Saint Bomer aliàs Bommer, Baumez,

Saint Bomer répond à une question de Marie-Laure.

L’immense majorité des saints ont d’abord eu un nom latin, puis on a francisé, et fait de même dans d’autres pays voisins. Cette étape vers la langue française fut parfois délicate, ainsi certains saints ont eu plusieurs traductions françaises de leur nom latin (je vous en citerai plus tard). Puis, parfois, les Français ont altéré au fil du temps certains noms… Ainsi, de nos jours, il est parfois difficile de retrouver certains.

Celui qui nous intéresse ce jour, était un saint local (Maine et Perche) et son nom a subi de multiples variations.

Saint Baumet, Baudomirus, confesseur, particulièrement honoré dans le Perche, le 3 novembre. (Beleze)

J’ignore pour quelle raison on trouve sur Internet Saint Baumar Profès de l’abbaye de Tulle, il choisit la solitude d’un ermitage près de Chaumeil en Corrèze. Le profès est le religieux qui a émis profession. Avant cela, il est novice. 4 novembre, Fête Locale
J’avoue qu’il est curieux de trouver le 3 novembre et le 4 novembre, les deux noms aussi proches mais Tulle n’est pas dans le Maine et Perche !

Voici les noms de lieux trouvés :

    Saint-Bomer, commune de Cossé-le-Vivien :

Rien dans le dictionnaire de la Mayenne de l’Abbé Angot

    Commune de Saint-Bommer

Selon Le Paige, Dict. du Maine, 1895 (j’ai seulement modernisé les distances, un peu, pour la compréhension) : Saint-Bommer, bourg et paroisse de l’archidiaconné de Montfort, dans le doyenné de la Ferté, élection de Château-du-Loir, à l’E.N.E. par E. du Mans, dont il est éloigné de 11 lieues.
Pour s’y rendre, il faut aller à Villaine-la-Gonais, 4,25 lieues ; Saussé, 3,75 lieues ; Le Mans, 3,25 lieues.
Il y a de Saint-Bommer à Auton 1,25 lieues : La Ferté, 3 lieues ; Montmirail, 2,5 lieues ; Le Teil, 2,75 lieues, Nogent-le-Rotrou, 1,75 lieues ; Saint-Ulphace, 0,75 lieues ; Ceton, 0,75 lieues ; Teligny, 0,75 lieues ; le Chartain, 0,50 lieues.
La cure, estimée 600 livres, est à la présentation de l’abbé de Lonlai. Il y a 250 communiants.
Il y a à Saint-Bommer la chapelle de Saint-Léger, estimée 100 livres.
Saint-Bommer est au milieu de 3 ruisseaux, qui forment les sources de la rivière de Braie.
Le sol produit du froment, de l’orge et de l’avoine ; il y a des montagnes, des bois et des landes.
La seigneurie de paroisse appartient à Mr de Meslai.
saint Bommer s’établit dans le Maine, où est à présent la paroisse dont nous parlons, sous le pontificat de saint Innocent, huitième évêque du Mans ; ce saint prélat le députa, pour quelques affaires importantes qui regardaient la religion et l’utilité de son diocèse, vers le roi Clotaire premier, qu’il guérit d’une maladie qui le mettoit en danger de sa vie, ce prince lui accorda ce qu’il demandoit de la part de son évêque, et le combla de présents qu’il employa à la construction d’une église dans le lieu de sa solitude ; après sa mort son corps fut inhumé dans cette église, et y a demeuré jusqu’au temps des guerres des normands, qu’il fut transporté à Senlis, où il est encore à présent dans l’église de saint Fraimbault, et à l’exception de l’os coronal, des deux pariétaux et de l’etmoïde qui se sont trouvés dans son tombeau lorsqu’on en fit l’ouverture dans le dernier siècle. (Courvaisier, p. 129). Bondonnet dit, page 161, que ce fut vers le roi Childebert que saint Innocent députa saint Bommer.

