pour s’en faire payer par ledit Pequineau audit Martin et faire contre luy telle poursuite qu’il voira estre à faire et pour cest effet ledit Morin luy en a cédé et cèdde ses droits et actions et iceluy subrogé en son lieu et consenty qu’il demeure subrogé ou autrement qu’il s’en fasse subroger ainsi qu’il verra estre à faire … sans aucun garantage éviction ne restiturion de prix fors du fait dudit cédant et pour tout ledit garantage
et est faite ladite cession délais et transport pour le prix et somme de 45 escuz sol qu’elle somme ledit Morin demeure recognoit et confesse avoir eue et receue contant en présence et à vue de nous et dont il s’est tenu content et en a quité et quite ledit sieur de la Barenière stipulant et acceptant
à laquelle cession tenir etc oblige ledit Morin etc renonczant etc
fait en présence de Jehan Fleuriot

Cette vue est la propriété des Archives Départementales du Maine-et-Loire. Cliquez pour agrandir.

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog. Tout commentaire ou copie >partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du droit d’auteur.

3 réponses sur “Denis Morin cèdde ses droits de poursuite contre Guillaume Martin, Champigné 1591

  1. le seul St Jean d’Assé que je connaisse se trouve entre Beaumont sur Sarthe et le Mans et pourrait correspondre au St Jean d’Assié de l’acte. Ce village est en effet très éloigné d’Angers…mais pourquoi Champigné???

      Réponse d’Odile :
      Merci, je suis d’accord avec vous sur Saint Jean d’Assé.
      Mais, tout comme vous, je suis dans le brouillard pour la suite, et je vous mets donc le texte original, et le terme est en ligne 4 à partir du haut


    Cette vue est la propriété des Archives Départementales du Maine-et-Loire. Cliquez pour agrandir.

  2. Il existe Champagné dans la Sarthe ,à 20Km de St Jean d’Assé ;peut être plausible ,à quelques passages ,les a sont écrit comme des n..
    Mais il y a des paroisses plus proches..
    Champagné était peut être un lieu que connaissait le notaire..
    Excusez moi ,Odile ,j’en souri car je ne peux m’empêcher de penser au sketch de Chevallier et Laspalesse « les patelins » …

    Vu que les cartes routières n’existaient pas, les conversations devaient être quelquefois de ce type..

      Réponse d’Odile :
      Merci beaucoup.
      En effet, non seulement je rame parfois pour indentifer les noms propres, et tout le monde peut m’aider ici, comme vous l’avez si gentiement fait.
      Il faut bien reconnaître que le notaire notait phonétiquement ce que les parties disaient oralement, et j’avais même ces derniers temps attiré votre attention sur ce point de la méthode des notaires, car ils écrivent parfois « demeurant à NOM DE LIEU comme il dit » et ce « comme il dit » en dit parfaitement long sur les approximations possibles, d’autant que depuis ces siècles lointains, les noms de lieux ont parfois considérablement changé, parfois pour s’éloigner de leur nom passé et de leur origine.
      Et comme vous le soulignez, il n’existait pas de cartes, et le tout était oral et sur parole !
      Odile
      PS : ma confusion avec Champigné vient du point qui se promène au dessus du P dans le texte original, et comme les points étaient autrefois peu nombreux, je l’ai pris pour argent comptant !

Répondre à marguerite Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.