    Commune de Saint-Bomer-les-Forges)

Saint-Bommer, bourg et paroisse de l’archidiaconné de Passais, dans le doyenné de Passais en Normandie, généralité d’Alençon, au N.N.O. du Mans, dont il est éloigné de 20,25 lieues.
Pour s’y rendre, il faut aller à Juvigné, 3 lieues ; La Chapelle-Moche, 0,50 lieue, Saint-Julien-du-Terroux, 1,5 lieues ; Javron, 2 lieues ; Crannes-sur-Fraubai, 1,25 lieues ; Bourg d’Averton, 1,5 lieues ; Saint-Aubin-du-Désert 0,75 lieues ; Pezé, 3,25 lieues ; Neuville-la-Lais, 1,5 lieues ; Argné, 3 lieues ; Le Mans, 2 lieues.
Il y a de Saint-Bommer à Domfront, 1 lieue ; Lombai, 1,25 lieues ; La Ferté-Macé, 4 lieues ; Ceaulcé, 3,5 lieues ; Passais, 4 lieues ; Champsegré, 1,5 lieues ; Dompierre, 1,25 lieues ; Banvou, 1,25 lieues ; La Haute-Chapelle, 1 lieue ; la Normandie, 1 lieue.
La cure, estimée 7 à 800 livres, est à la présentation de l’abbé de Lonlai. Il y a 1 200 communiants.
La seigneurie de paroisse, suivant un mémoire qui m’a été fourni, est annexée à l’abbaye de Lonlai ; suivant d’autres il paraît qu’elle l’est à la terre de Jumilli ; je trouve dans ces mémoires que les seigneurs de Jumilli prennent la qualité de seigneurs de Saint-Bommer.
La paroisse de Saint-Bommer a donné son nom à une ancienne famille qui est éteinte. René de Saint-Bommer épousa Renée de Royers de la Brisolière, fille de Charles ; elle se maria en secondes noces, en 1587, à Hercule des Vaux, à qui elle donna la terre de Sainte-Jame-le-Robert.
Le fief de Jumilli, dans la paroisse de Saint-Bommer, a donné le nom à une ancienne famille éteinte depuis longtemps…

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet seule une citation ou un lien sont autorisés.

4 réponses sur “Saint Bomer aliàs Bommer, Baumez,

  1. Ce prénom de saint est donc à l’origine du patronyme de BOMMER que je poursuis à Grez-Neuville et ses alentours
    Note d’Odile : j’ai rencontré des BOUMIER, que le dictionnaire étymologique de M.T. Morlet donne diminutif de BAUMARD, lequel viendrait de BALME, et à ce nom elle donne une infinité de dérivés, dont BAUMIER et BOUMIER dans l’Ouest, etc…, et qui signifierait grotte.
    Je ne pense pas que le patronyme dérive du prénom, il a fait son chemin tout seul, surtout lorsqu’on voit la diversité des dérivés de ce BALME

  2. Bonjour
    St Baumar est ermite dans un village lieu dit Chaumeil sur la commune de St clément il était invoqué contre la pluie il y avait mëme un reliquaire ( un buste ou un chef je ne sais pas trop )
    voilà les info que je peux donner

    bonne journée

      Note d’Odile : Merci pour ces précisions.
      Chaumeil est située en Haute-Corrèze, entre les monts d’Auvergne et le Périgord, à 15 minutes des Gorges de la Dordogne, et à 10 km au N.O. de Tulle.
      Si j’ai bien compris le lien entre le Maine Anjou et Tulle, voici ce qu’en dit l’Encyclopédie Migne :

    Saint Baumez, Baomadus, solitaire dans le Maine, était originaire de l’Aquitaine et florissait dans le VIe siècle. Pendant les incursions des Normands, ses reliques, avec celles de saint Ulface, furent transportées à Tulle, où on le nomme saint Baumard – fêté le 4 août (Encyclopédie Migne)

  3. Bonjour
    J’ai rencontré Bommer avec l’abbé Jacques Fouyn ( + 1602) de Saint-Serge d’Angers qui fut remplacé par son neveu René Fouyn de Saint-Christophe du Luat (Mayenne). Est ce loin de Ceton (Orne), car j’ai trouvé vers 1620 Nicolas Chevalier, châtelain de cette localité et de Montgasteau. On le dit aussi châtelain de Cheneché (Vienne) en Poitou et de Rouperroux au Maine (Sarthe).
    Auriez-vous une idée sur le point commun de ces localités

Répondre à Josette Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *